29 déc.
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (205)

Beonne ainnée !

Ch'est fini l'temps des l'belles cartes postales ave des dorures, de l'neiche et des chalets, qu'on inveyeot à l'fin du meos d'décimpe, à tertous pou présinter ses beons souhaits, asteur ch'est pa sms ou acore internet qu'on présinte ses voeux à s'moneonque, à ses amisses ou à s'n'amourette. 

D'puis que les contrôles "Bob" su nos routes ont eu raiseon des visites de l'an et des p'tites gouttes, ces bieaux meots : "Eine beonne ainnée, eine beonne santé, mettez vo main à vo saclet, n'orwettiez pos c'que vous donnez", ont été rimplachés pa : "Te sais marraine, pou les étrennes je n'sais pos m'déplacher, su m'queompte t'as qu'à les virer".

Ahais, ov'là 'cor eine ainnée qui est oute, trois chint soixante-chinq jours, cha n'a fait qu'ein tour. On peut dire qu'i-s'in a passé pindant ces douze meos. 

Dins les gazettes, ch'est l'momint où on veot les prévisieons des astrologues, on vous dit tout c'qui va arriver d'beon et d'mauvais pindant l'ainnée qui vient. Aussi j'ai décidé d'vous deonner vo n'avenir pou les douze meos de 2013. On est jamais mieux servi que pa soi-même. Seul'mint j'n'ai pos d'boule de cristal et j'ai ravisé dins eine boutelle in verre (attintieon : eine beonne boutelle, ein Don Pérignon 1966, j'ai même été obligé d'inl'ver l'poussière pou voir clair) et ov'la ce que j'ai vu !

Tournisiens, Tournisiennes, i-va ichi s'passer bramint d'cosses :

L'météo n'sera pos beonne, de l'pluèfe, du vint, de l'neiche mais pos beauqueop, des risques d'inondatieons, des oraches in été et pétête même eine vague de caleur au meos d'juillet.

L'vie s'ra pus tcher, tout va aurminter sauf les salaires : les timbres poste, l'pétrole pou l'cauffage, les carburants pou les auteos, les tasques, les commissieons dins les magasins, j'ai même vu, dins m'boutelle, eine bohette pou les intrées payantes su l' nouvieau parking de Tournai-Expo.

I-va ichi avoir des chantiers dins toutes les rues d'no ville, l'ceu de l'avenue de Troyes, in face du gardin d'la Reine, i-va durer pindant des meos, l'rue de l'Madeleine elle va continuer à s'dégrader et pou s'faire des liards, la Ville pinse même à l'louer pour les intraînements des pilotes du Dakar. Su l'Grand'Plache, les potelets veont acore souffère à causse des quervassins du petit matin. On n'va pus vir nos cheonq clotiers, i-veont ête imballés pindant siept ou huit ainnées.

On va acore parler du Peont des Treos et d'l'élargiss'mint d'l'Esquéaut

L'nouvieau bourguémette, ein bieau p'tit garcheon à neunettes, ein heomme érudit à l'air bin poli et bin honnête éteot attindu pa certains comme l'Messie, comme ein Mossieu Propre, l'ceu qui va ichi ormette l'pain dreot, nettier l'ville et li apporter l'sécurité.

Feaut dire que d'puis quate ou chinq ans, ch'est pos triste, dins no ville, ave tout ce qui s'passe de l'nuit su les quais ou bin su l'plache de Lille. No cité est devenu eine véritape "Cour des Miraques" où on truèfe tous les mal-moutrants, les codolettes, les bringands, les débaltés de toutes les espèces qui passent leu temps à faire amarvoyer les eautes et qui ont fini pa orbuter les brafes gins. Sortir, pindant l'week-end, ch'n'est pos sache, après dix heures au soir, ch'est risquer l'décarcassache. Comme dins l'Nord de la France ou in Flandre, tout i-est serré beauqueop pus teôt, no ville elle devenue l'lieu du grand rassimblemint de tous les marlous et des cacheux-misère, des filouteux, elle est à partir du soir, l'défouloir d'eine jeonesse sans espoir !

L'matin ch'est pos mieux. Quand on est acore à s'lit, i-d'a qui rôdent in cachant à faire ein mauvais queop. Pasqu'i-n'ont pos invie d'ouvrer, i-veont préférer attaquer les gins et les voler, in les blessant ou les traumatisant. Hureus'mint, no brafes policiers ont l'nez fin et déjeuent les plans d'ces beons à rien. De l'sémaine, on a été ainsin réveillé pa ein hélicoptère qui cacheot, dins les quartiers, au moyen de s'grosse leumière après trois ou quate gangsters, quand i-ont vu arrivé l'combi, i-ont bin vite déguerpi et su l'Grand'Plache, bin avant l'patinoire, i-ont fait eine richoire. Cagoulés et armés i-ont détalé, tout in menaçant les policiers. I-ont été arrêtés, mais l'fin d'l'histoire elle n'est pos triste, i-ont dit au juge qu'i-éteotent jusse d'brafes touristes. I-nous f'reot'ent vraimint accroire des cacoules, quand i-fait plus dix degrés pindant l'nuit, on n'pourmène pos avec eine cagoule. 

