19 janv.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (208)

L'grande sémaine du blanc ou l'cauchemar des imprudents !

In même temps qu'les soldes, ov'là l'grande sémaine du blanc qui comminche ! Lindi au soir, vers siept heures, l'neiche elle s'a mis à teomber, pos des grosses pleumes blanques mais eine neiche fine, poussée pa l'vint, formant des congères (des congénères comme areot dit m'n'amisse Albert). In deux temps, treos mouv'mints, tout i-a été blanc. 

L' lind'main au matin, i-aveot eine saprée couche et bin seûr, i-a fallu dégager l'trottoir et les avaloirs. Mi, j'ai acore eu l'sanche d'tout pouvoir mette su m'gardin, j'ai fait ein meont d'une d'mi-mète, mais i-d'a qui ont tout rué su l'quémin in s'foutant pos mal des automobilisses. 

Cha m'a rapp'lé l'ainnée mille nuef chint septante nuef. J'parteos travaillé ave des bottes, eine raclette et eine pelle dins m'coffre. Pindant ein meos, i-a neigé ainsin, tous les jours, et quand, à l'fin de l'journée, su la parking, on vouleot orprinte s'n'auteo, i-falleot dégager l'neiche pa d'zeur mais aussi pa d'zous

Mes collègues, qui aveot'ent été moins prévoyants, queompteot'ent su mi pou inl'ver l'neiche et les pousser, pasque les batteries i-preneot'ent, à l'feos, ein rude queop d'mou ave l'froidure. Eine pétite poussette, ein queop d'klaxeon pou m'ormercier et à-r'voir l'père, mais à mi on éteot leon de busier et, bin souvint, j'resteos tout seu au mitan du parking in espérant que j'pourreos démarrer sans problème. 

Cha m'rappelle aussi, l'viel heomme qui habiteot dins l'temps pos leon de m'maseon, i-éteot debout à chinq heures au matin et, à six heures, te l'intindeos d'jà racler l'trottoir ave eine grande pelle. In janvier d'ceulle ainnée là, je l'veos acore arriver au bout de s'n'ouvrache et ête bin fier du dégag'mint du trottoir. I-rinte s'pelle et s'brouche et au momint où i-serre s'porte d'garache, tout le neiche qu'i-éteot accumulée su l'toit dégringole d'ein seul queop. "Ch'est tout j'arrête, je n'bougerai pos m'carette et i-est resté pus d'huit jours sans pouvoir aller faire ein tour". I-in aveot ein qui v'neot à pied, ch'éteot ein malin, i-aveot infilé des capsules de boutelles de bières su ein élastique et i-aveot mis autour de ses sorlets, i-app'leot cha ses "agripettes", i-a pos à dire, on l'intindeot arriver surtout quand, à l'intérieur, i-aveot oblié d'les inl'ver !

L'hiver ch'est bieau pou les ceusses qui peuvent orwettier caire l'neiche derrière leu cassis mais ch'est bin triste pou les ceusses qui veont ouvrer

Au matin, pindant que j'racleos l'trottoir, j'intindeos les sirènes des ambulances et je m'diseos qu'i-aveot acore là des gins dins l'misère. M'gramère diseot toudis : "l'neiche, garcheon, ch'est l'début de l'misère". 

Car printe l'route asteur, ch'est pus la joie, des loleos, au volant, on in veot tell'mint qu'on comprind facil'mint qu'i-a tant d'accidints. On a tertous vu à l'télé, l'chauffeur routier qui raviseot un DVD tout in conduisant su l'autoroute inter Mons et Tournai. Mi, je n'deos pos raviser su Internet, pou vir, tous les jours, des chauffeurs minger leu baguette tout in buvant du café pindant que su l'bande de circulatieon leu bahut s'met à zigzaguer. I-a aussi les pressés, les ceusses qui feont eine heure de route pou arriver à leu n'ouvrache mais qui partent de leu maseon, treos quart d'heure avant d'printe leu poste, i-seont toudis à chint quarante et puque su l'bande de gauche et feont des appels de phares si deux chint mètes pa d'vant eusses te t'mets à doubler. I-a aussi les eautes, les ceusses qu'i-ont l'pépète du noir, de l'pluèfe, de l'neiche ou du brouillard et qui veont à l'beonne franquette, à tout jusse quatre-vingt à l'heure.

