25 mars
2013

Tournai : les chantiers refleurissent !

Il y a quelques jours, j'évoquais le timide redémarrage des chantiers dans les rues de la cité tournaisienne, un peu comme un perce-neige qui pointe ses frêles pétales au premier rayon du soleil. Cette fois, les divers engins de génie civil sont entrés en action et les grues reprennent peu à peu leurs ballets aériens.

Le quartier cathédral.

La rue du Four Chapitre à peine terminée (les pavées de la partie de droite n'étant pas encore scellés) a été, sur une demi-largeur, ouverte à la circulation pour permettre aux véhicules montant la rue des Choraux de ne pas se retrouver dans une impasse. En effet, on vient de débuter le chantier de la rue des Orfèvres. Lundi et mardi, les pavés ont été enlevés et depuis mercredi les engins creusent les tranchées pour les impétrants. Quatre mois, au moins, seront nécessaires pour la rendre, rénovée, à la circulation. Les commerces restent accessibles en empruntant de minuscules trottoirs ou supposés tels.

Sur la place Paul Emile Janson, entre la rue de l'Hôpital Notre-Dame et la rue de la Lanterne, on creuse une tranchée afin de placer de nouvelles conduites d'eau.

Très prochainement, le chantier de rénovation de la rue de l'Hôpital Notre-Dame va démarrer, il  devait, normalement, déjà être en activité depuis le 15 mars, si on en croit un communiqué de l'Administration Communale, mais l'expérience nous a appris que rarement les délais de mise en oeuvre sont respectés, il semble toujours exister une divergence de vues entre le maître d'oeuvre et la firme chargée de réaliser les travaux, en clair, les Tournaisiens ont désormais compris que la vérité de l'Administration Communale est rarement en adéquation avec celle des acteurs de terrain. L'axe gare-beffroi, emprunté quotidiennement par des milliers d'automobilistes, va donc être interrompu pendant près de six mois et il sera vivement conseillé de l'éviter si cela est possible !

Au prochain conseil communal de ce 25 mars, les édiles seront amenés à examiner l'autorisation d'ouverture à la circulation de la rue des Puits l'Eau, dans sa partie basse, fermée depuis bien longtemps mais terminée depuis de nombreuses semaines. Elle pourra être empruntée par les automobilistes à vitesse très réduite, il s'agit d'une zone partagée entre piétons-voitures. 

La tour Marie de la cathédrale Notre-Dame est la première à recevoir son corset de fer. Depuis cette semaine, des ouvriers installent l'échafaudage qui va la ceinturer pour quelques années. L'Optimiste s'est rendu sur les lieux, ce vendredi 22 mars, et a pu constater que la construction métallique dépassait déjà la moitié de sa hauteur, soit une quarantaine de mètres ! Les autres tours bénéficieront ensuite du même traitement de protection et, avant l'automne, les cinq clochers disparaîtront à la vue des Tournaisiens et des visiteurs le temps nécessaire pour se refaire une beauté. 

Sur la place Paul Emile Janson, les travaux de démolition de l'ancien immeuble du Courrier de l'Escaut situé à l'angle de la rue de l'Hôpital Notre-Dame et du Curé Notre-Dame devaient débuter il y a quelques semaines, force est de constater que rien ne bouge. No Télé et la presse régionale nous ont donné, ce jeudi 21 mars, la raison de cet immobilisme affligeant : le projet présenté par l'architecte a reçu les autorisations nécessaires mais les responsables de la Ville négocient avec lui et le promoteur quelques modifications de façon à que la bâtiment puisse mieux s'intégrer dans ce site situé jute au pied de la cathédrale. A la découverte du projet dont les photos sont parues lors du second semestre de 2012, l'Optimiste avait eu son attention attirée par quelques "détails", notamment au niveau de l'imposant gabarit, qui pouvaient faire coup de poing dans le paysage urbain du centre-ville car ils rompaient l'harmonie avec les immeubles voisins (voir l'article du 20 septembre 2012).

Sur cette même place Paul Emile Janson, il y a toujours peu d'animation au niveau du chantier du nouveau Centre de Tourisme et son ouverture n'est pas encore programmée pour demain. Il devait normalement être inauguré pour la saison touristique 2012 (avril) mais la faillite de l'entreprise chargée de la réalisation a fait perdre de nombreux mois, l'ancienne majorité avait probablement secrètement espéré de l'inaugurer à la vielle des élections d'octobre 2012, en guise de cadeau d'adieu aux Tournaisiens, mais elle a été obligée de remiser ses espoirs, la nouvelle majorité issue du scrutin d'octobre a peut-être songé faire coïncider l'ouverture du Centre avec le début de la nouvelle mandature (janvier 2013), mais ce fut encore peine perdue. 

Il va bientôt avoir du changement dans ce qu'on appelle l'ilôt Palace, du nom du cinéma qui situé à cet endroit jusqu'en 2005, la Presse locale nous annonce que le restaurant "Chez Pietro" qui se dresse encore fièrement au milieu des ruines fermera ses portes dans deux mois. Le bâtiment sera voué à la démolition mais on ne sait pas encore si le terrain accueillera des immeubles à appartements avec rez-de-chaussée commerciaux comme le souhaiterait un promoteur tournaisien ou bien un hôtel ***, rêve d'un investisseur étranger à la région, sensé prendre la succession du projet pharaonique de la "tour Michelin" rejetée par une majorité de Tournaisiens.

La place de Lille

L'immeuble de l'ancien hôtel "Aux Armes de Tournay" et la maison voisine sont en cours de rénovation, ils disparaissent eux aussi derrière un échafaudage muni de toiles plastifiées. A l'arrière, les travaux de construction d'un parking sur deux étages avancent rapidement, on peut voir ce chantier dans la rue As-Pois. 

