29 sept.
2012

09:20

Tournai : expressions tournaisiennes (192)

Eine riche biec-beos.

Edmeond, Fifinne, Edgard, Irma, ov'là des amisses dont on a d'jà bin souvent parlé, mais je n'pinse pos vous avoir d'jà fait faire l'connissance de Léon, ein brafe garcheon qui a marié, in mille nuef chint septante-deux, Gabrielle, eine file d'Havinnes, eine mam'zelle qui aveot rincontré au bal du "Saleon d'l'Aiwille" pindant eine permissieon et que, jusqu'à l'velle de s'mariache, i-nous aveot présinté comme étant s'pétite cousine.  

Adeon, ov'là quarante ainnées que Gabrielle et Léon seont mariés. S'feimme a toudis l'coeur à l'ouvrache, tins ch'est normal, ch'est eine file de cinsier, mais li, comm i-a toudis ouvré au Ministère, on peut dire, sans s'tromper, qu'i-est bin leon d'ête fatigué ! Pourtant i-attind comme ein cat après eine soris, l'moumint de l'pinsieon, "j'ai d'jà bin deonné et asteur i-est temps de m'orposer" qui dit Léon. 

Pou l'prumière feos, l'ov'là qu'i-est cait malate alors qui li resteot à peine treos meos à ouvrer. Ein bieau soir de l'sémaine dernière, i-est orvenu à s'maseon, rouche de fièfe et claquant des dints. I-n'teneot pus su ses guiles, i-éternueot et i-tousseot à s'arracher l'gorche. Falleot vir l'malhureuse Gabrielle comme elle éteot tout in foufièlle, elle li a mis l'thermomète qui a meonté bin au d'seur de trinte-siept, elle a appelé l'médecin in li disant que s'n'heomme i-aveot ein rude orfroidiss'mint. I-est tout ingélé et tout in nache, cha n'deot pos ête beon à s'n'âche

Quand l'docteur est arrivé, i-a commiché pa l'ausculter, pus i-respireot, pus cha siffleot et pus i-tousseot. "D'puis l'temps que j'vous conneos, vous n'feumez pos, adeon, vous avez seûrmint pris freod su l'quai d'la gare in attindant l'train" qui li a dit l'vieux médécin. "Ch'est pos tout à fait cha qui li a répeondu l'annochint, j'ai sinti que j'n'éteos pos bin vers les onze heures du matin, j'aveos m'quémisse perchée et j'aveos du mau à respirer". 

"On aveot pétête laiché ein ferniête ouvère et i-aveot ainsin du courant d'air ou alors, on a d'jà alleumé les radiateurs et l'cauffage i-tourne pindant des heures, cha n'm'éteonne pos que vous avez eine breongile et eine rhinite, des toupiries et ein début d'pharyngite".

"Ch'est pos cha, savez docteur, j'vas vous espliquer quoisqu'i-s'a passé. On a interdit d'feumer pindant les heures qu'on deot ouvrer, les fumeux i-ont dreot à ein quart d'heure, l'matin et pindant l'après-deîner, à conditieon d'aller déhors pou n'pos nous infinquer. Mi qui n'feume pos, j'sus pénalisé, pindant qui seont in bas, mi, tout seu, j'deos ouvrer, ainsin j'ai décidé, mi aussi, d'acater des cigarettes, sans l'dire à m'feimme, comme ein infant, in cachette et j'feume deux clopes su m'journée, j'vas à l'intrée, près du gardien et de s'n'aubette pou tirer su m'cigarette".

In intindant cha, Gabrielle s'a mis in rache :"Ainsin, Mossieu i-a attrapé freod, au matin, pou feumer eine cigarette, bé, j'n'areos jamais pinsé que t'éteos aussi biête, mi, à t'plache, te sais ce que j'areos fait, pindant l'quart d'heure, j'areos bu eine jatte d'café". 

"Ahais, ch'est vrai, j'n'aveos pos pinsé, ch'n'est pos que je n'sus pos malin, mais, t'as bieau dire, i-d'a puque dins l'tiête de deux que d'ein".

L'docteur i-a fait ein certificat pou treos meos, Léon i-est asteur in indisponibilité, ch'est à s'maseon que s'n'ortraite i-va fiêter, l'trinte et ein du meos d'décimpe.

"Mo bé, Gabrielle, cha cait jusse l'dernier jour d'l'ainnée, hein, on areot voulu l'faire exprès..."

"Ahais, ch'areot été mieux aux Saints Innochints, huit jour après". Gabrielle elle ne l'a toudis pos digéré. 

(lexique : eine file : une fille / eine mam'zelle : une  demoiselle /saleon d'l'Aiwille : le salon de l'aiguille, une salle des fêtes du village d'Havinnes aujourd'hui disparue / adeon : donc / l'ouvrache : l'ouvrage / ein cinsier : un fermier / ouvrer : travailler / bin leon : bien loin / ein cat : un chat / eine soris : une souris / l'moumint : le moment / l'pinsieon : la pension (belgicisme pour retraite) / asteur : maintenant / s'orposer : se reposer / l'prumière feos : la première fois / caire malate : tomber malade / ein meos : un mois / rouche de fièfe : rouge de fièvre / les guiles : les jambes / l'gorche : la gorge / ête tout in foufielle : être en émoi / au d'seur : au-dessus / ein orfroidiss'mint : un refroidissement / ingélé : engelé / in nache : en nage / l'âche : l'âge / comminché : commencé / l'annochint : l'innocent / l'quémisse : la chemise / avoir du mau : avoir mal / pétête : peut-être / laicher : laisser / l'ferniête : la fenêtre / l'cauffage : le chauffage / eine breongile : une bronchite / des toupiries : des vertiges / feumer : fumer / infinquer : enfumer / acater : acheter / s'mette in rache : se mettre en colère / à t'plache : à ta place / i d'a puque : il y en a plus / décimpe : décembre / jusse : juste)

(S.T. septembre 2012)


09:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

26 sept.
2012

09:20

Tournai : les festivités d'octobre

En ce mois d'octobre, la saison culturelle atteint déjà sa vitesse de croisière et les organisations sont nombreuses.

Lundi 1 (caserne Ruquoy) et Mardi 2 (terrain de football du Vert Bocage) : "Garuma" d'Ad de Bondt et Jean Michel Van den Eeyden, théâtre à ciel ouvert de Fernandez Maria Olivare.

Jeudi 4 : Maison de la Culture, salle Jean Noté : rentrée académique de l'Université du Temps Disponible, "De Lens à Abou Dhabi, les déclinaisons du Louvre" par André Gob, professeur à l'Ulg.

Jeudi 4 : 24, quai saint-Brice, 18h45 : "La révolution d'Internet dans les supports publicitaires", conférence. 

Vendredi 5 : Centre Saint-Paul, 19h45 : "1947-1967, vie quotidienne d'une famille tournaisienne au milieu du XXe siècle", conférence par S.Tranchant ("l'Optimiste" du blog Visite Virtuelle de Tournai) au profit de l'asbl Michaël.

Samedi 6, cathédrale Notre-Dame, 20h, "Solistes du Collégium Vocale Gent", concert organisé par l'asbl musiCa. 

Dimanche 7, 10h et 15h : "Le faubourg Saint-Martin, d'hier et d'aujourd'hui"; visite guidée à la découverte du quartier par l'association des Guides de Tournai. 

Dimanche 7, Esplechin, café de la Bascule, 9h15 : "Promenade à la découverte d'Esplechin" organisée par le Cercle d'Histoire de la vallée du Rieu de Barges. 

Dimanche 7, Tournai-Expo : "Mon Chien Etre", salon des amis des chiens organisé par Sandy.

Mercredi 10, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "récital de Camille" (en première partie Simon Dalmais).

Jeudi 11, Maison de la Culture, 14h00, "La Chine, banquière de l'Europe", conférence par Michel Hermans, professeur à l'Ulg, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible. 

Du vendredi 12 au mardi 16 : Ducasse de Kain, spectacles de variétés, concerts, marché au puces, cabaret wallon, feu d'artifice...

Samedi 13 et dimanche 14, Halle-aux-Draps : "la Halle Gourmande", salon des produits de bouche, le plus grand restaurant de l'Eurorégion, 30 restaurateurs présentent leur savoir-faire, 2 pays invités (France et Espagne), une organisation annuelle des Amis de Tournai.

