29 mars
2013

17:38

Tournai : expressions tournaisiennes (217)

Beonnes Fiêtes de Pâques et surtout n'obliez pos d'canger l'horloche !

Pâques, ov'là ein meot magique, même si beauqueop ont oblié s'sens profeond de l'Résurectieon, i-reste au feond des coeurs l'symbole du retour du Printemps, des p'tits osieaux et de l'apparitieon des prumiers bourgeons. 

On in a (presque) fini ave l'hiver et s'cortèche de misères, i-va faire désormais clair jusqu'à nulle heure puisqu'on va, pindant l'nuit, canger les heures. 

L'cang'mint d'heure, inter nous, cha a été eine riche trouvalle et cha date d'jà d'millle nuef chint septante treos (quand les ceusses de l'OPEP i-aveot'ent serré les robinets à pétrole), cha fait quarante ans que je n'sus toudis pos d'accord pasque j'sus conte toutes les manipulatieons. 

Ch'est pou faire des écolomies d'énergie qu'on nous a dit, bé ahais, ch'est surtout pou faire marcher l'commerce pus lommint de l'nuit, et pindant tout l'été ainsin, les terrasses des bistreots i-seont pleines jusqu'à eine heure au matin, ch'est fiête pou les osieaux d'nuit et les quervassins et in puque, cha beot, cha parle fort, cha berle et puis, tout à n'ein queop, d'ssus, cha s'buque, i-feaut alors faire v'nir quate ou chinq policiers pou calmer ces artisses et tout cha, bin seûr, ch'est ave nos liards, ch'est pos gratis ! Asteur, si te deos ouvrer l'lind'main au matin, te peux mette des boules dins tes orelles pasque les wiseux i-n'orwettent pos leu rével. Ch'est vrai qu'asteur on n'ravise pus à la tranquilité de s'visin, on reste à berler in plein mitan de s'gardin.

Ch'est les Pâques !

On n'veot pus su l'Marché aux Fleurs du Verdi Saint les belles dames venir étrenner leu nouvelle toilette, fin mars, i-fait bin treop freod et i-a beauqueop d'orwettiants et des acateux presqu'à l'sauvette. Ch'est fini l'temps, des bieaux capieaux et des ombrelles, asteur, on prind s'parapuie pou s'protéger de l'grêle. Vous riez, mais i-n'faudreot pos ête étonné, les gruéaux d'mars i-n'seont pos 'core cait. I-a fait beon à l'Noë, à Pâques on va ête ingélé.

Des infants, on n'in veot pus bramint queurir l'diminche au matin au feond du gardin pou trouver sous les sapins ou les arums, les ouès d'Pâques que Marie-Pontoise, l'cloque de l'cathédrale, elle aveot laicher caire in orvenant d'Rome. 

Mais i-a quand même eine cosse qui n'a pos cangé, ch'est l'lindi d'Pâques au Meont de l'Ternité. Quate ou chinq milles perseonnes veont faire à l'Marche à bâteon, i-veont in bande joyeusses déquinte et ormonter l'meont, passer dins les p'tits qu'mins, dins les beos et les pâtures, cacher après ein passache inter deux héyures et après avoir chifflé eine crasse pinte ou bu eine beonne bière, i-veont, pétête, bin minger au sommet du Meont Saint-Aubert. I-ara des joueux d'accordéon pou faire valser les gins et même eine messe in patois tournisien.

Nous eautes, à l'maseon, comme tous l'z'ans, on va minger du bédeo ave des croquettes et d' z'hariqueots, j'sins d'jà l'beonne naque d'ale comme dins les maseons provencales.

Saim'di au soir, j'vas acore ête de corvée, toutes les pindules, j'vas devoir les avancher, j'ai d'jà fait l'queompte, j'd'ai pou eine demi-heure pou tout ormette à l'beonne heure, hureus'mint que su certains apparels élestroniques, l'cang'mint i-est intièr'mint automatique. In octope, ch'est pire acore pasque que là i-feaut les orculer et j'deos faire l'tour de l'horloche tout intier pou les régler. J'comminche toudis ceul ouvrache à siept heures au soir et bin que j'orcule d'eine heure, espliquez-me pourquoi quançque j'ai fini, i-fait tout noir. Neon, neon, vous n'me ferez pos canger d'opinieon, mi, ch'est seûr, j'appelle cha eine manipulatieon.  

Edmeond i-m'a dit pou m'rasseurer ou bin puteôt pou m'consoler :

"Eine de puque ou eine de moinse, on est quand même toudis roulé pa les ceusses qu'on a éli pou nous diriger, tout c'que rêve'tent nos édiles, ch'est comme si ch'est l'évangile, on a appelle cha, d'puis toudis, l'seo du pouvoir, asteur, on va jusqu'à décider quançqu'i-f'ra noir".

Vous savez ce qui m'f'reot l'pus plaisi, ch'est de m'laicher ein commintaire, si, à l'feos, lindi au matin, vous avez oblié d'canger l'heure et que vous êtes acore à celle d'hiver !

In attindant, l'Optimisse vous souhaite eine beonne fiête de Pâques. 


(lexique : ov'là : voilà / beauqueop : beaucoup / oblié : oublié / les osieaux : les oiseaux / prumiers : premiers / canger : changer / l'cang'mint : le changement / inter nous : entre nous / mille nuef chint septante treos : mille neuf cent septante trois / serré : fermé / toudis : toujours / les écolomies : les économies / ahais : oui / lommint : longtemps / ainsin : ainsi / les bistreots : les cafés / les quervassins : les ivrognes / et in puque : et de plus / cha beot : cela boit / cha berle : cela crie fort / tout à n'ein queop : tout à coup / s'buquer d'ssus : se taper dessus, se bagarrer / les artisses : les artistes / les liards : l'argent / ouvrer : travailler / les wiseux; les oisifs / orwettier : regarder / asteur : maintenant / raviser : regarder / l'visin : le voisin / in plein mitan : au beau milieu / l'gardin : le jardin / Verdi : vendredi / treop freod : trop froid / les orwettiants : les pectateurs / des acateux : des acheteurs / les capieaux : les chapeaux / l'parapuie : le parapluie / les gruéaux d'mars : les giboulées / caire : tomber / l'Noë : la Noël / ête ingelé : être gelé, avoir bien froid / bramint : beaucoup / queurir : courir / les ouès : les oeufs / laicher : laisser / orvenant : revenant / eine cosse : une chose / l'Meont de l'Ternité : le Mont de la Trinité, autre désignation du Mont Saint-Aubert / déquinte : descendre / ormonter : remonter / les qu'mins : les chemins / les beos : les bois / les pâtures : les prairies / les héyures : les haies / chiffler : boire d'une seule lampée / pétête : peut-être / nous eautes : nous autres /  l'bédeo : l'agneau, jeune mouton / l'z'hariqueots : les haricots / l'beonne naque : la bonne odeur, le parfum / l'ale : l'ail / avancher : avancer / l'queompte : le compte / ormette : remettre / hureus'mint : heureusement / octope : octobre  / commincher : commencer / ceul ouvrache : ce travail / neon : non / seûr : sûr / rasseurer : rassurer / puteôt : plutôt / ein de puque ou eine de moinse : une de plus ou une de moins / les ceusses : ceux / éli : élu / l'seo du pouvoir : al soif du pouvoir / quançque : quand, lorsque / l'plaisi : le plaisir / laicher : laisser / à l'feos : parfois).

(S.T. Mars 2013). 

17:38 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : tournai, patois, picard |

27 mars
2013

08:44

Tournai : les festivités d'avril

Le mois d'avril débute par les vacances de Pâques, il y a moins d'activités festives durant cette période ce qui a pour conséquence que le programme est un peu moins étoffé par rapport aux précédents, mais la qualité et la diversité sont néanmoins présentes.


Du 1er au 14, Esplanade du Conseil de l'Europe : "La Fête des Animaux", création 2013 du cirque Alexandre Bouglione.

Lundi 1er, Mont Saint-Aubert : "traditionnelle marche à bâton" du lundi de Pâques, festivités diverses, exposition.

Mercredi 3, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "La vie n'est qu'une succession de naissances faites de rencontres et de séparations" par le psychosociologue et écrivain français Jacques Salomé

Samedi 6 (20h) et dimanche 7 (16h), Halles-aux-Draps : "L'ormise à Nuèf", spectacle patoisant des Filles, Celles Picardes.

Dimanche 7, Eglise Saint-Piat, 15h, "Le quartier Saint-Piat revisité", promenade découverte en compagnie de l'Association des Guides de Tournai.

Mercredi 11, Maison de la Culture, salle Lucas, 20h30 : spectacle de " Marc Herman", l'humoriste belge bien connu.  

Samedi 13, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 14h30 : "Le monde Magique de Chantal Goya". Un spectacle familial pour bien terminer les vacances scolaires.

Mecredi 17, Maison de la Culture, salle Lucas, 20h : "En toute quiétude", tragi-comédie de et avec Jean Luc Piraux.

Mercredi 17, Espace Choiseul, "A la rencontre du sport adapté" en présence de Christophe Hindricq, handbiker aux Jeux Olympiques de Londres 2012.

Jeudi 18, Maison de la Culture : "La cancérologie au XXIe siècle", conférence par le docteur Jean Pierre Dumont dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Vendredi 19, Espace Coworking, rue de Pont 6, 9h30 : "Le Burn-Out au point de vue de la philosophie" par Pascal Chabot, philosophe, auteur de "Global Burn-Out", prix Psychologie magazine 2013, dans le cadre des rencontres Culture-wapi.

Vendredi 19, Maison de la Culture, salle Lucas, 20h : "Et pis un jour", spectacle en picard par Christiane Calonne et Jacques Dupuich. 

Vendredi 19, église Saint-Nicolas, 20h : "Cors à Cors", concert de cornemuses, cors de chasse, cors des Alpes, cors et orgues, une organisation des Amis de Tournai.

Vendredi 19, samedi 20 et dimanche 21, esplanade du Conseil de l'Europe : "11e Custom meeting international". 

