11 mai
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (223)

Beonne fiête à nos mamères !

Demain, diminche, no mamère, on va tertous la fiêter, li faire des mamours, li offère ein bieau bouquet pou l'ormercier. Li dire no gratitude pou nous avoir si fort aimé. Eine mamère, ch'est sans doute, l'pus bieau des cadéeaux qu'ein infant a orchu su ceulle tierre. Elle nous a attindu pindant neuf meos, sans s'plainte et in étant bin malate à l'feos. A l'maternité, elle a beauqueop souffert, le jour qui d'viendra l'ceu d'no n'anniversaire.

No mamère nous prenant dins ses bras, nous a deonné no prumier repas, ch'éteot l'dernier sourire qu'on veyeot quand on s'indormeot et l'prumier visache penché su nous quand on s'réveilleot. Combin d'nuits elle a passées a nos côtés quand on f'seot les prumières dints d'lait, ch'est acore elle qui nous a si souvint apouchennés quand on s'metteot à braire pou ête berché. I-falleot vir comme elle a été tout in foufiête, l'jour qu'on li a offère no prumière risette et j'pinse bin qu'elle a caché qu'elle pleureot, quançqu'on a dit nos prumiers meots. 

J'ai l'raminvrance que l'jour où j'sus intré à l'pétite école, j'ai vu tout douch'mint les larmes su ses joues dessiner deux p'tites rigoles.

Aujourd'hui, j'ai eine pinsée pou toutes les mamères, les ceulles qui ont des p'tits infants et les ceulles qui seont obliées pa les pus grands, les mamères bin intourées et les ceulles qui s'sintent ein peu abandeonnées, les mamères à l'tiête d'eine grante famile ou bin les ceulles qui n'ont qu'ein garcheon ou eine file. Les mamères qui ont malhureus'mint perdu leur infant, i-a peu ou i-a bin lommint, à causse d'eine maladie ou par accidint. 

A propeos de l'fiête des mères, j'vas ichi vous raqueonter l'histoire d'Robert, ein garcheon, ein infant d'file que s'mamère elle aveot fait ein soir d'kermesse ave ein agint d'ville. Elle ne l'aveot pus jamais orvu et Robert, s'mopère i-n'l'a pos connu. A l'école primaire, on diseot d'li qui aveot été élevé dins les écours de s'mamère. Quand i-a eu vingt ans, l'paufe Robert, vous l'avez adveiné, i-n'saveot rien faire.

A vingt-chinq ans, i-s'a mis in ménache ave Florine, eine jeone file du même villache. On diseot d'elle que ch'éteot ein qu'veau d'trait, qu'elle ouvreot toudis et qu'elle ne s'arrêteot jamais. L'rassarcissache et l'nettiache, l'buée et l'orpassache, l'cuisine et l'gardinache, les commissieons et l'petit élevache, à s'maseon elle deveot tout faire et... Robert i-l'raviseot, tout bénaisse, assis su eine cayère. Robert et Florine aveot'ent ein garcheon qu'on aveot appelé Isidore pasque, li, quand i-n'baille pos, i-dort, ch'est l'portrait craché de s'mopère, à part qui préfère s'lit à eine cayère. D'li, dins l'villache on diseot, leu p'tit rotleot ch'est eine véritape badouleo

Ein bieau jour, pou l'fiête des mamères, i-est passé eine dreôle d'idée dins l'tiête de Robert. I-a été chez Edouard, l'boucher et i-a acaté ein bieau greos poulet. Eine belle biête bin dodue, ave l'pieau du vinte bin tindue, ch'est pos des cacoules, on areot dit eine pétite poule.

Comme Florine éteot partie faire ein p'tit tour, i-s'a vite dépêché d'mette l'poulet dins l'four. Quand, vers midi, l'feimme elle est rintrée, l'maseon éteot invahie pa l'fumée.

"Mo Dieu, Robert quoisqu'i-s'a ichi passé, bé, i-feaut tout d'suite app'lé les pompiers".

N'acoutant que s'corache, elle est allée dins l'cuisine où elle a bin vite de l'fumée trouvée l'origine. Dins l'four, ein poulet i-éteot in train d'carboniser, i-éteot aussi noir que l'visache d'ein carbonnier. Elle l'a ortiré rapid'mint et a été l'ruer dins l'gardin. 

Robert i-a dit : "M'pétite poulette, j'ai cru bin faire, j'ai préparé à deîner pou l'fiête des mamères". I-aveot pris ein air débalté comme si i-vouleot l'amidouler

A ceulle époque, les bouchers metteot'ent acore dins l'biête d'papier pou que l'poulet i-est ein pus bel aspect.  

Ch'a été l'prumière feos que Florine a pu aller minger au restaurant chinois, mais ch'est l'dernière feos que Robert i-a décidé d'faire eine séquoi !

Asteur, i-li offère des fleurs pou l'fiête des mamères et elle va querre l'vase, car, l'connissant, i-pourreot acore l'laicher caire

Vous pinsez pétête que j'ai tout invinté, neon, neon, ceulle histoire est vraimint arrivée, i-a eine beonne chinquantaine d'ainnées, ch'est m'mamère qui m'l'a raqueontée. 

 

(lexique : l'mamère : la mère / tertous : tous / faire des mamours : cajoler / offère : offrir / ormercier : remercier /  orchu : reçu / ceulle : cette / à l'feos : parfois / veyeot : voyait / l'visache : le visage / apouchenné : dorloté / berché : bercé / vir : voir / ête tout in foufiête : être en émoi / eine risette : un petit sourire / quançque : quand / l'raminvrance : le souvenir / douch'mint : doucement / les ceulles : celles / obliée : oublié / ein garcheon : un garçon / eine file : une fille / raqueonter : raconter / ein infant d'file : un enfant naturel / ein agint d'ville : un agent de police / s'mopère : son père / les écours de s'mamère : le giron de sa mère / adveiner : deviner / jeone : jeune / ein qu'veau d'trait : un cheval de trait / ouvrer : travailler / toudis : toujours / l'rassarcissache : le raccommodage / l'nettiache : le nettoyage / l'buée : la lessive / l'orpassache : le repassage / l'gardinache : le jardinage / raviser : regarder / bénaisse : content / eine cayère : une chaise / ein rotleot : un roitelet signifie ici un petit enfant / ein badouleo : un enfant indolent / l'vinte : le ventre / eine cacoule : un mensonge / acouter : écouter / l'corache : le courage / ein carbonnier : un charbonnier, un livreur de charbon / ruer : jeter / deîner : dîner / débalté : énervé, exaspéré mais peut signifier aussi désolé, affligé, c'est le cas ici / amidouler : amadouer, flatter / acore : encore / pus : plus / faire eine séquoi : faire quelque chose / querre : chercher / laicher caire : laisser tomber / pétête : peut-être / neon : non / chinquantaine : cinquantaine / ainnées : années).

(S.T. mai 2013.)

09:40 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Devant de telles phrases si émouvantes, on ne peut que te dire merci, MERCI !
Amicalement. -- Jacques

Écrit par : jacques DCK | 11/05/2013

Répondre à ce commentaire

Je m'empresse de partager avec plusieurs maman(s) tournaisiennes du net.
Merci à vous Serge.

Écrit par : VéroGrim | 12/05/2013

Répondre à ce commentaire

merci pour ce texte émouvant Serge

Écrit par : rauwers | 16/05/2013

Répondre à ce commentaire

Ah ! comme c'est beau d'évoquer ces belles années !!!
Merci pour ce beau texte.
Gélu

Écrit par : Lecomte | 04/06/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.