Samedi 13, à 20h, et dimanche 14 à 18h, salle La Fenêtre : "Crise grecque et salade grecque", one man show d'Andreas Ventouras.

Samedi 13, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "Tremplin Hip Hop".

Mardi 16 et Mercredi 17, Maison de la Culture, salle Lucas, 20h : "Oleanna" de David Mamet par le Théâtre de l'eau qui dort. 

mercredi 17 octobre, Maison de la Culture, salle jean Noté, 20h l'humoriste "Arnaud Tsamère"

Jeudi 18, Maison de la Culture, 14h : "Les Tsiganes, Roms, Gitans, gens du voyage entre enracinement, marginalité et devenir", conférence par Alain Reyniers, professeur à l'UCL, dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Jeudi 18, Maison de la Culture, à 17 et 20h : "Pays cathare, voyage en Occitanie" conférence par Guy Couteix dans le cadre du cycle "Exploration du Monde"

Du samedi 20 au lundi 22, Tournai-Expo "Salon du Cheval, du Poney et de l'Ane", animations diverses, dressage, haute-école, démonstrations western.

Dimanche 21 octobre, cathédrale Notre-Dame, 16h30 : concert d'orgue par Mathias Lecomte (organiste à Sèvres).

Dimanche 21, Maison de la Culture, salle Lucas, 16h : "le quatuor Coryfeye", en première partie "le quatuor Aramis", concerts dans le cadre du Festival des Voix Intimes. 

Mardi 23, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "Boubacar Traoré" musicien malien.

Mercredi 24 et jeudi 25, Maison de la Culture, salle Jean Noté, 20h : "Dehors", pièce d'Antoine Laubin par la Compagnie De Facto.

Jeudi 25, Maison de la Culture, 14h : "Choisissons-nous vraiment ce que l'on mange, les mécanismes psychologiques du choix", conférence par Olivier Corneille, professeur à l'UCL dans le cadre de l'Université du Temps Disponible.

Samedi 27, Maison de la Culture, "Après la mort d'un enfant, oser réapprendre à vivre" conférence-débat par Dominique Davous, auteur de "A l'aube du 8e jour...Capucine", de l'association "apprivoiser l'absence" à Paris.

Samedi 27, salle la Fenêtre, 20h, : "C° et C° Blues - Pistolazer et Zamprem" en concert.  

Samedi 27, 20h et dimanche 28 à 16h, Maison de la Culture, salle Jean Noté : "Grand Cabaret" de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien" qui fêtera son 1.000e cabaret depuis sa création. 

Samedi 27, La patinoire : "soirée Halloween".


Expositions :

Musée des Beaux-Arts : "101 chefs d'oeuvre de Manet à Dürer" jusqu'au 21 octobre.

Maison de la Culture : "Bernard Bay" photographe jusqu'au 7 octobre.

Halle-aux-Draps : "Jamais trop d'Art", du 19 au 21 octobre

Maison de la Culture : "Prix artistique 2012 de la ville de Tournai" dans le cadre de l'Art dans la Ville, du 13 octobre au 14 novembre. 

Maison de la Culture : "Sara Conti et Papertom" du 12 octobre au 11 novembre.

Cimetière du Sud, chaussée de Willemeau, : "Couronnes funéraires d'artistes" dans le cadre de l'Art dans la Ville du 12 octobre au 21 octobre. 

Archives de l'Etat, rue des Augustins : "Fonds de documentation et d'archives des personnalités de Wallonie Picarde" dans le cadre de  l'Art dans la Ville du 12 octobre au 24 novembre. 

Fort Rouge, rue Perdue : "Catherine Amathéü-Otto Ganz de Wallonie Picarde", dans le cadre de l'Art dans la Ville, du 12 octobre au 4 novembre.

Cerist, boulevard des Combattants : "Chung-Hee Kim, tapisserie contemporaine" dans le cadre de l'Art dans la Ville, du 12 octobre au 4 novembre.

Bibliothèque de la Ville et Centre de la Marionnette : "Eddy Devolder et Lionel Vinche en duo", dans le cadre de l'Art dans la Ville et du 50e anniversaire de l'Académie d'été, du 12 octobre au 4 novembre. 

Espace "L'Art est création", boulevard Léopold : "Filles et fils du vent et des étoiles", photographies de Damienne Flipo, dans le carde de l'Art dans la Ville, du 12 octobre au 4 novembre. 

Musée de la Tapisserie, place Reine Astrid : "Recherches 2012" dans le cadre de l'Art dan sla Ville, du 13 octobre au 4 novembre. 

Attention : le programme est susceptible d'ajouts et/ou de modifications.

24 sept.
2012

10:23

Tournai : artistes peu à peu tombés dans l'oubli.

Le fait de feuilleter d'anciennes éditions de journaux à la recherches d'éléments historiques précis permet bien souvent de découvrir d'autres informations ignorées. La rubrique nécrologique s'avère être, à ce sujet, une petite mine d'or pour qui veut prendre la peine de la lire.

Afin de réaliser la rétrospective des évènements survenus tout au long des années du XXe siècle, j'ai consulté, une à une, toutes les éditions des journaux locaux, principalement celles du "Courrier de l'Escaut".

Dans son édition du 21 juin 1907, un article annonce le décès de Léon Herbo et on apprend ainsi qu'on "estime à plus d'un millier le nombre de portraits de magistrats, de bourgmestres, d'officiers, de présidents de société, peints par lui, sans compter quelques travaux historiques. Son activité étant proverbiale : parti un jour à Renaix afin d'y exécuter un portrait, il n'est rentré à Bruxelles qu'après en avoir peint quatre-vingt".

Léon Herbo était né à Templeuve, village rattaché à Tournai lors de la fusion des communes du 1er janvier 1977, le 7 octobre 1850, lors de sa formation à l'Académie des Beaux-Arts de Tournai, il bénéficia des conseils avisés de deux maîtres, Léonce Legendre et Joseph Stallaert. Il poursuivit ensuite ses études à l'Académie de Bruxelles. Après un voyage d'étude en France, Italie et Allemagne réalisé grâce à la bourse obtenue avec d'autres artistes en partage du Prix de Rome, non attribué, il revint à Bruxelles où il fonda le cercle l'Essor et en devint le président. Portraitiste, on lui doit également des oeuvres comme "Psyché" et "Dans l'atelier" qu'on peut découvrir au Musée des Beaux Arts de Tournai, "Moine en prière" au musée de Courtrai ou encore "Premier soupçon" au musée de Pragues. On estime après de 1.500 le nombre de portraits qu'il a réalisé. Choisi pour décorer la salle des mariages de l'Hôtel de Ville de la cité des cinq clochers, il ne put réaliser que l'esquisse de son "Entrée de Charles-Quint à Tournai n 1531", la mort survint et l'emporta à Ixelles, le 19 juin 1907. 

Le 9 décembre 1939, le journal parle du décès de Jean Leroy survenu la veille, une petite phrase ressemblant à une critique de son oeuvre nous apprend que "le souffle de la mort a passé dans sa petite maison blanche, cubique, comme l'était trop devenue par bien des côtés sa peinture".

