24 nov.
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (200)

Bé ahais... vous avez bin li... nous ov'là d'jà au luméreo deux chints, je n'pinseos pos mes gins vous écrire dins no patois aussi lommint

Vous m'avez bin souvint dit ou acore écrit que l'saim'di ch'éteot ein attinte comme ein cat après eine soris, qu'à l'fin de l'sémaine, on pouveot ainsin ortrouver ses rachènes.

Deux chints artiques su les mille deux chint nonante treos qui seont jusqu'asteur parus, neon, neon vous avez bin vu, n'avez pos la berlue.On peut dire que j'n'ai pos chômé et, j'deos vous l'avouer, bin souvint, j'ai ramé. Hureus'mint que j'ai toudis été bin intouré. On peut dire qu'avec Edmeond et Fifinne, Albert, Edgard et Irma, j'ai rincontré eine masse de riches colas. Ch'est grâce à ces muses que j'vous amuse. 

Tins l'dernière in date, j'viens jusse d'l'apprinte, j'sus assez infarfouillé pou vous l'raqueonter

A pus d'soixante ans, Albert i-s'a mis à l'conduite, l'théorique i-l'a passé deux feos mais pou l'pratique, malgré qu'i-a fallu vingt-chinq ans et chinq moniteurs, i-a été orfusé pa l'examinateur. Et bin que l'dernière feos m'n'heomme i-parteot à l'ortraite, i-n'li a même pos fait eine fleur, i-li a dit : "j'pinse que ch'est à causse d'vous que j'sus asteur pris du coeur". 

Adeon, i-a acaté eine pétite auteo sans permis et i-l'a mis pa d'vant s'maseon pindant ein meos et d'mi. Comme i-dit :

"I-feaut aller tout à s'n'aisse, ch'est pos la peine qu'on se tresse, asteur que l'auteo elle est là, bé... j'ai d'jà fait ein grand pas". 

Huit jours après, i-a pris s'corache à deux mains et... i-est meonté d'dins. I-a appuyé su l'démarreur et i-a mis s'clignoteur et puis i-a tout arrêté et, à s'maseon, i-est rintré.

"Feaut pos vouloir aller trop vite, on deot bin intégrer les règles de l'conduite". I-a fallu presqu'eine semaine pou li orcommincher.

I-a mis l'moteur in route, i-a fait ein beond et i-a été jusqu'à deux chint mètes de s'maseon.

J'li ai dit : "Mo bé quelle affaire, on peut dire qu'à t'n'âche t'as ichi fait ein bieau voyache".  

Ch'est alors qui m'a d'mindé d'aller l'aider pou faire ein d'mi tour su l'chaussée.

"Tant qui n'a pos d'voiture i-a pas d'problème, mais j'panique quand j'in veos arriver eine dizaine. J'areos pos du partir, l'prumière feos, à l'heure de pointe" qui m'a dit l'annochint, mi, je veux bin mais ch'éteot ein diminche et i-éteot à peine nuef heures au matin. 

Hier, j'l'ai vu meonter dins s'petit bolide, et j'ai vu qu'i-aveot l'air livide.

"M'mamère elle m'a d'mindé d'aller à la cinse querre des oués et du lait pasqu'elle deot faire des coucoubaques pou les infants de m'soeur qui veont v'nir deîner, j'n'ai pos pus orfuser, te n'viendreos po ave mi pou que j'soiche rasseuré";

"Bé qui soit, à propeos, t'as d'jà payé t'n'assurince ?" j'li ai d'mindé cha pa prudince.

Et nous ov'là partis vers l'cinse du côté d'Ere et, croyez me, on a bin eu de l'misère.