Samedi 20, salle du Forum, 20h : Le Jazz Music Orchestra en concert dans le cadre de la parution de son nouvel album "Just Friends".

Samedi 20, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h " Rougemanoff" le nouveau spectacle d'Anne Roumanoff. Une organisation de la Confrérie des Cinq Clochers. 

Samedi 20 et dimanche 21, salle La Fenêtre, "Roméo et Juliette".

Dimanche 21, Esplechin : "visite du cimetière" en compagnie de Marcel Beaucarne à la découverte de l'histoire de familles et du village frontalier. 

Dimanche 21, église du Sacré-Coeur, 16h : "concert de chorales" avec la Chanterelle, la Cantilène et la Chanterie. 

Mardi 23, Maison de la Culture, salle Lucas, 20h : "La Vieille et la Bête" spectacle avec Ilka Schönbein (comédienne) et Alexandra Lupini (musicienne).

Mercredi 24, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "Benjamin Bioley" en concert.

Jeudi 25, Maison de la Culture : "Espace public, territoire et citadelle" conférence par Daniel Bodson, professeur à l'UCL dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Vendredi 26, collège Notre-Dame, à partir de 17h : " RockauCo" avec Alouest, Bathernay, Crossroads, Fanfare Toi-Même, Feel...

Vendredi 26, Maison de la Laïcité, 20h, "Cabaret Wallon", séance offerte par les membres de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien au profit des oeuvres sociales du quartier Saint-Piat et de l'Maseon du Pichou. 

Vendredi 26 et samedi 27, Maison de la Culture, salle Lucas, 20h : La Chorale est une fanfare comme une autre", une centaine de musiciens dirigés par Eloi Baudimont et Patrick Joniaux.

Du vendredi 26 au dimanche 27 : "Journées italiennes" organisées par Tournai Commerces, marché fermier consacré aux produits italiens, rallyes vespas, animations diverses sur la Grand'Place et en la Halle-aux-Draps, visites par les Guides de Tournai sur le thème des rapports de la cité avec l'Italie. 

Samedi 27, esplanade du Conseil de l'Europe, "Childrock".

Samedi 27, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 16h : "Le Cirque à trois pattes" par le Théâtre d'Oz.

Samedi 27, salle La Fenêtre, 20h : "Les nouvelles de l'Espace" avec en invité Christophe Bourdon, lauréat du jeu de Naguy "Tout le monde veut prendre sa place", chroniqueur à la RTBf...

Dimanche 28, Tournai-Expo : "Election de Miss Tournai 2013".

Dimanche 28, Halle-aux-Draps, 15 et 17 h : "conférence-dégustation de bières spéciales italiennes" par Luca Giaccone.

Mardi 30, Hôtel de Ville, salon de la Reine, 19h, "Condamné à plaider", conférence par Maître Dupond-Moretti, le médiatique avocat pénaliste français.


Expositions :

Jusqu'au 7 avril, Maison de la Culture, Espace bis : "Les manouches sur la piste".

Jusqu'au 14 avril, Musée d'Histoire et des Arts décoratifs : "Regards sur les faïences fines de Tournai, le don Cosyns"

Jusqu'au 3 mai, bibliothèque du Cerist : "Pierre TombalLa Mort... et alors" consacrée à Raoul Cauvin et Marc Hardy, les créateurs de ce héros de BD.

A partir du 26 avril, Maison de la Culture, Espace bis : exposition consacrée à "Laurent Impeduglia" du Collectif Mycose Comix-Factory. 


(programme susceptibe d'ajouts et/ou de modifications).

S.T. mars 2013 

25 mars
2013

09:33

Tournai : les chantiers refleurissent !

Il y a quelques jours, j'évoquais le timide redémarrage des chantiers dans les rues de la cité tournaisienne, un peu comme un perce-neige qui pointe ses frêles pétales au premier rayon du soleil. Cette fois, les divers engins de génie civil sont entrés en action et les grues reprennent peu à peu leurs ballets aériens.

Le quartier cathédral.

La rue du Four Chapitre à peine terminée (les pavées de la partie de droite n'étant pas encore scellés) a été, sur une demi-largeur, ouverte à la circulation pour permettre aux véhicules montant la rue des Choraux de ne pas se retrouver dans une impasse. En effet, on vient de débuter le chantier de la rue des Orfèvres. Lundi et mardi, les pavés ont été enlevés et depuis mercredi les engins creusent les tranchées pour les impétrants. Quatre mois, au moins, seront nécessaires pour la rendre, rénovée, à la circulation. Les commerces restent accessibles en empruntant de minuscules trottoirs ou supposés tels.

Sur la place Paul Emile Janson, entre la rue de l'Hôpital Notre-Dame et la rue de la Lanterne, on creuse une tranchée afin de placer de nouvelles conduites d'eau.

Très prochainement, le chantier de rénovation de la rue de l'Hôpital Notre-Dame va démarrer, il  devait, normalement, déjà être en activité depuis le 15 mars, si on en croit un communiqué de l'Administration Communale, mais l'expérience nous a appris que rarement les délais de mise en oeuvre sont respectés, il semble toujours exister une divergence de vues entre le maître d'oeuvre et la firme chargée de réaliser les travaux, en clair, les Tournaisiens ont désormais compris que la vérité de l'Administration Communale est rarement en adéquation avec celle des acteurs de terrain. L'axe gare-beffroi, emprunté quotidiennement par des milliers d'automobilistes, va donc être interrompu pendant près de six mois et il sera vivement conseillé de l'éviter si cela est possible !

Au prochain conseil communal de ce 25 mars, les édiles seront amenés à examiner l'autorisation d'ouverture à la circulation de la rue des Puits l'Eau, dans sa partie basse, fermée depuis bien longtemps mais terminée depuis de nombreuses semaines. Elle pourra être empruntée par les automobilistes à vitesse très réduite, il s'agit d'une zone partagée entre piétons-voitures. 

La tour Marie de la cathédrale Notre-Dame est la première à recevoir son corset de fer. Depuis cette semaine, des ouvriers installent l'échafaudage qui va la ceinturer pour quelques années. L'Optimiste s'est rendu sur les lieux, ce vendredi 22 mars, et a pu constater que la construction métallique dépassait déjà la moitié de sa hauteur, soit une quarantaine de mètres ! Les autres tours bénéficieront ensuite du même traitement de protection et, avant l'automne, les cinq clochers disparaîtront à la vue des Tournaisiens et des visiteurs le temps nécessaire pour se refaire une beauté. 

Sur la place Paul Emile Janson, les travaux de démolition de l'ancien immeuble du Courrier de l'Escaut situé à l'angle de la rue de l'Hôpital Notre-Dame et du Curé Notre-Dame devaient débuter il y a quelques semaines, force est de constater que rien ne bouge. No Télé et la presse régionale nous ont donné, ce jeudi 21 mars, la raison de cet immobilisme affligeant : le projet présenté par l'architecte a reçu les autorisations nécessaires mais les responsables de la Ville négocient avec lui et le promoteur quelques modifications de façon à que la bâtiment puisse mieux s'intégrer dans ce site situé jute au pied de la cathédrale. A la découverte du projet dont les photos sont parues lors du second semestre de 2012, l'Optimiste avait eu son attention attirée par quelques "détails", notamment au niveau de l'imposant gabarit, qui pouvaient faire coup de poing dans le paysage urbain du centre-ville car ils rompaient l'harmonie avec les immeubles voisins (voir l'article du 20 septembre 2012).

Sur cette même place Paul Emile Janson, il y a toujours peu d'animation au niveau du chantier du nouveau Centre de Tourisme et son ouverture n'est pas encore programmée pour demain. Il devait normalement être inauguré pour la saison touristique 2012 (avril) mais la faillite de l'entreprise chargée de la réalisation a fait perdre de nombreux mois, l'ancienne majorité avait probablement secrètement espéré de l'inaugurer à la vielle des élections d'octobre 2012, en guise de cadeau d'adieu aux Tournaisiens, mais elle a été obligée de remiser ses espoirs, la nouvelle majorité issue du scrutin d'octobre a peut-être songé faire coïncider l'ouverture du Centre avec le début de la nouvelle mandature (janvier 2013), mais ce fut encore peine perdue. 

Il va bientôt avoir du changement dans ce qu'on appelle l'ilôt Palace, du nom du cinéma qui situé à cet endroit jusqu'en 2005, la Presse locale nous annonce que le restaurant "Chez Pietro" qui se dresse encore fièrement au milieu des ruines fermera ses portes dans deux mois. Le bâtiment sera voué à la démolition mais on ne sait pas encore si le terrain accueillera des immeubles à appartements avec rez-de-chaussée commerciaux comme le souhaiterait un promoteur tournaisien ou bien un hôtel ***, rêve d'un investisseur étranger à la région, sensé prendre la succession du projet pharaonique de la "tour Michelin" rejetée par une majorité de Tournaisiens.

La place de Lille

L'immeuble de l'ancien hôtel "Aux Armes de Tournay" et la maison voisine sont en cours de rénovation, ils disparaissent eux aussi derrière un échafaudage muni de toiles plastifiées. A l'arrière, les travaux de construction d'un parking sur deux étages avancent rapidement, on peut voir ce chantier dans la rue As-Pois. 

La Grand'Place.

Le rude hiver a un peu plus attaqué les pavés de la Grand'Place. Celle-ci devait déjà faire face à l'inconscience des automobilistes (surtout français, il faut hélas le constater) qui ne respectent pas les règles de stationnement, à l'ivrognerie d'autres conducteurs qui détrusient les potelets censés délimiter les zones de circulation et la partie réservée au piéton, aux véhicules beaucoup trop lourds envoyés par un GPS capricieux qui descellent les pavés sur leur passage, voici maintenant que la partie qui supporte les jets d'eau s'est affaissée et a du être protégée par des barrières "nadar" du plus bel esthétisme. Cette jeudi, à hauteur de l'église Saint-Quentin, un ouvrier communal recelait des pavés qui jouaient un air de castagnettes au passage des piétons, tandis que d'autres plaçaient des barrières pour remplacer, provisoirement, les potelets disparus. A raison d'environ quatre cents euros le potelet, les comportements inciviques de certains coûtent cher à la population tournaisienne.

