26 avril
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (221)

On a jeué ave mes pieds

Comme vous l'avez sans doute ormarqué j'ai été muet comme eine carpe pindant près d'eine semaine. L'raiseon est bin simpe, j'ai eu bramint d'problèmes techniques ave m'blog.

J'vas vous espliquer ce qui s'a passé. M'n'amisse correctrice qui a été institutrice et qui est eine fidèle lectrice a failli in faire eine crisse. Feautes de frappes, inversieons et feautes d'orthographes, dins l'artique su l'cathédrale Noter-Dame paru lindi, i-d'aveot eine beonne dizaine, à croire que j'l'aveos fait esprès, que j'aveos été à l'grosse louque

Quand j'ai li son mail, je n'compreneos pos pasque mes artiques sont corrigés pus d'eine feos, d'abord in ce qui concerne le style car j'aime bin des phrases ave eine belle tournure et pos ein sorte d'cafouillache qui feaut gratter à s'tiête pou essayer d'comprinte ce que cha veut dire et après pou les feautes de frappe ou bin les accords de participes (cha m'arrive, je n'sus pos mieux qu'ein eaute, t'as bieau avoir été à l'école, te fais acore à l'feos des feautes). Quant tout i-est fin net, j'invoie m'nartique su internet. J'ai cru que j'aveos fait eine fausse queue comme on dit au billard et que j'aveos lancher l'brouilleon puteôt que l'corrigé.

Tout défoutu, j'ai orpris m'texte et j'ai corrigé les feautes, hureus'mint, m'feimme éteot près de mi et elle a bin vu que tout i-éteot corrigé comme Madame elle l'aveot dit. J'ai cliqué su "inregistrer et inveyer", eine heure après, in orlisant m'blog, i-aveot toudis les mêmes erreurs, je n'vous raqueontent pos ichi des cacoules, ch'éteot vraimint à perte la boule.

Dins ces cas-là, on peut normal'mint queompter su Skynet. Te peux inveyer ein mail à eine brafe feimme qu'on appelle "Julie des Blogs" ou bin au service clientèle. Julie, cha fait d'puis l'meos d'novimpe qu'elle ne répeond pus, pétête qu'elle ne ouèfe pus et l'service clientèle, i-a pos à dire, li i-t'rinvoies ein messache : "nous avons bien pris note de votre mail et réponse vous sera donnée pendant les heures ouvrables", comme j'aveos invéyé cha pindant ein jour d'sémaine à onze heures au matin, j'n'ai pos compris pourquoi j'n'ai jamais orchu d'répeonse. J'ai fait ein deuxième essai pou l'même résultat, j'attinds toudis après ein contact. Comme l'Manitoba, Skynet n'répeond pus. A m'mote qu'on coûte trop tcher et ch'est eine façeon comme eine eaute de nous inveyer pourméner

Neon mais allo quoi, t'as mis eine adresse et te n'répeonds pos ch'est comme si j'te dis elle a ein mail mais elle n'a pos internet, Nabila des "Anches de l'réalité", elle areot seûrmint comminté ! J'ai vu cha pa hasard pasque des machins ainsin ch'est pos m'tasse de thé.  

J'aveos fait appel à ein garcheon qui ouèfe dins l'élestronique, l'roi du disque dur, l'Mozart du clavier, l'espécialisse de l'soris (d'ordinateur) pou li d'minder ein consel. J'ai été vite fixé, i-m'a invéyé ein SMS qui diseot  : "g bo vérifier , g po vu 1 fote". Ch'est pos eine questieon qui n's'aveot pos orli, tout biêt'mint, i-n'sait pos écrire autermint. J'vas béteôt aller suife des études, optieon SMS et lanque des jeones

Cha m'rappelle quand j'aveos été acouter eine conférince d'ein prof d'université, pou li avoir s'diplôme, i-aveot défindu ein mémoire su... l'mémoire. Après chinq minutes, j'ai d'mindé à m'visin : "I-cause in inglais ?" et l'eaute i-m'a répeondu : "Neon, neon ,ch'est du français", pou bin s'faire comprinte, i-a lors écrit des meots au tableau et quand j'ai vu l'phrase : " il faut mantaliser le sujet", j'ai, comme à l'pétite école, lever m'deogt et j'li ai dit :

"Mossieu, j'pinse qui feaut ein e à mentaliser"

Ave l'air de s'foute d'mi, i-a dit : "le sujet n'est pas là, ne nous laissons pas distraire, que disais-je, ah oui, je parlais de la mémoire, où en étais-je ?" et tout l'auditoire i-a bin ri d'mi. Pou eusses, les lettrés du vingt et unième sièque, j'éteos l'Mathusalem de l'assistance publique, l'annochint d'service, l'cultivateur venu sans s'tracteur. J'ai pos voulu leu dire que je n'aveos pos les mêmes critères, que j'parleos l'lanque de m'mamère, celle que j'aveos apprise in primaire et secondaire. Ch'est vrai que lire les lifes de l'tournisienne Colette Nys-Mazure cha apporte de l'culture, mais pou comprinte eine BD, i-n'a que les imaches à raviser. 

I-a eine eaute affaire qui s'passe, comme vous l'adveinez, j'écris mes artiques à l'avanche et j'clique su "publier le jour et l'heure" que cha deot venir su l'écran. Treos feos que m'n'artique i-n'éteot pos paru eine demi-heure après l'moumint souhaité. J'ai du l'orprinte et l'lancher mi-même. 

