23 mars
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (216)

L'informatique !... bé ch'est dramatique.

Elestronique, informatique, robotique, te n'intinds pus qu'cha dins l'bouque des infants d'asteur et nous eautes, les p'tits rotleots des ainnées chinquante et soixante, qu'on est acore né à l'ère du porte-pleume et du bouillet-compteur, on a ein peu d'mal à comprinte commint tout cha fonctieonne. Tout i-est automatisé, tout i-est informatisé ! 

Pasqu'i-paraît que ces bieaux machins, cha marche fin bin, pou vous l'moutrer, j'vas ichi vous raqueonter mes avintures ave les moyens modernes d'communicatieon, n'riez surtout pos, mais ch'est eine véritape désolatieon. A côté d'cha, l'histoire des "deux orphelines", bé ch'est d'la bibinne.  

Adeon, quand j'me sus réveillé saim'di passé, j'n'éteos pos treop dins m'n'assiette, dins l'glache, j'aveos eine sale tiête, j'aveos du mau à eine gampe, des picot'mints dins l'pied et ein guénou comme ein balleon d'fotbal bin gonflé. M'feimme, elle m'a dit d'app'ler l'docteur de garde et que l'luméreo i-éteot d'jà dins l'répértoire automatique du téléphone. Comme elle sait que je m'bats toudis ave l'botin et que, là-d'dins, je n'truèfe jamais rien (j'n'in peux quand même pos si j'sus ein innochint), elle a passé eine journée complète à inregister tous les neoms de nos amisses (bé ahais, on d'a eine banse, eine fameusse liste). Grâce à ceulle merveilleusse invintieon qu'est l'élestronique i-seont tertous classés pa ordre alphabétique, on comminche à Albert et on finit à Walter.  

"Où j'deos raviser, mon p'tit poulet " que j'li ai d'mindé.

"Tins, bé à médecin, à t'mote, te n'vas pos appl'er ein vétérinaire bin que t'es tell'mint biête qu'à l'feos j'pinse que cha s'reot nécessaire" qui m'a répeondu l'poulet que j'aveos agacé. 

"Cha... j'sais bin mais te comprinds j'hésiteos inter docteur et médecin".

J'ai consulté l'leongue liste de mes amisses. J, K, L, M.. MMa (zéro tracas)... Médecin de garde, l'ov'là.

"J'ai trouvé, te sais, i-est inter Matante Alice et Moneonque Batisse". 

"Bin seûr, on n'va pos l'ortrouver inter Cabaret Walleon que ch'est pou acater m'carte et, comme j'les aime bin les Fichelles Picartes. J'l'ai même intindu dire et bé paufe fieu, te conneos quand même acore l'alphabet, espèce de cafouilleu ?".

"I-est beon, va, n'crie pos, te l'as d'jà fait hier... d'jà qu'j'ai m'tiête comme ein peot d'fier".

"Allo, l'1733, j'sus malate et j'voudreos que l'docteur i-passe à m'maseon, je m'sus réveillé ave ein guénou comme ein balleon "

"Vous appelez d'où Monsieur" m'deminde l'standardisse qui aveot eine belle voix d'artisse.

"Bé, d'Tournai, l'ville des cheonq clotiers, pos leon d'Lille et d'Courtrai".

J'ai deonné ceulle précisieon pasque l'garcheon, après tout, i-n'habite pétête pos no régieon. 

"Je suis désolé, Monsieur, mais Tournai n'est pas encore repris dans notre service, vous devez composer l'autre numéro le 078.15.17.500".

"Pourtant dins l'gazette, ch'est l'luméreo que tous les s'maine i-est orpris" que j'li dis, tout naturell'mint et bin poli.

"Monsieur, je n'ai rien sur mon ordinateur, faites ce que je vous dis, votre zone sera reprise dans l'avenir".

"Bé, ahais tous les verdis, ch'est dins l'Avenir, n'avez pos acouté, j'viens d'vous l'dire". 

