03 mai
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (222)

L'meonte i-d'vient seot !

L'meonte i-d'vient seot, ch'est pos mi qui vous l'dit, ch'est m'n'amisse Edmeond, l'paufe bougre n'ose pus ouvère eine gazette, i-n'ravise pus les nouvelles à l'télévisieon, i-branche s'radio su eine station dusqu'i-n'a pos d'informatieons et dins l'bus i-n'acoute même pus les conversatieons. 

Asteur Fifinne elle peut orwettier "Les feux de l'amour", tout à s'n'aisse, dins s'fauteul, dix feos par jour, ch'éteot l'treos mille siept chint chinquantième épisode hier au matin et, vous savez quoi, l'feu i-n'est toudis pos éteint, pou écrire eine histoire parelle, i-feaut seûrmint ête aliminté pa des piles "dures à selle".

Pindant c'temps là, dins s'gardin, l'brafe Edmeond acoute l'cant des carnarins, l'roucoulache des couleons et les "ratatachui" des pinseons. Ch'est l'ortour à l'nature du gardénier et de s'culture, ch'est Robinseon Crusoé su s'n'île qu'i-a infin trouver ein coin fin tranquile.

A l'rue Montifaut, pos leon du Meont Saint-Aubert, Edmeond jeue l'heomme solitaire.

"Pou vife hureux, viveons annochins ou comme areot dit Voltaire : cultiveons no gardin", ch'est l'crédo qui professe d'puis lommint ou bin acore : "Ce qu'on n'sait pos, cha n'fait pos d'tort".

A l'feos, ce qui dit no vedette, j'deos bin vous l'avouer, ch'n'est pos biête :

"Dins l'temps, t'aveos pos toutes ces bricoles comme les tablettes, les i-pad, les i-pod ou bin acore internet, on viveot bin sans toutes ces bernettes". I-rajoute aussi : "Treop d'infeos, tue l'infeo" ou bin "Quoisque t'as l'foute de savoir qui cait des ours à Zanzibar" ou acore "Si l'glache elle feond dins l'Antartique, ch'est pos mi qui va apporter eine solutieon frigorifique"...

J'aveos déclenché eine tempête, j'n'alleos béteôt pus in ête maîte. J'aveos lâché les tchiens, de s'rache j'aveos lancher l'train, j'areos voulu queurir aux abris ou acore m'faire tout p'tit. 

"J'ai in assez d'intinte parler du dopache dins le sport, des liards qu'on planque dins les off-shore, d'apprinte que six heommes politiques veont, aux frais de l'populatieon, faire un pic-nic in Amérique, quoisque cha peut m'faire qu'ein présidint bourièlle dins les sondaches ou qui pourmène in Chine ave s'pétit osieau prêt à sortir de s'cache, cha m'rind malate quand j'sais qu'ein minisse fout s'n'argint in Suisse alors que les paufes gins paient partout les effets de l'crisse. Chaque jour i-a des multinationales qui s'ingraissent et des patreons qui eusses dégraissent, in Asie, i-a des bâtimints qui s'écrase'tent su des paufes gins qui ouèfent, bin souvint, pour treos feos rien. Les tasques qui augmintent, les implois qui déquintent, des intérêts qui, pou tertous, seont des clopinettes et des grands patreons d'interprisses qui ramasse'tent d'riches rawettes". 

I-suffit d'orwettier les commintaires laichés su internet pou vir que ch'est l'rindez-vous d'tous les frustrès d'no société, ces gins devreot'ent ête juges, bé, i-n'areot pus perseonne su no tierre. Insultes et vulgarité pou réclamer l'peine de mort, ortour de "l'oeil pour oeil, dint pour dint", l'loi du talieon, l'appel à l'barbarie...

Malhureus'mint, ch'est pos d'main l'velle que les meots : "Amour", "Amitié", "Bonheur", "Paix" et "Solidarité" veont rimplacher "Haine", "Malheur", "Guerre" et "Egoïsme". Orwettiez, ave attintieon, ce qu'on écrit , vous allez vir que, chaque jour, les meots les pus utilisés dins la presse locale, nationale et internationale, qu'elle soiche écrite, parlée ou télévisée, ch'est : "accidints", "agressieons", "attintats", "braquaches", "car et home-jacking", "conflits" "détournemints", "escroquerie", "fraude", "grèves", "harcèlemint", "manifestations", "meurtres", "pédophilie", "pornographie", "suicide" et "vol", vingt meots, à peine, tout jusse assez pou définir l'nature humaine.  

J'ai arrêté là s'n'invintaire à la Prévert, j'aveos l'moral dins les cauchettes, j'éteos tout prêt à résilier m'n'abonn'mint à m'gazette et à internet. 

Mais Edmeond quand i-a l'sanche d'avoir ein auditeur, i-est fin bénaisse, i-a comminché à parler des politiciens et d'leu promesses.