I-a aussi... les artistes, eusses aussi i-n'seont pos tristes, profitant du noir, i-s'faufilent pa les trottoirs et veont peindre des "oeuvres" débiles su les façades de no ville. Treos ou quate lettes, ein meot sans queue ni tiête, sorti tout dreot de l'cal'basse d'eine biête. Bin souvint (mais pos toudis) i-seont étudiants dins eine grande école où i-veont pou apprinte l'Art. Mi j'leur dis à ces morveux :"N'est pos Dali qui veut" ! 

J'voudreos terminer m'n'artique in rindant hommache aux heommes et aux feimmes du Becquerelle (ch'est là que s'truèfe l'commissariat) qui pou asseurer l'sécurité des Tournaisiens seont su l'peont du soir au matin. Au lieu d'les critiquer, on f'reot bin mieux d'les respecter ! Pasque j'veos qui veont acore bin avoir d' l'ouvrache ! Et pou vir cha, i-n'feaut pos d'boule de cristal, ni d'boutelle de Don Pérignon !

J'vous ai fait mes prédictieons, on voira dins ein an si ch'est vérifié et in attindant, j'vous souhaite "eine beonne et hureusse" mes gins et à l'feos qui vient !

P.S. Edmeond et Fifinne demindent pou vous transmette les voeux qui feont pou vous, cha va coûter moins tchier !

(lexique : l'neiche : la neige / décimpe : décembre / à tertous : à tous / asteur : maintenant / l'moneonque : l'oncle / les amisses : les amis / l'saclet : la bourse / orwettier : regarder / rimplaché pa : remplacé par /déplacher : déplacer / queompte : compte / ahais : oui / oute : passée / l'momint : le moment / raviser : regarder / l'boutelle : la bouteille / bramint : beaucoup / cosses : choses / l'pluèfe : la pluie / l'vint : le vent / les oraches : les orages / pétête : peut-être / l'caleur : la chaleur / tcher ou tchier : cher / aurminter : augmenter / l'cauffage : le chauffage / les tasques : les taxes / eine bohette : un guichet / l'gardin : le jardin / s'faire des liards : se faire de l'argent / souffère : souffrir / les quervassins : les ivrognes / les cheonq clotiers : les cinq clochers / l'Esquéaut : l'Escaut / l'bourguémette : le bourgmestre, (le maire) / les neunettes : les lunettes / l'ceu : celui / ormette : remettre / dreot : droit / nettier : nettoyer / quate : quatre / chinq : cinq / l'plache : la place / on truèfe : on trouve / les mal-moutrants : les mal-intentionnés / les codolettes : les buveurs / les bringnds : les mauvais sujets / les déblatés : les éxcités, les déchaînés / faire amrvoyer : tourmenter / orbuter : rebuter / sache : sage / l'décarcassache : le fait de briser la carcasse / serré : fermé / beauqueop : beaucoup / pus teôt : plus tôt / les marlous : les coureurs de jupons / les cacheux misère : les cherche misère / les filouteux : les voleurs / eine jeonesse : une jeunesse / cachant : cherchant / eine queop : un coup / ouvrer : travailler / hureus'mint : heureusement / déjeueur : déjouer / l'leumière : la lumière / l'Grand'Plache : la Grand'Place / eine richoire : une glissade / jusse : juste / accroire : croire / des cacoules : des mensonges / pourméner : promener / eusses : eux / treos : trois / quate : quatre / lettes : lettres / ein meot : un mot / l'calbasse : la tête / eine biête : une bête / apprinte : apprendre / morveux : insolents, effrontés / ein artique : un article / l'ouvrache : le travail)

S.T. décembre 2012 

10:31 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bonsoir cher Serge,
A force de te lire j’apprends la patois, pas facile, mais en faisant un effort, j'y arrive.
C'est un peu du chti ?
C'est marrant.
Je te souhaite une très bonne soirée et un merveilleux réveillon.
Que la fête soit remplie de gaieté.
Bisous.

Écrit par : Mousse | 30/12/2012

Répondre à ce commentaire

Oui, Mousse, le ch'ti et le patois tournaisien sont issus de la même famille, celle du patois picard. La Picardie comprend le Nord de la France, la région de Mouscron et celle de Tournai, soit l'Ouest du Hainaut (une région désormais appelée la Wallonie picarde en remplacement du Hainaut occidental, un nom sans poésie, uniquement référencé par la géographie). Je suis heureux d'avoir fait une nouvelle adepte de notre langue et j'espère au cours des prochains articles ne pas décevoir ceux qui suivront peut-être ton exemple. Bises. L'Optimiste.

Écrit par : l'Optimiste | 31/12/2012

Répondre à ce commentaire

Bonne et heureuse année 2013 l'Optimiste!

Écrit par : VéroGrim | 04/01/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.