07 déc.
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (202)

Feaut ête mobile !

On nous l'répète toudis : pou trouver d'l'ouvrache asteur i-feaut ête mobile, cha veut dire qu'i-n'feaut pos avoir peur de s'déplacher. Ch'est fini l'temps où te rintreos à seize ans dins l'atelier du quartier. 

Ahais, i-feaut ête mobile ! In théorie, ch'est bin, i-veaut mieux avoir d'l'ouvrache à chinquante kilomètes de s'maseon que pos du tout. Mais quand on busie bin, on s'deminde où est l'avantache final'mint.

Si te vas au train, ch'est recta, te vas arriver, bin souvint, in r'tard à t'n'usine ou à t'buréeau. La SNCB est leon d'ête ein modèle d'exactitude. Feaut dire qu'elle est l'politesse des rois et qu'eusses i-n'seont pos les rois du rail. Les patreons qui voit'ent arriver les imployés ou les ouverriers avec ein quart d'heure ou eine demi-heure d'ortard, voudreot'ent bin ingager des visins, des gins qui viendreot'ent à pied ou bin à véleo, qui s'reot'ent à l'heure tous les jours à leu bouleot. In puque, i-a les jours de grève, on peut d'jà ein queompter eine paire su eine ainnée. 

Si te vas au bus, tous les matins et tous les soirs, t'es sérré comme dins eine boîte à sardines, tout l'leong du qu'min i-in meonte mais rares seont les ceusses qui déquindent. Mi la-d'dins, j'ai l'impressieon d'ête mansé, de n'pus savoir respirer. In puque, t'es arloché dins tous les coins et on direot que t'as l'trimblote quand l'bus i-passe su les pavés ou les casse-vitesse.

Si te vas in auteo, bé i-feaut partir deux heures pus teôt, et ch'est l'même quand t'orviens le soir. T'es normal'mint à moinse d'eine heure de t'n'ouvrache mais t'in mets deux pou aller et autant pou orvenir. Quand j'parteos au matin à Bruxelles, j'metteos autant d'temps pou faire Tournai-Halle que pou aller de Halle au centre de l'capitale. Quand l'neiche tombeot, i-falleot queompter eine beonne heure in puque, à l'feos deux, si pos treos. J'parteos à six heures au matin et i-a des jours que j'arriveos presque pou l'deîner pasque quand t'es arrivé, i-feaut acore trouver eine plache à parquer.

Ahais, i-feaut ête mobile, mais dins les imbouteillaches t'es total'mint immobile, ch'est à c'momint là que te vas intinte à l'radio qui n'a pus fauque chinquante kilomètes de boucheons, ave l'sanche que t'as t'es in plein d'dins. te respires l'gaz d'échapp'mint pindant des ainnées et si ein jour t'attrapes eine mauvaisse affaire au poumeon, ch'n'est même pos orconnu comme eine maladie professionnelle. 

Quand arrife l'fin du meos et que te touches t'salaire, t'es bin contint mais si te ravises t'n'estrait de queompte, te voiras que pou l'carburant ou l'abonn'mint, t'as laiché presque l'mitan de trait'mint. Trinte huit heures d'traval pa sémaine et vingt heures su les routes, pou mi, cha fait toudis chinquante huit heures consacrées à l'ouvrache. A queusir, j'areos préféré faire quarante deux heures comme avant in ouvrant près de l'maseon.

Ahais, i-feaut ête mobile, j'ai heonte d'dire cha aux ceusses qui seont restés, hier matin, au mitan du qu'min in attindant qu'on dépanne l'camieon bloqué dins l'neiche pa d'vant eusses. 

Tous les vielles interprisses pos leon d'chez mi ont tout d'abord été racatées pa des grands groupes du pays et on a ainsin délocalisé l'imploi, asteur, les mêmes interprisses seont racatées à leu tour pa des multinationales, ch'est l'mondialisatieon. Béteôt, on ira ouvrer à Amsterdam, à Marseilles ou bin acore pus leon.

On prindra l'avieon tous les lindi au matin et on orviendra l'verdi atterrir à Lesquin !

On laich'ra pindant l'sémaine la garde de no Belgique aux gins du troisième âche et à les ceusses qui n'ont pas d'ouvrache, no pays cha s'ra l'pus grande maseon d'ortraite du meonte et i-ara acore des implois à printe : docteurs, garde-malades, infirmières, kinés, cuisiniers, contrôleurs du chômache et ..., bin intindu, imployés des peompes funèbres.

Là d'zeur, j'min vas faire ein tour, i-feaut ête mobile.

(lexique : toudis : toujours / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail, la profession / asteur : maintenant / déplacher : déplacer / busier : penser / ête leon : être loin / les ouverriers : les ouvriers / des visins : des voisins / in puque : de plus / queompter : compter / l'leong : le long / l'qu'min ou l'quémin : le chemin / les ceusses : ceux / déquinte : descendre / ête mansé : avoir la gorge serrée / ête arloché : être secoué / avoir l'trimblote : trembler , être pris de tremblements / à moinse que : à moins que / l'deîner : le dîner / eine plache : une place / intinte : entendre / qui n' plus fauque : qu'il n'y a plus seulement que / l'sanche : la chance / raviser : regarder / laiché : laissé / l'mitan : la moitié / queusir : choisir / vielles : vieilles / ein interprisse : une entreprise / racater : racheter / ouvrer : travailler / l'âche : l'âge / l'meonte : le monde / Là d'zeur : là dessus)).

S.T. décembre 2012

 

15:12 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

J'aime vraiment faire la curieuse sur votre blog. Merci

Écrit par : VéroGrim | 23/12/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.