J'vas faire vérifier m'n'ordinateur pasque j'pinse que l'diape i-est d'dins ou bin ein virus, ou bin ein espion, on va vite l'découvrir, j'vas d'mindé eine orcherche à Belgacom, si eine perseonne malveillante intre dins vo n'ordinateur elle peut ête poursuivie in justice.

Aujord'hui, j'vas vous raqueonter l'dernière blaque qui est arrivée à Fifinne, l'feimme d'Edmeond. 

Eine feos pa meos, elle va chez l'docteur pou prescrire ses médicamints. I-prind l'poids (ch'est pos elle qui va foute s'balanche in l'air ave ses quarante-siept kileos tout habillée), i-acoute s'coeur (qui n'bat que pou Edmeond comme elle li dit à chaque feos et l'malhureux toubib, i-comminche à d'avoir assez d'toudis intinte l'même), i-ravise ses orelles (j'intindreos soupirer eine mouque qu'elle li répète à chaque feos, li i-fait simblant qu'i-l'a pos intindue), i-la fait tousser comme ein poncieu (cha n'chiffle pos dins ses poumeons), i-prind l'tinsieon (elle est à dix-siept pasqu'elle s'a énervée dins l'salle d'attinte, ch'est les mêmes magazines depuis dix meos et elle les conneot par coeur) et i-termine in li faisant ouvère l'bouque.

Après chinq minutes, Fifinne, elle n'a pus d'salive, elle a l'gorche tout orsèquée, les mâchoires qui comminchent à tirer, elle a mau jusque dins s'tiête, elle attrape l'souglou, bref, elle sait au moinse pourquoi elle est v'nue vir l'docteur.

Elle n'in peut pus et dit :

"Docteur, asteur, j'peux fermer m'bouque".

Li, sans l'orwettier li répeond :

"laicher là acore ouvere, i-a pos d'danger, i-a pos d'mouques à miel".

Quand i-a eu fini d'écrire s'n'ordonnance, i-li a dit ainsin :

"Asteur, vous pouvez rintrer vo lanque et fermer vo bouque, chinq minutes de calme, cha fait du bin, savez". 

Edmeond qui n'aveot acore pos dit eine parole (i-a jusse l'dreot de s'taire), i-a orwettié l'médecin et li a dit : 

"Mo Dieu, vous avez trouvé l'ormète pou l'guérir de s'besoin d'toudis parler, vous m'avez moutré commint faire pou avoir l'silence à m'maseon".

In sortant du cabinet d'consultatieons, Fifinne aveot d'jà ortrouver s'lanque, Edmeond i-a compris que ch'éteot ein trait'mint timporaire et qui n'falleot pos in abuser (ne pos dépasser l'dose indiquée, chinq minutes, eine feos par meos, chez l'docteur). 

(lexique : jeué : joué / ormarquer : remarquer / bramint : beaucoup / amisse : ami / feautes : fautes / l'artique : l'article / l'louque : la louche / lancher : lancer / défoutu : désabusé / orpris : repris / l'feimme : la femme / inveyer : envoyer / raqueonter : raconter / des cacoules : des mensonges / queompter : compter / novimpe : novembre / pétête : peut-être / ouèfe : du verbe ouvrer, travaille / orchu : reçu / toudis : toujours / à m'mote : selon moi, à mon idée / tcher : cher / pourméner : promener / seûrmint : sûrement / ein garcheon : un garçon / l'soris : la souris / ein consel : un conseil / orli : relu / biêt'mint : bêtement / autermint : autrement / béteôt : bientôt / suife : suivre / l'lanque des jeones : le langage des jeunes / acouter : écouter / des meots : des mots / m'deogt : mon doigt / s'foute d'mi : se moquer de moi / eusses : eux / sièque : siècle / l'annochint : l'innocent / m'mamère : ma mère / l'moumint : le moment / orprinte : reprendre / l'diape : le diable / aujord'hui : aujourd'hui / l'blaque : la blague / l'balanche : la balance / comminche : commence / les orelles : les oreilles / eine mouqe / ein poncieu : un essouflé / chiffler : siffler / ouvère : ouvrir / l'bouque : la bouche / orséquée : desséchée / elle à mau : elle a mal / l'souglou : le hoquet / au moinse : au moins, pour le moins / vir : voir / asteur : maintenant / orwettier : regarder / laicher : laisser / eine mouque à miel : une abeille / jusse : juste / l'dreot : le droit / l'ormète / l'maseon : la maison)

(S.T. avril 2013) 

16:43 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

J'ai compris l'essentiel, mais pas tout! Ah l'informatique... Bon week-end Serge malgré la pluie.

Écrit par : Un petit Belge | 26/04/2013

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Serge,
J'ai essayé de comprendre, je ne comprends pas tout, mais ça va mieux, (rires).
J'espère que tu vas bien.
Bonne soirée, bisous.
Bravo pour tes textes.

Écrit par : Mousse | 27/04/2013

Répondre à ce commentaire

Raconter "in Tournisien" une série d'ennuis informatiques, " i feaut l'fair' !" Cela serait bien utile de glisser ces avatars sur les feuilles "mode d'emploi" qui accompagnent les nouveaux achats de PC etc.
Beon diminche ! -- Jacques

Écrit par : jacques DE CEUNINCK | 28/04/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.