La Grand'Place.

Le rude hiver a un peu plus attaqué les pavés de la Grand'Place. Celle-ci devait déjà faire face à l'inconscience des automobilistes (surtout français, il faut hélas le constater) qui ne respectent pas les règles de stationnement, à l'ivrognerie d'autres conducteurs qui détrusient les potelets censés délimiter les zones de circulation et la partie réservée au piéton, aux véhicules beaucoup trop lourds envoyés par un GPS capricieux qui descellent les pavés sur leur passage, voici maintenant que la partie qui supporte les jets d'eau s'est affaissée et a du être protégée par des barrières "nadar" du plus bel esthétisme. Cette jeudi, à hauteur de l'église Saint-Quentin, un ouvrier communal recelait des pavés qui jouaient un air de castagnettes au passage des piétons, tandis que d'autres plaçaient des barrières pour remplacer, provisoirement, les potelets disparus. A raison d'environ quatre cents euros le potelet, les comportements inciviques de certains coûtent cher à la population tournaisienne.

Depuis ce lundi 25 mars, la rue des Carmes qui relie l'église Saint-Jacques à la place de Lille est interdite à la circulation.

Les autres chantiers dont on parle

Tournai est la ville la plus étendue du royaume, les mandataires communaux se doivent de ne pas privilégier le coeur de la cité par rapport aux autres villages qui la composent. De nombreux chantiers vont débuter dans les prochains jours ou dans les prochaines semaines :

- renouvellement du  revêtement de voirie à la rue de la Prévoyance (poursuite du chantier dont les premières phases se sont déroulées en 2012) et à la rue du Crampon, réfection complète et pose d'un nouvel égouttage à l'avenue des Erables, réalisation de nouveaux trottoirs à l'avenue Beau Séjour et Vert Bois après Pâques, amélioration de l'égouttage à la chaussée Romaine en ce qui concerne Tournai.

- Travaux de réfection de voiries à Gaurain-Ramecroix, Kain, Bandain, Hertain, Orcq et Templeuve et sécurisation de la voie cyclable entre Tournai et Vaulx en ce qui concerne les villages.

Pour y passer tous les jours, je puis vous assurer que le chantier de l'avenue de Troyes n'évolue pas, si il y a un seul ouvrier présent, il sort probablement de la tranchée à la nuit tombée !

A la place Reine Astrid, on recule progressivement le périmètre de sécurité établi autour de la salle des Concerts, la situation se dégrade rapidement surtout en raison des mauvaises conditions météorologiques. Ce n'est probablement pas demain la veille qu'on verra les ouvriers entrer en action. Les plans de rénovation ont été présentés dans le courant de l'année 2012, l'accord a été voté par l'Administration Communale mais... il y a encore bien des écueils à franchir, d'autres pouvoir doivent non seulement marqués leur accord de subside mais également provisionné le montant de leur intervention dans leur budget et c'est un mot qui fait bien peur à l'heure actuelle... On ne parle plus du parking souterrain sous le parc communal et on peut s'en réjouir, voici un endroit idyllique de la Ville qui aurait été massacré pour de nombreuses années pour la réalisation d'un second parking alors que le premier n'est même par opérationnel ! En effet... la rue Perdue a été réouverte à la circulation, il y a près de trois mois, et le parking souterrain y construit n'est toujours pas "viabilisé" et ne peut donc être occupé. On évoque avec insistance la raison pour laquelle son ouverture serait retardée, cela résulterait de la négociation prochaine d'un nouveau contrat global de gestion du parking au centre-ville et on sait que l'administration communale souhaite charger la société de le gérer. Les commerçants de la ville viennent d'ailleurs de recevoir cette semaine un avis à ce sujet dans leur boîte aux lettres.

En conclusion.

Il faut bien l'avouer, la situation n'est jamais fort agréable pour qui doit subir les inconvénients d'un chantier. Qu'il soit commerçant ou particulier, bruit, poussières ou boues, difficultés pour arriver au magasin ou au domicile sont les aléas incontournables d'une rénovation ou d'une transformation et chacun sait qu'il faut, très souvent, savoir souffrir pour obtenir une meilleure situation. Ceci étant admis, le pire ce sont ces chantiers qui s'éternisent par manque de concertation et de collaboration entre les différents intervenants, par une mauvaise coordination et une organisation déficiente qui sont souvent l'apanage des entreprises belges occupées sur plusieurs chantiers simultanément (pour avoir la certitude de remplir leur carnet de commandes) sans avoir le personnel en suffisance pour y faire face. Le rôle du maître d'oeuvre est de surveiller le bon avancement des travaux mais si cela est monnaie courant dans le domaine privé, c'est encore loin d'être le cas dans le domaine public, la meilleure preuve nous est donnée quand une administration nous annonce le début d'un chantier et que le responsable des travaux semble s'en moquer éperdument parce que ce n'est pas dans son planning personnel. 

Contrairement aux particuliers, les pouvoirs publics doivent constituer des dossiers qui passent d'une administration à une autre (Province, région Wallonne, Europe parfois) et le cheminement est souvent très lent, il ya donc loin de la coupe aux lèvres. 

En attendant, l'hiver qui se poursuit ne permet pas d'être optimiste quand à l'accélération des chantiers !

 

 (S.T. mars 2013)

 

09:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, travaux, chantiers, rénovations |

Commentaires

Bon courage lors de tous ces travaux, bonne semaine et bon marché aux fleurs (croisons les doigts pour la météo). A bientôt Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 26/03/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.