21 mars
2013

Tournai : "plumes de femmes"

Quand des inconnues nous réconcilient avec la scène

On a coutume de dire que le théâtre n'est que le reflet de la société et, depuis quelques temps déjà, je l'avoue, les créations ne m'ont jamais autant ennuyé. Les pièces qui envahissent nos scènes font nettement moins référence à l'Amour qu'à la Haine, heureusement, le spectacle qui nous a été donné d'assister nous a permis, ce 20 mars, d'enfin... nous régaler. 

Intitulé "Tout feu, Tout femme", il était la nouvelle création du groupe "Plumes de femmes".

Nous avions assisté, mon épouse et moi-même, à leur première apparition sur la scène de la Salle des Concerts en janvier de l'année dernière et c'est avec plaisir que nous les avons revues en cette soirée dite printanière. 

Huit femmes comme dans la comédie policière de François Ozon sortie sur écran en 2002, huit femmes qui se retrouvent dans un vaste appartement face à la mer. Elles sont là pour leur atelier d'écriture dirigé par les Ecrivains Publics de Wallonie Picarde, elles sont venues pour un week-end de travail, pour écrire les textes qu'elles présenteront bientôt et elles ont, pour cela, toute une journée devant elles.

Huit femmes qui vont évoquer leurs souvenirs, parler de tout et de rien, de l'Amour, de la Mort, en lisant de soi-disant lettres trouvées dans un coffret chez un vide-grenier. Elles vont inventer des jeux pour se découvrir peu à peu (Si tu étais...), elles vont avec beaucoup de pudeur évoquer leur vie, leurs petits et gros soucis faisant naître, dans la salle, sourires ou émotions. 

Huit femmes qui aborderont des thèmes aussi divers que l'horoscope, le bonheur, la maladie d'un proche ou la leur, des aventures sentimentales, leur situation familiale, huit femmes qui parleront de leurs chanteurs préférés et qui n'hésiteront à pousser la chansonnette en rapport avec leur conversation.

Huit femmes, dont Annick qui est là pour les canaliser, pour leur rappeler le but de ce week-end organisé mais qui, par l'enthousiasme des sept autres, sera vite débordée.

Huit femmes qui arriveront à la fin d'une journée d'amitié partagée sans avoir rien préparé. 

Les spectateurs ont été captivés par ces tranches de vie narrées sans emphase, ils avaient l'oreille collée au mur d'un appartement de la digue et écoutaient, sans ennui, sans longueurs, ces huit femmes converser.

Elles se voyaient peut-être en haut de l'affiche, applaudies par la foule et adulées des riches mais ces huit femmes ne se prennent pas pour des vedettes, elles n'ont pas attrapé la grosse tête, toutefois par rapport au tout premier spectacle, nous avons constaté qu'elles avaient acquis de l'expérience, montré beaucoup plus d'assurance.

Les auteurs modernes aux idées si noires devraient parfois se regarder dans un miroir et s'inspirer de leurs trouvailles pour un peu renouveler leur si démoralisant travail. Je ne suis pas un critique et mes propos peuvent paraître dithyrambiques, ils sont pourtant le juste reflet de l'excellente soirée que nous avons passée. 

Chris, Francine D, Francine J, Francine L, Nadine L, Nadine W et Patricia, en compagnie d'Annick, d'Eliane et de Suzanne, leurs Ecrivains Publics, vont désormais reprendre le chemin des Ateliers d'écriture, probablement pour nous concocter une nouvelle et unique représentation de ce qui est devenu peu à peu leur passion.

(S.T. mars 2013)

Commentaires

Bonsoir Serge,
Tes explications donne l'envie d'aller voir cette pièce.
Tu as raison, il n’y a rien grand-chose en ce moment, les films idem, c'est d'une monotonie, mais tu as l'air d'avoir apprécié et tant mieux.
Tu vois les femmes, elles épatent, (rires).
j'espère que ce n'était pas trop grave pour toi.
Je te souhaite le meilleur et une très bonnes soirée.
Je te fais un bisou et prends bien soin de toi.

Écrit par : Mousse | 21/03/2013

Répondre à ce commentaire

Oups, je ne vois pas mon commentaire, mais je pense que j'ai mis "donne' et c'est "donnent", je ne sais plus, je pense que j'ai fait une faute.

Écrit par : Mousse | 21/03/2013

Répondre à ce commentaire

Hélas, Mousse, ce spectacle est toujours un "one-shot" et les Tournaisiens absents eurent tort. Bises. Serge

Écrit par : l'Optimiste | 22/03/2013

Répondre à ce commentaire

Bon week-end Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 22/03/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.