13 oct.
2012

Tournai : expression tournaisienne (194)

Ein riche colas.

Albert, ch'est vraimint ein beon fieu, toudis prêt à v'nir in aide aux malhureux, hélas, te li f'reos acroire qu'in plein jour i-fait noir. J'l'ai rincontré au début de l'sémaine po leon du gardin d'la Reine. Veyant des ouverriers, pou mi ch'éteot des gardéniers, in train d'coper ein arpe, eine sorte d'lilas, i-s'a, bin seûr, demindé ce qu'on feseot là.

"Te n'as pos lu l'gazette, t'areos su qu'on va raser l'gardin et rimblayer l'étang pou après mette l'Pont des Treos", i-faudreot quand même t'instruire, m'n'amisse Dédé i-l'saveot, ch'est li qu'i-est v'nu me l'dire !

I-n'a vraimint pos eu l'air surpris pa ceulle informatieon, tout jusse i-m'a fait ceulle réflexieon :

"Ah ch'est cha qu'on n'veot pus d'glaines dins les allées du gardin d'la Reine"

Veyant que l'pisseon mordeot à l'hameceon, j'ai poussé l'boucheon ein p'tit queop pus leon :

"Cha fait ein meos que les coqs et les glaines i-n'seont pus là, on est v'nu les querre pou les mette à Pairi Daiza. Là-vas, chaque ainnée, on reconstitue ein coin du meonte in perditieon et l'an prochain ch'est des Polders flamints qu'on va faire l'reconstitutieon. On va aménager eine veille cinse, mette deux ou treos glaines, ein pourchéau, des vaques, ein tor, des bédeos et ein tas d'feumier"

"Te pinses que cha va attirer l'meonte ?"

"Bé ahais, les infants i-veont aller là pou vir ein cinsier et s'famile, ch'est eine espèce in voie d'disparitieon comme les gins qui ont ouvré dins les mines d'carbeon et les ceusses qui ouèfent acore dins l'sidérurgie. Même si à l'feos on n'voudreot pus qu'on soiche des frères, feaut s'in faire eine raiseon, on a tertous nos misères, flamints et walleons".

Albert i-éteot tout pinseu.

"D'jà que l'cabaret de m'quartier i-a serré s'porte pasqu'i-n'aveot pus ein bleu tchien. Les gins, au soir, i-restent à leu maseon à causse de l'insécurité. A l'feos, te t'in vas pou boire eine pinte et t'orviens tout poqué. Jusse à côté, l'magasin i-est vide, l'marchand d'toubaque i-a pris s'n'ortraite i-a deux meos".

"Cha ch'est biête pasque'ave l'différince de prix inter la France et la Belgique, on veot asteur arriver des caravanes intières d'gins du Nord et du Pas de Calais venus faire leu provisieon".

Bin seûr, on n'a parlé des électieons. Albert m'a avoué qui n'saveot pos 'cor pou qui voter. Ch'est normal, tertous li ont fait d'belles promesses et comme i-creot tout ce qu'on li dit, i-s'ortrouèfe au même point qu'mi. Mi j'ne creos pus aux promesses, pou eusses, i-n'a que les jeteons d'présince qui les intéressent, les participatieons aux intercommunales et aux asbl à vocatieon qu'on dit sociale. L'définse du portefuèle d'un politicien passe bin souvint avant les attintes du citoyen. Bref, on la copé là, valeot mieux !

Albert i-a cangé d'conversatieon.

"Quoisqu'i-s'passe à l'plache de l'Evêché, on a ortiré tous les pavés, et d'puis ein meos, partout, on fait des treos ,"

Là, j'vous l'avoue, l'boucheon, j'l'ai poussé acore pus leon, j'pinseos que cha n'alleot pos marcher, bé, acore eine feos, i-a tout avalé.

"Bé comme Saint-Luc i-va racater l' bâtimint des inciens Prêtres et l'bibliothèque, ch'est la qu'on va mette l'Tour Michelin (ahais, j'éteos in train de l'gonfler fameus'mint), i-z'attintent après l'béteon pou commincher les fondatieons".

""Et Monseigneur Harpigny, i-n'a rien dit" qui m'a fait l'ahuri.