Depuis ce lundi 25 mars, la rue des Carmes qui relie l'église Saint-Jacques à la place de Lille est interdite à la circulation.

Les autres chantiers dont on parle

Tournai est la ville la plus étendue du royaume, les mandataires communaux se doivent de ne pas privilégier le coeur de la cité par rapport aux autres villages qui la composent. De nombreux chantiers vont débuter dans les prochains jours ou dans les prochaines semaines :

- renouvellement du  revêtement de voirie à la rue de la Prévoyance (poursuite du chantier dont les premières phases se sont déroulées en 2012) et à la rue du Crampon, réfection complète et pose d'un nouvel égouttage à l'avenue des Erables, réalisation de nouveaux trottoirs à l'avenue Beau Séjour et Vert Bois après Pâques, amélioration de l'égouttage à la chaussée Romaine en ce qui concerne Tournai.

- Travaux de réfection de voiries à Gaurain-Ramecroix, Kain, Bandain, Hertain, Orcq et Templeuve et sécurisation de la voie cyclable entre Tournai et Vaulx en ce qui concerne les villages.

Pour y passer tous les jours, je puis vous assurer que le chantier de l'avenue de Troyes n'évolue pas, si il y a un seul ouvrier présent, il sort probablement de la tranchée à la nuit tombée !

A la place Reine Astrid, on recule progressivement le périmètre de sécurité établi autour de la salle des Concerts, la situation se dégrade rapidement surtout en raison des mauvaises conditions météorologiques. Ce n'est probablement pas demain la veille qu'on verra les ouvriers entrer en action. Les plans de rénovation ont été présentés dans le courant de l'année 2012, l'accord a été voté par l'Administration Communale mais... il y a encore bien des écueils à franchir, d'autres pouvoir doivent non seulement marqués leur accord de subside mais également provisionné le montant de leur intervention dans leur budget et c'est un mot qui fait bien peur à l'heure actuelle... On ne parle plus du parking souterrain sous le parc communal et on peut s'en réjouir, voici un endroit idyllique de la Ville qui aurait été massacré pour de nombreuses années pour la réalisation d'un second parking alors que le premier n'est même par opérationnel ! En effet... la rue Perdue a été réouverte à la circulation, il y a près de trois mois, et le parking souterrain y construit n'est toujours pas "viabilisé" et ne peut donc être occupé. On évoque avec insistance la raison pour laquelle son ouverture serait retardée, cela résulterait de la négociation prochaine d'un nouveau contrat global de gestion du parking au centre-ville et on sait que l'administration communale souhaite charger la société de le gérer. Les commerçants de la ville viennent d'ailleurs de recevoir cette semaine un avis à ce sujet dans leur boîte aux lettres.

En conclusion.

Il faut bien l'avouer, la situation n'est jamais fort agréable pour qui doit subir les inconvénients d'un chantier. Qu'il soit commerçant ou particulier, bruit, poussières ou boues, difficultés pour arriver au magasin ou au domicile sont les aléas incontournables d'une rénovation ou d'une transformation et chacun sait qu'il faut, très souvent, savoir souffrir pour obtenir une meilleure situation. Ceci étant admis, le pire ce sont ces chantiers qui s'éternisent par manque de concertation et de collaboration entre les différents intervenants, par une mauvaise coordination et une organisation déficiente qui sont souvent l'apanage des entreprises belges occupées sur plusieurs chantiers simultanément (pour avoir la certitude de remplir leur carnet de commandes) sans avoir le personnel en suffisance pour y faire face. Le rôle du maître d'oeuvre est de surveiller le bon avancement des travaux mais si cela est monnaie courant dans le domaine privé, c'est encore loin d'être le cas dans le domaine public, la meilleure preuve nous est donnée quand une administration nous annonce le début d'un chantier et que le responsable des travaux semble s'en moquer éperdument parce que ce n'est pas dans son planning personnel. 

Contrairement aux particuliers, les pouvoirs publics doivent constituer des dossiers qui passent d'une administration à une autre (Province, région Wallonne, Europe parfois) et le cheminement est souvent très lent, il ya donc loin de la coupe aux lèvres. 

En attendant, l'hiver qui se poursuit ne permet pas d'être optimiste quand à l'accélération des chantiers !

 

 (S.T. mars 2013)

 

09:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, travaux, chantiers, rénovations |

23 mars
2013

09:35

Tournai : expressions tournaisiennes (216)

L'informatique !... bé ch'est dramatique.

Elestronique, informatique, robotique, te n'intinds pus qu'cha dins l'bouque des infants d'asteur et nous eautes, les p'tits rotleots des ainnées chinquante et soixante, qu'on est acore né à l'ère du porte-pleume et du bouillet-compteur, on a ein peu d'mal à comprinte commint tout cha fonctieonne. Tout i-est automatisé, tout i-est informatisé ! 

Pasqu'i-paraît que ces bieaux machins, cha marche fin bin, pou vous l'moutrer, j'vas ichi vous raqueonter mes avintures ave les moyens modernes d'communicatieon, n'riez surtout pos, mais ch'est eine véritape désolatieon. A côté d'cha, l'histoire des "deux orphelines", bé ch'est d'la bibinne.  

Adeon, quand j'me sus réveillé saim'di passé, j'n'éteos pos treop dins m'n'assiette, dins l'glache, j'aveos eine sale tiête, j'aveos du mau à eine gampe, des picot'mints dins l'pied et ein guénou comme ein balleon d'fotbal bin gonflé. M'feimme, elle m'a dit d'app'ler l'docteur de garde et que l'luméreo i-éteot d'jà dins l'répértoire automatique du téléphone. Comme elle sait que je m'bats toudis ave l'botin et que, là-d'dins, je n'truèfe jamais rien (j'n'in peux quand même pos si j'sus ein innochint), elle a passé eine journée complète à inregister tous les neoms de nos amisses (bé ahais, on d'a eine banse, eine fameusse liste). Grâce à ceulle merveilleusse invintieon qu'est l'élestronique i-seont tertous classés pa ordre alphabétique, on comminche à Albert et on finit à Walter.  

"Où j'deos raviser, mon p'tit poulet " que j'li ai d'mindé.

"Tins, bé à médecin, à t'mote, te n'vas pos appl'er ein vétérinaire bin que t'es tell'mint biête qu'à l'feos j'pinse que cha s'reot nécessaire" qui m'a répeondu l'poulet que j'aveos agacé. 

"Cha... j'sais bin mais te comprinds j'hésiteos inter docteur et médecin".

J'ai consulté l'leongue liste de mes amisses. J, K, L, M.. MMa (zéro tracas)... Médecin de garde, l'ov'là.

"J'ai trouvé, te sais, i-est inter Matante Alice et Moneonque Batisse". 

"Bin seûr, on n'va pos l'ortrouver inter Cabaret Walleon que ch'est pou acater m'carte et, comme j'les aime bin les Fichelles Picartes. J'l'ai même intindu dire et bé paufe fieu, te conneos quand même acore l'alphabet, espèce de cafouilleu ?".

"I-est beon, va, n'crie pos, te l'as d'jà fait hier... d'jà qu'j'ai m'tiête comme ein peot d'fier".

"Allo, l'1733, j'sus malate et j'voudreos que l'docteur i-passe à m'maseon, je m'sus réveillé ave ein guénou comme ein balleon "

"Vous appelez d'où Monsieur" m'deminde l'standardisse qui aveot eine belle voix d'artisse.

"Bé, d'Tournai, l'ville des cheonq clotiers, pos leon d'Lille et d'Courtrai".

J'ai deonné ceulle précisieon pasque l'garcheon, après tout, i-n'habite pétête pos no régieon. 

"Je suis désolé, Monsieur, mais Tournai n'est pas encore repris dans notre service, vous devez composer l'autre numéro le 078.15.17.500".

"Pourtant dins l'gazette, ch'est l'luméreo que tous les s'maine i-est orpris" que j'li dis, tout naturell'mint et bin poli.

"Monsieur, je n'ai rien sur mon ordinateur, faites ce que je vous dis, votre zone sera reprise dans l'avenir".

"Bé, ahais tous les verdis, ch'est dins l'Avenir, n'avez pos acouté, j'viens d'vous l'dire". 

Adeon, j'appelle l'eaute luméreo et j'teombe su eine feimme qui ainsin m'dit :

"Voor het Nederlands, druk een, pour le Franças appuyez sur 2".

Voulant jeuer au pus malin, j'li d'minde "et pou l'Tournisien".

Elle continue sans sourciller : "cette conversation peut être enregistrée"

"Ov'là d'jà les menaces, bé, ave ceulle drôle, j'ai intérêt à n'pos faire l'guignol".

M'feimme elle veneot jusse de m'dire que je dev'neos seot que j'aveos parlé à ein robot, (j'n'aveos pos ormarqué, ceulle feimme aveot l'voix d'Annie Girardot) qu'infin ein heomme m'a dit "Allo".

"Bé l'ov'là, Mossieur, j'm'escusse de vous d'minder pardeon mais j'voudreos que l'docteur i-passe à m'maseon". Comme vous l'veyez j'aveos mis l'lanque de diminche.

"Vous habitez dans quel quartier ?".

"Bé... au Vert Bois !"

"A Béclers ?"

"Neon... à Tournai".

"J'ai beau chercher après votre quartier, je ne le trouve pas dans ma base de données"

"Bé si fait... orwettiez bin, cha s'truèfe au bout de l'rue Saint-Eleuthère"

"Saint-Eleuthère... Saint-Eleuthère j'd'ai ein, ha, vous habitez à Blandain ?".

Milliards, j'sus teombé su ein riche biec-beos, m'n'heomme, in puque j'sus malate, i-va m'rinte seot

"Je vais vous donner le numéro d'appel du médecin car, je regrette, j'ai beau chercher je ne trouve rien". A s'faceon d'parler, j'ai adveiné, qu'i-vouleot m'invoyer pourméner

"Quoisque vous dites... m'quartier i-n'est pos dins vot' informatique, alors, i-faudreot qu'on m'esplique pasque quand j'tape Google Maps su m'nordinateur, j'veos m'maseon, m'gardin et j'peux queompter mes fleurs et même que quand j'agrandis, j'veos les ringées de mes p'tits radis". 

