01 juin
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (226)

Ein bin dur apprintissache !

J'm'in souviens acor comme si ch'éteot hier, ch'éteot in octope, à l'velle de l'hiver... ahais, ch'est presqu'à l'fin l'ainnée mille nuef chint chinquante six qu'a débarqué à Tournai ein heomme du neom d'Joris (Yoris, et surtout prononcez le bin pasque ch'est ainsin que cha s'dit in flamind). L'ceu qui alleot bin vite dev'nir m'n'amisse n'aveot jamais quitté s'bourgache de Schorisse. I-ouvreot dins l'textile et aveot perdu s'plache, comme i-n'vouleot pos émarger au chômache, i-li a fallu beauqueop d'corache pou tout quitter, s'famile et s'villache. 

I-aveot eine feos orchu eine carte postale avé les cheonq clotiers de l'cathédrale, l'jour où s'cousin Bert aveot fait s'terme, durant ein an, dins eine de nos casernes.

"Ca être le ville de Tournai, in het vlaams Doornik, ça est là qu'on va maintenant habiter, Marieke !". A ceulle époque, i-aveot pos acor de frontière linguistique, Flandre ou Wallonie, on éteot partout in Belgique. Chez bramint d'gins quand i-aveot des mariaches ou des intierr'mints, on parleot tout aussi bin Walleon qu'Flamind. 

I-a d'mindé l'bétallière de s'bieau-frère qui éteot marchand d'vaques à Lierre. I-a jusse mis s'salle à minger et s'lit conjugual et i-a pris l'route qui mène tout dreot à no cathédrale. Après la guerre, i-aveot bramint d'maseons abandeonnées, i-n'a pos eu difficile d'in trouver eine à louer. Ainsin, i-a ouvert ein magasin in plein mitan de l'rue Saint-Martin.

I-s'liéveot tous les jours à chinq heures pou querre les légueumes chez les producteurs et Marieke attindeot, à l'maseon, l'camieon qui apporteot, tous les matins, les livraiseons.

I-a ouvert ein verdi et quand i-a comminché, l'prumière feos que j'l'ai rincontré, i-aveot bin des russes pou li parler français.

"Pour toi faire dimanche, dans ton soupe, j'ai un bon poule", bé, ch'est ainsin qui parleot, ch'est pos des cacoules. Je m'rappelle que dins s'magasin, i-régneot ein dreôle de parfum, mélanche d'odeurs de fruits et légueumes, d'fromaches, d'saveon noir et même d'pain. Comme i-diseot fier'mint : "Ici, c'est le caserne d'Ali Baba, tu vas trouver ce que les autres i-n'ont pas" (i-confondeot les meots et inter nous on rigoleot, on areot bin fait de s'taire et jeuer ein peu moinse les fiers car on n'conniseot pos ein meot d'flamind et ch'éteot pétête nous les innochints final'mint). 

Ein bieau soir, au printemps suivant, j'l'ai invité et on est allé boire eine pinte dins ein café. Près du comptoir des Amis Réunis, i-a comminché à m'raqueonter s'vie, d'siept infants i-éteot l'pus p'tit. A s'maseon, i-aveot deux frères et quate soeurs qui éteot'ent tertous partis vife ailleurs. L'pus vielle de ses soeurs aveot d'jà trinte-siept ans et t'neot, ave s'n'heomme, à La Panne, ein restaurant. S'bieau-frère Bart qui ingresseot les bestiaux, su l'balanche peseot presque chint quarante kileos et dins tout l'famile d'li on diseot que parmi les vaques ch'éteot li l'tauréeau. 

Des ainnées pus tard, on a vu grandir s'famille, Marieke li a deonné ein garcheon et deux files. Pou parler i-aveot fait des progrès mais... comme ch'est l'cas pou tous les flaminds, i-aveot bin du mau ave l'masculin et l'féminin. I-baragouineot eine sorte d'sabir, mélanche d'français, d'flamind et d'tournisein, l'intinte à l'feos ch'éteot épique et même folklorique.

