02 mars
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (213)

L'hiver, queulle misère !

Infin, ch'est parti, vous pouvez ête rasseurés, on peut dire que l'printemps va béteôt arriver ! J'vous veos ichi v'nir ave vos gros sabeots, neon, neon, je n'sus pos acore Mossieu Météo, ch'est  pasque j'ai vu nos deux marmottes pourméner, ahais, Edmeond et Fifinnes, i-seont sortis d'leu terrier.

Mais j'deos quand même faire eine toute pétite restrictieon, vous dire l'répeonse que j'ai orchu à l'questieon : "Si j'vous veos ichi déhors, ch'est pasqu'i-va faire beon ?", Fifinne m'a répeondu: "Ch'est surtout qu'on a pu rien à minger à l'maseon, t'as compris, l'amisse, l'ov'là l'raiseon !".

Edmeond i-n'éteot pos treop bin, i-aveot orlevé l'col de s'capote, mis des mouffles à ses mains (bin seûr, on n'sareot pos les mette ailleurs) et infoncé, su s'tiête ein béret d'couleur bordeaux qui li donneot l'allure d'ein incien para-commando, bin qu'ave s'carrure d'athlète non vitaminé, ave ein parachute, à l'plache de déquinte, i-areot ormonté

"I-n'fait pas bin quieaud, j'truèfe que l'air i-est acore fraîque"

S'n'air i-éteot rinfrogné et l'teon in peu sec.

"Te sais, l'Optimisse, ein d'mes visins que t'as d'jà rincontré, Gasteon l'macheon, cha fait d'puis l'Noë qui n'a pus ouvré, comm i-dit toudis, i-est mis, in intempéries. Et l'garcheon i-est bin innuyé pasque au beon temps, quand i-est in congé, i-a bin des murs à orjointoyer, eine quémeinée qui feaut arringer pou l'impêcher d'bourler ou bin ein muret à meonter et pindant les meos d'été, si te veux queompter su ses services, te deos d'abord ête su ein liste. Ch'est pos l'même in hiver, quoisque te veux là faire, i-reste inserré comme ein leu dins s'maseon et... ch'est ainsi, qu'i-est presqu'au bord de l'dépressieon. Même dins s'gardin, i-n'peut pos ouvrer, i-a quand même essayé mais i-t'feaut piocher eine tierre durte comme du béteon si te veux saquer, pou faire eine soupe, ein seul porgneon. Dis hardimint, on est arringé, j'in attrape des coliques quand on m'dit que ch'est à causse du récauff'mint climatique".

Pou arrêter là, ceulle discussieon, j'ai cangé l'conversatieon. 

"Adeon... vous avez ortrouvé l'quémin des rues et des rulettes de no beonne vielle cité, cha a du vous faire dreôle, surtout quand on a été, comme vous, si lommint rinserrés ?".

"Les rues de l'cité... bé parlons in, on direot qu'elles seont sinistrées, comme in quarante, i-a des treos dins tous les coins et su les trottoirs, cha n'va pos mieux, quand te marches pa d'zeur, les dalles elles jeuent les castagnettes comme l'dintier de m'matante Mariette. I-d'a ein qu'i-m'a dit que comme i-fait treop freod, on n'peut pos mette d'l'asphalte, cha n'va pos t'nir. Du queop, j'li ai d'mindé si cha alleot resté ainsin lommint, i-ma répeondu qu'on aveot trouvé eine solutieon, car in heaut lieu, ch'est des malins, pou cacher ceulle misère, on va les boucher de mottes de tierre. Su l'momint, j'busieos à eaute cosse, j'ai cru qui parleot d'no bourguémette et j'me sus dit, on ira pos leon ave cha, on n'va pos savoir beauqueop in mette".