J'ai téléphoné au docteur... ahais... jusse après avoir raccroché (vous ne m'prenez quand même pos pou ein annochint ou ein d'meuré) et pou ête seûr qu'elle arrive à m'maseon sans difficulté, j'ai comminché à li espliquer l'quémin pou arriver.

"Ce n'est pas la peine, j'ai un GPS" m'a arrêté l'jeone docteresse.

Ch'est pos l'tout d'avoir dins eine auteo un GPS acore i-feaut que d'dins, on y a mis m'n'adresse.

"J'arrive de suite pour vous examiner" qu'elle m'a dit ceulle file avec bramint d'humanité. 

J'éteos pos à m'n'aisse, j'éteos même in transe pasque, dins no quartier, on est souvint obligé d'guider les ambulances. 

Elle a toqué à l'porte après eine beonne heure, car au momint d'partir, elle aveot eu eine panne d'ordinateur, elle ne saveot pus lire s'n'agenda élestronique, pou tertous ein machin bin pratique quand i-na pos eine panne de l'élestrique. 

"Votre sonnette ne fonctionne pas", j'ai eu invie d'li dire "Mo Dieu.. si i-n'aveot qu'cha". 

Elle m'a inveyé à l'clinique pou faire ein examen échographique. 

Ch'est pos la goutte... ch'est normal j'ai eine vie d'ermite, ch'n'est pos eine fracture, ni même eine phlébite, on a lommint ravisé et on n'rien trouvé, i-paraît que tout i-éteot normal mais alors je n'comprinds pos pourquoi j'ai acore mal. 

Croyez-me, ch'est pos tout, acore eine affaire qui va m'rinte fou. Dix feos ou vingt feos sur ein journée, l'télépheone i-s'met à seonner. A peine debout, d'jà à huit heures au matin, i-a eine feimme qui veut m'vinte des caisses de vin ou ein heomme, ave ein accint étringer, qui m'présinte ses salles à minger. I-paraît que ces gins m'appellent d'Varsovie, du Pérou ou bin d'Estonie, cha deot coûter tcher et ch'est seûrmint queompter dins leu prix. 

Avant que mes gins comminchent leu bonimint, asteur, j'ai ein truc, d'eine voix neutre, j'répeond ainsin :

"Voor het Nederlands, druk een, pour continuer en Français, formez le deux, ce message peut être enregistré". J'ai pos fini d'parler qu'i-ont d'jà raccroché et mi j'sus fin bénaisse même sans agenda élestronique et sans GPS.

Vous savez, pou vife hureux asteur, i-n'feaut pus alleumer s'n'ordinateur, infin... si... i-feaut ouvrir vo n'informatique uniqu'mint pou lire mes artiques car, tu l'sais, ô binhureuse foule, ch'est pou ti que j'écris ces cacoules, ch'est pou tes mirettes qu'aujord'hui j'ai acore mis ces bernettes.  

 

(lexique : élestronique : électronique / l'bouque : la bouche / les infants d'asteur : les enfants de maintenant, d'aujourd'hui / nous eautes : nous autres / les rotleots : les roitelets, désigne les petits enfants / l'porte-pleume : le porte-plume / comprinte : comprendre / moutrer : montrer / raqueonter : raconter / ave : avec / véritape : véritable / la bibinne : désigne une mauvaise bière, ici traduit le sens d'une bricole / adeon: donc / saim'di : samedi / l'glache : la glace, le miroir / avoir du mau à ses gampes : avoir mal aux jambes / ein guénou : un genou / l'luméreo : le numéro / toudis : toujours / l'botin: l'annuaire des téléphone / je n'truèfe : je ne trouve / innochint : voir aussi annochint signifiant innocent /  eine banse : désigne un grand panier, parfois populairement utilisé pour désigner un grand nombre / ceulle : cette / tertous : tous / raviser : regarder / à t'mote : à ta mode, selon toi, à ton idée / tell'mint : tellement / à l'feos : parfois / leongue : longue / matante : ma tante, tante  / moneonque : mon oncle, oncle / bin seûr : bien sûr / ein fieu : un fils, un garçon / ein cafouilleu : un qui agit de façon désordonnée, sans aucune méthode / ein peot d'fier : un pot de fer / les cheonq clotiers : les cinq clochers / pos leon : pas loin / l'garcheon : le garçon / pétête : peut-être / orpris : repris / les verdis : les vendredis / ainsin : ainsi / jeuer : jouer / ov'là : voilà / ormarqué : remarqué / l'lanque : la langue / orwettier : regarder / ein biec beos : un balourd, un niais / in puque : de plus / seot : sot / adveiner : deviner / pourméner : promener / queompter : compter / les ringées : les rangées / jusse : juste / ein annochint : un innocent / comminché : commencé / l'quémin : le chemin / acore : encore / ceulle file : cette fille / bramint : beaucoup / toquer à l'porte : frapper à la porte / l'momint : le moment / lommint : longtemps / l'feos : la fois / tcher : cher / vife : vivre / alleumer : allumer / les artiques : les articles / les cacoules : les mensonges / des bernettes : des balivernes).

(S.T. mars 2013)

 

09:35 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

21 mars
2013

11:34

Tournai : "plumes de femmes"

Quand des inconnues nous réconcilient avec la scène

On a coutume de dire que le théâtre n'est que le reflet de la société et, depuis quelques temps déjà, je l'avoue, les créations ne m'ont jamais autant ennuyé. Les pièces qui envahissent nos scènes font nettement moins référence à l'Amour qu'à la Haine, heureusement, le spectacle qui nous a été donné d'assister nous a permis, ce 20 mars, d'enfin... nous régaler. 

Intitulé "Tout feu, Tout femme", il était la nouvelle création du groupe "Plumes de femmes".

Nous avions assisté, mon épouse et moi-même, à leur première apparition sur la scène de la Salle des Concerts en janvier de l'année dernière et c'est avec plaisir que nous les avons revues en cette soirée dite printanière. 

Huit femmes comme dans la comédie policière de François Ozon sortie sur écran en 2002, huit femmes qui se retrouvent dans un vaste appartement face à la mer. Elles sont là pour leur atelier d'écriture dirigé par les Ecrivains Publics de Wallonie Picarde, elles sont venues pour un week-end de travail, pour écrire les textes qu'elles présenteront bientôt et elles ont, pour cela, toute une journée devant elles.

Huit femmes qui vont évoquer leurs souvenirs, parler de tout et de rien, de l'Amour, de la Mort, en lisant de soi-disant lettres trouvées dans un coffret chez un vide-grenier. Elles vont inventer des jeux pour se découvrir peu à peu (Si tu étais...), elles vont avec beaucoup de pudeur évoquer leur vie, leurs petits et gros soucis faisant naître, dans la salle, sourires ou émotions. 

Huit femmes qui aborderont des thèmes aussi divers que l'horoscope, le bonheur, la maladie d'un proche ou la leur, des aventures sentimentales, leur situation familiale, huit femmes qui parleront de leurs chanteurs préférés et qui n'hésiteront à pousser la chansonnette en rapport avec leur conversation.

Huit femmes, dont Annick qui est là pour les canaliser, pour leur rappeler le but de ce week-end organisé mais qui, par l'enthousiasme des sept autres, sera vite débordée.

Huit femmes qui arriveront à la fin d'une journée d'amitié partagée sans avoir rien préparé. 

Les spectateurs ont été captivés par ces tranches de vie narrées sans emphase, ils avaient l'oreille collée au mur d'un appartement de la digue et écoutaient, sans ennui, sans longueurs, ces huit femmes converser.

Elles se voyaient peut-être en haut de l'affiche, applaudies par la foule et adulées des riches mais ces huit femmes ne se prennent pas pour des vedettes, elles n'ont pas attrapé la grosse tête, toutefois par rapport au tout premier spectacle, nous avons constaté qu'elles avaient acquis de l'expérience, montré beaucoup plus d'assurance.

Les auteurs modernes aux idées si noires devraient parfois se regarder dans un miroir et s'inspirer de leurs trouvailles pour un peu renouveler leur si démoralisant travail. Je ne suis pas un critique et mes propos peuvent paraître dithyrambiques, ils sont pourtant le juste reflet de l'excellente soirée que nous avons passée. 

Chris, Francine D, Francine J, Francine L, Nadine L, Nadine W et Patricia, en compagnie d'Annick, d'Eliane et de Suzanne, leurs Ecrivains Publics, vont désormais reprendre le chemin des Ateliers d'écriture, probablement pour nous concocter une nouvelle et unique représentation de ce qui est devenu peu à peu leur passion.

(S.T. mars 2013)

15 mars
2013

18:50

Tournai : expressions tournaisiennes (215)

L'quinzaine du blanc

J'ai toudis pinser que l'quinzaine du blanc, ch'éteot fauqu'eine feos par an mais cha va finir pa ête comme les soldes qu'on appelle aussi braderie, déstockage, bazarderie ou bin liquidatieon, on va l'avoir tous les treos meos, à toutes les saiseons.

Attintieon, l'blanc, ch'n'est pos ce que vous pinsez, ch'est pos des essuies, du linche de tape ou bin acore des draps d'lit, l'blanc que j'vous parle ichi, ch'est les pleumes qui seont tombées su nos routes lindi et mardi, qui ont impêché certains d'quitter leu maseon, vous veyez... neon ! bé... l'neiche pou l'appeler pa s'neom.

L'mardi chinq du meos d'mars, vous vous in souv'nez, on veyeot les gins, pou l'prumière feos, aux terrasses des cafés, i-z'éteot'ent tertous alleongés comme si i-vouleot'ent d'jà bronzer. Ave dix-nuef degrés au thermomète, on éteot, i-a pos à dire, à l'fiête. L'printemps, infin, i-éteot arrivé, les p'tites mam'zelle éteot'ent d'jà à mitan déhabillées. 

