29 mars
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (217)

Beonnes Fiêtes de Pâques et surtout n'obliez pos d'canger l'horloche !

Pâques, ov'là ein meot magique, même si beauqueop ont oblié s'sens profeond de l'Résurectieon, i-reste au feond des coeurs l'symbole du retour du Printemps, des p'tits osieaux et de l'apparitieon des prumiers bourgeons. 

On in a (presque) fini ave l'hiver et s'cortèche de misères, i-va faire désormais clair jusqu'à nulle heure puisqu'on va, pindant l'nuit, canger les heures. 

L'cang'mint d'heure, inter nous, cha a été eine riche trouvalle et cha date d'jà d'millle nuef chint septante treos (quand les ceusses de l'OPEP i-aveot'ent serré les robinets à pétrole), cha fait quarante ans que je n'sus toudis pos d'accord pasque j'sus conte toutes les manipulatieons. 

Ch'est pou faire des écolomies d'énergie qu'on nous a dit, bé ahais, ch'est surtout pou faire marcher l'commerce pus lommint de l'nuit, et pindant tout l'été ainsin, les terrasses des bistreots i-seont pleines jusqu'à eine heure au matin, ch'est fiête pou les osieaux d'nuit et les quervassins et in puque, cha beot, cha parle fort, cha berle et puis, tout à n'ein queop, d'ssus, cha s'buque, i-feaut alors faire v'nir quate ou chinq policiers pou calmer ces artisses et tout cha, bin seûr, ch'est ave nos liards, ch'est pos gratis ! Asteur, si te deos ouvrer l'lind'main au matin, te peux mette des boules dins tes orelles pasque les wiseux i-n'orwettent pos leu rével. Ch'est vrai qu'asteur on n'ravise pus à la tranquilité de s'visin, on reste à berler in plein mitan de s'gardin.

Ch'est les Pâques !

On n'veot pus su l'Marché aux Fleurs du Verdi Saint les belles dames venir étrenner leu nouvelle toilette, fin mars, i-fait bin treop freod et i-a beauqueop d'orwettiants et des acateux presqu'à l'sauvette. Ch'est fini l'temps, des bieaux capieaux et des ombrelles, asteur, on prind s'parapuie pou s'protéger de l'grêle. Vous riez, mais i-n'faudreot pos ête étonné, les gruéaux d'mars i-n'seont pos 'core cait. I-a fait beon à l'Noë, à Pâques on va ête ingélé.

Des infants, on n'in veot pus bramint queurir l'diminche au matin au feond du gardin pou trouver sous les sapins ou les arums, les ouès d'Pâques que Marie-Pontoise, l'cloque de l'cathédrale, elle aveot laicher caire in orvenant d'Rome. 

Mais i-a quand même eine cosse qui n'a pos cangé, ch'est l'lindi d'Pâques au Meont de l'Ternité. Quate ou chinq milles perseonnes veont faire à l'Marche à bâteon, i-veont in bande joyeusses déquinte et ormonter l'meont, passer dins les p'tits qu'mins, dins les beos et les pâtures, cacher après ein passache inter deux héyures et après avoir chifflé eine crasse pinte ou bu eine beonne bière, i-veont, pétête, bin minger au sommet du Meont Saint-Aubert. I-ara des joueux d'accordéon pou faire valser les gins et même eine messe in patois tournisien.

Nous eautes, à l'maseon, comme tous l'z'ans, on va minger du bédeo ave des croquettes et d' z'hariqueots, j'sins d'jà l'beonne naque d'ale comme dins les maseons provencales.

Saim'di au soir, j'vas acore ête de corvée, toutes les pindules, j'vas devoir les avancher, j'ai d'jà fait l'queompte, j'd'ai pou eine demi-heure pou tout ormette à l'beonne heure, hureus'mint que su certains apparels élestroniques, l'cang'mint i-est intièr'mint automatique. In octope, ch'est pire acore pasque que là i-feaut les orculer et j'deos faire l'tour de l'horloche tout intier pou les régler. J'comminche toudis ceul ouvrache à siept heures au soir et bin que j'orcule d'eine heure, espliquez-me pourquoi quançque j'ai fini, i-fait tout noir. Neon, neon, vous n'me ferez pos canger d'opinieon, mi, ch'est seûr, j'appelle cha eine manipulatieon.  

Edmeond i-m'a dit pou m'rasseurer ou bin puteôt pou m'consoler :

"Eine de puque ou eine de moinse, on est quand même toudis roulé pa les ceusses qu'on a éli pou nous diriger, tout c'que rêve'tent nos édiles, ch'est comme si ch'est l'évangile, on a appelle cha, d'puis toudis, l'seo du pouvoir, asteur, on va jusqu'à décider quançqu'i-f'ra noir".

Vous savez ce qui m'f'reot l'pus plaisi, ch'est de m'laicher ein commintaire, si, à l'feos, lindi au matin, vous avez oblié d'canger l'heure et que vous êtes acore à celle d'hiver !

