19 nov.
2012

Tournai : Le saint qui domine Tournai !

A Tournai, dans l'inconscient populaire, ce saint n'a pas la renommée de ses compères Piat ou Eleuthère pourtant il a donné son nom à une colline qui domine la cité scaldéenne : le Mont Saint-Aubert. 

Aubert (mort en 669) était évêque de Cambrai durant le VIIe siècle et la tradition nous enseigne qu'un jour il vint prier en haut du mont qui veille sur la cité des cinq clochers. Il fut ainsi à l'origine de ce pélerinage qu'accomplissent les Tournaisiens depuis des siècles. Vénéré en ce lieu, le village prit le nom de Mont-Saint-Aubert. On y érigea d'abord une humble chapelle dédiée à la Vierge où la population vint prier la Vierge, Saint-Aubert et par la suite la Sainte Trinité. C'est pourquoi on appelle aussi cette élévation, le Mont de la Trinité

Chacun sait que le Moyen-Age fut une époque marquée par le mysticisme et c'est de ce moment que date la coutume des "flagellans", une secte composée de fanatiques qui souhaitaient obtenir la miséricorde de Dieu pour les débauchés qui alors étaient nombreux suite au relâchement des moeurs. Ils étaient vêtus d'un caleçon et d'une longue chemise de lin serrée à la ceinture, coiffé d'un chapeau noir et avançaient, pieds nus, en se flagellant le dos. Partant de la Grand'Place de Tournai, ils gravissaient le Mont tout en s'infligeant des coups de fouet. A partir de 1349, ils furent rejoints par des habitants venus des villages environnants, portants bannières, croix et cierges. Ensemble, ils gagnaient le sommet du Mont pour écouter les homélies prononcées par des religieux. 

Les pélerinages se poursuivirent à travers le temps. Les fidèles venaient prier pour leurs défunts morts durant l'année et s'arrêtaient aux sept stations du Chemin de Croix érigées tout le long de la route, entre le village de Kain et Mont-Saint-Aubert. Des familles venaient également y faire dire une messe à l'intention d'un trépassé, dans la huitaine du décès.

Voici que nous conte Walter Ravez à ce sujet :

La famille se rassemblait dans la pièce qui avait servi de mortuaire. Au moment du départ (pour le pélerinage), un des proches parents mettait en croix deux petits morceaux de bois; il empruntait le passage qu'avait pris le cercueil pour sortir de la maison et jetait devant lui la croix en disant : "Va, nous te suivons". Dans la croyance populaire, l'âme du défunt précédait donc le groupe familial et portait elle-même sa croix. Et l'on se rendait ainsi, à pied, jusqu'à l'église du Mont où on commençait une neuvaine pour le repos du trépassé. On déjeunait ensuite avec des pains chauds et l'on faisait le tour des cabarets où coulait la bière blanche.

Il était aussi de coutume que les membres de la famille, arrivant au pied de la montagne, prennent une pierre avant de le gravir, ils ne jetaient leur charge qu'à la fin du voyage expiatoire, les pélerins s'imaginaient avoir porté le mort sur le dos.

A partir du XIXe siècle, les pélerinages perdirent peu à peu leur côté profondément religieux et se transformèrent en une tradition plus festive organisée le lundi de Pâques, le jour où les Tournaisiens se rendaient au Mont avec un bâton. Tradition qui se perpétue puisque la marche à bâton draîne chaque année des milliers de marcheurs venus de la région, de Flandres et de France. 

Ordinairement représenté en Belgique accompagné d'un âne chargé de deux paniers remplis et portant au cou une bourse destinée à récolter l'argent des livraisons, Saint-Aubert est devenu le patron des boulangers. Une confrérie tournaisienne de patrons boulangers et pâtissiers a fait du Mont sont lieu de rencontre annuelle.

Depuis 2008, à la mi-juillet, le village du Mont-Saint-Aubert juché tout là haut à... 147 mètres d'altitude organise la Fête du Pain. C'est à l'initiative d'une de ses habitantes, Monique Willocq, fille du dernier bourgmestre du lieu avant la fusion des communes de 1976 et le rattachement du village à Tournai, que cette fête a vu le jour. Elle s'entoura des conseils de Pierre Pollet, qui assure le volet technique de nombreuses festivités en Belgique et dans le Nord de la France. 

Deux ans plus tard, en juillet 2010, la Fête du Pain attira plus de 7.000 visiteurs au sein d'un village qui compte à peine 700 âmes. Si le pain, produit de base de l'alimentation, en est l'élément principal, les organisateurs ont étendu l'activité aux produits artisanaux et régionaux de bouche (fromage, chocolat, pâtisseries...). Les temps forts de la journée sont : le petit déjeuner paysan, la messe en picard, le marché artisanal, le bal campagnard et le feu d'artifice. 

L'asbl local "Les leongs tchus" redistribue les bénéfices générés par cette journée au profit d'enfants malades ou différents. 

le jour où l'évêque Aubert vint prier, il y a près de quatorze siècles, imaginait-il qu'il serait depuis lors l'objet d'une telle dévotion. 

(sources : " le Folklore de Tournai et du Tournaisis" de Walter Ravez paru aux éditions Casterman en novembre 1975 et recherches personnelles). 

(S.T. novembre 2012)

Commentaires

Bonsoir Serge,
Je ne pense pas qu'il pensait qu'il aurait eu tant d'importance, comme souvent les Saints, ils font tout naturellement, c'est la grandeur de leurs belles âmes.
Merci pour ce bout d'histoire.
A cette époque, les gens croyait beaucoup aux sornettes ! Remarque c'est bon pour le sang, il faut le faire.
Je te souhaite une bonne semaine.
Mes amitiés.
Skynet restera Skynet, c'est souvent le week-end les couacs !
C'est une chouette plateforme quand même.

Écrit par : Mousse | 19/11/2012

Répondre à ce commentaire

Des nouvelles, tristes, de Christina, vous pourrez en trouver sur son Facebook.
La photo des 2 bâteaux qu'elle a laissé sur son blog était celle du bãteau qu'elle a pris vers l'Eternité.
J'étais son amie. Elle est partie cette nuit doucement.

Verdinha

Écrit par : Verdinha | 20/11/2012

Répondre à ce commentaire

Je venais t'annoncer le décès de Cristina, mais je vois que Verdinha est venue te le dire. Bonne soirée.

Écrit par : Un petit Belge | 21/11/2012

Répondre à ce commentaire

Oui, la blogosphère est en deuil, j'avais découvert son blog grâce aux liens qui paraissent sur le tien, je venais juste de lui laisser un petit mot de soutien quand j'ai appris son départ. Nous aurons tous une pensée pour elle et j'espère que son blog restera ouvert, prolongement de l'émerveillement que suscitaient ses photos, souvenir que nous garderons d'elle. Amitiés Petit Belge

Écrit par : l'Optimiste | 21/11/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.