15 sept.
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (191)

Les treos jours les pus leongs

L'saim'di, l'diminche et l'lindi de la karmesse, ch'est toudis l'pus leong week-end d'l'ainnée pou nos deux amisses Edmeond et Fifinne et in puque, ceulle feos chi, i-aveot aussi les "Journées du Patrimoine" et Edmeond n'voudreot surtout pos les rater pasqu'i-aime les vies'ries. Comme i-dit alfeos : "ch'est pou cha que je n'voudreos pos m'séparer de m'feimme pou tout l'or du meonte !".

Li qui a arrêté ses études au niveau de l'école primaire, i-a voulu aller vir l'Athénée Royal. I-a toudis intindu dire, à s'maseon, que ch'éteot l'ensenn'ment officiel, aussi i-a été surpris jusqu'à s'fusil d'apprinte qu'avant les cours i-z'éteot'ent deonnés pa des Jésuites. Là, i-a déquindu dins les caves dusque les élèves et les visins du quartiers alleot'ent s'réfugier pindant les bombardemints. 

Quand on a fermé l'porte in fier et qu'on les a inserrés dins l'abri, Edmeond i-a d'mindé si on sareot acore l'ouvrir. L'jeone li a répeondu que l'prumière feos, elle aveot été durte mais qu'après cha, cha aveot été. M'n'heomme i-a foutu l'esquite à Fifinne qui a failli querre in syncope, attraper eine crisse d'clostrophobie. 

Après on les a invités à aller vir ce qu'on appelle "l'cave aux morts" dusqu'on intierreot les jésuites. Les cavéeaux seont asteur vide et in veyant les casiers d'Brunehaut, l'arsoule i-a fait ein mauvais jeu d'meots :"Les corps i-n'seont pus là mais i-a acore les bières". I-éteot tout fier de s'trouvalle mais i-n'a perseonne qui a ri et l'paufe Edmeond i-a pinsé : "Milliards, ov'là acore des gins ave qui i-feaut mette les preones dins les quertins".

On n'sara jamais si ch'est à l'vue des boutelles de bière ou à causse de l'poussière, mais, i-éteot à peine déhors qui s'a mis à cacher après ein cabaret. Inter l'rue d'Peont et l' parc communal, Edmeond et Fifinne ont acaté ein pistolet au gambeon avant d'aller acouter l'concert des pompiers. 

"Ch'est ainsin dins no ville", "L'rope blanque", "Mam'zelle Brindamante", "L'karmesse de Tournai", toutes les cancheonnes tournisiennes, Edmeond i-les toutes a cantées. "Te cantes féaux comme Gadroule" qu'elle li a dit s'feimme tout in orculant d'deux ou treos mètes comme pou n'pos moutrer qu'elle éteot ave li. Edmeond continueot d'pus belle, i-berleot à tue-tiête et les gins tout autour d'li riottent plein leu panche.

Fin de l'prumière journée.

L'diminche après l'deîner, i-seont partis de l'rue Montifaut pou aller vir passer l'processieon auprès d'l'église du Catieau. Quand Edmeond i-a vu là des gins qui donneot'ent à boire aux participants, i-a été d'mindé quoisqu'i-aveot dins les verres et quand on li a répeondu que ch'éteot d'l'ieau bin fraîque i-a eu ein air dégoûté, s'n'haleine sinteot putêot l'pastis, ch'n'éteot pos d'l'biscurisse.

I-aveot acaté ein programme et i-éteot in train de l'ortourner dins tous les sens. Fifinne li d'minda quoisqu'i-cacheot, i-li a répeondu : "Ch'est tout simpe, tins, j'cache après l'groupe de Saint- Feullien". Fifinne elle n'oseot pus orwettier les gins. 

L'soir, i-seont allés su l'plaine, à l'karmesse, pou minger des boules à l'graisse. Edmeond i-n'aveot pos 'cor ouvert l'paquet qu'i-aveot d'jà mis plein d'chuque su s'jupeon. "T'es ein riche pafiou" qu'elle li a dit s'feimme in nettiant l'veste. Après, i-a voulu aller su les auteos-skooter comme au temps que li et Fifinne fréquinteot'ent, in peu comme in souv'nir de l'belle époque. "Pos questieon, pou mi m'ortrouver ave tout des poques" li a dit l'élue de s'coeur. Alors, i-seont ortournés à leu maseon, ave ein taxi Mol pasqu'Edmeond i-aveot lommint qu'i-n'teneot pus su ses choles

Fin de l'deuxième journée.

