15 mars
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (215)

L'quinzaine du blanc

J'ai toudis pinser que l'quinzaine du blanc, ch'éteot fauqu'eine feos par an mais cha va finir pa ête comme les soldes qu'on appelle aussi braderie, déstockage, bazarderie ou bin liquidatieon, on va l'avoir tous les treos meos, à toutes les saiseons.

Attintieon, l'blanc, ch'n'est pos ce que vous pinsez, ch'est pos des essuies, du linche de tape ou bin acore des draps d'lit, l'blanc que j'vous parle ichi, ch'est les pleumes qui seont tombées su nos routes lindi et mardi, qui ont impêché certains d'quitter leu maseon, vous veyez... neon ! bé... l'neiche pou l'appeler pa s'neom.

L'mardi chinq du meos d'mars, vous vous in souv'nez, on veyeot les gins, pou l'prumière feos, aux terrasses des cafés, i-z'éteot'ent tertous alleongés comme si i-vouleot'ent d'jà bronzer. Ave dix-nuef degrés au thermomète, on éteot, i-a pos à dire, à l'fiête. L'printemps, infin, i-éteot arrivé, les p'tites mam'zelle éteot'ent d'jà à mitan déhabillées. 

Mais l'roche tarpéienne est proche du Capitole (j'ai mis ceulle phrase pou vous moutrer que j'ai ein peu d'culture comme diseot ein jeone cinsier qui v'neot, l' saim'di, su l'marché d'Tournai), l'bieau temps n'pouveot pos durer, in eine sémaine, ch'est d'vingt degrès que l'mercure i-a dégringolé. Eine véritape aubaine pou les médecins, eine orclame pou les pharmaciens, ein temps a attrapé ein orfroidiss'mint, à avoir roupie à s'nez et mouchoir à s'main. 

Lindi onze mars, l'carnaval i-est fini, à tierre i-n'a pus qu'des confetti, les derniers quervassins des confréries éteot'ent à peine rintrés à leu maseon qu'on a vu commincher à caire les prumiers flocons. On a vu blanquir les voitures, l'gazeon des gardins et les toitures mais on n's'in f'seot pos puisque su les routes cha fondeot. 

Ch'éteot pus l'même au soir, quand i-a comminché à faire freod et que l'noirglas su les qu'mins s'déposeot. Vers les dix heures, l'neiche est arrivée, sans crier gare, mi, j'éteos in plein mitan du boulevard, l'vint qui souffleot, colleot les morcieaux su m'n'auteo. Ch'est seûr, comme cha tombeot, on alleot avoir ein sapré dallache et j'plaigneos d'jà les ceusses qui, l'lind'main, deveot'ent partir à l'ouvrache

L'mardi, à siept heures au matin, i-n'aveot pos ein bruit, on n'intindeot rien, comme ein incrédule, j'ai ravisé deux feos l'pindule. Pa l'ferniête du heaut, j'ai vu alors l'tablature et j'ai compris pourquoi qui n'passeot pos d'voitures, i-aveot au moinse vingt centimètes et chinquante près de m'boîte à lettes, eine boîte vide pasque l'facteur i-n'éteot pos v'nu mette l'gazette. L'neiche elle cayeot toudis, elle l'aveot fait pindant tout l'nuit et n'feseot qu'aurminter l'hauteur du tapis.

A nuef heures, j'ai infilé m'capote et j'ai mis m'casquette et j'sus sorti armé de m'raclette. L'vint chiffleot et f'seot des congères (des congénères comme areot dit m'n'amisse Albert), j'aveos de l'neiche su mes neunettes, mes sorlets et m'casquette, j'racleos au hasard n'étant pos acore équipé d'ein radar. A ein momint, j'ai du m'orculer quand j'ai vu ce que du toit i-alleot dégringoler, comme dins les Alpes ou les Pyrénees, j'ai vu eine avalanche arriver. 

Deux heures après, l'vint i-aveot ramené l'neiche et i-a fallu orcommincher, je n'sinteos pus mes reins, mi qui souffère d'éfragile, j'aveos mau partout.