"I-dise'tent qui comprennent que les gins soichent inquiets, qui veont rinforcher l'sécurité, dins toute les rues de l'ville, on va vir des policiers, ahais, cha dure deux ou treos jours pasqu'après on n'sait pus les payer. I-déclare'tent qui veont s'occuper d'no tranquillité, qu'on va pouvoir dormir comme des bébés, queompte là d'zeur, les boîtes de nuit, les night-shops et les dancings ne feont que s'multiplier et, au petit matin, t'intinds toudis berler les quervés et les drogués. I-z'ont bin vu qu'on aveot du mal, in ville, de stationner, ch'éteot promis, l'parking i-alleot'ent l'faciliter, mais derrière ein mur ou ein piquet, i-a toudis ein gars pou surveiller si t'as mis t'disque ou si t'as acaté ein ticket et là où avant te pouveos trouver de l'plache à parquer, asteur, on a interdit et on met des PV. On s'a occupé du sort des ortraités, des pinsieonnés, ch'est vrai, asteur, dins l'bus ch'est fini l'gratuité". 

Quand j'sus rintré à m'maseon, j'éteos au bord de l'esplosieon, m'feimme elle m'a d'mindé pourquoi j'aveos l'air débiboché, j'alleos li raqueonter ce qu'Edmeond m'aveot tenu comme propeos, quand j'ai, tout à n'ein queop, intindu ceulle info à l'radio :

"Ein infant d'chinq ans a tué s'pétite soeur d'deux ans ave l'fusil qu'i-aveot orchu, l'ainnée dernière, au momint où i-a fiêté s'n'anniversaire";

Croyez-me, j'éteos ébeubi, saisi jusqu'à m'fusil, j'veux bin que cha s'passe in Amérique, mais dis hardimint, j'pinseos que les cow-boys ch'éteot fini d'puis lommint. Deonner eine vraie carabine à ein p'tit rotleot, à m'mote que là-va, les parints i-seont dev'nus seots. 

J'voudreos pos vous laicher su eine mauvaisse impressieon et finir ainsin ceulle babillarte pleine d'emotieons et d'contestatieons, pou vous ormette, j'vas vous dire ce que j'ai li su internet.

Pindant l'rincontre d'fotbal, mardi au soir, inter les Espagnols du Réal de Madrid et les Allemands du Borussia Dortmund, l'présidint du club allemand, cardiaque, i-a passé pratiqu'mint toute l'seconde mi-temps dins les toilettes du club castillan. I-raqueonte qui s'a infermé à double-tour, qu'i-amis des boucheons dins ses orelles, qui s'a concintré su s'n'horloche et qu'i-a pinsé à eaute cosse. Quand l'arbitre i-a chifflé l'fin du match, on s'a impressé d'queurir pou l'délivrer et ch'est à c'momint-là que l'heomme, à travers l'porte, i-a soupiré : "J'voudreos bin v'nir mais i-a pus d'papier". 

(lexique : l'meonte : le monde / seot : sot / m'n'amisse : mon ami / paufe : pauvre / ouvère : ouvrir / raviser : regarder / dusque : où / acouter : écouter / orwettier : regarder / tout à s'n'aisse : tout à son aise / toudis : toujours / parelle : pareille / seûr'mint : sûrement / l'gardin : le jardin / l'carnarin : le canari / l'roucoulache : le roucoulement / les couleons : les pigeons / l'gardénier : le jardinier / leon: loin / vife : vivre / annochins : innocents / lommint : longtemps / acore : encore / à l'feos : parfois / biête : bête / eine bernette : une baliverne / l'glache : la glace / béteôt : bientôt / les tchiens : les chiens / ête maîte : être maître / l'rache : la rage / des liards : de l'argent / les ceusses : ceux / bourièlle : chute /  les sondaches : les sondages / s'pourméner : se promener / l'osieau : l'oiseau / l'cache : la cage / ouèfent : travaillent / les tasques : les taxes / les implois : les emplois / tertous : tous / les interprisses : les entreprises / les rawettes : les suppléments / ortour : retour / l'velle : la veille / rimplacher : remplacer / jusse : juste / les cauchettes : les chaussettes / l'sanche : la chance / bénaisse : content / comminché : commencé / soichent : soient / rinforcher : renforcer / vir : voir / ahais : oui / queompte là d'zeur : compte là-dessus / berler : crier / les quervés : les ivrognes / acaté : acheté / l'plache : la place / les ortraités : les retraités / asteur : maintenant / l'maseon : la maison / débiboché : contrarié / raqueonter : raconter / tout à n'ein queop : tout à coup / ceulle : cette / orchu : reçu / ébeubi : frappé de stupeur / ein rotleot : un roitelet, ce mot désigne familièrement un petit enfant / à m'mote : selon moi, à mon idée / laicher : laisser / mauvaisse : mauvaise / l'babillarte : la lettre / ormette : remettre / l'horloche : l'horloge / eaute cosse : autre chose / chifflé : sifflé / queurir : courir).

(S.T. mai 2013)

16:47 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bonsoir Serge,
J'ai lu, je n'ai pas tout compris, ce n'est pas facile, mais dans l'ensemble, j'ai compris ce que tu veux dire.
Il a fait très beau.
Bonne fin de journée, bonne soirée, bisous.

Écrit par : Mousse | 05/05/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.