Mais l'roche tarpéienne est proche du Capitole (j'ai mis ceulle phrase pou vous moutrer que j'ai ein peu d'culture comme diseot ein jeone cinsier qui v'neot, l' saim'di, su l'marché d'Tournai), l'bieau temps n'pouveot pos durer, in eine sémaine, ch'est d'vingt degrès que l'mercure i-a dégringolé. Eine véritape aubaine pou les médecins, eine orclame pou les pharmaciens, ein temps a attrapé ein orfroidiss'mint, à avoir roupie à s'nez et mouchoir à s'main. 

Lindi onze mars, l'carnaval i-est fini, à tierre i-n'a pus qu'des confetti, les derniers quervassins des confréries éteot'ent à peine rintrés à leu maseon qu'on a vu commincher à caire les prumiers flocons. On a vu blanquir les voitures, l'gazeon des gardins et les toitures mais on n's'in f'seot pos puisque su les routes cha fondeot. 

Ch'éteot pus l'même au soir, quand i-a comminché à faire freod et que l'noirglas su les qu'mins s'déposeot. Vers les dix heures, l'neiche est arrivée, sans crier gare, mi, j'éteos in plein mitan du boulevard, l'vint qui souffleot, colleot les morcieaux su m'n'auteo. Ch'est seûr, comme cha tombeot, on alleot avoir ein sapré dallache et j'plaigneos d'jà les ceusses qui, l'lind'main, deveot'ent partir à l'ouvrache

L'mardi, à siept heures au matin, i-n'aveot pos ein bruit, on n'intindeot rien, comme ein incrédule, j'ai ravisé deux feos l'pindule. Pa l'ferniête du heaut, j'ai vu alors l'tablature et j'ai compris pourquoi qui n'passeot pos d'voitures, i-aveot au moinse vingt centimètes et chinquante près de m'boîte à lettes, eine boîte vide pasque l'facteur i-n'éteot pos v'nu mette l'gazette. L'neiche elle cayeot toudis, elle l'aveot fait pindant tout l'nuit et n'feseot qu'aurminter l'hauteur du tapis.

A nuef heures, j'ai infilé m'capote et j'ai mis m'casquette et j'sus sorti armé de m'raclette. L'vint chiffleot et f'seot des congères (des congénères comme areot dit m'n'amisse Albert), j'aveos de l'neiche su mes neunettes, mes sorlets et m'casquette, j'racleos au hasard n'étant pos acore équipé d'ein radar. A ein momint, j'ai du m'orculer quand j'ai vu ce que du toit i-alleot dégringoler, comme dins les Alpes ou les Pyrénees, j'ai vu eine avalanche arriver. 

Deux heures après, l'vint i-aveot ramené l'neiche et i-a fallu orcommincher, je n'sinteos pus mes reins, mi qui souffère d'éfragile, j'aveos mau partout.

Comme les eautes feos, l'saleuse n'est pos passée, à croire qu'on n'paie pos nos impôts dins l'quartier, ainsin pou arriver à l'chaussée d'Roubaix, sans glicher, ni déraper, i-n'a qu'eine solutieon, t'laicher aller et faire des dévotieons. Prier que tout s'passe bien et qu'in face de ti n'vienne pos ein annochint, prier pou ti arriver presqu'à l'heure, sans bobeo, sans malheur.

Des ouverriers d'la Ville seont passés in camionnette pou vir si no rue n'orsimbleot pos treop à eine savonette, i-deveot'ent seûrmint avoir des problèmes aux mirettes pasqu'on n'a pos vu d'résultat à l'inquête. Comme i-a rien qu'i-a été dégagé, bé..., au soir, tout i-va geler et d'main au matin, aux p'tites heures, on f'ra acore l'valse des patineurs. "Tournez, Tournez, Tournai, Tournai", j'in attrape des toupiries et j'vas arrêter ichi. 

On pinseaot tertous que cha alleot durer deux ou treos jours, bé jeudi, on a acore vu l'neiche et les gardins éteot'ent acore tout garni. 

J'areos voulu ête britannique et avoir ein air flegmatique, j'areos voulu ête ein ours polaire pou résister à parel hiver, j'areos voulu ête ein esquimeau pour pouvoir indurer eine parel freod, mais j'sus tout biêt'mint tournisien et j'sus aussi ein fouteu d'gins

J'voudreos surtout pos les infoncer, ces brafes ouverriers seont des dévoués, i-ont fait ein ouvrache extraordinaire pindant tout l'leong hiver. Quand nous eautes on est bin au quieaud, dins no lit et dins les bras d'Morphée, eusses, i-seont su les routes, au freod et dins les camieons.  Même si, su m'tiête, j'n'in ai pos j'leur tire mon capieau. Eusses aussi i-ont pinsé, comme mi, que l'quinzaine du blanc n'alleot pos durer mais i-ont été obligé d'ruer tout l'sel que l'Ville aveot acaté.

Croyez-me, mes amisses, l'quinzaine du blanc, elle va béteôt laiché plache au printemps car, l'matin, j'intinds l'mauviart, l'carnarin et l'rotleot, j'intinds l'mauviart et l'carnarin canter.   

   

(lexique : toudis : toujours / fauqu'eine feos : une fois seulement / treos meos : trois mois / du linche de tape : du linge de table / acore : encore / les pleumes : les plumes / l'neiche : la neige / prumière : première / tertous : tous / à l'fiête : à la fête / eine mam'zelle : une demoiselle / à mitan : à moitié / ceulle : cette / moutrer : montrer / eine jeone cinsier : un jeune fermier / eine véritape : une véritable / eine orclame : une réclame / ein orfroidiss'mint ; un refroidissement / avoir roupie à s'nez : avoir la goutte au nez / ein quervassin : un ivrogne / commincher : commencer / caire : tomber / blanquir : blanchir / les gardins : les jardins / l'noirglas : le verglas / le qu'min ou l'quémin : le chemin / ch'est seûr : c'est sûr / ein sapré dallache : un sacré désordre, un fameux cahos / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / l'tablature : la situation anormale / au moinse : au moins / eine lette :  une lettre / aurminter : augmenter / chiffler : siffler / les neunettes : les lunettes / les sorlets : les souliers / orculer : reculer / souffère : souffre / l'éfragile : la névralgie / j'aveos mau : j'avais mal / glicher : glisser / laicher : laisser / annochint : innocent / bobeo : bobo / les ouverriers : les ouvriers / orsimbler : ressembler / des toupiries : des vertiges / biêt'mint : bêtement / ein fouteu d'gins : un moqueur, un ironique (mais sans connotation de méchanceté) / l'leong : le long / quieaud : chaud / ein capieau : un chapeau / eusses : eux / ruer : jeter / acater : acheter / l'mauviart : le merle / l'carnarin : le canari / l'rotleot : le roitelet).

(S.T. mars 2013)    

18:50 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

13 mars
2013

09:20

Tournai : le point sur les chantiers.

Bien que les météorologistes nous annoncent de nouvelles gelées nocturnes modérées et peut-être même des averses de neige pour la période du 11 au 15 mars, il est temps de s'informer sur l'état d'avancement des chantiers en cours et sur ceux qui sont programmés à l'ombre des cinq clochers car notre dernier rendez-vous, concernant ce sujet, date déjà du mois de novembre 2012.

Débutons par le quartier cathédral.

Le pietonnier de la Croix du Centre doit encore être peaufiné par la pose du mobilier urbain, celle du nouveau revêtement de sol et la rénovation des façades étant à présent terminées. 

La rue de Paris rénovée a été ouverte à la circulation, il s'agit désormais d'un espace partagé et la vitesse y est limitée.

Si la rue des Choraux était terminée en octobre, depuis la mi-septembre, on avait entamé la rénovation de la place de l'Evêché et de la rue du Four Chapitre. La pose des nouvelles dalles y est pratiquement terminée. Il et à noter que le "forum" de la cathédrale sera désormais interdit au stationnement des véhicules ce qui devrait permettre une vue dégagée sur Notre-Dame, à la grande satisfaction des touristes et des amoureux du patrimoine. Pour que l'ensemble soit totalement rénové, il reste à réaliser le nouveau dallage de la rue des Orfèvres entre la Grand'Place et la place de l'Evêché.

Le Centre de Tourisme, à la place Paul Emile Janson, avance plus que lentement, si son enveloppe extérieure est terminée, l'aménagement intérieur prend pas mal de temps. Les "gestionnaires" nous doivent donc une fière revanche en ce qui concerne le reste du chantier du quartier cathédral pour redorer un blason sérieusement terni de l'avis de la population tournaisienne.  

La rénovation de deux maisons de la rue de l'Hôpital Notre-Dame a été magnifiquement réalisée. Celle dite "Aux scène bibliques " a d'ailleurs reçu, dernièrement, le prix de l'asbl Pasquier Grenier récompensant la qualité du travail réalisé. Toutefois, il est, une fois encore, dommage de constater que certains individus, peu scrupuleux et probablement primaires, n'ont aucun respect pour le travail accompli par d'autres, ces deux façades ont déjà fait l'objet de tags de la part d'un vandale. 

Si les travaux progressent, le quartier possède néanmoins toujours quelques chancres dont on évoque régulièrement la disparition prochaine : l'ancien bâtiment du journal "Le Courrier de l'Escaut" à l'angle de la rue de l'Hôpital Notre-Dame et de la rue du Curé Notre-Dame et le terrain vague de l'ancien cinéma Multiscope Palace à la rue de l'Hôpital Notre-Dame. Il semble également que l'école Saint-Luc renoncera à occuper le bâtiment des Archives de l'Etat à la place Paul Emile Janson et celui des Anciens Prêtres à la place de l'Evêché et à la rue du Four Chapitre. Les autorités communales y verraient bien un musée consacré aux cathédrales. 