Au magasin, faisant ein jour d'marché l'file, j'ai infin compris pourquoi ch'éteot si difficile. On éteot l'avant-velle du lindi parjuré, i-aveot là des dizaines d'lapins décarcassés. I-a d'abord eu "Madame de", j'ai oblié s'neom, qui s'adressa à li sur ce teon :

"Dites mon brave, avez-vous de prunes et des raisins que je puisse accommoder mon lapin ?".

L'paufe i-l'a ravisée, tout biête, l'bouque ouverte, comme ein annochint in s'demindant, in li-même, pourquoi elle vouleot raccommoder s'lapin".

Après, cha été l'tour de Mimile qui teneot eine baraque à frites, d'puis toudis, su l'plache de Lille, dins l'quartier d'Sainte-Magritte.

"I-m'feaut de preones et des rogins pou m'feimme, lindi, mette dins l'lapin". No brafe flamind i-a dit : "quoi, des "prrrones" ???, roulant les "r" dins s'n'accint. Hureus'mint, j'li ai moutré l'boîte discrèt'mint mais cha a été pus difficile pou les rogins. "T'as des pichoulits et de l'barpe d'capuchin" qui a acore dit Mimile in intassant l'tournisien. Ch'est d'puis ce jour-là que no brafe marchand flamind i-a compris qu'à Tournai i-falleot ête bilingue : français et tournisien. 

Et l'apprintissache a ainsin continué toudis aussi difficile surtout quand orveneot'ent d'l'école l'garcheon et les deux files.

"La maîtresse nous a appris l'emploi du subjonctif présent, nous avons tenté, tout à l'heure, de l'expliquer à maman, elle ne comprenait pas et nous a dit de venir te voir, afin que, toi, tu puisses nous aider à faire nos devoirs".

L'paufe Joris i-a failli dev'nir dépressif quand i-a découvert l'existince du subjonctif. 

"Mais comment tu parles toi les Tournaisiens, déjà que tu mets pas le verbe à la fin comme nous on le fait in flamind, i-feaut avoir fait pus que ses primaires pour bien comprendre le langue de Voltaire". 

Joris éteot supporter du Fotbal club de Courtrai, j'alleos souvint ave li l'diminche après-deîner, i-s'in preneot tout aussi bin in flamind qu'in tournaisien su les joueus :

"Nee, nee, maar t'is onmogelijk, verdomme, va jeuer à marpes, queu béquile, queu choleu, hein mannetje".

I-aimeot bin aussi jeuer à cartes et tous les lindis, i-alleot faire s'partie aux Amis Réunis ou acore au Café de Foy, ch'est Emile Jacquerie. L'prumière feos qui a jeué au jeu d'fier, i-aveot pou s'ébouler pa tierre. Quançque s'n'équipier li a dit :

"Te deveos doguer m'fier et n' pos jeuer l'peont, t'as vu ichi l'escampe à l'broque que t'as foutue, asteur ch'est eusses qui ont les points et nous eautes on est dins l'puche".

I-li a répeondu : "Quand te diras çà dans le français, je vas continuer à jouer" !

J'sais bin l'apprintissache d'eine lanque qui n'est pos l'sienne n'est pos aisé et on n'deonne pos toudis invie aux gins d'découvrir ces bieaux côtés. Quand j'éteos jeone, j'ai, comme tertous, à l'école, appris l'Néerlandais mais j'ai toudis trouver les programmes biêtes à pleurer. Les prumiers meots qu'on m'a appris (eerste woorden, cha veut dire les premiers mots in flamind) ch'éteot : "de Zee en de Berg" (la mer et la montagne) et on diseot : "de zee is blauw" (la mer est bleue) ou bin acor "soldaat is op de wacht" (le soldat est au garde à vous). Ch'éteot vraimint important si on alleot passer ein diminche au bord de mer d'pouvoir moutrer, aux gins d'là-va, ein si riche vocabulaire. J'n'areos pos pu comminder ein deîner dins ein restaurant, ni ortrouver m'route si j'éteos perdu in plein mitan des camps, mais su l'digue en ravisant la mer, j'areos dit : "de zee is blauw", vu l'couleur de l'Mer du Nord, on m'areot pris pou ein loleo et quand, in m'ortournant j'areos d'mindé "waar is de berg ?" (où est la montagne), là j'éteos direct'mint pris pou ein seot.  Et i-n'a qu'à Koksijde (Coxydes), in face de l'caserne aux aviateurs, que j'areos pus sortir l'espressieon : "Soldaat is op de wacht". Dis hardimint, si aveot là ein pur flamind d'Antwerpen (Anvers) ou bin d'Dadizelle, i-areot acore eine riche idée des efforts des Walleons pou apprinte l'lanque de Vondel. 

