17 nov.
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (199)

Ecole, vous avez dit école ? 

Je n'sais pos si ch'est l'même chez beauqueop, mais mi, m'moral, ave l'temps, i-in a pris ein queop et quand j'ai ravisé les photeos de Jacques, m'n'amisse consacrées su s'blog de Warchin-Varcinium à l'armistice, in veyant l'peu d'gins au monumint aux morts, je m'sus d'mindé quoisqu'à l'école on appreneot acore.  

J'ai wardé, au feond de m'coeur, l'raminvrance des ainnées qui ont marqué m'n'infance.

Ch'est in bandes joyeusses qu'on parteot à l'école jeuant, tout l'leong du qu'min, à marpes dins les rigoles. In arrivant dins l'cour de récréatieon ou bin sous l'préaux, on commincheot à jeuer à l'balle ou alors on batt'lieot mais quand l'cloque elle se metteot à seonner, ch'est tout d'suite qu'on alleot s'ranger. In silence, ave nos cache-poussières, près d'nos bancs, on attindeot, tout dreot, et l'maîte su l'estrade, près du tabléeau, nous diseot ave ein sourire qu'on pouveot s'assir. 

Les bancs n'éteot'ent pus d'prumière jeonesse, i-aveot'ent du in supporter des paires de fesses. On y preneot nos lifes et nos cahiers, orcouverts d'ein papier bleu, pa l'mamère, au début d'l'ainnée. On trimpeot s'pleume dins l'incrier et on s'metteot à calligraphier. Des bieaux jambages, des lettes bin reondes, eine belle écriture dont on n'aveot pas heonte. Faire des pattes de mouques, ch'éteot hors de questieon si te vouleos éviter eine belle punitieon. L'maîte passeot inter les bancs, pindant l'dictée, lisant à voix haute, l'texte à copier et s'ortourneot à l'feos brutal'mint pou vir si te n'copieos pos su t'visin. Malheur aux ceusses qu'i-éteotent pris, ein coup d'latte su les deogts ch'éteot l'prix. 

Su les murs peints in gris pindeotent les cartes de géographie, i-aveot l'Belgique, l'Congo et même l'cours de l'Esquéaut. Nous orwettiant de s'n'air bienveillant, dins s'cadre, le roi Baudouin éteot acore tout seu comme ein tchien. I-est vrai qu'à c'temps-là, i-n'aveot pos 'cor rincontrer Fabiola. On appreneot l'histoire et la géographie pou connaître l'vie d'nos inciens et les coins d'no bieau pays. On saveot qu'au Borinache i-aveot des mines, des métallos à Liège et des carrières à Lessines, on répéteot toudis l'même cancheonne, ch'éteot eine vibrante Brabançonne, on découvreot l'forêt des Ardennes et la Flandre ave ses grandes plaines. On saveot dusqu'on trouveot du gibier, dusqu'on cultiveot des biétrapes et du blé. 

Le onze du meos d'novimpe, on rindeot hommache aux gins qu'i-éteot'ent morts pou la patrie et qui aveot'ent combattu les ceusses qui vouleot'ent asservir no pays. La liberté cha n'a pas d'prix et, pour elle, beauqueop on fait deon d'leu vie. Nous eautes quand on éteot p'tits, on pinseot qu'on s'in rappel'reot toudis.

A l'fin d'l'ainnée, l'pus bieau des cadéeaux, ch'éteot d'orchevoir ein véleo, on grimpeot alors l'meont de l'Ternité in s'prenant pou Charly Gaul, Bahamontes ou bin Bobet. Pindant les vacances, on jeueot su l'plaine ou bin on alleot péquer des épinoques à Froyennes. Les parints n'éteot'ent pos riches, on éteot acore su l'bord de l'misère, on s'orleveot seul'mint de l'tourminte de la guerre. On s'serveot de s'n'imaginatieon pou créer des chintaines de jeux et ave presque rien, i-falleot vir comme on éteot hureux. 