L'hiver long et rigoureux a causé pas mal de dégâts en ville, le Pont-à-Pont, la place Verte et le rue de la Madeleine ont été les voiries plus touchées. On a donc retiré les pavés du pont et on a coulé à la place un revêtement d'asphalte qu'on nous disait, il y a peu, temporaire et limité à l'échéance de démolition du pont dans le cadre de l'élargissement de l'Escaut. Il n'y a cependant pas coulé beaucoup d'eau sous le pont avant qu'on apprenne que le projet de liaison dit "Seine-Nord" initié par les Français allait probablement être sérieusement retardé et ne verrait pas le jour avant 2020, austérité oblige. Voilà donc notre pont "rhabillé" pour quelques années, pourvu qu'il résiste aux prochains hivers ! La place Verte est toujours, en partie, interdite à la circulation, il faut attendre des jours meilleurs pour repaver les zones dégradées, un affaissement de voirie est aussi apparu dans la rue des Jésuites, aux abords du parc communal, quant à la rue de la Madeleine, elle restera encore longtemps le cauchemar des automobilistes. 

Ce quartier de la Madeleine est d'ailleurs déconseillé à la circulation de transit puisque le prolongement de la dite rue, c'est-à-dire l'Avenue de Troyes, est en rénovation depuis le mois d'octobre et la fin du chantier est prévue, dans le meilleur des cas, pour les grandes vacances. La prochaine phase des travaux qui devaient normalement débuter à la mi-mars (?) demandera rapidement la fermeture totale de la voirie à la circulation. 

A la rue Perdue, le parking souterrain n'est toujours pas opérationnel, il reste encore de nombreux travaux à réaliser pour le viabiliser et le chantier paraît à l'arrêt. 

Une firme a été désignée pour refaire les trottoirs de l'avenue du Beau Séjour et Vert-Bois. Ceux-ci datent du début des années septante, les arbres qui y avaient été plantés sont depuis longtemps disparus et leurs anciennes racines ont provoqué de petits affaissements qui deviennent autant de pièges pour les piétons. Le travail devrait débuter en avril. 

La place Saint-Pierre et la rue Poissonnière sont dans un triste état, les pavés sciés posés il y a quelques années à peine n'ont pas résisté au passage régulier des véhicules et se sont peu à peu déchaussés. L'ensemble sera refait, probablement encore durant l'année 2013. 

On vient également d'annoncer que, dès ce lundi, débuteront les travaux de rénovation de la rue de l'Hôpital Notre-Dame (entre l'Escaut et la place Paul Emile Janson), les firmes chargées des impétrants interviendront dans un premier temps, ensuite on procèdera à l'enlèvement des pavés et à la démolition des trottoirs pour placer, enfin, les nouvelles dalles et le "fil d'or". Tout cela est prévu pour vingt semaines (au moins) et, avec les habituels aléas, cela nous mènera probablement jusqu'à la rentrée de septembre.

La plupart des grands chantiers immobiliers ont repris suite à l'arrêt pour intempéries.

Les usagers de l'avenue de Maire peuvent se rendent compte que la construction de l'école "Le Petit Colysée", à l'angle de l'avenue Edouard Valcke progresse rapidement. Au niveau du rond'point de l'Europe, ils constatent que les bâtiments de l'ancien Casino et ceux de la Régie des eaux ont été rasés, à cet emplacement, les travaux de construction de la "résidence du Jardin de la Reine" vont bientôt débuter. Trente trois appartements au-dessus d'un vaste rez-de-chaussée commercial vont y etre créés ainsi que quarante-deux emplacements dans un parking souterrain.

Au Becquerelle, les travaux de construction du siège d'Ideta, des appartements de standing et des crèches vont bon train.

Sur la Plaine des Manoeuvres, le gros oeuvre de la première phase de construction de la résidence de "la Corne Saint-Martin" est bien avancé, les fondations de la seconde phase viennent d'être entamées.

A la place de Lille, les travaux de rénovation de l'immeuble à l'ancienne enseigne "Aux Armes de Tournay" viennent de débuter. Tout au moins, un échafaudage a été installé cette semaine. 

A la rue des Fougères, on a également entamé la seconde phase de construction de la résidence "les Renardières". Le premier bâtiment est déjà occupé. 

A la rue des Sports, les nouveaux bâtiments du Centre Hospitalier de Wallonie Picarde avancent, ils entrent maintenant dans la phase de aménagements intérieurs, une phase moins spectaculaire qui va s'étaler sur plusieurs mois, voire au moins une année...

Au boulevard du Roi Albert, les travaux de construction d'une résidence à appartements se poursuivent, le gros oeuvre est pratiquement terminé.

De nouveaux projets sont au stade de la demande de permis de bâtir. 

La presse a annoncé cette semaine l'aménagement de l'ancien garage du concessionnaire Simca situé sur la place Reine Astrid, une nouvelle façade pour cet immeuble à appartements devrait remplacer celle érigée dans le style qui prévalait au cours des années cinquante, elle serait en harmonie avec le style néo-classique de la place. A l'occasion de ce chantier, on devrait procéder à la restauration de la chapelle Saint-Eloi, un ancien lieu de culte inaccessible situé dans les jardins à l'arrière du bâtiment et transformé en atelier.

Sur cette même place, on parle, de nouveau, avec insistance de la restauration prochaine du Conservatoire de Musique et de la salle des Concerts. Les mal-façons enregistrées lors de la rénovation intervenues dans les années septante provoquent désormais des chutes d'éléments sur la voie publique et des barrières de sécurité ont été installées dans l'urgence afin d'interdire de circuler aux abords du bâtiment. Le seul obstacle aux début du chantier est de taille, il faut trouver un lieu capable d'héberger les centaines d'élèves et leurs professeurs qui fréquentent quotidiennement ce lieu.

Dans la rue de Marvis, on devrait voir débuter le chantier de construction d'un hôtel à la place du bâtiment et des ateliers occupés jadis par le marchand de cycles Goossens. 

Dans quelques semaines débutera la phase deux de rénovation de la cathédrale Notre-Dame, après la nef romane, c'est le transept et les cinq clochers qui seront concernés. Les travaux ont débuté à l'intérieur de l'édifice religieux, des parois ont été placées pour isoler ce prochain chantier de la nef romane où se tiennent les offices. Dès que le temps le permettra, on va procéder à l'installation des échafaudages qui vont ceinturer cette partie centrale durant quelques années cachant momentanément ce qui est le symbole de la cité tournaisienne.  

Un journal titrait cette semaine : "On a jamais vu autant de grues (cendrées) dans notre ciel". Cela risque d'être le cas à Tournai dans les prochains mois mais il y a grues et... grues !


(S.T. mars 2013)

09:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, chantiers, rénovation, quartier cathédral, travaux |

11 mars
2013

09:56

Tournai : un carnaval mémorable.

L'édition 2013 du Carnaval de Tournai a vécu et, de l'avis de chacun, ce fut un grand cru. Une excellente cuvée, c'est la tradition, doit être baptisée et lors de "la petite nuit des intrigues", par le ciel, elle fut copieusement arrosée. 

Que cela ne tienne, celle-ci n'a pas refroidit les ardeurs, ni ternit le bonheur, des centaines et des centaines de spectateurs qui avaient rallié la place de Lille transformée en un gigantesque set de cinéma avec régisseur et caméras. On y a tourné un film de quarante minutes qui fut présenté sous la forme d'un court métrage de cinq minutes, sur un écran géant, à la fin de la soirée.

"Ca va daller", est l'histoire d'un grand garçon, une sorte de dadais à qui il va arriver, durant son sommeil, bien des aventures dignes des plus grands films d'Hollywood dont la fameuse scène de l'attaque par des dizaines de dauphins émergeant de la foule comme sautant dans une mer qui ondule en permanence sous l'effet de la houle. Le public était à la fois bruiteur et figurant. Pour satisfaire les curieux, sachez que ce film peut être visionné sur le site de No Télé (www.notele.be).

Le samedi est LA journée du carnaval. Cette année point de soleil généreux mais pas de froid piquant, une température juste de saison et un ciel désespérément gris, brumeux, laissant, par moments, échapper quelques fines bruines. Combien étaient-ils dans les rues de la ville entre Grand'Place et rue de Pont ? L'estimation se fait en milliers de "carnavaleux" car il y a déjà près de deux cents confréries participantes dont certaines sont fortes, parfois, de plusieurs dizaines de membres alors que d'autres se résument à un clan familial ou à un petit groupe d'amis. A voir les files de voitures qui se dirigeaient vers la cité des cinq clochers et l'encombrement des parkings aux entrées de la ville, on peut estimer, sans beaucoup se tromper, le nombre de personnes présentes entre quinze et vingt mille, peut-être même un peu plus. 

Un joyeux cortège, pour peu qu'on puisse appeler ainsi une sorte de grand "touillache", a quitté la Grand'Place pour aller rendre hommage à la Naïade, l'oeuvre de l'artiste Georges Grard, cette jeune fille bien en chair dévoilant sa nudité, sur le Pont-à-Pont, été comme hiver. Car le carnaval de Tournai est bon enfant, ce n'est pas une cavalcade organisée comme on les voit à Eupen ou Malmedy, cela ressemble plus à ce charivari qui envahit les rues de Dunkerque. on ne défile pas en ville, on y "pourmène" (promène).

Fanfares, tambours du Bronx, chars, confréries rejoignent, vaille que vaille, la rue des Puits l'Eau sous une pluie de confettis et de serpentins. Le char des "Pétasses qui font leur show" suit celui de la "Moutouelle" où la vie est belle, celui des "Loups Garou", tout de noir et blanc vêtus, précède celui des "Ecossais" juchés en haut de leur manoir ambulant, les "Mousquetaires" n'étaient pas loin des "jardiniers écolos" emmenés par l'élue tournaisienne des Verts, les "Mouqueux d'candelle", de blanc vêtus portant sur la tête un sabot surmonté d'une chandelle (élément du folklore tournaisien) se faufilaient pour rejoindre les "Majorettes ... masculines". Que dire alors des confréries des "Femmes à barbe", des "Merry Poppins", des "Gens Dimanchés" ou des "Fées Mères". Dans tout ce brouhaha, la fanfare des Gilles de Saint-Piat qui étaient renforcés par des élèves de la 3e primaire du lycée Calmpin, avait bien du mal à se faire entendre tandis que les oranges volaient par-dessus les rangées de spectateurs. A noter également que la confrérie des "Berlous" fêtait ses vingt-cinq années d'existence. 