"Ah neon, i-est même bénaisse, ainsin quand i-ara l'prochain synode du diocèse, i-va pouvoir l'louer pou i-loger tous les curés invités, quoi d'pus normal à l'porte d'l'cathédrale"

"Bé, ch'est jamais possipe, dis hardimint, on est arringé, on ara tout vu et... Mossieu Demotte i-n'a rien fait".

"Si fait, i-a fait offrir à l'évêque, au dernier étache, ein appartemint quate étoiles pou mieux vir, l'heure au bieffreo et les clochers de l'cathédrale".

J'commincheos tout douchett'mint à n'pus savoir quoi li raqueonter quand on a vu passer ein bus articulé.

"Milliards, ein bus ainsin pou treos pelés et ein teondus qui veont à Toufflers et si cha cait à Templeuve, i-s'reont tertous déquindus";

"I-n'feaut pos que te t'imballes, ch'est tout à fait normal"

"Ahais, te trouèfe normal ein parel briscadache, au prix du fuel ch'est vraimint dammache"

"I-part à vide jusqu'à l'frontière mais là i-imbarque tous les réfugiés français qui quittent leu pays pou écapper au massacre"

"Au massacre d'quoi ?"

"Bé.. de leus écolomies, i-n'ont qu'eine pétite malette, mais elle contient bramint d'galette. I-veont acater, ichi, leu maseon, des actieons et eine auteo et veont orpartir à zéreo".

"Be si ave tout cha i-veont orpartir à zéreo, mi cha fait lommint que j'vis à moins chinq.. Mo, moins chinq, bé i-va ête l'heure pou m'bus, l'ov'là qu'i-arrife, mo bé ch'est eine vielle riquette, i-feaut dire que mi j'n'ai qu'eine cabusette et des porieons dins m'musette".

J'n'ai pos voulu l'laicher partir sans li dire eine dernière craque :

"I-paraît que Sarkozy, i-cache à acater eine maseon à Tournai, i-pourreot même s'installer à l'incien Casino"

I-m'a ravisé et i-m'dit : 

"Bé ch'est les ceusses du Cabaret Walleon qui veont ête bénaisses, Rudy et Sarkozy, cha s'ra nos nouvieaux Jojo et Nénesse".

(lexique : colas : niais / fieu : forme picarde de garçon, ein beon fieu signifie un bon garçon / acroire : croire / pos leon : pas loin / des gardéniers : des jardiniers / coper : couper / ein arpe : ein arbre / bin seûr : bien sûr / les glaines : les poules / l'pisseon : le poisson / ein p'tit queop : un petit coup, ici un petit peu plus loin / querre : chercher / Là-vas : là-bas / eine cinse : une ferme / ein pouchéau : un cochon, un porc / des vaques : des vaches / ein tor : un taureau : des bédeos : des moutons / du feumier : du fumier / l'meonte : le monde / ouvrer : travailler / l'carbeon : le charbon / les ceusses : ceux / pinseu : pensif / serré : fermé / ein tchien : un chien  / poqué : plein de coups / l'toubaque : le tabac / asteur : maintenant, provient de "à cette heure" / tertous : tous / l'portefuèle : le portefeuille / cangé : changé / ortiré : retiré / des treos : des trous / racater : racheter / bénaisse : content / possipe : possible / ein étache : un étage / l'bieffreo : le beffroi / tout douchett'mint : tout doucement, à la mine de rien / raqueonter : raconter / si cha cait : si cela tombe / l'briscadache : le gaspillage / dammache : dommage / les écolomies : les économies / bramint : beaucoup / lommint : longtemps / eine cabusettte : une laitue / les porieons : les poireaux / eine craque : une calembredaine / ravisé : regardé / Jojo et Nénesse : duo comiques célèbres des revues du Cabaret Wallon, rôles tenus par Marcel Roland et Lucien Jardez, ils occupaient l'avant-scène pendant les changements de décors. Personnages populaires appréciés par la public, ils représentaient deux titis Tournaisiens liés par l'amitié mais aux idées et aux réactions totalement différentes).

(S.T. octobre 2012)

09:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.