20 sept.
2012

Tournai : grues et clochers rivalisent

L'Optimiste a fait, cette semaine, le tour des chantiers immobiliers qui fleurissent en ville. Les tournaisiens vont bientôt découvrir dans le ciel de leur cité autant de grues que de clochers.

Les chantiers du centre-ville.

Le plus avancé est celui de la construction d'appartements et de maisons dans le quadrilatère formé par les rues de l'Arsenal, Campin et du Désert, face au lycée Campin et au CHWAPi (site Notre-Dame). Le chantier est pratiquement terminé, quelques immeubles nécessitent encore l'une ou l'autre finition. la plupart des habitations sont déjà occupées. 

A l'angle du Becquerelle et du quai Saint-Brice, les travaux de construction du nouveau siège de l'intercommunale Ideta se poursuivent, un bâtiment destiné à accueillir une crèche est déjà bien avancé sur la place du Becquerelle, l'immense dalle de béton est actuellement coulée pour l'édification des autres ailes. A terme, on trouvera deux crèches d'une capacité totale de 54 enfants et une crèche permettant d'accueillir sept enfants handicapés, le siège social de l'intercommunale qui pourra ainsi y regrouper ses services, un rez-de-chaussée destiné aux PME, vingt-neuf appartement de standing situés sur le quai Saint-Brice et douze appartements moyens donnant sur la place du Becquererelle. En sous-sol un parking offrira cent places de stationnement. 

Sur le quai des Salines, on a débuté la rénovation des anciennes usines Allard pour transformer le bâtiment industriel en appartements.

A l'angle de la rue de l'Hôpital Notre-Dame et du Curé Notre-Dame, face à la cathédrale, les anciens bâtiments du quotidien, "Le Courrier de l'Escaut" construits après la seconde guerre mondiale seront prochainement rasés. A la place, la firme Dherte, promoteur du projet, y élèvera un bâtiment de quatre étages comprenant onze logements, deux cellules commerciales et neuf emplacements de parking. Ce projet, présenté au cours du mois d'août, en pleine période de vacances, a déjà fait couler beaucoup d'encre. L'Asbl Pasquier Grenier qui défend le patrimoine architectural tournaisien a, en effet, jugé ce projet, situé au pied de la cathédrale Notre-Dame, d'une grande pauvreté architecturale, tant au niveau des matériaux utilisés que des volumes, particulièrement, en toiture où règne une certaine anarchie par la création de fausses faîtières et de toitures en terrasses. Le premier échevin Tournaisien, en charge de l'urbanisme, a balayé, d'un revers de la main, cette argumentation spécialisée en déclarant ne pas connaître les attentes de l'Unesco en matière d'environnement d'un prestigieux monument inscrit au patrimoine mondial. Pour avoir vu, la projection de cette construction, l'Optimiste a eu son attention particulièrement attirée par la lourdeur du mur aveugle, blanc, reliant le sol au toit, côté de la rue du Curé Notre-Dame. L'architecte ne s'est probablement pas rendu-compte qu'il s'agissait là d'un véritable coup de poing dans le paysage urbain.

On nous promet, depuis quelques mois déjà, la construction d'une résidence de standing, avenue de Troyes, face au jardin de la Reine, à l'emplacement de l'ancien Casino (qui fut transformé en dancing "Paradise" de sinistre mémoire pour les riverains) et de l'immeuble de la distribution d'eau. En juillet, les plantations qui envahissaient le site ont été rasées. Une édition de "la Dernière Heure", datée du 24 janvier 2012, annonçait le début du chantier dans les deux mois. On devrait normalement y édifier trente appartements de standing, des bureaux et quarante emplacements de parking en sous-sol. 

Le projet de rénovation de l'ilôt Cherquefosse, dans le quartier Saint-Piat, semble de nouveau sommeiller et il ne se réveillera probablement pas avant les élections communales du 14 octobre prochain. Pour rappel, suite à une réunion organisée à l'administration communale en mars 2012, entre les habitants du quartier qui souhaitaient le voir transformé en un lieu résidentiel accueillant et les responsables de l'intercommunale Ideta qui avaient jeté leur dévolu sur celui-ci pour y ériger une zone d'activités économiques non polluantes, il avait été décidé de construire, sur cet espace abandonné (et souvent squatté) de 4.000 m2, trois halls relais et septante logements mixtes (moyens et sociaux).

On attend, avec impatience, le début du chantier de la phase deux de la cathédrale Notre-Dame. Après les travaux de la nef romane, rondement menés, le chantier concernant la rénovation des cinq clochers, probablement le plus spectaculaire, a pris un certain retard. Personne ne peut dire, à l'heure actuelle, quand il va démarrer (certainement plus avant les élections !).

Nous n'avons pas reçu d'informations complémentaires quant aux projets de constructions de cellules commerciales, parking et appartements dans la rue de l'Hôpital Notre-Dame, à l'emplacement de l'ancien cinéma Palace ainsi qu'un immeuble abritant plusieurs "kots" pour étudiants dans la rue de l'Arbalète. Ceux-ci avaient fait l'objet d'un reportage sur No Télé, il y a quelques mois déjà. Il est dommage que ce "chancre" se situe sur une des voies principales de la traversée de la ville (entre la gare et la cathédrale). Le restaurant qui subsiste à cet endroit fermera ses portes à la fin de l'année, les restaurateurs ont fait une demande de permis de bâtir pour la transformation d'un immeuble à proximité de la gare. 

Un chantier, plus modeste, est également en cours à la rue Saint-Brice, à l'angle de la rue Pierre Caille. 

Une demande de permis de bâtir a été introduite pour la restauration de trois immeubles sur la place de Lille (dont l'ancien hôtel "Aux Armes de Tournai"), une autre pour la construction de parkings et d'appartements à la place de deux immeubles vétustes situés dans la rue As-Pois, au pied de l'église Sainte-Marguerite. 

Les chantiers extérieurs.

Sur la plaine des Manoeuvres, le long de la chaussée de Douai, les bâtiments de la "Corne Saint-Martin" s'élèvent peu à peu. A terme, on trouvera à cet endroit cinq constructions, "basse énergie", de trois ou quatre étages, groupées autour d'un ilôt central de verdure et d'un bassin de rétention des eaux pluviales. 

Une résidence est également en cours d'édification à la rue Jean Cousin et une autre à la rue Paul Pastur par le promoteur Lemer Immo. Ces deux chantiers vont permettre de mettre en  vente ou en location plusieurs dizaines d'appartements supplémentaires.

A la rue des Fougères, la construction de la résidence "la Renardière" se poursuit, une vingtaine d'appartements y sont réalisés avec parking souterrain ou car-ports. 

Sur l'avenue de Maire, les travaux de reconstruction de l'école communale "le petit Colysée" ont débuté, il y a quelques semaines. Ils devraient être terminés pour la rentrée des classes de septembre 2013.

Faites le compte, chaque chantier amenant au moins une grue, on va bientôt voir autant de grues qu'il n'y a de clochers dans la cité de Clovis.

(S.T. septembre 2012)

Commentaires

Super article !

Écrit par : Rickie | 08/07/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.