12 janv.
2013

Tournai : expressions tournaisiennes (207)

Ein sapré chauffeur !

Cha fait bin lommint mes gins que j'vous au parlé d'Albert, l'ceu qui a appris à conduire à soixante ans, l'ainnée dernière, et qui m'aveot mené querre des oués dins eine cinse à Ere (ch'éteot dins l'luméreo deux chints du meos d'novimpe passé, allez d'abord vir l'artique pou vous in rapp'ler).

Près d'deux meos après ceulle avinture, j'l'ai rincontré, verdi, au coin de l'rue d'la Ture.

"Commint cha va asteur la conduite" que j'li ai d'mindé tout d'suite.

"Cha roule... ainsin tous les jeudis, j'vas au magasin faire mes commissieons à deux chints mètes de m'maseon et l'diminche, pou passer l'temps, j'fais ein p'tit tour dins les camps".

"Ahais..., bin seûr, eine auteo quand on l'a acatée, i-a pos d'avance, i-feaut quand même bin l'user", l'annochint i-n'a pos compris, vous l'avez adveiné, que je m'fouteos d'li.

"T'as d'jà fait beauqueop d'kilomètes d'puis que t'as t'nouvelle carette ?"

"Mo bé, je n'les queompte pus, j'deos dépasser les quate chints, tins, j'ai d'jà fait eine feos l'plein"

"Quoi ? Ein seul plein in deux meos, bé milliards, elle ne conseomme pos beauqueop".

"Si fait, si fait et j'ai même été vir l'garagiste, l'ceu qui m'l'a vindue i-m'a dit que pou qu'elle conseomme ein peu moinse, j'devreos dépasser l'septante kilomètes heures, ch'est vite dit, eine vitesse parelle, cha s'ra pou pus tard quand j'l'arais bin in main".

"J'comprinds bin qu'in ville te n'vas sans doute pos dépasser ceulle vitesse mais... su les routes"

"Je n'sareos pos, j'fais toudis l'même tour, j'pars pa l'chaussée d'Lille, ch'est trinte kilomètes/heure, à causse des écoles jusqu'à Saint-Lazare et même au-d'zeur, après ch'est chinquante jusqu'à les Trois Suisses et septante dins l'traversée d'Orcq, après j'vas pa l'pilone d'Fromeont, ch'est pos larche ceulle route, ch'est pos facile de s'croiser et j'orviens tout bouboule pas l'chaussée d'Douai, cha fait eine pourménade d'eine beonne demi-heure et pou mi ch'est suffisant, i-n'm'in feaut pos plus asteur"

"Ahais, je veos, i-a pos à dire...cha décoiffe"

"Neon, néon, i-a pos d'danger du tout pasqu'elle n'est pos décapotable et... j'n'ai pus ein poil su l'caillou", l'biec-beos, i-n'aveot pos acore compris l'allusieon.

"Asteur que j'roule, je m'rinds queompte qu'i-a bin des sauvaches su les routes, i-a toudis eine chinquantaine de pressés qui klaxonnent derrière mi et i-s'mettent à m'doubler in m'ravisant avec ein air d'inragé".

"Ch'est vrai que derrière ti sur l'route, i-doiv'tent boire leu sang goutte à goutte".

"Les gins sont toudis pressés, faudra quand même bin printe l'temps pou morir, l'diminche, j'attinds l'après-deîner pou partir, pasque... au matin, t'as les ceusses qui orviennent des boites de nuit, i-seont quervés ou bin drogués, vaut mieux pos s'trouver su leu qu'min et... l'diminche vers chinq heures, t'as tous les Français qui vienne'tent boire eine pinte ou acater des pralines à Tournai, tout cha ch'est pus d' m'n'âche, à c'momint-là, m'n'auteo elle est d'jà dins l'garache".

"Ba... ch'est eine pétite distractieon".

"Ch'est surtout beauqueop d'ouvrache, quand j'rintre au garage, j'deos faire l'nettiache, pou inl'ver l'bédoule j'passe l'carrosserie à l'ieau claire et j'aspire les tapis qu'i-a par tierre... ch'est pos grave, ch'est bin ein p'tit ouvrache à côté de l'satisfactieon qu'elle me procure, tins... au beon temps, j'vas aller vir des inciens visins qui seont partis habiter à Gaurain, leu maseon elle n'est pos leong de l'CCB et cha lommint qui m'demindent pou aller, mais, i-a, à l'feos, là d'rudes touillaches j'ne me sins pos d'attaque à printe l'chaussée d'Bruxelles, ave les imbouteillaches".

"Te veux m'n'avis... passe pa Rumillies, Havinnes et Béclers, ch'est ein peu leong mais te vas y arriver".

"Ah... t'es seûr, et pou mi orvenir ?" là, j'n'areos jamais busié qui m'areot posé ceulle questieon !