In attindant, l'Optimisse vous souhaite eine beonne fiête de Pâques. 


(lexique : ov'là : voilà / beauqueop : beaucoup / oblié : oublié / les osieaux : les oiseaux / prumiers : premiers / canger : changer / l'cang'mint : le changement / inter nous : entre nous / mille nuef chint septante treos : mille neuf cent septante trois / serré : fermé / toudis : toujours / les écolomies : les économies / ahais : oui / lommint : longtemps / ainsin : ainsi / les bistreots : les cafés / les quervassins : les ivrognes / et in puque : et de plus / cha beot : cela boit / cha berle : cela crie fort / tout à n'ein queop : tout à coup / s'buquer d'ssus : se taper dessus, se bagarrer / les artisses : les artistes / les liards : l'argent / ouvrer : travailler / les wiseux; les oisifs / orwettier : regarder / asteur : maintenant / raviser : regarder / l'visin : le voisin / in plein mitan : au beau milieu / l'gardin : le jardin / Verdi : vendredi / treop freod : trop froid / les orwettiants : les pectateurs / des acateux : des acheteurs / les capieaux : les chapeaux / l'parapuie : le parapluie / les gruéaux d'mars : les giboulées / caire : tomber / l'Noë : la Noël / ête ingelé : être gelé, avoir bien froid / bramint : beaucoup / queurir : courir / les ouès : les oeufs / laicher : laisser / orvenant : revenant / eine cosse : une chose / l'Meont de l'Ternité : le Mont de la Trinité, autre désignation du Mont Saint-Aubert / déquinte : descendre / ormonter : remonter / les qu'mins : les chemins / les beos : les bois / les pâtures : les prairies / les héyures : les haies / chiffler : boire d'une seule lampée / pétête : peut-être / nous eautes : nous autres /  l'bédeo : l'agneau, jeune mouton / l'z'hariqueots : les haricots / l'beonne naque : la bonne odeur, le parfum / l'ale : l'ail / avancher : avancer / l'queompte : le compte / ormette : remettre / hureus'mint : heureusement / octope : octobre  / commincher : commencer / ceul ouvrache : ce travail / neon : non / seûr : sûr / rasseurer : rassurer / puteôt : plutôt / ein de puque ou eine de moinse : une de plus ou une de moins / les ceusses : ceux / éli : élu / l'seo du pouvoir : al soif du pouvoir / quançque : quand, lorsque / l'plaisi : le plaisir / laicher : laisser / à l'feos : parfois).

(S.T. Mars 2013). 

17:38 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Au détour d'une recherche en rapport avec Tournai sur le net, je suis plus que souvent conduite sur votre blog. J'en apprend toujours d'avantage sur ma jolie Tournai tout en m'amusant...
Merci l'Optimiste et joyeuses fête de Pâques.

Écrit par : VéroGrim | 30/03/2013

Répondre à ce commentaire

Bonsoir cher Serge,
Merci, grâce à toi j'apprends le tournaisien, ce n'est pas très facile !
Je te souhaite de joyeuses fêtes de Pâques. J'espère que ce n'est pas Noël, on ne sait plus trop quoi.
Je t'envoie de gros bisous.
Profite bien de ton week-end.

Écrit par : Mousse | 30/03/2013

Répondre à ce commentaire

je vous remets le bonjour de paulette marissal(ma voisine) qui a tenu la buvette de l union pendant des années.elle vient de lire l article sur le courrier vous concernant.
ça lui a fait un plaisir fou de vous lire et aimerai vous revoir pour parler du bon vieux temps comme on dit. ç est fou la mémoire qu elle a concernant la région de Tournai.
merçi de lui avoir fait plaisir et bonnes fetes de paques

Écrit par : adam | 31/03/2013

Répondre à ce commentaire

C'est avec beaucoup de plaisir que j'aimerais rencontrer Paulette, je garde un excellent souvenir d'elle et d'Emile ainsi que de leur fils André, ancien joueur, que je rencontre encore de temps en temps. Nous pourrions échanger des souvenirs Rouge et Vert. Dès que possible, je viendrais la voir.

Écrit par : l'Optimiste | 31/03/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour cher Optimiste,
Toutes mes félicitations pour votre blog relatant l'actualité d'une manière ironique et humoristique de notre ville(ce qui en fait son attrait) ainsi que de la richesse des articles liés à notre histoire et notre folklore de Tournaisien. Je viens souvent à la recherche d'articles pour de la documentation tout en appréciant votre plume picarde.
Je me demandais mais qui pouvait être cet Optimiste ... L'article paru cette semaine dans la presse en leva le rideau.
Bonne continuation Serge, fais toi plaisir à nous apporter plaisir.

Écrit par : FERON | 01/04/2013

Répondre à ce commentaire

Ah, je vois que tu as eu des réactions suite à l'artice du "Courrier de l'Escaut". C'est bien si tes recherches et ton blog sont reconnus. Passe une bonne semaine Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 01/04/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.