13 avril
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (219)

Eine orcette bin tournisienne.

Jeudi, après-deîner, aux invireons d'eine heure, j'éteos là comme ein béard pa d'vant m'n'ordinateur et je me demindeos, bin infarfouillé, quoisque j'alleos acore bin pouvoir vous raqueonter. J'éteos fin réhusse quand l'cloquette de mes mails s'a fait intinte, elle m'avertisseos que j'aveos ein nouvieau messache in attinte. 

Cha v'neot d'eine lectrice de mes artiques, eine brafe tournisienne nommée Monique, eine surdouée d'l'informatique, eine espécialisse dins les arpes généologiques. Elle m'inveyeot l'orcette du podinque. Infin éteot dévoilé l'secret de m'gramère, elle que j'considéreos comme l'reine des cuisinières. J'vas m'in inspirer pou vous aider à l'réaliser.  

Attintieon mes gins, ov'là ichi in esclusivité, l'podinque comme on l'fait à Tournai.

Commint faire ein beon podinque ? 

J'vas tout d'abord vous deonner l'liste des ingrédients nécessaires, pasque vous devez, au moinse, savoir avec quoi i-feaut l'faire.

Cinq chints grammes d'pain rassis (des restants d'pain de l'sémaine, pain blanc, cramique, petits pains...), ein lite d'lait et quarante chintilites que vous mettrez à part, deux chint chinquante grammes d'rogins d'Corynthe, treos oués, ein paquet d'crème vanille in poudre, ein paquet d'chuque vanillé, chint chinquante grammes d'chuque semoule, deux chint chinquante grammes d'castonnate brune (si on truèfe de l'castonnate de l'marque Couplet dins ein magasin ch'est acore meilleu pasque ch'est ein beon produit tournisien) et, pou faire plaisi à vo n'heomme, deux p'tits verres à goutte de rhum. 

L'podinque i-s'prépare toudis de l'velle. Vous devez commincher, dins à saladier, pa mette trimper vo pain dins l'lite de lait. Vous touillez à l'feos pou que l'pain i-soiche bin ramolli et que, bin seûr, les croûtes i-n'soichent pus durtes. Après vous mettez l'saladier au frigueo pou 24 heures. Dins les 40 cl d'lait restant, vous mettez trimper les rogins d'Corynthe tout l'nuit, pou qui soichent bin greos. Vous obliez l'tout jusqu'au lind'main in espérant que vo n'heomme i-n'ira pos querre eine pinte dins l'frigueo pindant l'match d'fotbal, ein consel faites cha l'jour de l'diffusieon d'Dierick, pou seûr, i-va s'indormir pa d'vant l'télé.  

Prenant vo saladier, l'lind'main, vous allez vir que l'pain i-est démélé, vous allez alors li ajouter les oués intiers (l'guéaune et l'blanc, j'précisse bin, à l'feos que vous n'savez pos c'que ch'est d'des oués intiers). Vous mettez aussi tout l'paquet d'crème vanille, l'chuque vanillé, les rogins ave l'lait dusqu'i z'eont trimpés, l'chuque semoule et l'castonnate. Ave vos mains, vous mélingez bin, vous allez alors ajouter les deux verres de rhum (eh là-va ! j'vous ai vue Madame, vous avez bu eine pétite goutte à l'boutelle, cha n'se fait pos savez... ch'est beon pou eine feos !).

Asteur, i-est temps d'précauffer vo four pindant dix minutes à 200°. Vous avez tout jusse l'temps d'verser vo préparatieon dins ein plat à gratin bin beurré ou bin dins eine tourtière tout aussi bin beurrée. Dins l'prumier cas, vous arez ein podinque bin moëlleux, dins l'deuxième i-s'ra ein peu pus sèque. Quançque l'four i-est à point vous n'obliez pos d'baisser l'thermostat su 160° et vous infournez pou eine heure et quart. Si vous cuisinez au gaz, l'thermostat i-deot ête su six ou bin siept (on veot que j'ai suivi, pindant des ainnées, les cours d'Michel Oliver, d'Louis Willems, d'Jean Pierre Coffe ou bin acore d'Maïté).

Sintez ichi l'naque qu'i-a invahi vo cuisine et si vous avez, eine guisse, forché su l'rhum, l'part des anches, elle va parfeumez tout vo logis. 

