27 oct.
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (196)

Morte saiseon.

D'puis treos ou quate jours, on n'peut pus dire que l'thermomète i-soiche acore à l'fiête, ceulle sémaine, l'automne a fait eine rapide apparitieon, pou n'pos avoir freod, on a ralleumé l'cauffage à no maseon. 

Pa l'ferniête, j'orwette les neuaches gris et bas qui simblent jeuer ave l'cime des grands arpes. Su les branques, les fouèles gaunies s'accroche'tent acore, pou un bref momint, à l'vie, comme pou vouloir proleonger un été qui, d'puis lommint, hélas, est fini. Arlochées pa les nombreuses rafales vient infin l'instant fatal, alors, dins leu belle rope d'or, elles se laichent importées su l'aile du vint du Nord, libérées de toutes les contraintes, elles meontent et elles déquintent, elles virevole'tent hureuses dins l'air et, final'mint, pou morir, orgagnent l'tierre. 

Pa d'vant m'maseon, l'mauviar cache à provisieons, l'agache va querre des geauques dins l'gardin d'ein visin et vient les intierrer au pied d'mes sapins. Je sus bin seûr qu'au prochain printemps, elle ne va pos in ortrouver la mitan. Béteôt, l'petite masinque va orvenir picorer l'boule d'graisse dins l'filet que j'vas mette pinte aux branques du cérisier. Les dernières fleurs seont fânées, l'gardin a d'jà comminché à s'orposer. 

L'osieau qui cache ainsin après s'nourriture, ch'est pou mis ein messache de l'nature, cha m'permet de n'pos oblier qui a aussi des gins qui n'ont pos à minger. Des paufes pou qui l'hiver ramène dins s'cabas l'misère. Si pou nous eautes, i-nous fait pinser aux fiêtes, pou beauqueop ch'n'est pos tout rôsses et violettes

Ainsi, au début du meos, dins l'quartier Saint-Piat, j'ai vu des chintaines de gins cacher après des vêt'mints, cha m'a rappelé que dins m'n jeone temps j'aveos li Zola, mais je n'pinseos pos, à m'n âche, acore vife de parels cas. Au vingt et unième sièque, i-n'ara pus d'guerre, pus d' malhureux, pus d' misère, l'ceu qui nous a fait acroire des parelles, i-éteot leon d'ête ein devin ou bin Madame Solel. 

Pou l'écolomie, après des années d'fiêtes ov'là qu'arrife l'temps de l'disette, on est tertous égaux Walleons et Flamints pa d'vant l'crisse et s'cortèche d'licinciemints. Pou les ouverriers flamints et walleons comminchent aussi l'morte saiseon. 

Tertous on a peur d'l'avenir et ne sait pos c'qu'on va dev'nir, on d'vreot comme les fourmiches préparer nos proviseons, garder l'argint pou faire face à l'désolatieon, courber l'deos pou laicher passer l'pus greos. Tins... Ch'est ce que j'diseos ceulle sémaine à l'file de l'vielle Philomène.

"Ch'est pos avec c'que j'orchois du chômache que j'vas mette des liards in plache, pou nous les malhureux, i-n'a pos d'Beon Dieu".

On a pos eu l'occasieon d'prolonger l'conversatieon car elle aveot rindez-vous à l'agince de voyaches pou querre ses réservatieons. A l'Toussaint, pindant les dix jours de vacances, l'file de Philomène et s'famile part dins l'Midi d'la France". Pou mi cha m'est égal, après tout, mes gins, elle part au pays des cigales !

L'pus leongue nuit d'l'ainnée.

N'obliez pos mes gins que ceulle nuit chi vous allez pouvoir dormir eine heure in puque. Ch'est l'seul momint dins les douze meos qu'eine heure dure chint vingt minutes pasque à treos heures au matin, i-vous feaudra orculer vos aiwilles pou les ormette sur deux heures. Mi j'truèfe qu'on devreot commincher pa abandeonner s'cafouillache, ch'est pos naturel mais acore eine feos ch'est toudis pou s'faire des liards. Mi j'attinds qu'on m'apporte l'preuve qu'on gagne pus d'liards qu'on in perd in jouant ave l'nature. In intindant, ch'est l'verdi au soir que j'cange mes horloches et l'réveil-matin, on l'cangera diminche au soir, i-s'ra toudis temps d'pinser à l'ouvrache.

N'obliez pos neon pus mes gins que ch'est les Grands Cabarets de l'Royale Compagnie, ceulle sémaine et verdi, saim'di et diminche prochain. Si vous aimez les éboulaches de rire, laichez vous faire, allez acouter nos cancheonniers, cha va vous faire oblier vos peines et vos tracas. 

(lexique : ceulle : cette / freod : froid / ralleumé : rallumé / j'orwette : je regarde / les neuaches : les nuages / jeuer : jouer / les arpes : les arbres / les branques : les branches / les fouèles gaunies : les feuilles jaunies / lommint : longtemps / arlochées : secouées / l'rope : la robe / se laicher : se laisser / déquintent : descendent / l'mauviar : le merle / l'agache : la pie / querre : chercher / des geauques : des noix / l'gardin : le jardin / ein visin : un voisin / bin seûr : bien sûr / la mitan : la moitié / béteôt : bientôt / l'masinque : la mésange / pinte : pendre / les paufes : les pauvres / l'cabas : le sac à provisions / ch'n'est pos tout rôsses ni violettes : ce n'est pas très agréable / l'meos : le mois / des chintaines : des centaines / m'n âche : mon âge / vife : vivre / parel : pareil / l'ceu : celui / acroire : croire / leon : loin / l'écolomie : l'économie / tertous : tous / les fourmiches : les fourmis / l'deos : le dos / des liards : de l'argent / in puque : de plus / les aiwilles : les aiguilles / ein cafouillache : un tripotage / l'verdi : le vendredi / l'horloche : l'horloge / toudis : toujours / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / éboulaches de rires : écroulements de rire / acouter : écouter / les cancheonniers : les chansonniers ).

(S.T. Octobre 2012)

09:05 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.