"Silence, on tourne", le thème de cette année, a été mis à profit par de nombreux particuliers soucieux de trouver un déguisement original et on a ainsi vu défiler des "Charlot" plus vrais que nature, un "Superman" qui n'avait rien à envier par le costume au "Batman" qui le suivait, on a croisé le comte "Dracula", quelques starlettes pas trop dévêtues, "Ludovic Cruchot et ses gendarmes de Saint-Tropez", un "John Travolta" prêt pour la Fièvre du Samedi Soir et une "Marilyne Monroe" cherchant vainement un arrêt d'autobus. On a aussi rencontré, en haut de la rue de la Tête d'Or, un "Moïse" digne du rôle interprété par Charlton Heston dans les Dix Commandements, la longue barbe blanche flottant au vent, tenter de fendre une foule compacte, plus dense encore que les flots de la Mer Rouge. Pas loin de lui, on pouvait voir les visages et ailes rouges d'anges déchus et cornus. Une famille (parents et enfants) était transformée en "dalmatiens", seulement il en manquait pas mal pour en dénombrer 101. On pouvait aussi tomber sur un "Obélix" à faire pâlir d'envie le nouveau citoyen de Néchin, sur une troupe de danseurs sortis tout droit du film "Rabbi Jacob" ou sur de fiers "Vikings" déambulant aux commandes de leur drakkar. 

Une douzaine de formations musicales emmenaient tout ce bon monde : les Zikadonf venus de Suisse qui retrouvèrent la Zikadonf fanfare de Froidmont, Don Fiasko, le groupe Ch'tiganza...

Portant redingote noire sur un costume trois pièces de même couleur, un visage désormais familier  dans la cité des cinq clochers a attiré l'attention de nombreux spectateurs. Nous avons cru un moment qu'un quidam s'était déguisé en Ministre-Président de la Région Wallonne, mais ce dandy des années trente n'était autre que l'original déambulant au milieu de cette foule bigarrée.

Tout ce beau monde et ceux qui étaient encore venus grossir les rangs revint vers le beffroi pour le traditionnel lancer de "pichoux", ces petits bonshommes de pâte confectionnés par les artisans boulangers tournaisiens. Il n'y en avait pas assez pour les milliers de mains tendues vers le sommet du beffroi.

Le soir  tombant, sur la Grand'Place, un grand rondeau se forme à la lueur vacillante du bûcher où brûle le "Roi Carnaval" et ensuite, un lent cortège rejoint les rives du fleuve pour y jeter les cendres, geste symbolique qui traduit l'enterrement d'un hiver beaucoup trop long et trop rigoureux. Le bal peut alors commencer, les enfants regagnent leurs maisons tandis qu'une autre foule, bien différente, envahit la Halle-aux-Draps.

La Carnaval a vécu, les dernières notes de musique se sont envolées et... l'hiver n'est pas mort, car il revient encore ! 

(S.T. mars 2013)

09:56 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, carnaval, confréries, nuit des intrigues, chars, cinéma |

08 mars
2013

16:53

Tournai : expressions tournaisiennes (214)

Ch'est carnaval !

Comme chaque ainnée, à l'mi-carême, ch'est carnaval dins l'cité tournaisienne. D'puis toudis lors du week-end du Laetare, l'amisse Albert i-pinse qu'on fiête les tarés. Bé li, i-areot deux fiêtes par an, si ch'éteot ainsin, eine aujord'hui et l'eaute aux Saints Innochints.

Tous l'z'ans, on queusit ein thème différent, ainsin, in 2012, ch'éteot "Bonbons et Friandises", tertous deveot'ent trouver ein déguis'mint qui rappeleot eine douceur ou eine chucarte. Vous n'allez jamais l'adveiner, mes amisses, Edmeond, i-s'aveot déguisé in sucette et Fifinne in bâteon d'réglisse, quand j'les ai vu comme cha, j'peux vous avouer que j'sus resté... baba !  

Ceulle ainnée 'chi, ch'est l'cinéma qui est à l'honneur, l'thème ch'est 'Silence, on tourne". Ch'est pos des bleusses, verdi au soir, on fait ein vrai film ave des milliers d'figurants de l'rue Dorez à l'Grand'Plache et on pourra l'vir su internet, " Ca va d'aller", cha va faire l'tour du meonte. Vous voirez, on va in parler à Nice, Venise, Rio ou à Binche du Carnaval de Tournai. 

J'ai eu l'sanche d'avoir avant tous les eautes les résultats du casting et, in prumière mondiale, j'vas ichi vous les dévoiler. Bin seûr, j'queompte su vo discrétieon pou n'pos l'dire à perseonne, cha deot rester secret jusqu'à l'dernière minute. Jusqu'au momint du clap, ch'est top secret ! Comme on diseot su No Télé : "Ouvrez bin vos mirettes, orsaquez vo n'haleine, ov'là les primés". 

Seont nominés dins l'catégorie film d'avintures et d'amour : l'pétit Rudy D. (grand espoir tournisien) et Marie-Chritine M. (star confirmée des cheonq clotiers) dins ein film tiré de l'cancheonne de Serge Gainsbourg : "Je t'aime, moi non plus".

Seont nominés dins l'catégorie du meilleur remake (ch'est d' l'inglais, cha va veut dire eine nouvelle versieon d'ein grand succès d'avant), Polo D. et Ludivine D. pou l'orprise du succès : "Oscar", ein des pus bieaux rôle de Louis de Funes.

Seont nominés dins l'catégorie des films à petits budgets : Marie-Christine L. et Benoit D. pou les rôles dins l'film "A bicyclette", su des paroles d'Yves Montand. Ce film pourreot bin orchevoir l'prix du respect d'l'invironn'mint mais aussi du budget qui, pou l'prumière feos, n'a pos été dépassé. 

Est nominée dins l'catégorie des films sociaux, Rita L. pou s'rôle émouvant dins "M'pétite interprisse n'conneot pos la crisse". Ch'est l'histoire d'eine patreonne d'ein CPAS (Centre Public d'Aide Sociale pou les ceusses qui feont l'effort d'nous lire à l'étringer) où l'clientèle elle ne diminue malheureus'mint pos et où i-feaut toudis élargir les murs pou l'accueillir. 

Seont nominés pou l'film comique d'l'ainnée, Daniel S. et Gégé D. pou l' film "Comment gagner des millions", tourné dins ein villache tout près d'no ville, au scénario hilarant où à l'imache d'Jacques Villeret dans "Papy fait de la résistance", Daniel S. cante "Ne me quitte pas" de Jacques Brel, "J's'rai l'ombre de t'n'ombre, l'ombre de t'main, l'ombre de t'chien...". Cha va nous canger du succès interplanétaire "Tout Nu et tout Bronzé", numéreo ein su internet. A noter que Gégé, tout seu, est aussi nominé pou s'rôle dins "La grande évasion". 

I-a eu treos candidats qui se seont présintés pou jeuer dins eine nouvelle versieon du "Grand Bleu", Albert P., Benoit M. et Jean Jacques C. mais ch'est eine vedette originaire de Frasnes, ein nommé Jean-Luc C. qui a décroché l'rôle, le rôle féminin est interprété pa la sublime Marie-Hélène B. Hors concours et comme leot d'consolatieon, Didier R. de Bruxelles s'ra l'parrain des Schtroumpfs, eine des pus vielles confréries d'no carnaval.  

Rôle ô combin tragique, rôle d'décompositieon même que l'ceu interprété pa Pierre V., dont l'neom d'vedette est Bourguémette ou bin Pétit Rambile, navetteur, qui jeue dins ein remake d'André Delvaux "Ein soir, ein train", ein film su les malheurs des usagers de l'line 94 qui relie Tournai à Bruxelles. Ch'est l'triste histoire d'ein heomme qui note dins ein carnet les feos que l'train i-est arrivé in r'tard. Ch'est difficile à croire mais su s'carrière i-a presqu'écrit autant que Larousse pou faire s'dictionnaire. Si aveot été, ein p'tit queop pus malin, i-areot noté les jours qu'i-éteot arrivé à l'heure dins s'calepin. 

L'prix du meilleu scénario n'pourra pas écapper à Mossieu Zo, ein heomme d'expérieince, l'meilleure mise en scène à Marjorie B. grande papesse du Carnaval (elle, au moinse, elle n'ormet pos s'démissieon et ch'est tant mieux).

Pou la directieon de tous ces carnavaleux, l'prix s'ra ormis, sans discussieon, au commissaire O. qui a acore du gratter à s'tiête pou mette tout cha in musique. I-va l'orchevoir des mains du maire de Troyes in Champagne (l'ville ave laquelle Tournai est jumelée), accueilli pa l'consel communal in face du gardin d'la Reine à 18h00. Il feaut savoir que ceulle rue a été queusie pou servir de décor à eine reconstitutieon de l'grande guerre et des tranchées du freont d'l'Yser (l'titre provisoire est "Quand on pidouleot dins l'bédoule").

Les Amis de la Citadelle ont co-produit ein film intitulé "L'Peont des Soupirs", l'histoire d'ein vieux peont tournisien multi-chint'naire que certains voudreot'ent voir disparaître pou laicher passer des baquets toudis pus greos. J'vous rasseure ch'est eine histoire, comme on dit, ch'est du cinéma, n'allez pos ichi croire que dins l'réalité cha s'passe comme cha !

L'film "A mort l'arbitre" n'a pos pus ête tourné, l'stade Luc Varenne, i-n'éteot pos assez éclairé. On aveot mis huit mille spectateurs su les gradins, l'trésorier du Football Club Tournai n'aveot pos été prév'nu, i-s'a sinti flaubir quand i-les a vus. 

L' tournache du film "L'bochu d'Noter-Dame" a été, li, ortardé, l'acteur, ein neommé Mondo, avant d'seonner les cloques i-deveot s'balancher su les échafaudaches mais i-n'éteot'ent pos 'cor meontés. 