Asteur tout i-a bin cangé grâce à ce qu'on appelle... l'progrès !

Tous les jours, on conduit l'infant à l'école in auteo, d'peur qui soiche inl'vé ou qui prenne freod. On s'démène, on est in rache pasqu'i-a toudis des imbouteillaches, avec les tous arrêts et les démaraches, on n'veot pos qu'on polue tout l'ruache. Pou que l'infant n'fait pos dix mètes à pied, on arrête l'voiture in plein mitan de l'chaussée, on l' print tout à s'n'aisse in alleumant ses feux d'détresse. I-a pus d'cache-poussière, on n'se met pus in rang, on rinte dins l'classe à l'feos attifés comme des fouans. Tatouaches, mareonnes trouées, tiêtes ébouriffées, pus t'es laid pus te creos faire d'l'effet. Pou l'reste ch'est fini, on apprind pus l'calligraphie, du momint que te sais écrire, sans faute, "j'te kiffe grave", bé t'as tout appris. Ave cha on est hureux, on rit, on est fier, on s'creot sorti de l'caisse de Jupiler (pardeon de l'cuisse de Jupiter).

I-a bin lommint que l'maîte i-a compris qu'i-est ein grand danger si i-va s'pourméner parmi tous ces zouaves dins les rangées. L'latte elle est définitiv'mint abandonnée pou n'pos s'ortrouver pa d'vant tribunal et s'faire condamner. "I-feaut protéger les infants des tortionnaires que seont les grands", si ch'est des psychiatres qu'i-ont trouvé cha, à m'mote que ch'est des riches colas

On n'conneot pus l'histoire et l'géographie, comme Capri, ch'est fini et cha n'sert à rien d'savoir ce qu'est l'Borinache, on n'te d'minderas pos cha pou t'inscrire au chômache. On d'vreot officialiser dins l'programme asteur, eine sort d'charte du parfait glandeur, quoisque te deos faire pou ête payé sans jamais devoir aller ouvrer. 

Pou avoir la paix, les parints prennent fait et cause pou les rejeteons et si i-vienne'tent s'plainte du maîte, on va li foute ein j'teon. 

On va in faire eine génératieon d'baudets, d'assistés mais vous voirez i-d'a l'ein ou l'eaute qui va savoir in profiter, i-va ichi tertous les dresser, les asservir et les manipuler, i-n'feaudra pos v'nir s'plainte et berler, on ara récolté ce qu'on a semé.

 

(lexique : beauqueop : beaucoup / ein queop : un coup / warder : garder, conserver / l'raminvrance : le souvenir / l'quémin ou le qu'min : le chemin / jeuer à marpes : jouer aux billes aussi appelés marbres / batt'lier : se bagarrer, se battre / l'cloque : la cloche / dreot : droit / jeonesse : jeunesse / l'mamère : la mère / l'pleume : la plume / faire des pattes de mouque : écrire de façon peu lisible / vir : voir / l'visin : le voisin / aux ceusses : à ceux / les deogts : les doigts / Esquéaut : Escaut / orwettiant : regardant / ein tchien : un chien / les inciens : les anciens / eine cancheonne : une chanson / dusque : où / les biétrapes : les betteraves / novimpe : novembre / ein hommache : un hommage / toudis : toujours / l'meont de l'ternité : le mont de la Trinité, autre appelation du Mont Saint-Aubert / péquer : pécher / des épinoques : des épinoches / des chintaines : des centaines / cangé : changé / on est in rache : on est en rage, en colère / l'ruache : populairement le quartier / in plein mitan : au beau milieu / tout à s'n'aisse : tout à son aise / attifés : mal habillés / des fouans : des taupes, ici s'entend dans le sens de personnes mal soignées / les mareonnes : les pantalons / lommint : longtemps / s'pourméner : se promener / colas : crétins / l'chômache : le chômage).


(S.T. novembre 2012)





09:10 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Je suis allé hier soir non loin de Tournai : au bowling à Ramegnies-Chin. Très sympa! Passe un bon week-end Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 17/11/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.