Asteur, soixante ainnées pus tard, Joris i-a serré s'pétit bazar. Ses infants seont mariés et i-z'habitent tertous Tournai. S'feimme et li seont partis à La Panne pou respirer l'air de l'Mer du Nord et chaque feos que j'vais passer eine journée, j'les veos acore. Joris, qui s'rappelle du temps où i-éteot à l'rue Saint-Martin m'dit : "Alors, l'Tournisien, on va minger du lapin ave des prrrones et des rrrogins" et mi, à chaque feos, j'fais l'même répeonse : "Et de l'salate ave des pichoulits et de l'barpe d'capuchin". Et in choeur, on finit toudis en disant :

"Si t'es d'ichi... parle comme ichi". 


(lexique l'apprintissache : l'apprentissage / acor : encore / octope : octobre / l'velle : la veille / ahais : oui / l'ainnée : l'année / pasque : parce que / ainsin : ainsi / l'ceu : celui / m'n'amisse : mon ami / l'bourgache : la bourgade, le hameau / ouvrer : terminer / l'plache : la place / beauqueop : beaucoup / l'corache : le courage / avé : avec / les chonq clotiers : les cinq clochers / ceulle : cette / bramint : beaucoup / eine mariache : un mariage / un intierr'mint : un enterrement, des funérailles / les vaques : les vaches / jusse : juste / tout dreot : tout droit / in plein mitan : au beau milieu / querre : chercher / les légueumes : les légumes / l'verdi : le vendredi / commincher : commencer / l'prumière feos : la première fois / avoir des russes : avoir des difficultés / des cacoules : des mensonges / l'mélanche : le mélange / l'fromache : le fromage / inter nous : entre nous / jeuer : jouer / pétête : peut-être / innochints : innocents / raqueonter : raconter / tertous : tous / vife : vivre / l'pus vielle : la plus vieille / l'balanche : la balance / ein garcheon : un garçon / eine file : une fille / avoir du mau : avoir du mal, avoir des difficultés / l'intinte à l'feos : l'entendre parfois / l'lindi parjuré : le lundi perdu / oblier : oublier / des preones : des prunes / des rogins : des raisins / moutrer : montrer / des pichoulits : des pissenlits / de l'barpe d'capuchin : de la barbe de capucin (ingrédient de la salade tournaisienne) / orveneot'ent : revenaient / après-deîner : après-midi / jeuer à marpes : jouer aux billes aussi appelées marbres  quand elle sont faites dans cette matière / eine béquile : une béquille, s'utilise pour qualifier un joueur maladroit / ein choleu : un qui butte souvent, qui traîne les pieds / s'ébouler pa tierre : s'effondrer de rire / quançque : quand, lorsque / doguer m'fier : pousser légèrement mon fer / eine escampe à l'broque : se dit quand, par tactique ou maladresse, un fer ricoche sur une broche du jeu / foutue : faite / ête dins l'puche : être dans le puits, se dit pour les joueurs qui font du surplace au marquoir / l'lanque : la langue / jeone : jeune / biêtes : bêtes / là-va : là-bas / des camps : des champs / ein loleo : un simplet / ein seot : un sot / serré : fermé / minger : manger / si t'es d'ichi, parle comme ichi : si tu es d'içi (de chez nous) parle comme içi (comme on parle chez nous).

(S.T. juin 2013)

09:35 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.