Jean Leroy est mort jeune, il n'avait pas encore 44 ans. Il était né à Péruwelz, le 24 février 1896. Il effectua des études primaires à Tournai et puis à La Louvière mais revint s'installer définitivement dans la cité scaldéenne en 1910. Il entama sa formation artistique à l'Académie des Beaux-Arts sous la direction de Louis Pion. En 1916, il épouse la fille du décorateur froyennois Pollet. Avec son beau-père, il va participer à la décoration de la gare de Tournai. En 1920, il s'installera comme décorateur et peintre en bâtiment. Il réalisera les décors de théâtre pour le Palace, le théâtre communal de la rue Perdue et pour la salle de Stambruges. En 1925, liquidant ses affaires, il quitte Tournai pour Paris, où il s'installe aux Buttes-Chaumont, mais sa fille étant malade, il revient à peine trois mois plus tard à Tournai. Sans le sou, pour survivre, il exerce diverses professions : manutentionnaire dans une laiterie, volontaire pompier, organisateur de la bibliothèque de la Maison du Peuple, décorateur pour l'église de Bléharies, il réalisera aussi un Chemin de croix pour une église française. En 1930, avec son ami Georges Grard, De Korte et d'autres, il fonde le Salon du Printemps pour promouvoir la peinture et la sculpture, celui-ci sera organisé durant cinq ans. Il va se spécialiser dans le portrait et on lui doit ainsi ceux du "Docteur Fiévet", du "Pianiste André Dumortier", de "Madame Watteaux" ou des oeuvres comme "Ouvriers cordonniers", "La soupe populaire", "Vieillards jouant aux cartes", "Femme assise de profil", "Femme allaitant", "Femme dormant". Dans ses différentes démarches, il ne sera pas soutenu par l'édilité tournaisienne. "Nul n'est prophète en son pays" est une formule qui peut le définir. A partir de 1935, sa peinture va radicalement changer, compositions hardies, voire osées, personnages aux corps déformés, aux jambes distordues et aux bras démesurément longs, tableaux aux couleurs dissonantes  : "Les mangeurs", "L'Antoiniste", "Grand nu couché", "Les baigneurs"... Le musée des Beaux-Arts de Tournai possède deux oeuvres : "Nu de dos" (un fusain) et "Auto-portrait". 

Le "Courrier de l'Escaut", dans son édition du 31 janvier 1962, évoque le décès de Lucien Dasselborne, on peut notamment y lire : "depuis plusieurs années, Dasselborne ne gravait plus, ses yeux ne supportant plus l'effort qu'exige le trait précis sur le cuivre. Il avait cependant beaucoup gravé depuis le jour où Allard l'Olivier l'avait poussé vers cette technique"

Lucien Dasselborne était né à Louvroil, le 13 avril 1873. Il était le peintre des paysages, sites urbains et des fleurs. Il aimait particulièrement la lumière de Tournai où il était venu s'établir et ne manquait pas de peindre des arbres, des clochers, des parcs avec les tons nuancés des impressionnistes. Le Musée des Beaux-Arts de sa ville d'adoption possède de nombreuses oeuvres : "Maison au bord de l'eau", "Le vieux pont", "Bouquet de fleurs", "Tournai en ruines, rue du Cygne", "Le parc". Jusqu'en 1950, L'artiste possédait son atelier principal dans la capitale française et exposait, tous les ans, au Salon des artistes français. Il réalisa également de nombreuses gravures. Il succéda à Jules Pollet en 1941 en qualité de président du Cercle artistique tournaisien. Son héritage artistique fait de peintures et de gravures est réparti entre Tournai, la France et l'Amérique. 

Trois artistes, tombés peu à peu dans l'oubli, ont été ressuscités au détour d'une page d'un journal. D'autres le seront encore dans le présent blog.

(sources : journal "le Courrier de l'Escaut" éditions de 1907, 1939, 1962 et "Biographies tournaisiennes des XIXe et XXe siècle " de Gaston Lefebvre, ouvrage édité en 1990 par la société d'Archéologie industrielle de Tournai).

(S.T. septembre 2012)

20 sept.
2012

14:44

Tournai : grues et clochers rivalisent

L'Optimiste a fait, cette semaine, le tour des chantiers immobiliers qui fleurissent en ville. Les tournaisiens vont bientôt découvrir dans le ciel de leur cité autant de grues que de clochers.

Les chantiers du centre-ville.

Le plus avancé est celui de la construction d'appartements et de maisons dans le quadrilatère formé par les rues de l'Arsenal, Campin et du Désert, face au lycée Campin et au CHWAPi (site Notre-Dame). Le chantier est pratiquement terminé, quelques immeubles nécessitent encore l'une ou l'autre finition. la plupart des habitations sont déjà occupées. 

A l'angle du Becquerelle et du quai Saint-Brice, les travaux de construction du nouveau siège de l'intercommunale Ideta se poursuivent, un bâtiment destiné à accueillir une crèche est déjà bien avancé sur la place du Becquerelle, l'immense dalle de béton est actuellement coulée pour l'édification des autres ailes. A terme, on trouvera deux crèches d'une capacité totale de 54 enfants et une crèche permettant d'accueillir sept enfants handicapés, le siège social de l'intercommunale qui pourra ainsi y regrouper ses services, un rez-de-chaussée destiné aux PME, vingt-neuf appartement de standing situés sur le quai Saint-Brice et douze appartements moyens donnant sur la place du Becquererelle. En sous-sol un parking offrira cent places de stationnement. 

Sur le quai des Salines, on a débuté la rénovation des anciennes usines Allard pour transformer le bâtiment industriel en appartements.

A l'angle de la rue de l'Hôpital Notre-Dame et du Curé Notre-Dame, face à la cathédrale, les anciens bâtiments du quotidien, "Le Courrier de l'Escaut" construits après la seconde guerre mondiale seront prochainement rasés. A la place, la firme Dherte, promoteur du projet, y élèvera un bâtiment de quatre étages comprenant onze logements, deux cellules commerciales et neuf emplacements de parking. Ce projet, présenté au cours du mois d'août, en pleine période de vacances, a déjà fait couler beaucoup d'encre. L'Asbl Pasquier Grenier qui défend le patrimoine architectural tournaisien a, en effet, jugé ce projet, situé au pied de la cathédrale Notre-Dame, d'une grande pauvreté architecturale, tant au niveau des matériaux utilisés que des volumes, particulièrement, en toiture où règne une certaine anarchie par la création de fausses faîtières et de toitures en terrasses. Le premier échevin Tournaisien, en charge de l'urbanisme, a balayé, d'un revers de la main, cette argumentation spécialisée en déclarant ne pas connaître les attentes de l'Unesco en matière d'environnement d'un prestigieux monument inscrit au patrimoine mondial. Pour avoir vu, la projection de cette construction, l'Optimiste a eu son attention particulièrement attirée par la lourdeur du mur aveugle, blanc, reliant le sol au toit, côté de la rue du Curé Notre-Dame. L'architecte ne s'est probablement pas rendu-compte qu'il s'agissait là d'un véritable coup de poing dans le paysage urbain.

On nous promet, depuis quelques mois déjà, la construction d'une résidence de standing, avenue de Troyes, face au jardin de la Reine, à l'emplacement de l'ancien Casino (qui fut transformé en dancing "Paradise" de sinistre mémoire pour les riverains) et de l'immeuble de la distribution d'eau. En juillet, les plantations qui envahissaient le site ont été rasées. Une édition de "la Dernière Heure", datée du 24 janvier 2012, annonçait le début du chantier dans les deux mois. On devrait normalement y édifier trente appartements de standing, des bureaux et quarante emplacements de parking en sous-sol. 

Le projet de rénovation de l'ilôt Cherquefosse, dans le quartier Saint-Piat, semble de nouveau sommeiller et il ne se réveillera probablement pas avant les élections communales du 14 octobre prochain. Pour rappel, suite à une réunion organisée à l'administration communale en mars 2012, entre les habitants du quartier qui souhaitaient le voir transformé en un lieu résidentiel accueillant et les responsables de l'intercommunale Ideta qui avaient jeté leur dévolu sur celui-ci pour y ériger une zone d'activités économiques non polluantes, il avait été décidé de construire, sur cet espace abandonné (et souvent squatté) de 4.000 m2, trois halls relais et septante logements mixtes (moyens et sociaux).

On attend, avec impatience, le début du chantier de la phase deux de la cathédrale Notre-Dame. Après les travaux de la nef romane, rondement menés, le chantier concernant la rénovation des cinq clochers, probablement le plus spectaculaire, a pris un certain retard. Personne ne peut dire, à l'heure actuelle, quand il va démarrer (certainement plus avant les élections !).

Nous n'avons pas reçu d'informations complémentaires quant aux projets de constructions de cellules commerciales, parking et appartements dans la rue de l'Hôpital Notre-Dame, à l'emplacement de l'ancien cinéma Palace ainsi qu'un immeuble abritant plusieurs "kots" pour étudiants dans la rue de l'Arbalète. Ceux-ci avaient fait l'objet d'un reportage sur No Télé, il y a quelques mois déjà. Il est dommage que ce "chancre" se situe sur une des voies principales de la traversée de la ville (entre la gare et la cathédrale). Le restaurant qui subsiste à cet endroit fermera ses portes à la fin de l'année, les restaurateurs ont fait une demande de permis de bâtir pour la transformation d'un immeuble à proximité de la gare. 

