25 janv.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (209)

Raminvrances d'école.

Jeudi, à l'rue des Méaux, face de l'Impératrice, j'ai rincontré ceulle qui a été m'n'institutrice. Elle porteot ein neom incien, elle s'app'leot Clarisse et elle demeureot ave s'mamère rue Catrice, eine rulette pavée, pas bin leon d'l'églisse Saint-Brice. Vous adveinez que cha fut eine belle surprisse, i-aveot bin lommint que j'n'aveos pus vu Clarisse.

Mo Dieu, Mamzelle Clarisse quoisque vous advenez, j'vous ai orconnue car vous n'avez pos cangé ! Elle aveot toudis ses leongs ch'feux bin arringés, l'paire de neunettes posées jusse su l'bout de s'nez, l'air gentil qui nous aveot toudis rasseurés.

"J'pinse acore à ti quand j'vas su internet, l'matin j'vas lire t'blog su Skynet". 

"Quoisque vous dites, vous allez su l'informatique, je ne l'creos pos, à vo n'âche, bé ch'est fantastique". 

"Neon mais, j'n'in creos pos mes orelles, bé cha alors, te n'vas pos ichi m'printe pou ein vieux dinausore".

"Bin seûr que neon, j'conneos pos mal de vieux asteur qui passe'tent leu journée su ein ordinateur".

"On n'est pos âgé à quater-vingt treos ans, d'ailleurs mi j'préfère dire mes printemps, Laiche me te dire que si t'as d'parelles idées, garcheon, ch'est que te n'conneos pos bin no génératieon".

"D'not' temps, on aveot appris à faire des carculs, asteur, bé, eine infant su deux, in math i-est nul, n'dit pos l'contraire, ch'éteot, de l'sémaine, dins l'gazette et i-a même eu ein p'tit artique su internet, on a pos l'air de s'in rinte queompte mais pou mi ch'est grafe, à propeos, te deos surveiller tes fautes d'ortographe, si à l'feos on peut dire que ch'est des fautes de frappe, l'z'accords d' participes, ch'est des véritapes".

Et on a ainsin passé près d'eine demi-heure à orfaire l'meonte.

"Te sais, aujord'hui, être nul in mathématique, cha veut dire qu'i-ara béteôt pus d'technique, i-ara pus d'architectes, pus d'ingénieurs, pus d'savants et pus d'chercheurs. L'résistance des matériaux, ch'est tout aussi nécessaire pou savoir faire eine tour ou ein peont ou bin acore meonter eine maseon. Avec eusses on va vife dins des huttes in beos ou bin in torchis, à moinse qu'on ortourne dins les cavernes".

"Ch'est vrai, l'av'nir i-n'est pos bieau".

"Et no belle lanque française, bé... elle est massacrée, lis les commintaires des infos su internet te s'ras fixé, j'd'ai vu ein qui a osé mette ainsin : veillez m'escusé, mé sa vous ennuiré d'écrire dan une langue que je compren, à kroire que vous n'avé jamés été à l'école, bende d'abruti" et l'pire ch'est qui in a ein qu'i-li a répeondu tout aussi sec : tu pourré comencez à ne pa faire de fotes toi mème avant de doner des lesson !". Ch'éteot signé Meilleur commentateur"

A pos d'minder l'pire, je n'vous l'fait pos dire, ch'est à braire ou bin à morir de rire.

Mi aussi à l'école j'aveos mes faiblesses et i-feaut bin que je vous les confesse. 

"Quand j'éteos in secondaire, je n'éteos vraimint pos fort in chimie et ein jour, l'professeur, que ch'éteot eine dame, elle a comminché à mélinger des produits ave des éprouvettes, cha vireot d'tous les couleurs et cha bouillionneot comme dins ein caudreon d'eine vielle Marie-galousse, mi j'éteos bin muché, tout au feond, derrière les eautes pasque j'aveos l'pépète d'eine esplosieon, cha n'a pos raté, elle m'a orwettié et elle a dit ainsin : vous allez nous espliquer quoique cha fait, j'ai ravisé et j'ai dit : Madame, cha fait des bulles, ahais, mais ch'éteot seûrmint pos l'répeonse qu'elle attindeot pasqu'i-a l'pus belle des bulles qui a atterri su m'...bulletin, ch'est là que j'ai compris que je n'sereos jamais pharmacien". 

"Ahais, mais si cha s'passereot asteur, l'mopère viendreot vir l'professeur, i-l'soumettreot à l'torture et mettreot s'tiête dins l'saumure qu'elle aveot préparée et l'directeur de l'école i-devreot s'escuser, commint cha mette ein zéreo, neon mais des feos, on n'traite pus ainsin les infants, i-ont pus d'dreots que l'grands, pou les définte i-a asteur bramint d'avocats, pou les liards, i-défindreot'ent n'importe quoi".

