23 févr.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (212)

Les lind'mains qui décantent

Hélas, no vie elle est ainsin faîte, ch'est vrai pou tertous et partout, joies et malheurs y pourmènent toudis bras d'ssus, bras d'ssous. Après t'avoir offert des momints d'bonheur, tout à n'ein queop, à t'porte vient toquer l'malheur. Te veyeos l'avenir à l'abri de l'misère et i-n'te reste pus qu'tes is pou braire

L'malheur i-est muché au détours du qu'min, dins l'gazette que t'ouvères au matin, te l'truèfes, à l' feos, dins t'boîte à lettes ou bin acore dins ein messache arrivé su internet. I-a pris l'forme d'ein faire-part ou d'eine nécrologie, ch'est l'anneonche d'eine mort ou d'eine grafe maladie.

Bin seûr, te pinseos que l'vie alleot toudis t'sourire mais ov'là que te perds jusqu'à l'invie d'rire car, su l'line du temps, l'nouvelle orsimpe à eine fracture, comme si on vouleot du beon temps que t'aveos eu t'faire payer l'facture.

Quand l'amisse de toudis, sans prévenir, pou Mulette ou Navieaux part, tout au feond d'ti, te sins t'coeur flaubir et te t'ortruèfes, tout seu, comme nurvart.

Quand l'maladie, ein jour, sans crier gare, s'invite à t'maseon, t'souhait'reot l'attraper à l'plache de t'feimme ou de t'garcheon.

Hélas, te n'queusis ni l'momint, ni l'indreot, te deos faire face et rester bin dreot. Pou rasseurer les eautes, t'affiches ein sourire su t'visache, te leu dis que t'in a vu d'eautes à t'n'âche, te pinses que te deos morte su't'chique, moutrer à tes infants que t'es acore dynamique mais eine feos qu'les gins i-seont partis, que te t'ortruèfes tout seu face à l'ennemi, t'corache te l'perds alors, et là, dins l'campe, te treonnes in pinsant à la mort.

N'ormettez jamais à pus tard eine invitatieon, n'restez jamais tout seu à vo maseon, profitez toudis des beons momints car vous n'savez pos d'quoi s'ra fait l'lind'main. Riez, mingez, buvez mais sans excès, prenez du plaisi quand vous l'pouvez, quand ch'est s'n'heure, n'laichez pos passer l'bonheur, on n'est pos v'nu su ceulle tierre pou vife comme des égoïsses, mais pou des malhureux s'mette au service et vife intouré d'amisses. I-a bin treop d'misères à soulager pour rester, su s'cayère, à ruminer.

Ahais, j'vous intinds d'jà, quoisqu'i-ch'a passé, l'babillarte de ceulle sémaine, elle n'est pos bin gaie ! Savez, mes gins, l'moral ch'est comme ein thermomète cha cait à l'feos bin bas... jusqu'au fin feond des cauchettes


(lexique : décanter : déchanter / ainsin : ainsi / tertous : tous / pourméner : promener / tout à n'ein queop : tout à coup / toquer à l'porte : frapper à la porte / les is : les yeux / braire : pleurer / muché : caché / le qu'min : le chemin, on dit aussi l'quémin) / te truèfes : tu trouves / à l'feos : parfois / l'anneonche : l'annonce / grafe : grave /  bin seûr : bien sûr / orsimpe : ressemble / Mulette et navieaux : noms des deux cimetières de Tournai / l'coeur flaubir : le coeur défaillir / nurvart : nulle part / l'plache : la place / l'garcheon : le garçon / queusir : choisir / l'indreot : l'endroit / dreot : droit / rasseurer : rassurer / d'eautes : d'autres / à t'n'âche : à ton âge / morte su s'chique : mordre sur sa chique, supporter stoïquement une épreuve / moutrer : montrer / les infants : les enfants /  tou seu : tout seul / l'corache : le courage / l'campe : la chambre / treonner : trembler / laicher : laisser / ceulle : cette / tierre : terre / vife : vivre / l'cayère : la chaise /  ahais : oui / l'babillarte : la lettre / caire : tomber / l'feond : le fond / les cauchettes : les chaussettes).

S.T. février 2013

09:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Remarquablement bien écrit et combien vrai ce " LES LIND'MAINS QUI DECANTENT" et que cela ouvre, tout grands, les yeux d'un maximum de tes lecteurs.
Cordialement. -- J.DCK

Écrit par : jacques DCK | 23/02/2013

Répondre à ce commentaire

CouraCHe garchéon! Cha va d'aller

Écrit par : VéroGrim | 24/02/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour Serge,
Tu me fais rire, je ne comprends pas grand-chose à se charabia, j’essaye.
Je comprends certaines phrases.
Le patois est très difficile.
J'espère que tu vas bien.
L'hiver est long, il y en a marre de la neige.
Comme je dis toujours, restons zen !
Bonne fin de journée et bonne semaine.
Je te fais un bisou.

Écrit par : Mousse | 24/02/2013

Répondre à ce commentaire

J'oublie,j'espère que tes soucis s’éloignent, je t'envoie de bonnes ondes et tu sais qu'il faut rester positif !
Je sais que tu l'es.

Écrit par : Mousse | 24/02/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.