01 déc.
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (201)

On peut commincher à déqueompter !

L'paufe Fifinne quand hier j'l'ai vue, elle n'in éteot pos 'core orvenue, elle a ravisé "2012" l'sémaine passée su RTL-TVI et elle n'a pos dormi eine seule minute de l'nuit. Pindant qu'Edmeond ronfleot comme ein seot, elle, dins l'lit elle tourneot et ratourneot. 

"Bé ch'est Dieu jamais possipe, i-feaut vir cha pou l'croire et mi je n'sais toudis pos m'in ravoir, les volcans i-intreotent in éruptieon, l'tierre elle s'ouvreot ingloutissant les maseons et les mers monteot'ent jusqu'in héaut des meonts. J'pinseos, jusqu'asteur, qu'Edmeond i-m'raquonteot des cacoules mais d'puis qu'j'ai vu cha bé j'in d'viens vraimint maboule".

On va pétète ramasser ichi eine planète su no casquette ou bin l'vingt et ein au soir, l'tierre va ête mingée pa ein grand treos noir, les gins i-veont prier l'beon Dieu, Allah ou bin Vishnou et i-veont tertous caire à gu'noux, i-s'ra bin trop tard pou s'orpintir, les Mayas, l'fin du meonte, eusses, i-l'aveot'ent vue v'nir. On a cru qu'on éteot les rois de l'catoire, qu'on vol'reot toudis d'victoire en victoire, que rien n'pouveot nous arriver, qu'on pouveot tout polluer, tout faire et tout briscader. Ah, On éteot les pus malins dins treos sémaines on l'verra bin. Fifinne éteot débaltée et Edmeond n'saveot pus quoi dire pou l'arrêter. Elle éteot intrée in transes et berleot : "pénitence, pénitence". 

Ov'là que l'lind'min elle a rincontré s'n'amisse Mariette que tertous dins l'quartier appellent l'vielle chouette à causse de s'nez crochu, d'ses deogts tordus, d'ses is cachiveux et de s'n'air mauvais d'cat bocheu.

"Et alors, m'file, t'as orwettié l'télévisieon, quoique t'in pinses de ceulle projectieon ?"

"J'vas te l'dire tout net, Mariette, j'ai attapé l'pépette, dire que ch'est dins moinse d'ein meos, au rythme où j'vas, j'n'aurais même pos fini m'tricot";

"Quoisque te vas faire ainsin" qu'elle a d'mindé l'sorcière ave ein sourire in coin.

"J'ai d'jà pris toutes mes dispositieons, j'vas qu'mincher pa ranger m'maseon, je n'voudreos pos qu'on rit d'mi si on veyeot ein parelle pourchell'rie, cha fait huit jours que j'n'ai pu nettier, te verreot m'cambusse comme elle est arringée"

"Bé i-a jamais perseonne qui va vir cha, puisque l'vingt deux au matin on n's'ra pus là"

"T'es bin seûr qui n'aura pas ichi d'orvenants, qu'on n'va pos queompter ein seul survivant".

"Ch'est seul'mint à Bugarach, dins l'sud de la France, ein villache dins les Corbières qui pourreot avoir l'ein ou l'eaute survivant d'no beonne vielle tierre, l'bourguémette de là-vas (l'maire) i-a d'jà interdit s'villache aux étringers, à m'mote qu'i-a passé ein contrat ave les estra-terrestres pou ête sauvé l'prumier"

Bé si ch'est ainsin, j'ai d'jà tout préparé, adeon j'vas passé au plan B".

Et Fifinne, comme à la Maseon Blanque, dins leu baraque, autour de l'tape du saleon, elle a fait eine réunieon et elle a décidé c'qui va suife ave Edmeond. 

"D'main, l'deux, on va fiêter l'Sainte Barbe des pompiers, on ira à l'messe à Saint-Quentin et après on orviendra vider toutes les boutelles de vin. A l'cave, i-a acore du Bourgogne et du Saint-Emilieon qu'on réserveot pou les grandes occasieons. Te peux m'croire, ch'est pos les estra-terrestres qui veont ichi v'nir finir les restes. 

Après d'main, l'treos, on vid'ra tout l'pharmaç'rie pou guérir l'gueule de beos qu'on ara pris.

A partir du quate, on va minger tous les légueumes du gardin, les porieons, les navieaux, l'salate de blé, les choux, ch'est beon et cha nous f'ra des vitamines pou l'hiver (ahais, seul'mint, elle a oblié, l'annochint, qui commincheot seul'mint... l'vingt et ein !)