L'lindi, à siept heures, i-z'éteot'ent d'jà d'bout. Chinq heures à peine, l'nuit elle aveot été courte. "Ch'est à l'prumière heure qu'on fait des beonnes affaires à l'braderie, m'mamère elle me l'a toudis dit" Fifinne aveot pétête raiseon mais i-falleot acore décider Edmeond. I-dormeot presque su s'jatte de café. I-n'ont pourtant besoin d'rien, on n'sait pus rien mette dins leu maseon mais, pou mes gins, l'braderie, ch'est eine traditieon.

Fifinne a tout d'abord acaté eine rape à légueumes (elle in a d'jà acaté treos et à chaque feos elle se cope les deogts), Edmeond i-s'a laiché tinté pa eine raclette pou les câssis (elle ne va pos li servir car i-utilise toudis eine pieau d'chamois, mais i-n'a pos su résister à causse du capieau d'palle du vindeu), i-a aussi acaté ein saucisseon fumé (si dur qu'i-a d'jà cassé deux manches d'coutiéau).

A midi, i-seont allés minger ein paquet d'frites su l'Grand'Plache et, là, i-ont rincontré l'pétit Joseph qui réclameot, comme d'habitude, s'pièche : "Chinquante cents, madame, chinquante cents". Fifinne elle li a deonné deux pièches d'vingt cents et quand Joseph a ravisé s'main, elle li a dit : "j'ai fait l'ristourne, aujord'hui, ch'est braderie".

Après i-seont partis, au stand de l'Fondatieon Follereau, à l'rue d'Courtrai, Edmeond i-a tout d'suite été attiré pa les waufes d'Madame Godet. Ch'est pou eine beonne oeuvre qu'i-a déclaré et Edmeond in a acaté chinq paquets. Fifinne l'a prévenu, ave tout l'castonate qu'i-a pa d'zeur, pou t'diabète, t'in mingeras eine tous les deux jours. Ahais, i-n'aveot pos acore fait tout l'braderie que les vingt-chinq waufes éteot'ent d'jà inglouties.

Ch'est alors que seont arrivés les commissaires de l'processieon, eine bande de gais lureons, ave à leu tiête, ein heomme jovial qu'on appeleot l'bourguémette. Avec eusses, in'a pos fallu deux heures pou liquider le stock de Pater Damiaan. Edmeond et Fifinne seont ortournés à pied mais jusse avant d'partir, Edmeond i-a dit : "treos kilomètes à pied cha use les sorlets et no réservoir i-va ête vidé". I-a acaté treos boutelles pou la route. Treos, des feos qu'Fifinne elle in orclam'reot eine su l'quémin.

Fin du troisième jour.

Mardi, Edmeond i-a dormi jusqu'à midi et quand i-est déquindu de s'lit, i-a dit à s'feimme "j'espère qu'on a pus rien aujord'hui pasque j'ai mau à m'tiête et j'ai des toupiries". 

(lexique : leong : long / in puque : de plus / ceulle feos : cette fois / les vies'ries : les vieilleries, les antiquités / alfeos : parfois / toudis : toujours / l'ensenn'ment : l'enseignement / déquindu : descendu / dusque : où / les visins : les voisins / fier : fer / inserrés : enfermés / l'jeone : le jeune / durte : dure / l'esquite : le frousse, la peur / querre : tomber / eine crisse : une crise / vir : voir / asteur : maintenant / in veyant : en voyant / l'arsoule : le garnement / mette les preones dins les quertins : parler avec emphase, d'un ton emprunté / cacher : chercher / inter : entre / ein pistolet : en Belgique, petit pain rond /  gambeon : jambon / acouter : écouter / l'rope : la robe / cancheonnes tournisiennes : chansons tournaisiennes / orculant : reculant / moutrer : montrer / berler : crier / catieau : château, église du catieau : église Saint-Nicolas / fraîque : fraîche / l'biscurisse : déconction de réglisse avec de l'eau / simpe : simple / orwettier : regarder / les boules à l'graisse : les beignets, les croustillons / l'chuque : le sucre / l'jupeon : le veston / pafiou : personne qui bâve / nettier : nettoyer / les poques : les coups / les choles : les jambes /  m'mamère : ma mère / pétête : peut-être / légueumes : légumes / les deogts : les doigts / ein capieau d'palle : un chapeau de paille / l'pièche : la pièce / les waufes : les gaufres / chinq : cinq / l'castonate : la cassonade, la vergeoise / pa d'zeur : dessus / l'bourguémette : le bourgmestre, le maire / eusses : eux / ortournés : retournés / jusse : juste / les sorlets : les souliers / l'quémin : le chemin / les toupiries : les vertiges).

(S.T. septembre 2012)

09:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bonsoir,
J'ai essayé de te lire.
Pas facile le tournaisien, apparemment, tu parles d'une kermesse, d'un couple d'amis, de ton épouse, bref, j'ai fait de mon mieux pour te décrypté !
Bonne soirée, mes amitiés.

Écrit par : Mousse | 16/09/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.