03 nov.
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (197)

Toussaint et Jour des Morts

Chaque ainnée, ave l'meos d'novimpe, nous orviennent l'Toussaint et l'fiête des Morts, des journées jadis consacrées aux défunts et asteur destinées à partir bin leon. Ch'est vrai que l'mote elle a cangé, pou beauqueop, eine feos qu't'es mort ch'est comme si t'n'aveos jamais existé. 

L'Toussaint m'ramène l'raminvrance des ainnées chinquante, de ces tristes momints qui rassimbleot'ent toute eine famile, de ces bieaux intierr'mints dins les cimetières de nos villaches ou de nos villes.

L'pus souvint, ch'n'éteot pos à l'hospice ou à l'hôpital que te serreos tes is, ch'éteot à t'maseon, dins t'lit, qu'intouré de t'famile te t'indormeos pou toudis. L'vieux docteur arriveot constater que t'aveos rindu t'dernier soupir et, alors, on allumeot eine candelle su l'tape de nuit et on prév'neot les visins et les amisses. Tertous veneot'ent t'vir eine dernière feos et i-d'a qui feseot'ent ein signe de creox ave ein goupilleon trimpé dins l'ieau bénite.

A l'porte de t'maseon, on metteot pinte ein crèpe noir pou anneoncher aux gins qui passeot'ent que l'famile éteot in deuil. Les heommes inl'veot'ent leu capieau et les feimmes feseot'ent ein signe de creox, on parleot moins fort comme pa respect pou l'mort. 

Des feimmes ou bin eine pétite Soeur des Paufes veneot'ent faire t'dernière toilette, on appeleot cha t'insevelir et, au soir, commincheot l'veillée. L'mamère à l'cuisine prépareot l'café et, chacun s'tour, on alleot passer ein bout d'temps à côté d'ti comme pou n'pos t'laicher tout seu au moumint du grand passache.

Mossieu l'curé et ein infant d'choeur veneot'ent bénir l'corps et réconforter l'famile, li apporter l'consolatieon et l'aider à surmeonter ces heures difficiles.

L' lind'min, ch'éteot les imployés des Pompes Funèbres qu'on veyeot arriver pou l'mise in bière,  l'famile éteot rassimblée pou eine dernière feos t'raviser.

On inveyeot ein faire-part su ein pache blanque intourée d'noir.

L'troisième jour, te parteos à l'églisse pou l'messe de funérales, i-aveot là l'famille rassimblée ave même des cousins et des cousines que te n'aveos pus vu d'puis d'z'ainnées, i-aveot aussi les amisses, les connissances, les collègues, les visins et même toutes les p'tites vielles du quartier, tout in noir, avec ein capieau à voilette et ein missel à leu main. L'messe dureot près d'eine heure et te n'comperdeos rien pasque l'curé i-diseot tout in latin.

Après on parteot à Mulette, tout à s'n'aisse, in silence, sans ein meot, on suiveot l'corbillard et on n'intindeot que l'bruit des chabeots des qu'vieaux. Pas d'vant l'teombe, au bord du treos, deux fossoyeus attindeot'ent que l'curé aveot dit l'dernière oraiseon pou déquinte tout douch'mint l'cerqueul tout au feond. Te jeteos alors des fleurs ou ein peu d'tierre et tout l'famile s'in alleot, pour orchevoir les condoléances, sous l'roteonde, à l'intrée du cimetière . 

L'famile s'ortrouveot alors dins eine salle pou eine collatieon, in évoquant les souvenirs du défunt on chasseot l'morosité, on éviteot l'tristesse, on raqueonteot les blaques qu'i-aveot fait et on veyeot naître des sourires su les visaches. Après, on ortourneot au cimetière printe les cartes qu'i-aveot su les couronnes et les bouquets pou n'pos oblier d'ormercier les ceusses qui les aveot'ent déposés. 

L'soir, à l'maseon, on feseot l'noir quart d'heure, l'feu donneot eine trimblante lueur et on acouteot les histoires que n'minqueot pos d'raqueonter les invités.