Un chantier, plus modeste, est également en cours à la rue Saint-Brice, à l'angle de la rue Pierre Caille. 

Une demande de permis de bâtir a été introduite pour la restauration de trois immeubles sur la place de Lille (dont l'ancien hôtel "Aux Armes de Tournai"), une autre pour la construction de parkings et d'appartements à la place de deux immeubles vétustes situés dans la rue As-Pois, au pied de l'église Sainte-Marguerite. 

Les chantiers extérieurs.

Sur la plaine des Manoeuvres, le long de la chaussée de Douai, les bâtiments de la "Corne Saint-Martin" s'élèvent peu à peu. A terme, on trouvera à cet endroit cinq constructions, "basse énergie", de trois ou quatre étages, groupées autour d'un ilôt central de verdure et d'un bassin de rétention des eaux pluviales. 

Une résidence est également en cours d'édification à la rue Jean Cousin et une autre à la rue Paul Pastur par le promoteur Lemer Immo. Ces deux chantiers vont permettre de mettre en  vente ou en location plusieurs dizaines d'appartements supplémentaires.

A la rue des Fougères, la construction de la résidence "la Renardière" se poursuit, une vingtaine d'appartements y sont réalisés avec parking souterrain ou car-ports. 

Sur l'avenue de Maire, les travaux de reconstruction de l'école communale "le petit Colysée" ont débuté, il y a quelques semaines. Ils devraient être terminés pour la rentrée des classes de septembre 2013.

Faites le compte, chaque chantier amenant au moins une grue, on va bientôt voir autant de grues qu'il n'y a de clochers dans la cité de Clovis.

(S.T. septembre 2012)

17 sept.
2012

09:15

Tournai : la vie d'une famille tournaisienne au XXe siècle

INVITATION.

"1947-1967", la vie quotidienne d'une famille tournaisienne au milieu XXe siècle est le sujet que l'Optimiste aura la plaisir de développer, le vendredi 5 octobre à 19h45, au Centre Saint-Paul, avenue du Saule à Tournai.

1947 : le souvenir de la seconde guerre mondiale est encore omniprésent au sein de la population par les ruines qui subsistent au coeur de la cité des cinq clochers, les deuils qui ont frappé presque toutes les familles, la pauvreté qui touche les habitants. Après la tourmente, la vie se réorganise tant bien que mal, il faudra de nombreuses années pour effacer les cicatrices physiques, plus encore pour guérir les souffrances morales.

1967 : au coeur des "golden sixties", une nouvelle génération, les enfants du baby-boom, vit des moments exaltants : la conquête de l'espace, la naissance des nouvelles technologies, le plein emploi, les premiers balbutiements de la civilisation des loisirs, le temps des copains et des idoles les empêchent d'imaginer les sombres moments vécus, une vingtaine d'années plus tôt, par leurs parents.

Entre reconstruction des années quarante et optimisme débordant des années soixante, le quotidien des gens a très rapidement évolué, pourtant, si on se penche sur ces deux décennies, à peine cinquante années plus tard, on découvre un autre monde, une toute autre époque, une vie inimaginable pour ceux qui ne l'ont pas vécue.

Durant une année fictive, on accompagnera une famille, partageant ses joies et ses peines, ses espoirs et ses déceptions. On parlera travail et loisirs, écoles et occupations de vacances, naissances et morts, fiançailles et mariages, fêtes patronales et familiales...

La conférence est inscrite dans le nouveau cycle "Tournai, Au Fil du Temps" que compte proposer l'asbl Michaël à partir de l'année 2013, en remplacement des annuels concerts organisés depuis 2004. Ce cycle, alors présenté dans la salle des Colibris à Kain, était apparu au début des années nonante et avait compté parmi ses conférenciers: Maurice Brabant, Jacqueline Delrot, Serge le Bailli de Thilegem, Pierre Mory, Ludovic Nys, Robert Sevrin... évoquant l'Histoire, l'évolution géographique, l'Art, les traditions... dans la cité des cinq clochers. 

Pour tous les renseignements concernant cette soirée philantropique (réservations...), je vous envoie vers le blog de l'asbl Michaël *. Sachez que l'intégralité des bénéfices sera versée à trois institutions soutenant des projets en faveur d'enfants ou d'adultes handicapés. la P.A.F est modique puisqu'elle est de 5 euros. 

* http://asblmichael.skynetblogs.be/

Au plaisir de vous y rencontrer nombreux.

(S.T. septembre 2012)

15 sept.
2012

09:15

Tournai : expressions tournaisiennes (191)

Les treos jours les pus leongs

L'saim'di, l'diminche et l'lindi de la karmesse, ch'est toudis l'pus leong week-end d'l'ainnée pou nos deux amisses Edmeond et Fifinne et in puque, ceulle feos chi, i-aveot aussi les "Journées du Patrimoine" et Edmeond n'voudreot surtout pos les rater pasqu'i-aime les vies'ries. Comme i-dit alfeos : "ch'est pou cha que je n'voudreos pos m'séparer de m'feimme pou tout l'or du meonte !".

Li qui a arrêté ses études au niveau de l'école primaire, i-a voulu aller vir l'Athénée Royal. I-a toudis intindu dire, à s'maseon, que ch'éteot l'ensenn'ment officiel, aussi i-a été surpris jusqu'à s'fusil d'apprinte qu'avant les cours i-z'éteot'ent deonnés pa des Jésuites. Là, i-a déquindu dins les caves dusque les élèves et les visins du quartiers alleot'ent s'réfugier pindant les bombardemints. 

Quand on a fermé l'porte in fier et qu'on les a inserrés dins l'abri, Edmeond i-a d'mindé si on sareot acore l'ouvrir. L'jeone li a répeondu que l'prumière feos, elle aveot été durte mais qu'après cha, cha aveot été. M'n'heomme i-a foutu l'esquite à Fifinne qui a failli querre in syncope, attraper eine crisse d'clostrophobie. 

Après on les a invités à aller vir ce qu'on appelle "l'cave aux morts" dusqu'on intierreot les jésuites. Les cavéeaux seont asteur vide et in veyant les casiers d'Brunehaut, l'arsoule i-a fait ein mauvais jeu d'meots :"Les corps i-n'seont pus là mais i-a acore les bières". I-éteot tout fier de s'trouvalle mais i-n'a perseonne qui a ri et l'paufe Edmeond i-a pinsé : "Milliards, ov'là acore des gins ave qui i-feaut mette les preones dins les quertins".

On n'sara jamais si ch'est à l'vue des boutelles de bière ou à causse de l'poussière, mais, i-éteot à peine déhors qui s'a mis à cacher après ein cabaret. Inter l'rue d'Peont et l' parc communal, Edmeond et Fifinne ont acaté ein pistolet au gambeon avant d'aller acouter l'concert des pompiers. 

"Ch'est ainsin dins no ville", "L'rope blanque", "Mam'zelle Brindamante", "L'karmesse de Tournai", toutes les cancheonnes tournisiennes, Edmeond i-les toutes a cantées. "Te cantes féaux comme Gadroule" qu'elle li a dit s'feimme tout in orculant d'deux ou treos mètes comme pou n'pos moutrer qu'elle éteot ave li. Edmeond continueot d'pus belle, i-berleot à tue-tiête et les gins tout autour d'li riottent plein leu panche.

Fin de l'prumière journée.

L'diminche après l'deîner, i-seont partis de l'rue Montifaut pou aller vir passer l'processieon auprès d'l'église du Catieau. Quand Edmeond i-a vu là des gins qui donneot'ent à boire aux participants, i-a été d'mindé quoisqu'i-aveot dins les verres et quand on li a répeondu que ch'éteot d'l'ieau bin fraîque i-a eu ein air dégoûté, s'n'haleine sinteot putêot l'pastis, ch'n'éteot pos d'l'biscurisse.

I-aveot acaté ein programme et i-éteot in train de l'ortourner dins tous les sens. Fifinne li d'minda quoisqu'i-cacheot, i-li a répeondu : "Ch'est tout simpe, tins, j'cache après l'groupe de Saint- Feullien". Fifinne elle n'oseot pus orwettier les gins. 

