05 avril
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (218)

L'caleur, queu malheur !

Ceulle feos ichi, ch'est presque seûr, l'radio l'a anneonché, l'hiver i-va béteôt nous quitter, à l'mitan de l'sémaine qui vient i-est terminé, vous pouvez, mes gins, ête rasseurés

J'vous intinds d'jà dire : "Ch'est vraimint pos dammache, on va pouvoir infin faire des écolomies d'cauffache". Ch'est drôle, comme les gins i-attintent l'bieau temps comme ein cat après eine soris, mais mi j'vous l'dis, ch'est pétête vrai pour vous mais... pos pour mi.

I-a pos à dire mais l'hiver, ch'est les six meos que j'préfère. Quand arrife l'Toussaint, j'frétile comme eine alevin. Novimpe et s'n'habituel cortèche de brumes et d'brouillards qui deonnent à nos paysaches, ein aspect presque bizarre, décimpe, l'meos des fiêtes, des grands plucaches et des saints qu'on beot, l'momint des illuminatieons, des marchés d'Noë, de l'joie des p'tits rotleots, janvier, ses voeux, s'lindi perdu, ses soirées à l'écrienne propices à l'causette et l'neiche qui deonne ein air presque prope à nos rues et à nos rulettes, féverrier et l'vint du Nord qui vint chiffler dins les quémeinées pindant que, l'soir, bin infonché dins vo fauteul vous raviser l'télé. Mars et ses gruéaux qui tapent su les ferniêtes avant d'finir su les pavés in orbodissant eine dernière feos pou feondre comme à regret.

J'aime ces leongues soirées quand tout est calme, quand les quartiers de l'ville s'indorme'tent fin tranquiles, si on intind, à l'feos, berler ein quervassin qui a bin du mal à ortrouver s'quémin, si l'heomme pour ein peu s'récauffer, i-a bu ein peu treop d'gouttes dins ein estaminet, l'lari qui fait pas l'tapis d'neiche i-est bin vite étouffé.

Su les routes, les auteos roule'tent bin prudammint, pos d'accélératieons brutales et acore moinse de coups d'frein, on a bin treop l'esquite de glicher et d'aller buquer dins ein muret. L'neiche elle imbellit l'paysache et rind pétête les gins ein peu pus saches.

Automne et hiver, ov'là deux belles saiseons, à passer près de l'busse, bin au quieaud, dins s'maseon.  

Mais tout cha ch'est bin terminé, feaut s'in faire eine idée, hélas, des bieaux jours, on va fiêter l'ortour.

Les bieaux jours ! Treos meots qui, pour mi, seont ein véritape malheur, car, comme vous l'avez adveiné, je n'supporte pos l'caleur. Tout d'abord, si l'freod conserve, l'queaud fait viellir, ch'est ein principe de physique, veyez les gins des pays nordiques, à soixante ans, i-ont acore l'pieau bin élastique et ein corps athlétique mais si on va vife pa d'zeur l'Méditerranée, pour seûr qu'à chinquante ans, t'as d'jà t'peiau toute ridée et l'corps décharné. Quand à Oslo, t'as acore l'peiau bin nette, dins les pays d'solel, t'as d'jà l'air blet.

Les nuits d'été, ch'est toudis l'même dilemme où te serres l'cassis pou ti n'pus intinte l'bruit et te crèves d'quieaud dins t'lit ou bin t'aères à profusieon, pour fraîquir l'maseon et te t'fais bouffer pa les piqu'reons.

Si à midi, su l'hierpe, dins t'gardin, te veux minger, t'as les mouques à miel et surtout les guèpes qui, autour de ti, vienn'tent tourner, prêtes à 't piquer si jamais t'as l'idée, d'ein geste de l'main, de définte l'nourriture que su l'tape t'as posée.  

Ahais, l'été, ch'est guèpes au solel et piqu'reons pindant l'sommel.

Et in puque, t'es toudis in train d'suer, si t'ormues ein bras, te t'mets à dégouliner et pour aller pourméner i-feaut attinte que l'soir soiche cait. Du matin au soir, j'restereos bin dins l'baignoire. Vous n'pouvez pos imagnier comme toutes ses caleurs, jour après jour, fatiguent no coeur. 

L'paufe quervassin qui, l'hiver, alleot tout bouboule s'quémin pindant les soirées d'été i-est multiplié pa chinquante ou pa chint et les cris et les cancheonnes par tous les quartiers de l'ville ou les faubourgs réseonnent. L'ainnée où i-a l'coupe du meonte d'fotbal, là je n'vous raqueonte pos l'bacchanale, pou fiêter les qualificatieons, ch'est vuvuzelas ou coups de klaxeons, et même bin tard, à l'feos, si i-a eu des prolongatieons. Dins les camps, les vaques s'mettent souvint à meugler que te viens à peine d'caire dins les bras d'Morphée et l'coq des visins cante avant chinq heures au matin. Vu ainsin ch'est d'jà pos fort gai mais l'pire i-va seul'mint arriver, pindant chinq meos, l'rhume des foins va m'faire éternuer, vingt feos, trinte feos d'affilée. M'feimme elle m'a d'jà préparé pus d'chinquante mouchoirs et pour elle ch'est eine saprée corvée, elle deot les laver tous les soirs, j'ai bin essayé les ceusses in papier mais j'attrapeos des catoupis à m'nez. J'sus allergique à tout : au bouleau (l'arpe bin seûr), aux graminées, à l'poussière de maseon, aux poils de cats et d'tchien et même aux pleumes de carnarin. Pindant des meos, j'ai l'ouel qui pleure, l'nez qui goutte, l'orelle qui s'bouche et pindant tout l'jour... j'me mouche. Si on d'veot jeuer ein jour l'comédie musicale "Blanche Neige", j'm'inscris au casting pou ête ein des nains, neon, neon pos Simplet, réfléchissez bin ? 