I-n'aveot pos que l' cours de chimie qui m'donneot toudis des toupiries

"J'naveos pos l'corps fort élastique, j'n'ai jamais aimé l'cours de gymnastique, j'ai toudis pris cha pou des luméreos d'cirque, i-a d'jà dins no vie bramint d'raiseons d'caire que d's'inveyer culbuter in l'air, surtout que l'ceu qui deveot d'rattaper, bin souvin i-éteot..., comme qui direot, ein peu distrait".

"Je n'vous parle pos du cours de musique, l'professeur i-aveot l'art de queusir des morcieaux dynamiques : ceux qui pieusement sont morts pour la patrie (ont droit qu'à leur cerceuil la foule vienne et prie, parmi les plus beaux noms, leurs noms sont les plus beaux) - ch'a balançeot pos mal avec li- ou bin acore : la barcarolle, tout cha à eine époque où on écouteot Salut les Copains, l'soir, in rintrant, i-a pos à dire, ch'éteot vraimint démoralisant. Ein jour, in plein hiver, in v'nant de l'récréatieon, j'me sus ortrouvé su l'banc du feond, près d'ein radiateur détraqué qui cauffeot comme ein démeon et l'Jean Sébastien Bach d'service i-a comminché à jeuer s'barcarolle ave ein air triste. I-a pos fallu chinq minutes, l'caleur aidant, j'm'sus indormi, i-aveot pos d'dammaches sauf quand j'ai volé in bas de l'cayère, dins ein fracas su, l'carrelache, ein grand silence s'a fait, on areot intindu eine mouque voler et j'ai ramassé deux heures de retenue, ch'éteot l'tarif, ch'éteot bin connu".

"Quoisque t'aimeot bin final'mint à l'école" qu'elle m' d'mindé Mamzelle Clarisse.

J'areos pu li répeonte, sans li dire des mintiries, les dictées, les rédactieons, l'géographie, l'histoire de no pays, l'cours de dessin, les lanques ou bin acore l'biologie..."

Je n'sais pos pourquoi que j'li ai dit :

"Bé vous, Mamzelle Clarisse..." 

"Te s'ras toudis ein grand seot" qu'elle m'a dit et elle a rougi mais j'ai bin vu dins ses is que cha li aveot fait plaisi.

(lexique : raminvrances : souvenances / ceulle : celle / incien : ancien / s'mamère : sa mère / eine rulette : une ruelle / pos bin leon : pas bien loin / vous adveinez : vous devinez / lommint : longtemps / mamzelle : mademoiselle / quoisque : qu'est-ce que / advenir : devenir / orconnue : reconnue / cangé : changé / toudis : toujours / les ch'feux : les cheveux / les neunettes : les lunettes / jusse : juste / rasseuré : rassuré / acore : encore / l'âche : l'âge / les orelles : les oreilles / bin seûr : bien sûr / asteur : maintenant / quater-vingt treos : quatre-vingt trois / laiche me : laisse moi / parelles : pareilles / garcheon : garçon / des carculs : des calculs / ein artique : un article / s'in rinte queompte : s'en rendre compte / grafe : grave / à l'feos : parfois / véritapes : véritables / orfaire : refaire / l'meonte : le monde / béteôt : bientôt / vife : vivre / beos : bois / l'lanque : la langue  / ainsin : ainsi / braire : pleurer / ein caudreon : un chadron / eine vielle Marie-galousse : une vieille sorcière / avoir l' pépète : avoir peur / orwettié : regardé / ravisé : autre mot pour regarder / seûrmint : sûrement / ahais : oui / l'mopère : le père / l'tiête : la tête / les dreots : les droits / bramint : beaucoup / des toupiries : des vertiges / les luméreos : les numéros / caire : tomber / s'inveyer : s'envoyer / queusir : choisir / cauffeot : chauffait / jeuer : jouer / dammache : dommage / eine cayère : une chaise / eine mouque : une mouche / des mintiries : des mensonges / seot : sot / les is : les yeux).

Spécialement dédié à Mademoiselle Jacqueline, une de mes plus fidèles lectrices qui fut elle aussi... institutrice !

(S.T. Janvier 2013)

17:42 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Très émouvant tes "RAMINVRANCES D'ECOLE". Avec cette "baguette magique" que tu manies si bien pour nous replonger dans nos propres souvenirs, je me suis retrouvé septante ans en arrière lorsque, tout penaud, j'arrivai en 1°année primaire à l'école des garçons de Warchin où nous accueillit mon instituteur "pour six ans", Abdon VANOVERSCHELDE. Sévère mais juste avec notamment, tous ses "trucs" pour se rappeler les pièges de la langue française, il en a formé des jeunes garçons qui se sont fait un fameux chemin dans leur vie professionnelle. Il nous regarde de tout en haut - pour ceux qui y croient ! - depuis de nombreuses années - A titre d'info : Je me rappelle son truc pour ne pas faire de faute au mot " CUEillir" dont beaucoup d'adultes ... encore plus aujourd'hui, écrivent fautivement "CEUillir" ; il nous avait dit en souriant : " Pour cueillir une fleur, il faut s'asseoir sur son ... "CUL" d'où "CUei..." et non "CEUi ..."
Amicalement -- Jacques

Écrit par : jacques DCK | 30/01/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.