"Bé, ch'est simpe, te vas dins l'eaute sins et te vas arrivé, si tout va bien (ch'est pos seûr) à t'maseon". 

"T'as pos ein GPS dins t'n'auteo? " i-m'a ravisé comme ein loleo

j'ai voulu canger l'conversatieon pasque cha preneot d'rudes proportieons.

"T'as fait Lindi Perdu ?".

"Ahais, mais on l'a fait à midi, pos du soir, pasque mi je n'roule jamais quant i-fait noir. Te sais que je n'sareos même pas alleumer mes leumières, l'jour où j'vas devoir absolumint l'faire, j'vas orwettier dins l'carnet pou lire queu bouteon permet d'tout éclairer, je deos l'avoir mis dins l'boîte à gants ou bin dins m'buréeau au meos d'décimpe quand i-a fait freod, j'aveos attrapé de l'buée su mes glaches et comme je n'saveos pos mette in route l'désembuache, j'frotteos avec eine main, te vas dire que ch'n'est pos fort malin ". 

"Ch'est vrai que ch'est différint d'rouler au soir et surtout quand i-a du brouillard"

"In puque, no bourguémette faisant fonctieon, i-a fait l'tour des boul'vards à six heures au matin et i-a constaté que des ampoules i-in minqueot bramint, i-l'a dit su No Télé et i-a même écrit au SPW. Ov'là eine heomme qui s'-s'liève teôt pou faire ses constats, sortir à c't'heure là... hein l'amisse, quoisque te dis d'cha ?"

"T'as pétête raiseon ou bin alors i-rintreot à s'maseon !". 

"Cha s'a bin passé l'grand plucache du Lindi perdu"

"On l'a fait à l'ieau, d'l'ieau pou faire guernoter l'lapin, pou cuire les penn'tières et pou l'accompagner, j'aveos l'pépète de devoir souffler dins l'balleon in rallant à m'maseon, te m'veos ichi priver d'permis"

"Ch'est vrai, j'n'aveos pos pinsé,... pou ti cha s'reot eine véritape catastrophe"

"Chest vrai, t'as raiseon l'Optimisse, pasque les habitudes i-seont vite prisses, je n'sareos pus m'passer de m'carette, rien qu'à pinser que je devreos aller orquerre mes penn'tières ave eine brouette" et i-a rajouté :

"A propeos, si te deos acore aller à Ere, querre des oués pou t'belle-mère, te gènes pos, te me l'dis et cha f'ra eine pétite sortie".

"Je m'sus rapp'lé dins quel état j'éteos rintré et j'li ai invinté eine mintirie, neon merci, elle souffère de l'vésicule et, d'puis, les oués, l'docteur i-li a interdit !".

(lexique : sapré : sacré / lommint : longtemps / l'ceu : celui / l'ainnée : l'année / querre : chercher / des oués : des oeufs / eine cinse : une ferme / l'luméreo : le numéro / novimpe : novembre / vir : voir / l'artique : l'article / ceulle avinture : cette aventure / verdi : vendredi / asteur : maintenant / ainsin : ainsi /les camps : les champs / bin seûr : bien sûr / acatée : achetée / l'annochint : l'innocent / adveiné : deviné / j'm'fouteos d'li : je me moquais de lui / queompter : compter / quate chints : quatre cents / beauqueop : beaucoup / ein peu moinse : un peu moins / parelle : pareille / toudis : toujours / à causse : à cause / au d'zeur : au-dessus / Fromeont : Froidmont, village près de Tournai où se trouve un pilone de la RTBF / larche : large / tout bouboule : tout doucement / eine pourménade : une promenade / l'beic-beos : le niais, le balourd, personne dénuée de bon sens / les sauvaches : les sauvages / inragé : enragé / morir : mourir / les ceusses : ceux / quervés : ivres / le qu'min ou l'quémin : le chemin / âche : âge / l'momint : le moment / ouvrache : travail / l'nettiache : le nettoyage / l'bédoule : la boue / l'ieau claire : l'eau claire / les inciens visins : les anciens voisins / pos leong : pas loin / à l'feos : parfois / des touillaches : des mêlées, du fourbi / pa : par / busier : penser / raviser : regarder / ein loleo : un innocent / canger : changer / pasque : parce que / ahais : oui / alleumer : allumer / les leumières : les lumières / orwettier : regarder / glaches : glaces / in puque : de plus / no bourguémette : notre bourgmeste, maire / bramint : beaucoup / pétête : peut-être / l'grand plucache : le repas important, repas de fête / guernoter : mijoter, cuire à petit feu / les penn'tières : les pommes de terre / j'aveos l'pépète : j'avais peur, je craignais / in rallant : en retournant / ichi : ici / orquerre : rechercher / eine mintirie : un  mensonge / souffère : souffre).

(S.T. Janvier 2013. 

09:30 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.