L'soir, i-seont allés su l'plaine, à l'karmesse, pou minger des boules à l'graisse. Edmeond i-n'aveot pos 'cor ouvert l'paquet qu'i-aveot d'jà mis plein d'chuque su s'jupeon. "T'es ein riche pafiou" qu'elle li a dit s'feimme in nettiant l'veste. Après, i-a voulu aller su les auteos-skooter comme au temps que li et Fifinne fréquinteot'ent, in peu comme in souv'nir de l'belle époque. "Pos questieon, pou mi m'ortrouver ave tout des poques" li a dit l'élue de s'coeur. Alors, i-seont ortournés à leu maseon, ave ein taxi Mol pasqu'Edmeond i-aveot lommint qu'i-n'teneot pus su ses choles

Fin de l'deuxième journée.

L'lindi, à siept heures, i-z'éteot'ent d'jà d'bout. Chinq heures à peine, l'nuit elle aveot été courte. "Ch'est à l'prumière heure qu'on fait des beonnes affaires à l'braderie, m'mamère elle me l'a toudis dit" Fifinne aveot pétête raiseon mais i-falleot acore décider Edmeond. I-dormeot presque su s'jatte de café. I-n'ont pourtant besoin d'rien, on n'sait pus rien mette dins leu maseon mais, pou mes gins, l'braderie, ch'est eine traditieon.

Fifinne a tout d'abord acaté eine rape à légueumes (elle in a d'jà acaté treos et à chaque feos elle se cope les deogts), Edmeond i-s'a laiché tinté pa eine raclette pou les câssis (elle ne va pos li servir car i-utilise toudis eine pieau d'chamois, mais i-n'a pos su résister à causse du capieau d'palle du vindeu), i-a aussi acaté ein saucisseon fumé (si dur qu'i-a d'jà cassé deux manches d'coutiéau).

A midi, i-seont allés minger ein paquet d'frites su l'Grand'Plache et, là, i-ont rincontré l'pétit Joseph qui réclameot, comme d'habitude, s'pièche : "Chinquante cents, madame, chinquante cents". Fifinne elle li a deonné deux pièches d'vingt cents et quand Joseph a ravisé s'main, elle li a dit : "j'ai fait l'ristourne, aujord'hui, ch'est braderie".

Après i-seont partis, au stand de l'Fondatieon Follereau, à l'rue d'Courtrai, Edmeond i-a tout d'suite été attiré pa les waufes d'Madame Godet. Ch'est pou eine beonne oeuvre qu'i-a déclaré et Edmeond in a acaté chinq paquets. Fifinne l'a prévenu, ave tout l'castonate qu'i-a pa d'zeur, pou t'diabète, t'in mingeras eine tous les deux jours. Ahais, i-n'aveot pos acore fait tout l'braderie que les vingt-chinq waufes éteot'ent d'jà inglouties.

Ch'est alors que seont arrivés les commissaires de l'processieon, eine bande de gais lureons, ave à leu tiête, ein heomme jovial qu'on appeleot l'bourguémette. Avec eusses, in'a pos fallu deux heures pou liquider le stock de Pater Damiaan. Edmeond et Fifinne seont ortournés à pied mais jusse avant d'partir, Edmeond i-a dit : "treos kilomètes à pied cha use les sorlets et no réservoir i-va ête vidé". I-a acaté treos boutelles pou la route. Treos, des feos qu'Fifinne elle in orclam'reot eine su l'quémin.

Fin du troisième jour.

Mardi, Edmeond i-a dormi jusqu'à midi et quand i-est déquindu de s'lit, i-a dit à s'feimme "j'espère qu'on a pus rien aujord'hui pasque j'ai mau à m'tiête et j'ai des toupiries". 

(lexique : leong : long / in puque : de plus / ceulle feos : cette fois / les vies'ries : les vieilleries, les antiquités / alfeos : parfois / toudis : toujours / l'ensenn'ment : l'enseignement / déquindu : descendu / dusque : où / les visins : les voisins / fier : fer / inserrés : enfermés / l'jeone : le jeune / durte : dure / l'esquite : le frousse, la peur / querre : tomber / eine crisse : une crise / vir : voir / asteur : maintenant / in veyant : en voyant / l'arsoule : le garnement / mette les preones dins les quertins : parler avec emphase, d'un ton emprunté / cacher : chercher / inter : entre / ein pistolet : en Belgique, petit pain rond /  gambeon : jambon / acouter : écouter / l'rope : la robe / cancheonnes tournisiennes : chansons tournaisiennes / orculant : reculant / moutrer : montrer / berler : crier / catieau : château, église du catieau : église Saint-Nicolas / fraîque : fraîche / l'biscurisse : déconction de réglisse avec de l'eau / simpe : simple / orwettier : regarder / les boules à l'graisse : les beignets, les croustillons / l'chuque : le sucre / l'jupeon : le veston / pafiou : personne qui bâve / nettier : nettoyer / les poques : les coups / les choles : les jambes /  m'mamère : ma mère / pétête : peut-être / légueumes : légumes / les deogts : les doigts / ein capieau d'palle : un chapeau de paille / l'pièche : la pièce / les waufes : les gaufres / chinq : cinq / l'castonate : la cassonade, la vergeoise / pa d'zeur : dessus / l'bourguémette : le bourgmestre, le maire / eusses : eux / ortournés : retournés / jusse : juste / les sorlets : les souliers / l'quémin : le chemin / les toupiries : les vertiges).

(S.T. septembre 2012)

09:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

12 sept.
2012

09:10

Tournai : les mémoires du faubourg de Lille

Le doyen des faubourgs de Tournai ?

Il est aux portes de Tournai un lieu né d'une léproserie, un faubourg de fermes, de bergeries et de moulins, d'immeubles bourgeois et d'habitations ouvrières, de villas et de maisons sociales, un endroit où depuis bien longtemps déjà la mixité sociale a été perçue comme une richesse. Le faubourg de Lille, pour l'appeler par son nom, est probablement un des plus anciens à "flirter" avec la cité des cinq clochers, il en est certainement le plus campagnard.

Entre Plaine des Manoeuvres et barrière d'Orcq, entre chemin de la Ramée et Tir à la Cible, c'est une campagne qui se donne des allures de petite ville, c'est une cité largement teintée du vert de la nature, des près et des bosquets qui se prend pour la campagne.

Le faubourg de Lille est huit fois centenaire, son histoire est riche et ses habitants actuels ont accumulé un tas de souvenirs : des faits, des personnages, des lieux, des aventures émouvantes ou cocasses parfois profondément enfouis dans la mémoire mais qui ne demandaient qu'à être ravivés.

Bien intégrée au coeur du quartier, la quadragénaire maison des jeunes "Port'Ouverte" a souhaité fait revivre toute cette histoire, elle a confié la clé qui ouvre les souvenirs à l'équipe des Ecrivains Publics de Wallonie picarde. Ceux-ci avaient déjà réalisé, il y a trois ans, un travail similaire sur le quartier Saint-Piat, le plus ancien de la cité scaldéenne. 

Le réveil de la mémoire collective. 

Dès septembre 2011, l'idée était lancée, les personnes y résidant ou y ayant vécu ont été invitées à se rencontrer dans les locaux de l'avenue Minjean. A la veille de la première réunion, une question taraudait cependant les initiateurs du projet : combien seraient-ils à oser pousser la porte, dix, vingt peut-être, trente, plus encore ? Ce serait extraordinaire ! Catherine, Colette, Micheline, Monique, Nicole, Suzanne, Yvonne mais aussi Claude, Christian, Georget, Jacques, Jérome, Pierre, ... furent parmi la cinquantaine d'habitués qui se retrouvèrent régulièrement autour de Caroline, Annick, Dorothée, Eliane ou Denis, les Ecrivains Publics, animateurs des ateliers d'écriture.