Asteur, quand te d'viens vieux et, qu'in puque, t'es malate, quand te comminches à radoter, à beffier ou bin à tout oblier, ch'est dins ein hôpital ou eine maseon d'ortraite qu'on va t'caser, et là, ch'est presque toudis pindant l'nuit que te pars sans faire de bruit. Te t'in vas, tout seu, pou t'grand voyache, jusse après que l'infirmière, dins l'campe, a fait ein passache. I n'a pus perseonne pou t'nir t'main, dernier contact ave l' meonte des humains. Au matin, on prévient l'famile que ch'est malhureus'mint fini et eine heure après t'corps au funérarium i-est d'jà parti.

Eine heure après, on veot d'jà tiête su internet.

Si l'messe elle n'a pos cangé, à part qu'on parle asteur français. A l'sortie, bin vite dins l'corbillard t'es imbarqué et te passes à toute vitesse dins les rues d'Tournai. T'as vraimint pus l'temps d'vir l'paysache quand te fais asteur t'dernier voyache. L'curé n'vient pus au cimetière pou faire eine dernière pétite prière, pétête, je m'sus d'jà dit, qu'i-a, au ciel, ein Saint Dycat qui li a interdit. L'cerqueul on l'déquind'ra in catimini quand l'famile elle-s'ra partie, i-paraît que les gins n'supportent pus ein spectaque que les inciens ont toudis vécu. Pou ti printe moins d'plache, on va pétête t'brûler, à l'incinérateur (pos à Thumaide à Hacquegnies, feaut pos avoir peur), te vas rintrer tout intier et te vas sortir dins ein cindrier. T'aras pétête l'sanche d'ête dins ein colombarium à moinse qu'on met ce qui reste d'ti su l' pélouse, à l'intrée, comme on met d'l'ingrais su ein potager.  

Mais quand tout est fini, quand tout l'meonte i-est parti, l'veuf ou l'veuve reste tout seu et pou li ou pou elle l'peine elle est toudis l'même, malhureus'mint, cha, cha n'a pos cangé ! 

Je l'dis toudis : "On est au sièque de l'vitesse, on n'fait pus rien à s'n'aisse et l'progrès d'no société, i-est in train d'tout déhumaniser, t'es poussière et t'ortourneras in poussière, mi j'veux bin, mais feaut quand même pos treop accéler l'mouv'mint". 

(lexique : l'meos d'novimpe : le mois de novembre / asteur : maintenant, aujourd'hui, à cette heure / bin leon : bien loin / l'mote : la mode / l'raminvrance : le souvenir / les momints : les moments / les intierr'mints : les enterrements / les villaches : les villages / les is : les yeux / toudis : toujours / eine candelle : une chandelle / l'tape : la table / tertous : tous / eine creox : une croix / pinte : pendre / anneoncher : annoncer / ein capieau : un chapeau / pa : par / l'moumint : autre mot pour moment / raviser : regarder / eine pache blanque : une page blanche / les funérales : les funérailles / comperdeot : comprenait / pasque : parce que / Mulette : nom sous lequel est désigné le cimetière du Sud à Tournai / les chabeots : les sabots / des qu'vieaux : des chevaux / l'treos : le trou / l'cerqueul : le cerceuil / les visaches : les visages / printe : pendre / in puque : de plus / malate : malade / te comminches : tu commences / beffier : baver / oblier : oublier / tout seu : tout seul / l'campe : la chambre / l'passache : le passage / cangé : changé / pétête : peut-être / ein spectaque : un spectacle / l'plache : la place / ein cindrier : un cendrier / l'sanche : la chance / l'ingrais : l'engrais / l'sièque : le siècle). 

S.T. novembre 2012


09:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Tout cela a bien changé... Bon week-end de la Toussaint Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 03/11/2012

Répondre à ce commentaire

Merci pour ce texte rempli d’émotion et de vérités regrettées

Écrit par : VéroGrim | 03/11/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour, intéressant de voir les expressions de votre région, comme quoi, il y en a vraiment partout !
Merci

Écrit par : visite virtuelle | 03/11/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.