L'film "Bonus", i-a été pur'mint et simplemint annulé, i-a aucun patreon qui vouleot y participer ou alors i-d'mindeot'ent beauqueop treop tchier

Ov'là tout ce qu'j'ai pu obtenir de gins gnéral'mint bin informés comme  on dit. Tout cha, ch'n'est pétête que des cacoules ou alors j'lai tout biêt'mint rêvé. Après tout... ch'est carnaval et on sait bin que l'Tournisien, ch'est ein fouteu d'gins, i-s'moque de tertous pindant toute l'ainnée, i-n'feaut pos attinte pou cha l'Laetare.

Asteur, "Silence, on tourne"... Mo bé... là-vas, au pied d'Sainte-Magritte, ov'là Edmeond et Fifinne, i-n'minqueot pus qu'eusses... ch'est pos vrai... i-seont afulés pou jeuer dins "Les Deux Nigauds" d'après l'Comtesse de Ségur. Mi, j'sais ce qui m'reste à faire, j'vas ête "L'homme invisible" ou bin "L'Arlésienne" ! A l'détinte...

P.S. (cha veut bin dire post-scriptum, ch'est po eine orclame pour ein parti politique). In toute honnêteté, j'vous l'asseure l'main su l'coeur, mes gins, que j'ai écrit ceulle artique quand j'ai connu l'thème du carnaval de l'ainnée 2013, adeon, ch'est eine véritape coïncidence si cha vous fait pinser à les meots mis pa les "lanques de vipères" su les cassis des maseons de l'ville. Ch'éteot d'jà dins l'intonnoir de parutieon de Skynet avant que les affiches soichent collées. Je n'sereos pos modeste in disant que, eine feos acore, les grands esprits i-s'rincontent, mais j'espère que mes amisses les lanques d'vipère prindreont autant d'plaisi à lire m'babillarte que mi j'ai eu in lisant les ceusses qui fleurisse'tent in ville !   


(lexique : toudis : toujours / l'amisse : l'ami / les fiêtes : les fêtes / ainsin : ainsi / aujord'hui : aujourd'hui / queusir : choisir / eine chucarte : une sucrerie / adveiner : deviner / ein bâteon : un bâton / des bleusses : des mensonges, des inventions / verdi : vendredi / l'meonte : le monde / vous voirez: vous verrez / l'sanche : la chance / les eautes : les autres / prumière : première / bin seûr : bien sûr / queompter : compter / momint : moment / orsaquer : ici dans le sens de retenir, signifie aussi retirer / ov'là : voilà / les cheonq clotiers : les cinq clochers / l'cancheonne : la chanson / l'inglais : l'anglais / l'orprise : la reprise / orchevoir : recevoir / feos : fois / l'interprisse : l'entreprise / eine patreonne : une patronne / ein villache : un village / l'imache : l'image / canger : changer / tout seu : seul / jeuer : jouer / ein leot : un lot / l'ceu : celui / bourguémette : bourgmestre / pétit rambile : petit gamin espiègle / l'line : la ligne / ein p'tit queop : un petit coup, un petit peu / écapper : échapper / au moinse : au moins / ormette : remettre / acore : encore / chintenaire : centenaire / laicher : laisser / les baquets : les bateaux / flaubir : faiblir, parfois sensation avant de tomber en syncope / l'bochu : le bossu / ortardé : retardé / les cloques : les cloches / beauqueop : beaucoup / tchier ou tcher : cher (qui n'est pas pour rien) / pétête : peut-être / des cacoules : des mensonges, des inventions / biêt'mint : bêtement / ein fouteu d'gins : un railleur, un moqueur / tertous : tous / asteur : maintenant/ là-vas : là-bas / afuler : habiller de manière ridicule / à l'détinte : expression signifiant "filons bien vite"/ adeon : donc / lanques : langues / les cassis : les châssis / soichent : soient / m'babillarte : ma lettre / les ceusses : celles ).

S.T. Mars 2013

16:53 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : tournai, patois, picard |

06 mars
2013

09:33

Tournai : Au temps de l'école coloniale !

Débutons cet article consacré à un fait que beaucoup de Tournaisiens d'aujourd'hui ignorent par une question :

Quels liens unissaient ces différentes personnalités :

Raphaël Pollet (1870-1957), ingénieur, patron de la savonnerie familiale éponime, Walter Mestdag (1884-1962) courtier en sucre, Secrétaire de la Coopérative des Fabricants de Sucre de Belgique, fils d'Auguste, auteur patoisant, membre-fondateur de la Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien, Edmond Dronsart (1889-1965), Directeur de la Croix Rouge de Belgique de 1922 à 1959, Charles Vandevelde (1894-1966), avocat, Armand Devallée (1884-1964), ingénieur en constructions civiles, chargé de la coordination de la reconstruction de Tournai au sein des Ponts et Chaussées mais aussi l'industriel Emile Carbonnelle, Georges Bartholomée, Secrétaire général de la Chambre de commerce et d'industrie du Tournaisis, Edmond Carton, avocat, Alfred Liénart, ingénieur, Jean Ghislain, professeur, Gaston de Fourmanoir de la Cazerie, Jean Marie Jadot, André Gilson et Firmin Gualbert ?

La réponse est simple, ils sont les membres fondateurs, le 15 janvier 1944, du Centre d'Expansion économique et coloniale du Tournaisis (CEECT), officiellement inauguré en l'Hôtel de Ville de Tournai lors d'une cérémonie placée sous le patronage du Centre National pour le Relèvement de la Ville de Tournai (CNRT), créé le 1er août 1940 à l'initiative de l'ancien ministre des Colonies, Henri Carton de Tournai et présidé par le prince Albert de Ligne. 

Le Congo est alors une colonie belge et bon nombre de nos compatriotes, parmi lesquels certains sont originaires de Tournai ou du Tournaisis, n'hésitent pas à la rejoindre pour y trouver un emploi et un "mieux-être".

La plupart des Tournaisiens qui composent cette toute jeune association ont aussi un lien étroit avec notre colonie d'alors, ainsi Gaston de Fourmanoir de la Cazerie est Administrateur délégué des entreprises coloniales du groupe Lambert à Bruxelles, Edmond Dronsart est également Secrétaire général de la Croix Rouge du Congo, Jean-Marie Jadot est Conseiller honoraire près la Cour d'appel de Léopoldville, Alfred Liénart est Administrateur délégué de la Cominière, Charles Vandevelde est Secrétaire de la Société de propagande coloniale de Tournai, Jean Ghislain est professeur à l'Université coloniale d'Anvers, André Gilson est ancien gouverneur de la Province orientale du Congo et certains seront ainsi membres de l'Amicale des coloniaux et anciens coloniaux de Tournai et du Tournaisis qui sera fondée le 19 mai 1946.

Une gestation durant la seconde guerre mondiale.  

C'est en 1942 qu'André Gilson propose l'idée de créer un cercle colonial à Tournai à son ami Georges Crombez. 

A sa création, le Cercle d'Expansion économique et colonial du Tournaisis poursuit un triple but :

la création d'une bibliothèque, d'un musée et la dispense de cours coloniaux. 

Seule cette école coloniale aura une existence réelle, la bibliothèque aurait réuni, en 1946, 1.200 ouvrages laissés dans des caisses en attente d'être catalogués et classés. Le musée se serait rapidement enrichi de dons faits par d'anciens coloniaux et des sympathisants. Parmi la collection, on rapporte que le Prince de Ligne avait offert un tableau d'Henri Kerels (1892-1956), intitulé "Ile Idwi". Tout comme les livres, les objets restaient, en 1946, dans l'attente d'être valorisés. Les collections comprenaient notamment des spécimens de la flore et de la faune congolaise, des échantillons de minerais, des maquettes, du matériel didactique et des objets d'art indigène.

L'école coloniale

Le troisiène but, l'école colonial, a vu le jour. Elle a tout d'abord été installée dans des locaux mis à disposition par la Caisse de compensation pour allocations familiales au 9bis de la placette aux Oignons (au bas de la rue Perdue), elle déménagea de façon tout aussi transitoire au sein de l'Athénée Royal, à la rue Duquesnoy pour se retrouver de façon définitive, dans une salle située au sein de l'hôtel particulier du Président Raphaël Pollet, situé au 22-23 de la rue Saint-Brice. 

A sa création, les cours été répartis sur deux années, on y enseignait durant celles-ci : la Politique d'administration et éléments de politique indigène, la déontologie, l'Hsitoire du Congo, la Géographie du Congo, l'introduction à l'étude des langues congolaises et Lingala, l'Hygiène tropicale, le Commerce et la comptabilité, et des options pour se diriger vers les carrières administratives, agricoles, minières et commerciales au sein de la colonie.  

Le postulant ne devait payer aucun minerval à son inscription. Dans les premiers temps, l'école coloniale était soutenue financièrement par des mécènes, elle reçut ainsi 50.000 francs belges des entreprises coloniales de la Société Générale de Belgique et par la suite un subside annuel de 5.000 francs belges, porté par la suite à 10.000 francs belges du Ministère des Colonies. L'argent a servi à l'aménagement des locaux et à la rémunération des différents professeurs. 

A son ouverture, l'école coloniale va connaître un engouement certain puisque 61 élèves s'y inscrire en janvier 1944. Après une première restructuration intervenu en 1946 (réduction à une année de cours), l'école coloniale va subsister jusqu'au milieu des années cinquante, probablement jusqu'à la mort de son Président, Raphaël Pollet survenue le 18 mai 1957. L'accession du Congo à l'indépendance le 30 juin 1960 aurait mis fin à cette aventure imaginée par des Tournaisiens ayant des liens avec cette partie de l'Afrique. 

(sources : bref résumé d'une étude de Thibaut Ghils parue dans le n°1 de janvier-février 2012 de la Société Royale d'Histoire et d'Archéologie de Tournai - "Biographies tournaisiennes des XIXe etXXe siècle" de GastonLefebvre).

S.T. mars 2013




09:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, école coloniale, raphaël pollet |