Lors de chaque rencontre, un thème fut abordé : les écoles, les usines, les festivités, les figures populaires ou les personnages connus, les fermes, les moulins, les couvents, les cafés, les commerces, tous ces éléments qui façonnent la vie d'une petite entité, génèrent des souvenirs, lient les habitants par un dénominateur commun. Certains ne s'étaient plus vus depuis vingt, trente ou quarante années, depuis la "petite" école ou la communion solennelle, depuis un mariage qui les avait éloignés de leur faubourg natal mais leurs souvenirs communs étaient toujours intacts, toujours vivaces. D'une première réunion un peu guindée, on passa rapidement à de mémorables soirées parfois teintées d'émotions, toujours de bonne humeur. Le thème à peine lancé, le voici qui rebondissait sur un autre, déliant les langues, faisant naître les rires ou nouant les gorges. Parfois le brouhaha s'installait au grand dam de ces pauvres Ecrivains publics qui devaient tout noter en n'omettant pas de traduire les sentiments exprimés, obligés souvent d'agiter une sonnette pour canaliser cet enthousiasme débordant. 

"Walter Chabeot", "Marie trois côtelettes", "Valère" ou "la fille cigarette" étaient tout à coup ressucités tout comme l'accordéoniste Pierre Duchateau, Luc Varenne, l'instituteur Jean Pipart et son épouse, l'ancien bourgmestre Fernand Dumont ou encore les "Noirtes gueules", une famille de bougnats. On revivait les ducasses du lundi de Pentecôte, les rencontres de la Juventus Saint-Lazare, on évoquait les cafés dont la plupart sont aujourd'hui disparus : "le café du Garage", "le Petit Turcq" et son presque voisin "le Grand Turcq", "le Bras de Fer", on se rappelait le "Monobloc", "l'imprimerie Desclée" et la première fabrique de plumes de Belgique ! On alla même jusqu'à reconstituer un plan immense reprenant le nom des habitants des différentes maisons du faubourg, un travail de fourmi, une oeuvre de bénédictin ou... plutôt de bénédictines puisqu'il fut réalisé en un temps record par Monique et Colette. 

Une parution sur un air d'accordéon.

Ce joyeux temps de gestation a donné naissance, neuf mois plus tard, (quel heureux hasard !) à un livre, à une compilation des Mémoires du faubourg de Lille. Celui-ci paraîtra officiellement le vendredi 21 septembre prochain au cours d'une soirée de présentation, apothéose d'un travail collégial. 

Les invités se retrouveront, à 18h00, en la chapelle Saint-Lazare, mieux connue des habitants sous le nom de "chapelle des Lépreux", dernier vestige de la léproserie "la Bonne Maison du Val", véritable berceau du faubourg, pour un hommage à la Fondation Follereau et à celui qui en fut son chantre, René Godet, membre de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien, décédé il y a une année. 

Emmenés par l'accordéon de Laurent Pitot, élève de Pierre Duchateau, les participants gagneront ensuite l'église Saint-Lazare non sans avoir fait une halte face à la "Port'Ouverte" où se concrétisera bientôt le voeu cher à ces auteurs d'un jour, la création d'un jardinet, en haut de l'avenue Minjean, où il fera bon, dès l'été prochain, se reposer à l'ombre des essences locales. 

Au sein de l'église, les chansons sur le faubourg créées pour la circonstances seront interprétées par leurs auteurs avec un accompagnement de Philippe Desmet, ancien Président de la Royale Compagnie venu en voisin, des extraits du livre seront lus, l'exposition de photos (qui sera également visible les samedi 22 et dimanche 23) sera inaugurée, un verre de l'amitié servi. Une rencontre que personne ne souhaite ultime !

Le livre, largement illustré grâce à la précieuse collaboration de Monique, de Colette, de Claude et de Jacques pourra être acquis au prix réellement accessible de 8 euros, on pourra aussi se le procurer, par la suite, au Conservatoire de Musique ou chez les libraires du quartier.

Les "Mémoires du faubourg de Lille, une porte ouverte sur la campagne", un témoignage pris à la source et une modeste contribution à l'histoire de Tournai, est un ouvrage loin d'être nostalgique, une série de clichés qui, feuilletés les uns après les autres, créent l'atmosphère d'un endroit où il fait encore bon vivre.  

(S.T. septembre 2012)

10 sept.
2012

09:15

Tournai : ce jour-là, le 10 mai 1966

Par un beau jour de printemps

L'ambiance était au beau fixe à Tournai au coeur de ce printemps de l'année 1966. La seconde guerre mondiale était terminée depuis deux décennies, la reconstruction de la ville touchait à sa fin, sur la Grand'Place, le chantier de l'église Saint-Quentin battait son plein. 

Il régnait un impression de bonheur au milieu de ces "Goden Sixties", période de plein emploi, prémice de la civilisation des loisirs. 

Dans quelques semaines, le 22 juin, la cité des cinq clochers se préparait à accueillir pour la toute première fois une arrivée du Tour de France, c'était probablement le sujet principal de bien des conversations dans la cité scaldéenne.  

Du 15 au 22, allait se dérouler la Foire de mai, un évènement attendu par petits et grands. 

Le sinistre.

Pourtant, un évènement allait éclipser toutes ces attentes. Le mardi 10 mai, vers 16h30, une violente explosion secoue la rue des Maux, une artère qui débouche sur la Grand'Place. Celle-ci vient de souffler l'immeuble situé au n° 9, le restaurant asiatique "Hong Kong". La façade du rez-de-chassée est formée d'un revêtement rouge en bois marqué de caractères chinois. Celui-ci s'est effondré d'une seule pièce sur deux véhicules immatriculés en France garés le long du trottoir découvrant ainsi l'ancienne enseigne, celle du café "La Pucelle d'Orléans" appartenant notamment à une brasserie d'Hollain. 

J'ai été le témoin involontaire de ce fait divers, je me rendais chez un copain dont les parents tenaient une épicerie presqu'en face du lieu sinistré, je me trouvais alors à l'angle de la place Roger de le Pasture et de la rue des Maux, à hauteur de la Maison des Syndiqués. Juste après le bruit de l'explosion, l'onde de choc a atteint les immeubles situés du côté opposé de la rue avant de revenir vers ceux du même trottoir que le restaurant Hong Kong. Avec un léger temps de retard, toutes les vitres des immeubles voisins de part et d'autre de la rue éclatèrent en mille morceaux ce fut le cas, tout d'abord, du côté des numéros pairs, au magasin d'électricité Ghislain où la porte fut disloquée et au cinéma Scala où les vitrines furent pulvérisées et les verrous des portes d'entrée sautèrent sous le choc. Tout en haut de l'immeuble, dans sa niche, la statue de Saint-Martin, datée de 1633, rappelant que cet immeuble s'appelait autrefois la "Grange aux dîmes" et appartenait à la puissante abbaye, vacilla et une de ses jambes fut brisée.

Une fraction de seconde plus tard, par ricochet, l'onde vint frapper les immeubles du côté impair, les vitres du café des "Quatre As", de la droguerie "Au Crocodile", volèrent en éclats. Il en fut de même, un peu plus loin, à la "Boucherie-charcuterie liégeoise" tenue par Mr et Mme Albert Beyens. 

Au magasin "Le Normandie" tenu par Alexis Cousaert et son épouse, on frôla même le drame, la maman, une personne âgée, était occupée à regarder par la fenêtre grande ouverte du premier étage lorsque se produisit l'explosion, par une force invisible, elle fut repoussée violemment dans la pièce où elle se retrouva assise sur le fauteuil sans avoir eu le temps de prendre réellement conscience de ce qui se passait. 

Les secours s'organisent

Dans la rue, quatre personnes furent blessées à des degrès divers surtout par des éclats de verre, l'une d'elle, une personne plus âgée, en état de choc, sera transportée à l'Hôpital Civil par l'ambulance arrivée sur les lieux tandis que les trois autres, dont deux enfants, purent regagner leur domicile après des soins reçus sur place. Parmi elle se trouvait une dénommée Annie qui deviendrait, dix ans plus tard, une collègue de travail. 

Sur la Grand'Place, les forains étaient occupés à monter leur métiers, au bruit de l'explosion, ils se précipitèrent avec des extincteurs et purent ainsi maîtriser un début d'incendie avant que celui-ci ne prenne de l'extension. Sous les ordres du commandant Verbanck, les pompiers dont la caserne se trouvait encore à la place Saint-Pierre furent rapidement sur les lieux, ils pénétrèrent dans le bâtiment à la recherche d'éventuelles victimes tandis que les agents de la police communale fermaient la rue à toute circulation. Heureusement, les propriétaires de ce restaurant, ouvert depuis deux mois à peine, étaient absents, profitant du jour de fermeture pour se rendre à Anvers chercher de la marchandise.