Quand l'feu i-est dev'nu oranche à l'Porte Saint-Martin, i-a tout à n'ein queop oblié qui aveot ein frein, j'ai intindu des queops d'klaxeon et des gins berler et ch'est là qu'i-m'a dit : "Vingt milliards, les gins i-seont bin débaltés aujord'hui". J'aveos acore l'pépète quand on est passé in face d'Mulette et j'aveos l'impressieon d'minquer d'air in face du cabaret de l'Porte d'Ere. Quand l'cinsier i-nous a vu arriver, i-nous a dit : 'cré vingt dié, on est motorisé". I-areos mieux fait de s'taire, l'bouseu d'Ere, j'n'aveos pos invie d'plaisanter acore ein p'tit peu j'li orfeseos l'portrait. J'deos vous dire que quand j'ai l'pépète, je n'sus pos à printe ave des pincettes. 

Pou orvenir, tout d'leonque du qu'min, vu l' peu d'plache qu'i-aveot dins s'machin, j'aveos l'crucheon de lait et eine douzaine d'oués su mes gu'noux jusqu'au moumint m'n'heomme i-a appuyé su l'frein comme ein fou. 

"Si j'aveos pris l'fésan j'areos eu d'riches dégâts à m'n'auteo". I-n'a pos vu m'mareonne dins quel état elle se trouveot !

Quand on est arrivé s'maseon, s'mamère m'a ravisé et m'a dit, :

"Mo bé fieu, t'es ichi afulé, te n'as jamais pinsé à acater eine machine à lessiver, sortir ave eine parelle mareonne, ch'est pos très distingué pou ein heomme. Et l'lait et les oués duqu'i-seont ?"

"Ichi, pou faire vos coucoubaques, i-vous reste à ortorte m'pantaleon".

Asteur, i-veut apprinte à rintrer s'n'auteo au garache, bé j'li souhaite bin du corache, j'vas li moutrer commint i-feaut rintré mais quand cha s'ra pou l'sortir j'li dirai que j'sus occupé, ch'est ein véritape dinger publique, l'impêcher d'rouler ch'est ein acte civique !

Cha fait deux chints luméreos mes gins que j'vous raqueonte des carabistoules mais i-a à l'feos des cosses vraies parmi mes cacoules

(lexique : li : lu / l'luméreo : le numéro / lommint : longtemps / ein cat : un chat / eine soris : une souris / les rachènes : les racines / les artiques : les articles / jusqu'asteur : jusqu'à maintenant / ein colas : un niais, un innocent / jusse : juste / infarfouillé : embarrassé / raqueonter : raconter / l'ortraite : la retraite / adeon : donc / pas d'vant : devant / aller tout à s'n'aisse : aller tout à son aise / l'corache : le courage / l'maseon : la maison / orcommincher : recommencer / ein beond : un bond / l'annochint : l'innocent / nuef : neuf / l'cinse : la cense, la ferme / querre : chercher / des oués : des oeufs / des coucoubaques : des crèpes / l'deîner : le dîner / orfuser : refuser / tout à n'ein queop : tout à coup, soudainement / oblié : oublié / des queops : des coups / berler : crier / débaltés : exaspérés, énervés / avoir l'pépète : avoir peur / Mulette : nom du cimetière du Sud à Tournai / tout d'leonque : tout au long / le qu'min ou l'quémin : le chemin / l'plache : la place / ein crucheon : une petite cruche /  les gu'noux : les genoux / l'moumint : le moment / l'fésan : le faisan / l'mareonne : le pantalon, la culotte / raviser : regarder / fieu : fils / afulé : mal habillé / acater : acheter / moutrer : montrer / véritape : véritable / des carabistoules : des sornettes, des calembredaines, des histoires sans importance / des cosses : des choses / des cacoules : des mensonges ).

(S.T. novembre 2012)


09:16 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Salut Serch'
Bravo et félicitations pour les " deux chints luméreos" d' EXPRESSIONS TOURNAISIENNES. Edmeond et Fifine, Albert, Edgard et Irma, si tu les rencontres, vont certainement te dire la même chose. Mon avis et celui de dizaines d'autres : Un vrai paradis pour apprendre les "espressieons d' no' picard tournisien".
Amicalement. --- Jacques

Écrit par : jacques DE CEUNINCK | 24/11/2012

Répondre à ce commentaire

Bravo pour la deux centième!
Toujours un plaisir de vous lire dans cette langue de mes racines

Écrit par : VéroGrim | 28/11/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.