11 févr.
2013

Tournai : la Piste aux Espoirs 2013

Du 27 février au 4 mars, la ville de Tournai va vivre sa 22e Piste aux Espoirs, le Festival international d'Artistes de Cirque.

La Piste aux Espoirs, quatre mots qui ravivent les souvenirs de notre jeunesse parmi lesquels la mythique "Piste aux Etoiles" produite et réalisée par Gilles Margaritis et présentée par Roger Lanzac, rendez-vous incontournable des soirées du mercredi sur l'ORTF, devenue mensuelle sur Antenne2, d'une exceptionnelle longévité puisqu'elle dura du 11 janvier 1956 au 29 octobre 1978. 

En nous résonnent les airs de l'orchestre de cirque dirigé par Bernard Hilda qui rythmait les numéros à couper le souffle venus du monde entier, en nous remontent les images des intermèdes d'Achille Zavatta, un des clowns les plus populaires de l'après-guerre.

Le cirque, un monde magique, un univers féérique pour petits et grands, une bulle de lumières où les exploits les plus fous prennent vie. Le cirque, une ambiance particulière, des senteurs qu'on ne trouve nulle part ailleurs. Le cirque, l'endroit où rêve et réalité se rejoignent pour le plus grand bonheur des spectateurs. 

Tournai a accueilli les plus grands chapiteaux itinérants que furent ou sont encore Médrano, Pinder, Bouglione en passant par Althoff, Toni Boltini, David Chipperfield, le Cirque de Moscou d'Oleg Popov ou encore le Grand Cirque de France, le cirque Plume, Annie Fratellini, Kröne et l'American Circus. Il n'est donc pas étonnant qu'on trouve au sein de la cité des cinq clochers de nombreux passionnés des arts circassiens.

Parmi ceux-ci Patrick Hourdequin, un Tournaisien installé à Monaco où il collabore au festival du cirque de Monte Carlo, Jean Paul Lenglez, libraire, grand ami des directeurs des plus grands cirques européens et Noël Coeck, journaliste et créateur d'un trio de clowns ont été, en mars 1988, parmi les fondateurs de ce festival international qui voulait encourager les artistes amateurs et les jeunes issus des écoles de cirques. L'appel qu'ils lancèrent trouva un écho plus que favorable dans le monde de la Piste. Ils furent des centaines à répondre à l'invitation des organisateurs tournaisiens et, tous les ans, ils vinrent de divers horizons, de l'école française de Châlon, du Lido de Toulouse, de Rosny sous Bois, de Marne la Vallée, de Chambéry, de l'école de cirque de Lyon, mais aussi de l'école de cirque de Montréal, du Théâtre de Suisse, du collège d'Etat et de Variétés de Kiev, de Wiesbaden, de Chine, de Hongrie, des Pays-Bas, de Grande-Bretagne, de l'Ecole supérieure des Arts du Cirque de Bruxelles et de Mômes Circus, l'école tournaisienne de cirque. 

Si la présence des grandes écoles de cirque apporta son lot de vainqueurs, des artistes belges furent néanmoins révéler par le festival : le clown Elastique et les Okidoks (les Tournaisiens Benoit Devos et Xavier Bouvier) notamment. 

En 2005, les nouveaux organisateurs sous la houlette de François Guilbert, qui ont pris le relais des anciens, décident de modifier la formule. La compétition entre artistes est définitivement supprimée. Finie la remise des Piste d'Or, d'Argent ou de Bronze, terminée l'attribution des Prix du Public ou de la Presse, oubliée la saine émulation entre les différents artistes qui se liaient d'amitié dans le Foyer des Artistes durant les journées que durait la Piste aux Espoirs. Le festival se transforme en "Biennale des Arts du Cirque", tout en conservant le nom qui fit sa réputation dans le monde entier de Pékin à Montréal, de Paris à Moscou, de Tournai à Toulouse. Une évolution que certains regretteront et que d'autres applaudiront, éternelle lutte entre les Anciens et les Modernes, entre les défenseurs des Traditions et les fanatiques du Progrès. 

La prochaine 22e édition de la Piste aux Espoirs sera donc la quatrième biennale du genre.

Si un chapiteau se dresse encore sur la plaine des Manoeuvres, à proximité de la Maison de la Culture, co-organisatrice de l'évènement avec No Télé, les Amis de Tournai et la Ville de Tournai, les prestations des artistes auront lieu dans divers lieux que ce soit dans des salles comme La Fenêtre (siège de Mômes Circus), la Halle-aux-Draps, le Centre de la Marionnette, la Maison de la Culture, l'école des Frères ou sur la Grand'Place ou la place de l'Evêché, comme pour un retour aux sources, au temps où les saltimbanques du Moyen-Age, précurseurs de nos cirques itinérants se produisaient sur les places des villes et des villages. 

On pourra y applaudir des spectacles tels le "Petit cirque éphémère les Zampanos" (F), "l'Homme Cirque-David Dimitri" (Suisse), "Ni Omnibus de Jean Paul Lefeuvre" (F), "Bibeu et Humphrey-l'Attraction céleste" (F), "Milan Szypura-l'Ecole de Cirque de Palestine", "les Filles du 2ème-Lady Cocktail" (B), "la Cie Circoncentrique" (B), "Sinué-Feria Musica" (B), "Thibault Cordonnier Cir(k)us", "l'Homme Cornu-Kurt Demy et la Cie Rode Boom" (B), "Cuerdo-Karl Stets" (Danemark), "le Carrousel des Moutons de Cie d'Irque et Fien" mais aussi les "Espoirs du Cabaret Plôt" (B), pôle cirque Lille Tournai en collaboration avec le Prato, les rencontres d'amateurs de Mômes Circus (Tournai), les spectacles Entre Nous (création) ou Ooups, les fanfares Don Fiasko et Fanfare Toi-Même.

Laissons le dernier mot à Dominique Rombaut de No Télé qui, dans son édito, à la bouche nous amène déjà l'eau :

"Pour vous, partout dans la cité, frissons et rencontres à gogo, cirque en tribu, pirouette en solo, envol en duo. En salle, sur les pavés, sous chapiteau, histoires contées, exutoires de biscotos qui nous donnent chair de poule et trémolos. Zoom sur la voltigeuse et le costaud, les trapèzes et les cerceaux, exploits d'amateurs et de pros...".

Du 27 février au 4 mars, Tournai se rappelera les grandes soirées de cirque !

Commentaires

Je suis allé hier à Tournai : promenade dans le centre-ville, repas de midi à la brasserie "Le pinacle" et découverte de la splendide bouquinerie "La bourse aux livres". Dommage que le Musée d'Histoire Militaire était fermé...

Par ailleurs, tu retrouveras des photos du carnaval de Tournai dans mon article sur les carnavals belges. A bientôt Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 12/02/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.