La surprise fut désagréable pour les deux automobilistes français et leurs familles, originaires du Pas de Calais et du Nord, lorsqu'ils revinrent de promenade et découvrirent une rue jonchée de gravats, un bâtiment totalement dévasté, d'importants dégâts aux autres immeubles et surtout... leurs véhicules, deux Citroën 2CV, écrasés sous les éléments de la façade. 

A l'annonce de cette explosion, le bourgmestre, Louis Casterman, se rendit sur place accompagné de quelques responsables communaux.

L'enquête

L'enquête va permettre de réaliser, à postériori, qu'on avait échappé à des conséquences qui auraient pu être dramatiques. L'explosion avait été si violente que la toiture des ateliers du "Garage de la Grand'Place", tenu par Mr et Mme Jean Van Petegem, situé à l'arrière du restaurant avait été détruite sur plusieurs mètres et que de lourds couvre-murs en béton avaient été déplacés par le souffle puissant. Tout le matériel exposé dans le magasin de Mr Ghislain, en face du restaurant, était détruit ainsi que les enseignes lumineuses, certains murs étaient criblés d'éclats. Une dizaine d'immeubles voisins du restaurant avaient été, plus ou moins, gravement endommagés.

Il sera également déterminé que l'origine du sinistre résidait dans une fuite de gaz intervenue au niveau d'un raccordement dans la cuisine. Le gaz s'était accumulé dans l'immeuble et la mise en marche du moteur d'un réfrigérateur avait produit l'étincelle fatale. 

Profitant de ces circonstances, des petits malins emportèrent, comme trophée, presque toutes les photos exposées dans les vitrines du cinéma Scala, une salle spécialisée dans la projection de film "légers". 

C'est avec stupeur que les propriétaires découvrirent ce qu'il restait de leur bien, à leur retour, dans le courant de la soirée. 

(sources : presse locale,  "Le Courrier de l'Escaut " et "Le Nord-Eclair" datés des 11 au 15 mai 1966)

S.T. septembre 2012

08 sept.
2012

09:10

Tournai : expressions tournaisiennes (190)

J'orgrette les karmesses d'avant

Ov'là d'jà l'meos d'sétimpe orvenu. Pou les Tournisiens, ch'est l'dernier meos d'l'été et tertous espèrent avoir eine belle arrière-saiseon. Ave no karmesse, sétimpe, ch'est ein meos d'fiêtes, ein peu comme si, dins no cité, les vacances se terminereot'ent pa ein bieau feu d'artifice. Pourtant, mi j'orgrette nos fiêtes d'avant. 

A peine les infants i-éteot'ent rintrés à l'école que les forains arriveot'ent s'installer su no Grand'Plache. On veyeot meonter les qu'vieaux d'beos que les vieux appeleot'ent acore "l'caroussel-salon", les auteos-skooters d'Mossieu Besangez, les p'tits manèches pou les infants où te pouveos gagner ein tour gratuit in tirant su l'loupette, l'baraque de l'feimme à barpe ou bin du sauvache qu'on aveot "ramené du fin feond du pays des Papous" (et que s'carte d'identité révéleot seûrmint, qu'in hiver, i-habiteot ave s'famile à Matongé), les balanchoires, l'friture Bruxelloise ave ses waufes et ses boules à l'graisse, les p'tits avieons, Ali-Baba et s'nougat ou bin acore l'Coney Island ave ses jeux qui n'éteot'ent pos 'core élestroniques. 

Pindant l'sémaine, in orvenant d'l'école, on feseot l'détour pa nos forum pou vir les nouvieautés et on commincheot d'jà à rêver aux bieaux diminches qu'on alleot passer. 

L'saim'di au soir, m'gramère parteot ave mi au parc communal pou acouter l'concert de l'musique des Pompiers que dirigeot s'frère, Mossieu Alfred Verdière. Au moumint du pot-pourri final, des chintaines de perseonnes canteot'ent, in coeur, les cancheonnes tournisiennes ave les membres de l'Royale Compagnie du Cabaret Walleon. Après, on buqueot les trois queops pou anneoncher l'ouverture de l'karmesse.

On traverseot alors l'parc pou vir les bieaux jets d'ieau aux couleurs cangeantes et on parteot su l'Grand'Plache pou faire ein prumier tour de l'foire. 

L'lind'min au matin, à 10 heures, les cloques de l'cathédrale sonneot'ent à tue-tiête pou dire aux gins que l'processieon elle alleot sortir. Dins l'rue de France ou bin l'rue à Peos, les p'tites vielles aveot'ent mis à leu ferniête les statues d'saints et d'vierches ave deux bougies alleumées, des infants répandeot'ent su les rues des p'tits papiers dorés ou argintés, alfeos, i-aveot même des pétales de rôsses et i-aveot sutout bramint d'gins su les trottoirs venus, eine heure avant, ave leu cayère.

Bin vite après l'passache du cortèche, on rintreot à l'maseon pasque l'deîner de l'karmesse ch'éteot acore mieux que les eautes diminches, pas d'bouli mais de l'lanque de vieau à l'sauce madère ou du rôti ave des carottes et des p'tits peos, des croquettes acore faites à l'main ave des vrais oués et de l'véritape chapelure (pos comme asteur des machins surgelés ou faits à l'machine) et de l'tarte aux preones ou au risse

Vers les chinq heures, on parteot su l'Grand'Plache, là, on rincontreot toudis des amisses et connissances et pindant que les infants feseot'ent des tours de manèches, les parints buveot'ent ein verre à l'terrasse d'un cabaret. 

Dins la Halle-aux-Draps, i-aveot l'foire commerciale et quand elle éteot finie commincheot "l'orvue de l'karmesse" d'no Cabaret Walleon.

Quand on éteot acore des p'tits rambiles, i-n'falleot pos aller dormir aux p'tites heures car, l'l'ind'min, l' lindi, ch'éteot Braderie, l'prumier jour de congé d'puis l'rintrée des classes, les administratieons, les buréeaux, les ateliers éteot'ent serrés pou permettent aux écoliers, imployés et ouverriers d'faire vife l'commerce local. Les gins mingeot'ent in ville, des frites ave des moules, ein sauret, ein cervelas ou "ein complet" à l'Friture Bruxelloise. Comme partout i-aveot des ristournes, on profiteot pou rhabiller les infants pou l'hiver. 

Quand à l'fin du meos, l'karmesse preneot fin, quand l'grand'plache éteot vidée d'ses forains, on saveot que ch'éteot aussi la fin d'l'été et que les leons meos d'hiver alleot'ent béteôt commincher. 

Aujord'hui, tout a bin cangé, d'puis mille neuf chint nonante siept, l'foire est asteur su l'Esplanade du Conseil de l'Europe, on l'a foutue su l'plaine, comme si on vouleot l'mette in quarantaine. Quinze ainnées qu'elle n'anime pus l'coeur de no cité. L'concert au parc i-est toudis suivi pa eine paire de vrais Tournaisiens, treos ou quate pelés et ein teondu, les eautes i-seont partis pou ein meonte meilleu et n'eont pos été rimplachés. L'belle musique elle ne fait pus queurir les foules, on direot qu'elle est réservée aux andoules et les cancheonnes tournaisiennes i-n'd'a pus beauqueop pou les canter à perte s'n'haleine. On n'veot pus les gins de l'Royale Compagnie au moumint du pot-pourri, Anselme Dachy i-est parti pou toudis et eusses ave li. 

L'processieon elle sort asteur l'diminche après-deîner, ch'est mieux pou l'tourisme qu'on a pinsé, mais i-n'a pus d'pétites vielles à leu cassis ave leu vierche et bougies, pou vir passer les pieuses statues i-n'a pus beauqueop d'meonte dins les rues.

L'braderie n'fait pus orcette, l'congé dins les écoles et les usines a été supprimé, asteur ch'est pou les oisifs et les rintiers. I-a bin seûr toudis l'marchand d'carabouya, les boniminteus ou minteus tout court qui vintent encore de produits miraques qui vont bin pindant leu démonstratieon mais qui n'feont aucun effet quand t'es arrivé à t'maseon. 

Les traditieons seont perdues, no jeonesse n'orviendra pus ! 