Adeon, j'appelle l'eaute luméreo et j'teombe su eine feimme qui ainsin m'dit :

"Voor het Nederlands, druk een, pour le Franças appuyez sur 2".

Voulant jeuer au pus malin, j'li d'minde "et pou l'Tournisien".

Elle continue sans sourciller : "cette conversation peut être enregistrée"

"Ov'là d'jà les menaces, bé, ave ceulle drôle, j'ai intérêt à n'pos faire l'guignol".

M'feimme elle veneot jusse de m'dire que je dev'neos seot que j'aveos parlé à ein robot, (j'n'aveos pos ormarqué, ceulle feimme aveot l'voix d'Annie Girardot) qu'infin ein heomme m'a dit "Allo".

"Bé l'ov'là, Mossieur, j'm'escusse de vous d'minder pardeon mais j'voudreos que l'docteur i-passe à m'maseon". Comme vous l'veyez j'aveos mis l'lanque de diminche.

"Vous habitez dans quel quartier ?".

"Bé... au Vert Bois !"

"A Béclers ?"

"Neon... à Tournai".

"J'ai beau chercher après votre quartier, je ne le trouve pas dans ma base de données"

"Bé si fait... orwettiez bin, cha s'truèfe au bout de l'rue Saint-Eleuthère"

"Saint-Eleuthère... Saint-Eleuthère j'd'ai ein, ha, vous habitez à Blandain ?".

Milliards, j'sus teombé su ein riche biec-beos, m'n'heomme, in puque j'sus malate, i-va m'rinte seot

"Je vais vous donner le numéro d'appel du médecin car, je regrette, j'ai beau chercher je ne trouve rien". A s'faceon d'parler, j'ai adveiné, qu'i-vouleot m'invoyer pourméner

"Quoisque vous dites... m'quartier i-n'est pos dins vot' informatique, alors, i-faudreot qu'on m'esplique pasque quand j'tape Google Maps su m'nordinateur, j'veos m'maseon, m'gardin et j'peux queompter mes fleurs et même que quand j'agrandis, j'veos les ringées de mes p'tits radis". 

J'ai téléphoné au docteur... ahais... jusse après avoir raccroché (vous ne m'prenez quand même pos pou ein annochint ou ein d'meuré) et pou ête seûr qu'elle arrive à m'maseon sans difficulté, j'ai comminché à li espliquer l'quémin pou arriver.

"Ce n'est pas la peine, j'ai un GPS" m'a arrêté l'jeone docteresse.

Ch'est pos l'tout d'avoir dins eine auteo un GPS acore i-feaut que d'dins, on y a mis m'n'adresse.

"J'arrive de suite pour vous examiner" qu'elle m'a dit ceulle file avec bramint d'humanité. 

J'éteos pos à m'n'aisse, j'éteos même in transe pasque, dins no quartier, on est souvint obligé d'guider les ambulances. 

Elle a toqué à l'porte après eine beonne heure, car au momint d'partir, elle aveot eu eine panne d'ordinateur, elle ne saveot pus lire s'n'agenda élestronique, pou tertous ein machin bin pratique quand i-na pos eine panne de l'élestrique. 

"Votre sonnette ne fonctionne pas", j'ai eu invie d'li dire "Mo Dieu.. si i-n'aveot qu'cha". 

Elle m'a inveyé à l'clinique pou faire ein examen échographique. 

Ch'est pos la goutte... ch'est normal j'ai eine vie d'ermite, ch'n'est pos eine fracture, ni même eine phlébite, on a lommint ravisé et on n'rien trouvé, i-paraît que tout i-éteot normal mais alors je n'comprinds pos pourquoi j'ai acore mal. 

Croyez-me, ch'est pos tout, acore eine affaire qui va m'rinte fou. Dix feos ou vingt feos sur ein journée, l'télépheone i-s'met à seonner. A peine debout, d'jà à huit heures au matin, i-a eine feimme qui veut m'vinte des caisses de vin ou ein heomme, ave ein accint étringer, qui m'présinte ses salles à minger. I-paraît que ces gins m'appellent d'Varsovie, du Pérou ou bin d'Estonie, cha deot coûter tcher et ch'est seûrmint queompter dins leu prix. 