L'chinq, ch'est l'jour du loyer, on n'va pos l'payer quand l'proprio i-s'in rindra queompte, on ara d'jà passé l'fin du meonte. 

L'sémaine du six au treize, on va faire bombance, on va mette no diabète et no cholestérol in souffrance, on va s'in foute jusqu'à z'orelles, on va minger tout ce que l'docteur i-nous interdit ichi su l'fouèle.

Du treize au vingt, on va mette l'musique à feond, on va faire berler l'télévisieon, après tout les visins i-ont toudis fait du bruit et, nous eautes, paufes annochints, on a jamais rien dit.

L'vingt et ein décimpe, on va aller à Chercq, aux fours à chaux, i-a là eine soirée organisée pa des rigoleos, i-n'manquent pos d'air, i-ont app'lé cha "l'der des ders", on va boire et acouter des artisses et à minuit i-ara ein feu d'artifice, on va faire bacchanale avant l'bouquet final. J'souhaite bin qu'au momint fatidique, Edmeond i-va m'printe dins ses bras athlétiques et m'imbracher comme Léonardo di Caprio dins Titanic, pou finir su eine note lyrique. Mais j'espère tout simplemint qui n'obliera pos, ceulle feos, d'mette ses fausses dints pasque su l'Grand'Place, pou l'an deux mille, ch'est c'qui est arrivé et j'm'in souviens.  

Après... et bé, on s'ra tertous satellisés, involés dins l'espace comme des fusées. Si i-a, à l'feos, i-a des estra-terrestres qu'i-orwettent cha ave des neunettes alleongés su l'sol d'eine eaute planète, i-veont sans doute dire in nous veyant arrivé "On peut qu'mincher les Tournisiens sont là" in espérant qui connaissent l'cancheonne d'Leray ces gins-là..

Pou l'deux-chint-unième luméreo d'expressions tournaisiennes, j'ara pos du raqueonter tout cha, j'pinse que j'vous ai foutu l'esquite ave ceulle histoire là, allez, ch'est de l'science-fictieon, des sornettes, feaut pos croire, mes gins, tout ce qui a écrit su Internet. Quoique... j'risque d'avoir l'air biête, le vingt-deux au matin, si ch'est arrivé comme on a dit à no vielle planète.

In lisant l'brouilleon, comme elle le fait toudis, m'feimme m'a orwettié et m'a dit : " Mais paufe colas, pou l'vir te n's'ras pus là".

Mo bé, ch'est vrai, j'aveos pos pinsé, mais alors pou mi cha va ête facile, à partir d'aujourd'hui j'peux vous écrire des propeos imbéciles (cha n'sereot pos l'prumière feos), l'queompte à rebours i-est comminché, i-reste vint jours  pou nous amuser. Et après... bé...on voira comme i-dit Blanchenois (expression tournaisienne)  

(lexique : orvenue : revenue / ravisé : regardé / possipe : possible / toudis : toujours / des cacoules : des mensonges / caire : tomber / les gn'oux : les genoux / s'orpintir : se repentir / eusses : eux / briscader : faire mauvais usage, gaspiller / débaltée : déchaînée / nettier : nettoyer / eine cambusse : une maison délabrée / tertous : tous / les deogts : les doigts / des is cachiveux : des yeux remplis de chassie / ein air de cat bocheu : l'air d'un chat qui fait le gros dos lorsqu'il est en colère (bocheu : bossu) / orwettié : regardé / attraper l'pépette : avoir peur / ainsin : ainsi / qu'mincher : commencer / eine pourchell'rie : une porcherie / des orvenants : des revenants / queompter : compter / l'bourguémette : le bourgmestre, le maire / à m'mote : selon moi, à mon idée / l'prumier : le premier / adeon : donc / l'Maseon Blanque : la Maison Blanche / l'tape : la table / suife : suivre / les légueumes : les légumes / l'gardin : le jardin / les porieons : les poireux / les navieaux : les navets /l'fouèle : la feuille / berler : hurler / les visins : les voisins / des annochints : des innocents / acouter : écouter / des artisses : des artistes / l'momint : le moment / des neunettes : des lunetttes / l'cancheonne : la chanson / l'luméreo : le numéro / foute l'esquite : faire peur / biête : bête / ein colas : un niais).

S.T. décembre 2012.

09:05 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bon dimanche Serge!

Écrit par : Un petit Belge | 02/12/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.