(lexique : sétimpe : septembre / tertous : tous / l'karmesse : la kermesse, la foire / l'loupette : la floche / l'feimme à barpe : la femme à barbe / les balanchoires : les balançoires / les waufes : les gaufres / les boules à l'graisse : les beignets, les croustillons / commincheot : commençait / l'gramère : la grand'mère / acouter : écouter / au moumint : au moment / des chintaines : des centaines / les cancheonnes : les chansons / buquer : trier / les queops : les coups / anneoncher : annoncer / cangeantes : changeantes / l'prumier : le premier / les cloques : les cloches / les vielles : les vieilles / ferniête : fenêtre / des vierches : des vierges / alfeos : parfois / les rôsses : les roses / bramint : beaucoup / l'cayère : la chaise / l'deîner : le dîner / du bouli : de la viande bouillie, pot au feu / vieau : veau / des ouès : des oeufs / véritape : véritable / les preones : les prunes / l'risse : le riz / chinq : cinq / les amisses : les amis / ein ramblie : un gamin souvent espiègle / l'lindi : le lundi / serrés : fermés / les ouverriers : les ouvriers / vife : vivre / ein sauret : un hareng-saur / leons : longs / béteôt : bientôt / cangé : changé / queurir : courir / andoules : andouilles / beauqueop : beaucoup / toudis : toujours / l'cassis : le châssis / bin seûr : bien sûr / miraques : miracles / l'jeonesse : la jeunesse).

(S.T. septembre 2012)

09:10 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

05 sept.
2012

08:40

Tournai : les chantiers et la circulation.

Avec la fin des vacances et la rentrée des classes, l'automobiliste qui circule dans la ville de Tournai doit, comme dans la plupart des autres cités, faire face à d'importants embouteillages aux heures de pointe. De longues files de voitures se forment bien avant d'aborder les boulevards de ceinture sur toutes les chaussées menant en ville.

Au centre de la cité, la situation se complique encore par la présence des très (trop) nombreux chantiers qui fleurissent depuis près de trois ans maintenant dans tous les quartiers. 

Elle est lointaine l'époque où les jeunes se rendaient, par tous les temps, à l'école, à pied ou à vélo. Notre civilisation du confort poussé à l'extrême amènent leur parents, à les conduire en voiture, jusqu'à la porte de l'établissement scolaire où certains doivent même regretter que des grilles interdisent l'accès à la cour de récréation pour déposer leur progéniture.

Pour cause de réfection dans le cadre du "projet cathédral", de nombreuses rues sont actuellement interdites à la circulation, il s'agit de la rue des Choraux où se trouve l'école des Frères, de la rue de Paris dont le dallage est terminé depuis le mois de juin mais où on attend probablement la pose des plaques de caves sur les trottoirs pour enfin autoriser le passage de véhicules, la rue des Puits l'Eau dans sa section vers l'Escaut, de la rue des Fossés où se situe le centre spécialisé l'Ancre, de la rue De Rasse et de la rue Barre Saint-Brice. La terrasse autour de la "Naïade" de Georges Grard, sur le Pont-à-Pont, est presque terminée, mais là aussi, comme partout ailleurs, il reste une "queue de chantier", quelques mètres carré à daller. La rue Perdue est toujours interdite à la circulation, cela va faire trois ans, les travaux de pavage de la placette aux Oignons qui semblaient se dérouler à un bon rythme marquent le pas depuis la reprise après les congés de la construction. La rue de Courtrai et le Marché au Jambon sont livrés à de lourds engins qui les éventrent pour la pose d'impétrants, la place Paul Emile Janson voit la réfection de la voirie face au nouveau Centre de Tourisme dont les Tournaisiens espèrent la possible ouverture à la fin de cette année avec un an de retard sur le planning établi. Le remplacement des raccordements d'eau par la SWDE se poursuit, cette fois c'est l'avenue Leray qui voit ses trottoirs éventrés face à chaque immeuble, ce chantier se termine à la rue Beyaert, dans sa section entre la rue Duquesnoy et la rue de l'Athénée mais débute aussi dans la rue Morel. Le trou ouvert, depuis quelques semaines, au beau milieu de la rue de l'Hôpital Notre-Dame, entouré de barrières, provoquait, là aussi, un étranglement dans la circulation. Rebouché ce mardi 4 septembre, il a, bien sûr, était remplacé par un autre à l'angle de la place Paul Emile Janson. Le "haricot" du carrefour des Résistants a été ouvert dans le sens avenue des Etats-Unis vers le bas de la rue de la Citadelle nécessitant de la part des automobilistes qui empruntent les boulevards, un slalom du plus bel effet. Il s'agit là du prolongement de nécessaires travaux d'égouttage entrepris depuis près de deux ans dans cette artère totalement interdite à la circulation où on a réalisé le pavage de la bande centrale réservée aux bus tout en laissant le reste à l'abandon. 

La promenade que l'Optimiste a effectuée pour vous livrer cet état des lieux lui a cependant réservé de bonnes surprises. Ainsi l'axe allant du rond-point de Saint-Brice au carrefour de la rue Saint-Martin est totalement ouvert à la circulation depuis ce mardi 4 septembre, les travaux, rondement menés, de réfection des chambres de visite d'un chemin de câbles téléphoniques avaient nécessité sa mise en sens unique (peu respectée par les automobilistes) entre la rue de la Wallonie et le carrefour du Dôme et avaient provoqué des étranglements au pied de l'église Saint-Brice, dans la rue des Puits l'Eau et au bas de la rue Saint-Martin. Il reste néanmoins un seul obstacle dans le cadre de ce chantier, sur la Grand'Place, en haut de la rue de l'Yser. Les abords du rond-point du Viaduc (erronément appelé "Imagix" par ceux qui ne connaissent pas l'histoire de Tournai) ont été asphaltés durant la dernière semaine d'août sans créer de réelles entraves à la circulation tandis qu'à la même période les nids de poule (dans ce cas, on aurait même les qualifier de nids d'autruches) de la zone commerciale de Froyennes ont été rebouchés. La réfection de la bande montante du boulevard Bara a été effectuée au milieu du mois d'août mais les "vire à droite" du rond-point de l'Europe, enlevés en juin pour l'arrivée du Tour de France, n'ont pas encore été réalisés par le SPW.

Dans la rue de Monnel, on vient de terminer les travaux de réfection des trottoirs et on peut féliciter les ouvriers qui ont réalisé ce travail. Au début des vacances, une nouvelle couche d'asphalte a été posée sur la totalité de la rue Childéric et les trottoirs ont été refaits. 

Dans le domaine des mauvaises surprises, pointons, une nouvelle fois, les travaux réalisés à la demande du TEC pour l'aménagement des arrêts urbains. Aucun de ceux-ci ne sont terminés que ce soit à Saint-Brice, à la rue des Puits l'Eau, dans la rue de la Tête d'Or, depuis de nombreux mois, des trous béants permettent à la végétation de pousser et représentent un danger pour les piétons. Il semble y avoir un réel manque de suivi de la part des responsables de ces chantiers. 

Les faubourgs ne sont pas épargnés par des chantiers importants ainsi la rue Charles Mauroy est ouverte pour le remplacement de l'aqueduc, travail nécessaire pour éviter les inondations des caves riveraines en cas de fortes précipitations. Les trottoirs du Vieux Chemin de Willems ont été éventrés au printemps, rebouchés pour les congés et réouverts au début du mois d'août pour la pose d'impétrants, du poussier remplace les dalles enlevées et les excavations de la voirie ont été rebouchées de façon sommaires. L'avenue des Peuplier a fait l'objet de réparations sommaires et les nids de poule se multiplient au grand dam des usagers. Les quartiers situés hors de la ville bénéficient-ils d'une moins bonne attention, il y a pourtant là aussi un terreau d'électeurs amenés à se prononcer au mois d'octobre prochain lors des élections communales ? 

Quand on voit un pareil état des lieux, n'est-on pas en droit de se demander si il y a encore des gestionnaires valables et consciencieux au sein de nos diverses administrations ou intercommunales. Cette réflexion va peut-être irrité certains mais pas autant que ceux qui doivent depuis trois ans circuler dans les rues de la ville.

Petit concours : comptez le nombre de rues concernées par des travaux au regard de ce bilan. 

(S.T. septembre 2012)

08:40 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, chantiers, travaux, tec |