06 oct.
2012

Tournai : expression tournaisienne (193)

L'orvanche du piéteon.

A toute cosse, maheur i-est beon et à Tournai, ceulle sémaine, les gins qui alleot'ent à pied, éteot'ent seûr d'arriver à l'heure mais les ceusses au volant d'eine auteo raviseot'ent l'heure tourner dins dans files l'pus souvint à l'arrêt.

Edmeond qui fait toudis tout à pied, i-n'a même pos ein véleo, i-éteot hureux comme ein pisseon dins l'ieau, i-orwettieot même les paufes automobilistes ave ein air d'fouteu d'gins, l'orvanche du piéteon, l'heure de gloire des ceusses qu'on print asteur pou des annochints

Comminchons pa l'carrefour de la Dorcas ou bin de l'priseon, ch'est comme vous voulez, toutes façeons ch'est deux indreots où on n'aiment pos aller. Adeon, l'hariqueot i-éteot in pleine réparatieon, on li metteot eine nouvelle couche d'asphalte après avoir raboter l'vielle. In arrivant d'Vaulx, de la chaussée d'Bruxelles ou bin acore de l'chaussée d'Renaix, on éteot invité à virer vers la gare pasque l'peont Devallé i-éteot barré. Ch'éteot d'jà pos facile et l'leon des boulevards i-aveot des riches files mais tout à n'ein queop cha s'a compliqué quand su l'autoroute un camieon d'penn'tierès i-s'a ortourné. L'remorque elle a pris feu, vingt teonnes de patates ont été cuites à l'pelure (qui areot cru qu'ein jour on areot eu Lutosa à Mourcourt?). On a dévié in puque pa les boulevards de no ville tout l'circulatieon d'l'autoroute vers Courtrai et Lille. On aveot pus vu d'puis la guerre ein parel défilé d'camieons et d'auteos, on éteot invahi pas des véhicules... à l'arrêt. 

Bramint penseot'ent que ch'éteot malhureux et qu'eine feos n'est pos coutume i-falleot printe s'mal in patience. Ahais, i-n'saveot'ent pos 'core, ces brafes gins, que deux jours après, à causse d'ein incendie dins l'rue Saint-Brice, on alleot ête à nouvieau obligé de les dévier. Deux feos  in eine sémaine ch'éteot du jamais vu.

Et l'pire i-est à venir et pos pus tard que lindi prochain, l'huit octope, ceulle feos chi, ch'est l'chaussée d'Douai qui va ête rénovée, su ein kilomète, inter l'bavaro Saint-Martin et l'ruelle Desprets. Feaut vir aux heures de pointe l'circulatieon qui a su ceulle route, on va faire passer tout cha pa l'chaussée d'Willemeau, acore hureux qu'in face du cimetière on a serré l'cabaret "Au Bon Repos" car les gins veont vir des auteos, des bus et des camieons défiler pindant tout l'journée.

A nouvieau, comme ein malheur n'vient jamais seul, on va commincher les traveaux à l'avenue de Troyes, in face d'l'incien Casino, l'route elle va ête interdite à l'circulatieon au moinse treos meos et les auteos venant de l'Madeleine veont partir l'leon du gardin d'la Reine pa l'quai Donat Casterman pour orjointe Froyennes. 

Ch'est pos tout, cha fait treos sémaines que l'rue Duquesnoy elle est invahie pa les ouverriers et les ingins d'chantier et pou sortir de l'ville pou aller vers l'chaussée d'Renaix, bin, i-feaut passer pa l'rue d'l'Athénée. 

J'vas aussi vous dire qu'au pied du bieffreo, on a, in plein mitan de l'rue, fait ein grand treos, tous les jours ch'éteot imbouteillé, pou meonter l'rue Saint-Martin, i-falleot printe t'corache à deux mains. 

Acore eine feos, ch'est pos tout, i-a pus ein pavé su l'plache de l'Evêché, tous les jours, Monseigneur Harpigny i-deot y passer pasque ch'est là qu'i-a l'malheur d'habiter et, l'paufe, i-a d'jà abîmé treos paires d'sorlets. I-a des gins qui l'ont même intindu canter : "j'espère que s'ra fini au mois d'août, jusqu'à là j'vas patauger dins la gadoue, la gadoue". Ov'là Monseigneur qui s'prind pou Jane Birkin ou Pétula Clarck in slalomant inter les bulls et les clarcks.

Et ch'n'est pos acore fini, i-arrive à l'feos que les ouverriers rincontent ein tuyéau in faisant leu travéaux, on intind eine séquoi s'mette à chiffler, ch'est l'gaz qui est in train d's'écapper. Les visins i-feaut les évacuer pou n'pos ichi les ortrouver satelliser, l'fuite i-feaut réparer et pindant c'temps-là, les magasins i-seont serrés et i-n'feaut pos voir eine certaine malice si on a mis tous les réfugiés au buréeau d'police. 

L'rue d'Paris elle n'est pos finie, l'rue des Choreaux est toudis in travaux, l'rue des Fossés on est in train de l'daller, l'rue des Puits l'Eau est barrée du bas jusqu'in heaut...

Vous pinsez pétête, mes gins, que ch'est de l'science-fictieon, que j'sus ein minteu, que cha n'peut pos exister parelles situatieon, Tournai est in train de s'faire eine bieauté et nous on est sérieus'mint imbêté.

(lexique : cosse : chose / seûr : sûr / raviser : regarder / toudis : toujours / ein pisseon : un poisson / l'ieau : l'eau / orwettier : regarder : paufe : pauvre / ein fouteu d'gins : un moqueur, un railleur / les ceusses : ceux / les annochints : les innocents / commincher : commencer / les indreots : les endroits / adeon : donc / l'hariqueot : l'haricot, nom donné à ce carrefour en raison de sa forme / acore : encore / l'leon : le long / tout à n'ein queop : tout à coup / des penn'tières : des pommes de terre / in puque : en plus, de plus / parel : pareil / bramint : beaucoup / à causse : à cause / feos : fois / lindi : lundi / octope : octobre / ceulle feos chi : cette fois ci / les ouverriers : les ouvriers / in plein mitan : au plein milieu / des treos : des trous / l'corache : le courage / les sorlets : les souliers / eine séquoi : quelque chose / chiffler : siffler / s'écapper : s'échapper / les visins : les voisins / l'buréeau : le bureau / ein minteu un menteur)

(S.T. octobre 2012)

 

13:50 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.