Vous pouvez asteur défourner vo podinque et l'laicher orfroidir

L'pire des supplices cha va ête pou vous d'attinte que vo n'heomme et vos infants rintent à l'maseon. 

I-n'faudra pos lommint pou que vos p'tits rotleots soichent autour de l'tape in train d'batt'lier pou l'ceu qu'i-ara l'prumière tranque et l'mari i-attindra l'beon momint d'jà ave eine pinte à s'main.

L'source de ceulle orcette, elle éteot signée Toinette, elle écriveot dins "Les Infants d'Tournai",  l'neom de l'gazette disparue sans tambours, ni trompettes.

(sources : eine orcette : une recette / après-deîner : après-midi / ein béard : un nigaud / pa d'vant : devant / infarfouillé : embarrassé / raqueonter : raconter / ête fin réhusse : être indécis / l'cloquette : la clochette / les artiques : les articles / les arpes : les arbres / l'podinque : le pudding / l'gramère : la grand'mère / ov'là : voilà / pasque : parce que / au moinse : au moins / ein lite : un litre / des rogins : des raisins / des oués : des oeufs / du chuque : du sucre / de l'castonnate : de la cassonade aussi appelée vergeoise en France) / si on truèfe : si on trouve / acore : encore / toudis : toujours / commincher : commencer / trimper : tremper / touiller : mélanger / durtes : dures / greos : gros / oblier : oublier / querre : chercher / ein consel : un conseil / pou seûr : pour sûr, certainement / l'guéaune : le jaune / précauffer : préchauffer / tout jusse : tout juste / sèque : sèche / quançque : lorsque / les ainnées : les années / l'naque : la bonne odeur, le parfum / eine guisse : un petit morceau, un fragment, ici tulisé pour un petit peu / forché : forcé / l'laicher orfroidir : le laisser refroidir / attinte : attendre / lommint : longtemps / les rotleots : les roitelets, désigne les petits enfants / soichent : soient / l'tape : la table / batt'lier : batailler / l'ceu : celui / l'prumière tranque : la première tranche).

(S.T. avril 2013).

09:51 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

J'en préparerais bien un cet après-midi tien!!!
Merci Toinette, merci Monique et merci à vous Serge pour cette recette et le plaisir de vous lire que je partage avec d'autres. Bon dimanche à vous et tous ceux que vous aimez

Écrit par : VéroGrim | 14/04/2013

Répondre à ce commentaire

Bon dimanche ensoleillé Serge!

Écrit par : Un petit Belge | 14/04/2013

Répondre à ce commentaire

Mes comarates d'l'atéyé d'lanque et culture picardes m'eont dit qu'is alleottent nous in préparer. Attintieon avé l'rhum! Is pourreottent êt' rostes avant l'fin de l'réunieon.

Écrit par : Platevoet Gérard | 16/05/2013

Répondre à ce commentaire

Em pétite note rien qu'à mi: ej' trimpe mes rojins dins el'goutte; mé cha
ché pou les guelards com'mi!
El castonate Couplet, ché ed pu in pu dur d'in trouver, in' da
al bouling'rie Maes à Rumillies
au Moulin à Gaurain
à ène boutic d'alimintatéion à Pieronnes et ène à Havinnes
Béon appétit à tertousses, mi, rien qu'à lire el'recette, j'in bav'ed'ja.

Écrit par : Régine Mahieu | 17/05/2013

Répondre à ce commentaire

Bravo pour le patois tournaisien qui ajoute encore sa note savoureuse aux recettes.
Je crois connaître Régine.... Lycée de Tournai?
A l'époque (années 60-70), dans cette institution, il n'était pas question de prononcer un seul mot en patois.
Cordialement,
Andrée

Écrit par : crepin | 02/06/2013

Merci Régine pou les adresses dusqu'on trouèfe acor de la castonate pasque mi m'boulinger i-n'sait pus d'avoir ou bin i-n'veux pus in vinte.

Écrit par : l'Optimiste | 17/05/2013

Répondre à ce commentaire

Heureux de t'accueillir comme lectrice de mon blog, Andrée, ah, il est bien loin le temps où nous habitions le boulevard Bara ! Serge l'Optimiste.

Écrit par : l'Optimiste | 02/06/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.