Mi, quand arrife l'fin d'l'été, j'sus total'mint usé, j'attinds l'meos d'sétimpe pou infin m'orposer. 

Alors... alors, j'dors comme ein bébé, je m'laiche tout douch'mint glicher vers l'hiver et ses bienfaits, j'ortruèfe des heures esquisses, j'comminche à réver de banquise, j'imagine que j'sus ein pinguin et je m'sins fin bin et au momint où Carla Bruni, dins s'cancheon, comminche à parler d'mi, je m'réveille tout in sueur, dins m'lit. 

Final'mint... j'vous ai raqueonté m'vie ou bin acore bramint d'mintiries ? A vous d'queusir, j'vous souhaite de bin profiter du bieau temps qu'i-va (pétête) arriver !  Pou beauqueop l'bieau temps anneonché pa l'météo ch'est ein bonheur, pour mi, l'beon temps i-est oute, i-va acore falloir  attinte six leongs meos, queu malheur ! 

(lexique : l'caleur : la chaleur / ceulle feos ichi : cette fois-ci / seûr : sûr / anneonché : annoncé / béteôt : bientôt / l'mitan : la moitié / mes gins : mes gens / rasseuré : rassuré / dammache : dommage / les écolomies : les économies / l'cauffache : le chauffage / ein cat : un chat / eine soris : une souris / pétête : peut-être / les meos : les mois / novimpe : novembre / décimpe : décembre / les grands plucaches : repas importants, banquets de société / les saints qu'on beot : les saints qu'on boit, les fêtes patronnales / les rotleots : les roitelets, par extension les petits enfants / les soirées à l'écrienne : les veillées bien souvent uniquement éclairées par les lueurs de l'âtre / prope : propre / les rulettes : les ruelles / féverrier : février / chiffler : siffler / les quémeinées : les cheminées / infonché : enfoncé / ein fauteul : un fauteuil / raviser : regarder / les gruéaux de mars : les giboulées de mars / les ferniêtes : les fenêtres / orbodissant : rebondissant / à l'feos : parfois / berler : crier, hurler / ein quervassin ; un ivrogne / l'quémin : le chemin / récauffer : réchauffer / l'lari : le joyeux tumulte / acore moinse : encore moins / avoir l'esquite : avoir peur / glicher : glisser / buquer : taper / saches : sages / ov'là : voilà / l'busse : la buse (du poêle) / quieaud : chaud / l'ortour : le retour / véritape : véritable / adveiner : deviner / l'caleur : la chaleur / pa d'zeur : au-dessus, au-delà / serrer l'cassis : fermer le chassis (parfois employé pour désigner la fenêtre) / fraîquir : rafraîchir / les piqu'reons : les moustiques / l'hierpe : l'herbe / l'gardin : le jardin / minger : manger / les mouques à miel : les abeilles / définte : défendre / ahais : oui / ormuer : remuer / pourméner : promener / caire : tomber / chinquante : cinquante / chint : cent / les cancheonnes : les chansons / les vaques : les vaches / les visins : les voisins / saprée : sacrée / les ceusses : ceux / des catoupis : des chatouilles / l'arpe : l'arbre / ein tchien : un chien / les pleumes : les plumes / l'carnarin : le canari / l'ouel : l'oeil / l'orelle : l'oreille / jeuer : jouer / sétimpe : septembre / esquisses : exquises / l'cancheon : autre mot pour chanson / comminche : commence / raqueonté : raconté / bramint : beaucoup / les mintiries : les mensonges / queusir : choisir / beauqueop : beaucoup / oute : passé / leongs : longs).

(S.T. avril 2013).

16:32 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Je suis allé vendredi à Tournai : Musée d'Histoire Militaire, "La Bourse aux livres" et le café "La vie est belge" le long des quais. Très chouette après-midi. Concernant le musée, il y a de belles collections, l'accueil est très agréable, le prix d'entrée de 2,50 euros très démocratique, mais le musée a besoin d'une rénovation, il est dommage que les deux guerres soient mélangées dans une même salle (c'est parfois un peu brouillon) et les panneaux les plus importants devraient être bilingues (car il y avait 2 visiteurs flamands dans le musée ce vendredi). Voilà mon avis en toute objectivité. Les photos du bombardement de Tournai en mai 1940 m'ont particulièrement marqué car il ne restait vraiment plus grand chose.

Par ailleurs, as-tu déjà consacré des articles à Barthélémy Dumortier, Bruno Renard et Roger Delannay dont j'ai noté le nom car je n'en avais jamais entendu parler?

Merci d'avance pour ton aide.

Écrit par : Un petit Belge | 06/04/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour Petit Belge, si tu m'avais averti de ta visite je t'aurais rencontré avec plaisir !

En ce qui concerne Roger Delannay, je lui ai consacré un article le 25.06.2009, j'évoque également régulièrement Bruno Renard au sein d'articles consacrés à l'architecture quant à Barthélémy Dumortier, un article lui sera bientôt consacré, je recherche un complément d'information.

Pour retrouver les sujets déjà traités, il te suffit de taper le nom du personnage, du lieu ou une date dans le cadre "rechercher" + o.k. situé dans le bas de la colonne de droite (juste après les liens dans lesquels ton blog figure) et tu verras rassembler sur une ou plusieurs pages tous les articles qui traitent du sujet. Bon dimanche. Serge

Écrit par : l'Optimiste | 07/04/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.