10 nov.
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (198)

Ein heomme in or !

Ravisez bin mes derniers artiques, mes gins, et vous allez vir qu'i-a bin lommint d'jà que j'vous ai parlé d'Emeond et Fifinne, nos deux amisses de l'rue Montifaut. Cha f'seot pus d'deux meos que je n'les aveos pus rincontrés. 

Ceulle sémaine, au Carrefour de Froyennes, l'paufe Edmeond i-n'aveot pos l'air in forme. 

L'veyant ainsin, tout ortouné, j'li ai d'mindé si i-n'éteot pos malate.

- Neon, mais ch'est tout comme, cha fait eine meos que j'vas chez l'dintiste. J'aveos attrapé eine rache d'dints, le lindi de l'braderie, à l'karmesse in mingeant des boules à l'graisse. Fifinne elle m'aveot dit que ch'éteot pasqu'i-aveot teop d'chuque pa d'sus, j'ai bu treos Tournay et cha n'a pos passé. J'ai pris rindez-vous chez l'dintiste, i-aveot bin vingt ans que j'n'aveos pos été l'vir.

"Mo bé, te l'as seûrmint trouvé cangé ?"

- Je n'sais pos pourquoi mais li simbleot bin s'rapp'ler d'mi, "ah, ch'est vous" qui m'a dit et i-n'aveot pos l'air bénaisse de m'vir pa d'vant li. L'prumière feos, Fifinne éteot v'nue ave mi mais quand elle a été dins l'salle d'attinte et qu'elle a intindu l'bruit de l'fraiseuse, elle est dev'nue toute blanque, elle in aveot perdu s'lanque et elle a sorti in disant, pindant que t'es ichi, j'vas aller vir pou les fleurs au cim'tière, j'vas printe des pomponettes et des bruyères. T'as bieau dire mais i-n'a pos mieux comme incourag'mint, j'aveos oblié que cha alleot ête l'Toussaint.

L'dintiste i-est arrivé : "Ch'est à vo tour" qui m'a dit, et i-na même pos souri. 

- In intrant dins l'salle des tortures, j'ai vu, au plein mitan de l'plache, ein fauteul comme pou les astronautes, j'éteos à peine couché que pou l'avoir pus facile i-m'a meonté tout douch'mint, i-a pos à dire, cha commincheot bin.

"I-feaut ouvère vo bouque qui m'a dit... pus grande, je n'veos même pos vos dints. Dusque vous avez mau, dins l'feond, bé cha va pos ête facile, on va toudis faire eine radiographie".

- I-m'a mis eine plaque dins m'bouque et j'ai vu m'dint apparaîte su ein écran.

"Mo bé, elle est morte jusqu'à l'rachène, va falloir l'inl'ver !"

"Ah beon, adeon j'orviens l'sémaine qui vient", j'éteos d'jà fin contint.

"Neon, j'vas vous faire eine piqûre et j'vas procéder à l'extractieon"

J'ai sinti des gouttes qui commincheot'ent à couler su m'freont.

I-a approché eine grosse séringue et i-a m'dit : "j'vas faire l'piqûre".

Cha a été pus fort que mi, cha a été comme ein réflexe, j'ai serré m'bouque et j'ai mordu s'n'index.

"faites attintieon eine milette, j'ai failli piquer dins vo louette"

L'troisième tintative fut l'beonne pou que m'bajote infin elle s'indeorme.

Ave s'pince i-a comminché à jeuer ave l'molaire, i-saqueot, i-souffleot, i-aveot bin de l'misère. 

"Elle tient acore bin mais j'vas finir pa l'avoir, vous n'pouvez pos rester ainsin jusqu'au soir".

I-arlocheot m'tiête dins tous les sens, j'ai failli perte connissance.

Crac ! 

"Ah, elle est infin partie" que j'li ai dit.

""neon, elle a cassé au ras de l'gincive, on n'est pos sorti d'l'auberche"

J'ai cru que j'alleos morir, su s'fauteul je m'sinteos partir, j'ai pinsé aux fleurs que Fifinne elle éteot in train d'comminder pou mette su l' teombe de s'moneonque René et je m'sus dit qu'elle pouveot pétête d'jà in printe eine pou mi, je m'sinteos tout flaubi, j'éteos vraimint mal parti.

"Vingt milliards, ch' a été du sport... j'l'ai eu dur pou l'avoir déhors" qui a berlé l'dintiste, tout cru d'quieaud, in m'moutrant l'dernier morcieau. I-a eté obligé d'mette treos points d'suture pou orfermer l'large blessure.

"L'sémaine qui vient, on va ortirer les points et on ravisera les eautes dints. In attindant, cha fait chint euros... vous payez tout d' suite ou à l'fin du meos ?"

"Sévices compris" que j'li ai dit mais i-n'deveot pos aimer les plaisanteries.

Quand j'sus ortourné à m'maseon à chinq heures et d'mi, j'aveos l'impressieon que m'tiête éteot tout indormie, je n'saveos pos sortir ein meot et Fifinne n'arrêteot pos.

"Ov'là ein mauvais momint d'passer, te deos acore ortourner, combin d'feos", j'li répondeos in f'sant des signes ave mes deogts.

Ch'est bin malhureux que j'ai pinsé que m'feimme n'a pos deux ou treos dints à inl'ver, j'areos été fin tranquille pou l'reste d'l'ainnée. Elle n'areot pus su berteonner et, comme j'diseos à Arthur, m'visin, m'maseon areot infin orsimbler à l'incien Carmel de Kain.

"Et asteur, t'as fini tes visites, te n'deos pus aller" que (quand j'ai pu in placher eine) j'li ai d'mindé. 

Bé neon, neon, i-a pris les empreintes au matin pou mette des fausses dints. Comme asteur, pou m'n'épargne, j'orchois moinse d'ein pour chint, bé ch'est chez l'dinstiste que j'vas faire mes investiss'mints. J'vas pétête mette des dints in or, comme cha m'feimme, elle pourra dire à ses amisses, sans mintir, que j'sus eine heomme de valeur !

(lexique : artiques : articles / lommint : longtemps / les amisses : les amis / l'paufe : le pauvre / ainsin : ainsi / eine rache de dints : une rage de dents / l'chuque : le sucre / seûrmint : sûrement / cangé : changé / blanque : blanche / eu plein mitan : au beau milieu / ouvère : ouvrir / l'bouque : la bouche / dusque : où / avoir du mau : avoir mal / l'rachène : la racine / adeon : donc / commincher : commencer / serré : fermé / ein milette : une miette, un tout petit peu / l'bajote : la joue / jeuer : jouer / l'auberche : l'auberge / flaubi : affaibli / berler : crier / quieaud : chaud / moutrer : montrer / les eautes : les autres / l'meos : le mois / les deogts : les doigts / berteonner : râler, grommeler, murmurer / placher : placer / pétête : peut-être)

S.T. novembre 2012 

09:03 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.