J'ai intindu, comme vous, no n'échevin d'la mobilité, saim'di dernier au journal de No Télé. Quand i-a parlé du Pont-à-Pont, su m'cayère, j'ai fait ein riche beond. L'réparatieon elle a duré pus lommint qu'prévu, pasqu'on deveot d'abord ête rasseuré que no vieux peont alleot supporter, sans broncher, les ingins qu'on alleot mette pas d'zeur pou l'réparer. Cha fait qu'i-a ein meos, i-passeot là, des p'tits rotleots, des véleos, des autobus, des camieons et des auteos, on a risqué eine belle, on areot pu les vir d'bourler tertous dins l'Esqueaut. Quand i-a v'nu à parler d'l'avenue d'Troyes, près du gardin d'la Reine, j'vous l'avoue, tout net, j'in ai presque perdu m'n'haleine, on a comminché i-a pus d'treos meos les travéaux, quand on a ouvère on a cait su bramint d'tuyéaux, comme i-a pos d'carte pou tout cha, on n'saveot même qu'i-z'éteotent là, l'échevin i-a dit ch'est comme ein puzzle, i-feaut ortrouver tous les morcieaux et Ores, Belgacom et l'compagnie des ieaux, i-s'rinvoittent la balle (cha ch't'a ti, cha ch't'a mi) et cha ch'est pos nouvieau. Si te passes pa Saint-Jacques ou l'Madeleine, i-t'feaut rouler in douceur si te n'veux pos foute in l'air tes amortisseurs. I-a tell'mint d'fosses et d'bosses à la rue Saint-Martin, que ch'est impossipe de n'pos caire d'dins. L'quai Dumon, ch'est in eaute cas, quand i-pleut, on a là, les lacs du Conémara. Bé, i-nous anneonché bin sorti des surprisses, no n'échevin Armand, de s'boîte... à malice. Dins les s'maines à v'nir, on va acore bin avoir de l'détoule et pou rouler in ville i-va falloir ête ein peu maboule !

On a quand même appris eine séquoi, ch'est que l'brafe édile i-prind s'n'auteo pou traverser no ville ou aller à l'hôtel de ville. Ch'est bin trop dingereux d'aller à moteo et d'faire du rodéo pou éviter les treos. On peut l'dire, au moinse, cha a l'mérite de l'sincérité et des discours qu'on intindeot avant cha nous a cangés. Avant ch'éteot puteôt : laichez nous agir à no guise, tout va très bien Madame la Marquise".

Pindant qu'on parleot, Edmeond trimbleot, j'pinseos qu'i-aveot freod mais Fifinne, elle ne s'in f'seot pos. Elle m'a dit :

"Ch'est ainsin, asteur, d'puis qu'i-a mingé tous les lasagnes qu'on aveot dins l'frigo, quand j'dis qu'on va ortourner à l'rue Montifaut, bé... i-partireot presque au galop. 

In leu disant à r'voir, jai ajouté :

"Te veux gagner bramint d'liards, Fifinne, j'vas t'deonner ichi eine beonne combine, va l'inscrire au Croisé Laroche pou l'tiercé, l'course i-va seûrmint l'gagner, mais comme quévieau pos comme jockey".


(lexique : queulle : quelle / bin : bien / rasseurés : rassurés / béteôt : bientôt : / ichi : ici / neon : non / pasque : parce que / pourméner : promener / ahais : oui / orchu : reçu / minger : manger / l'amisse : l'ami / l'ov'là : la voilà / orlever : relever / l'capote : grand manteau masculin souvent porté l'hiver / bin seûr : bien sûr / l'plache : la place / déquinte : descendre / ormonter : remonter / quieaud : chaud / fraîque : fraîs ou fraîche / l'macheon : le maçon / ouvrer : travailler / toudis : toujours / orjointoyer : rejointoyer / eine quémeinée : une cheminée / bourler : tomber / queompter : compter / inserré : enfermé / l'gardin : le jardin / durte : dure / saquer : tirer / eine porgneon : un poireau / à causse : à cause / ceulle : cette / canger : changer / adeon : donc / l'quémin : le chemin / les rulettes : les ruelles / lommint : longtemps / rinserrés : renfermés / les treos : les trous / pa d'zeur : par dessus / jeuer : jouer / l'dintier : le dentier / m'matante : ma tante / freod : froid / du queop : du coup / tierre : terre / l'momint : le moment / busier : penser / eaute cosse : autre chose / l'bourguémette : le bourgmestre, le maire / leon : loin / beauqueop : beaucoup / mette : mettre / saim'di : samedi / m'cayère : ma chaise / acore : encore / les ingins : les engins / ein meos : un mois / des rotleots : littéralement des roitelets, désigne aussi des petits enfant / tertous : tous / l'Esqueaut : l'Escaut / comminché : commencé / pus : plus / caire : tomber / bramint : beaucoup / avoir de l'détoule : avoir des ennuis / anneonché : annoncé / eine séquoi : quelque chose / au moinse : au moins / trimbleot : tremblait / asteur : maintenant / ortourner : retourner / à 'rvoir : au revoir / des liards : de l'argent / seûrmint : sûrement / l'quévieau : le cheval).

(S.T. mars 2013) 



09:19 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Tellement d'actualité... Merci l'Optimiste.

Écrit par : VéroGrim | 03/03/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.