Comme les eautes feos, l'saleuse n'est pos passée, à croire qu'on n'paie pos nos impôts dins l'quartier, ainsin pou arriver à l'chaussée d'Roubaix, sans glicher, ni déraper, i-n'a qu'eine solutieon, t'laicher aller et faire des dévotieons. Prier que tout s'passe bien et qu'in face de ti n'vienne pos ein annochint, prier pou ti arriver presqu'à l'heure, sans bobeo, sans malheur.

Des ouverriers d'la Ville seont passés in camionnette pou vir si no rue n'orsimbleot pos treop à eine savonette, i-deveot'ent seûrmint avoir des problèmes aux mirettes pasqu'on n'a pos vu d'résultat à l'inquête. Comme i-a rien qu'i-a été dégagé, bé..., au soir, tout i-va geler et d'main au matin, aux p'tites heures, on f'ra acore l'valse des patineurs. "Tournez, Tournez, Tournai, Tournai", j'in attrape des toupiries et j'vas arrêter ichi. 

On pinseaot tertous que cha alleot durer deux ou treos jours, bé jeudi, on a acore vu l'neiche et les gardins éteot'ent acore tout garni. 

J'areos voulu ête britannique et avoir ein air flegmatique, j'areos voulu ête ein ours polaire pou résister à parel hiver, j'areos voulu ête ein esquimeau pour pouvoir indurer eine parel freod, mais j'sus tout biêt'mint tournisien et j'sus aussi ein fouteu d'gins

J'voudreos surtout pos les infoncer, ces brafes ouverriers seont des dévoués, i-ont fait ein ouvrache extraordinaire pindant tout l'leong hiver. Quand nous eautes on est bin au quieaud, dins no lit et dins les bras d'Morphée, eusses, i-seont su les routes, au freod et dins les camieons.  Même si, su m'tiête, j'n'in ai pos j'leur tire mon capieau. Eusses aussi i-ont pinsé, comme mi, que l'quinzaine du blanc n'alleot pos durer mais i-ont été obligé d'ruer tout l'sel que l'Ville aveot acaté.

Croyez-me, mes amisses, l'quinzaine du blanc, elle va béteôt laiché plache au printemps car, l'matin, j'intinds l'mauviart, l'carnarin et l'rotleot, j'intinds l'mauviart et l'carnarin canter.   

   

(lexique : toudis : toujours / fauqu'eine feos : une fois seulement / treos meos : trois mois / du linche de tape : du linge de table / acore : encore / les pleumes : les plumes / l'neiche : la neige / prumière : première / tertous : tous / à l'fiête : à la fête / eine mam'zelle : une demoiselle / à mitan : à moitié / ceulle : cette / moutrer : montrer / eine jeone cinsier : un jeune fermier / eine véritape : une véritable / eine orclame : une réclame / ein orfroidiss'mint ; un refroidissement / avoir roupie à s'nez : avoir la goutte au nez / ein quervassin : un ivrogne / commincher : commencer / caire : tomber / blanquir : blanchir / les gardins : les jardins / l'noirglas : le verglas / le qu'min ou l'quémin : le chemin / ch'est seûr : c'est sûr / ein sapré dallache : un sacré désordre, un fameux cahos / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / l'tablature : la situation anormale / au moinse : au moins / eine lette :  une lettre / aurminter : augmenter / chiffler : siffler / les neunettes : les lunettes / les sorlets : les souliers / orculer : reculer / souffère : souffre / l'éfragile : la névralgie / j'aveos mau : j'avais mal / glicher : glisser / laicher : laisser / annochint : innocent / bobeo : bobo / les ouverriers : les ouvriers / orsimbler : ressembler / des toupiries : des vertiges / biêt'mint : bêtement / ein fouteu d'gins : un moqueur, un ironique (mais sans connotation de méchanceté) / l'leong : le long / quieaud : chaud / ein capieau : un chapeau / eusses : eux / ruer : jeter / acater : acheter / l'mauviart : le merle / l'carnarin : le canari / l'rotleot : le roitelet).

(S.T. mars 2013)    

18:50 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Merci pour ces bribes tournaisiennes! J'ai l'impression d'entendre mon père parler, lui que je n'entends plus depuis sa mort en septembre septante-huit...

Écrit par : demillequand | 17/03/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.