A Tournai, à causse des écoles, l'chaussée d'Lille, elle est à trinte à l'heure pindant ein p'tit kilomète, de l'Porte d'Lille à Saint-Lazare. Si te l'respectes, te vas avoir, derrière ti, eine meute d'débaltés, eine bande d'excités, des apprintis cascadeurs qui voudreot'ent presque t'pousser in déhors du qu'min. Mi cha m'fait rigoler d'les vir, beffielant d'rache, s'arlochant derrière leu volant, on direot des gins des services de secours qui veont arriver trop tard su les lieux d'ein sinistre.  

Ein jour, allant vers Mons, à hauteur de Maubray, j'ai vu arriver su mi ein conducteur fantôme, ein vieux père qui pinseot sans doute qu'i-éteot l'seul à rouler dins l'bons sins, j'ai des appels de phares mais cha n'a servi à rien, feaut dire que ch'éteot ein lindi au matin et i-d'aveot seûrmint infilé de l'bière, de l'goutte ou bin du vin. J'ai app'lé l'radio-guidage et... ein quart d'heure après (pasque ch'éteot l'journal parlé), j'ai intindu su Vivacité : "attintieon, si vous roulez in directieon d'Mons in v'nant d'Tournai, serrez bin à droite, vous risquez de rincontrer ein conducteur fantôme à hauteur de... Maubray,". Mo bé, d'puis l'temps, ou bin m'n'heomme i-aveot d'jà pris eine eaute auteo in collisieon frontale, ou bin i-éteot d'jà inter Tournai et Lille ou bin i-éteot déquindu de l'autoroute sans rinconte fatale !

A chaque feos que j'sus parti d'puis l'début du meos d'décimpe, j'ai mis des heures pou arriver à destinatieon. Eine camionnette su l'toit à Mons et j'éteos arrêté à Obourg à dix kilomètes, ein accidint à Houdeng et j'éteos d'jà stoppé à Nimy à douze kilomètes, ein eaute à Péruwelz et on a roulé su eine seule bande pindant perpette ! 

I-a ein sondache qu'i-dit que tout l'meonte pinse bin conduire et que ch'est les eautes qui sont dingereux, : "ch'est pos mi, Mossieu, ch'est l'eaute", on intindeot d'jà cha dins les cours de récréatieons quand j'éteos pétit rambile.  

Si on respecteot l'code de la route et si on metteot l'fair-play à l'plache de l'égoïsme dins notre façeon d'conduire, alors i-areot eine paire de morts in moinse su les routes et partir pourméner s'reot ein réel plaisi

(lexique : ov'là : voilà / comminche : commence / l'neiche : la neige / des pleumes blanques : des plumes blanches / sapérée : sacrée / bin seûr : bien sûr / acore : encore / l'sanche : la chance / l'gardin : le jardin / ruer : jeter : l'quémin : le chemin / in s'foutant : en se moquant / ein meos : un mois / orprinte : reprendre / pa d'zeur : par dessus / pa d'zous : par dessous / queompter : compter / pasque : parce que / ormercier : remercier / leon : loin / busier : penser / tout seu : tout seul / au mitan : au milieu / eine brouche : une brosse / serrer : fermer / ein queop : un coup / les sorlets : les souliers / oblier : oublier / les ceusses : ceux / orwettier : regarder / ouvrer : travailler / m'gramère : ma grand'mère / garcheon : garçon / asteur : maintenant / les loleos : les innocents / tertous ; tous / minger : manger / puque : plus / l'pépète : la peur / l'pluèfe : la pluie / à l'beonne franquette : sans empressement / jusse : juste / à causse : à cause / des débaltés : des déchaînés / beffielant : bavant / l'rache : la colère, la rage / s'arlocher : se secouer, s'agiter / eaute : autre / décimpe : décembre / tout l'meonte : tout le monde / ein p'tit rambile : un petit gamin / l'plache : la place, pourméner : promener / plaisi : plaisir.

(S.T. Janvier 2013)



09:19 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bon week-end Serge et à bientôt!

Écrit par : Un petit Belge | 19/01/2013

Répondre à ce commentaire

Bonsoir Serge,
j'ai essayé de comprendre, je m'habitue.
Ce n'est pas facile.
Il y a encore des problèmes avec les commentaires chez Skynet, j'ai envoyé un commentaire, il n'est pas parti.
Bonne soirée, bisous.

Écrit par : Mousse | 19/01/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.