Avant que mes gins comminchent leu bonimint, asteur, j'ai ein truc, d'eine voix neutre, j'répeond ainsin :

"Voor het Nederlands, druk een, pour continuer en Français, formez le deux, ce message peut être enregistré". J'ai pos fini d'parler qu'i-ont d'jà raccroché et mi j'sus fin bénaisse même sans agenda élestronique et sans GPS.

Vous savez, pou vife hureux asteur, i-n'feaut pus alleumer s'n'ordinateur, infin... si... i-feaut ouvrir vo n'informatique uniqu'mint pou lire mes artiques car, tu l'sais, ô binhureuse foule, ch'est pou ti que j'écris ces cacoules, ch'est pou tes mirettes qu'aujord'hui j'ai acore mis ces bernettes.  

 

(lexique : élestronique : électronique / l'bouque : la bouche / les infants d'asteur : les enfants de maintenant, d'aujourd'hui / nous eautes : nous autres / les rotleots : les roitelets, désigne les petits enfants / l'porte-pleume : le porte-plume / comprinte : comprendre / moutrer : montrer / raqueonter : raconter / ave : avec / véritape : véritable / la bibinne : désigne une mauvaise bière, ici traduit le sens d'une bricole / adeon: donc / saim'di : samedi / l'glache : la glace, le miroir / avoir du mau à ses gampes : avoir mal aux jambes / ein guénou : un genou / l'luméreo : le numéro / toudis : toujours / l'botin: l'annuaire des téléphone / je n'truèfe : je ne trouve / innochint : voir aussi annochint signifiant innocent /  eine banse : désigne un grand panier, parfois populairement utilisé pour désigner un grand nombre / ceulle : cette / tertous : tous / raviser : regarder / à t'mote : à ta mode, selon toi, à ton idée / tell'mint : tellement / à l'feos : parfois / leongue : longue / matante : ma tante, tante  / moneonque : mon oncle, oncle / bin seûr : bien sûr / ein fieu : un fils, un garçon / ein cafouilleu : un qui agit de façon désordonnée, sans aucune méthode / ein peot d'fier : un pot de fer / les cheonq clotiers : les cinq clochers / pos leon : pas loin / l'garcheon : le garçon / pétête : peut-être / orpris : repris / les verdis : les vendredis / ainsin : ainsi / jeuer : jouer / ov'là : voilà / ormarqué : remarqué / l'lanque : la langue / orwettier : regarder / ein biec beos : un balourd, un niais / in puque : de plus / seot : sot / adveiner : deviner / pourméner : promener / queompter : compter / les ringées : les rangées / jusse : juste / ein annochint : un innocent / comminché : commencé / l'quémin : le chemin / acore : encore / ceulle file : cette fille / bramint : beaucoup / toquer à l'porte : frapper à la porte / l'momint : le moment / lommint : longtemps / l'feos : la fois / tcher : cher / vife : vivre / alleumer : allumer / les artiques : les articles / les cacoules : les mensonges / des bernettes : des balivernes).

(S.T. mars 2013)

 

09:35 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Asteur pou mi ête hureux tout l'semaine, i-feaut qu'j'aleume m'n'informatique pou lire et partager tes artiques car, te l'sais bin, ch'est pou nous zeote que t'écris ces cacoules, ch'est pou nos mirettes qu'aujord'hui t'acore mis ces bernettes. Un bin gran merci de mi et del binhureuse foule qi t'admir.

Écrit par : VéroGrim | 24/03/2013

Répondre à ce commentaire

Bonsoir cher Serge,
Tu m'a fait rire, même si je n'ai pas tout compris.
C'est trop bon, j'imagine la conversation, c'est trop marrant.
Il faudra que je m'y mette pour apprendre le tournaisien.
Merci, j'ai bien ri.
Bonne et douce soirée, bisous.

Écrit par : Mousse | 24/03/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.