12 sept.
2012

Tournai : les mémoires du faubourg de Lille

Le doyen des faubourgs de Tournai ?

Il est aux portes de Tournai un lieu né d'une léproserie, un faubourg de fermes, de bergeries et de moulins, d'immeubles bourgeois et d'habitations ouvrières, de villas et de maisons sociales, un endroit où depuis bien longtemps déjà la mixité sociale a été perçue comme une richesse. Le faubourg de Lille, pour l'appeler par son nom, est probablement un des plus anciens à "flirter" avec la cité des cinq clochers, il en est certainement le plus campagnard.

Entre Plaine des Manoeuvres et barrière d'Orcq, entre chemin de la Ramée et Tir à la Cible, c'est une campagne qui se donne des allures de petite ville, c'est une cité largement teintée du vert de la nature, des près et des bosquets qui se prend pour la campagne.

Le faubourg de Lille est huit fois centenaire, son histoire est riche et ses habitants actuels ont accumulé un tas de souvenirs : des faits, des personnages, des lieux, des aventures émouvantes ou cocasses parfois profondément enfouis dans la mémoire mais qui ne demandaient qu'à être ravivés.

Bien intégrée au coeur du quartier, la quadragénaire maison des jeunes "Port'Ouverte" a souhaité fait revivre toute cette histoire, elle a confié la clé qui ouvre les souvenirs à l'équipe des Ecrivains Publics de Wallonie picarde. Ceux-ci avaient déjà réalisé, il y a trois ans, un travail similaire sur le quartier Saint-Piat, le plus ancien de la cité scaldéenne. 

Le réveil de la mémoire collective. 

Dès septembre 2011, l'idée était lancée, les personnes y résidant ou y ayant vécu ont été invitées à se rencontrer dans les locaux de l'avenue Minjean. A la veille de la première réunion, une question taraudait cependant les initiateurs du projet : combien seraient-ils à oser pousser la porte, dix, vingt peut-être, trente, plus encore ? Ce serait extraordinaire ! Catherine, Colette, Micheline, Monique, Nicole, Suzanne, Yvonne mais aussi Claude, Christian, Georget, Jacques, Jérome, Pierre, ... furent parmi la cinquantaine d'habitués qui se retrouvèrent régulièrement autour de Caroline, Annick, Dorothée, Eliane ou Denis, les Ecrivains Publics, animateurs des ateliers d'écriture.

Lors de chaque rencontre, un thème fut abordé : les écoles, les usines, les festivités, les figures populaires ou les personnages connus, les fermes, les moulins, les couvents, les cafés, les commerces, tous ces éléments qui façonnent la vie d'une petite entité, génèrent des souvenirs, lient les habitants par un dénominateur commun. Certains ne s'étaient plus vus depuis vingt, trente ou quarante années, depuis la "petite" école ou la communion solennelle, depuis un mariage qui les avait éloignés de leur faubourg natal mais leurs souvenirs communs étaient toujours intacts, toujours vivaces. D'une première réunion un peu guindée, on passa rapidement à de mémorables soirées parfois teintées d'émotions, toujours de bonne humeur. Le thème à peine lancé, le voici qui rebondissait sur un autre, déliant les langues, faisant naître les rires ou nouant les gorges. Parfois le brouhaha s'installait au grand dam de ces pauvres Ecrivains publics qui devaient tout noter en n'omettant pas de traduire les sentiments exprimés, obligés souvent d'agiter une sonnette pour canaliser cet enthousiasme débordant. 

"Walter Chabeot", "Marie trois côtelettes", "Valère" ou "la fille cigarette" étaient tout à coup ressucités tout comme l'accordéoniste Pierre Duchateau, Luc Varenne, l'instituteur Jean Pipart et son épouse, l'ancien bourgmestre Fernand Dumont ou encore les "Noirtes gueules", une famille de bougnats. On revivait les ducasses du lundi de Pentecôte, les rencontres de la Juventus Saint-Lazare, on évoquait les cafés dont la plupart sont aujourd'hui disparus : "le café du Garage", "le Petit Turcq" et son presque voisin "le Grand Turcq", "le Bras de Fer", on se rappelait le "Monobloc", "l'imprimerie Desclée" et la première fabrique de plumes de Belgique ! On alla même jusqu'à reconstituer un plan immense reprenant le nom des habitants des différentes maisons du faubourg, un travail de fourmi, une oeuvre de bénédictin ou... plutôt de bénédictines puisqu'il fut réalisé en un temps record par Monique et Colette. 

Une parution sur un air d'accordéon.

Ce joyeux temps de gestation a donné naissance, neuf mois plus tard, (quel heureux hasard !) à un livre, à une compilation des Mémoires du faubourg de Lille. Celui-ci paraîtra officiellement le vendredi 21 septembre prochain au cours d'une soirée de présentation, apothéose d'un travail collégial. 

Les invités se retrouveront, à 18h00, en la chapelle Saint-Lazare, mieux connue des habitants sous le nom de "chapelle des Lépreux", dernier vestige de la léproserie "la Bonne Maison du Val", véritable berceau du faubourg, pour un hommage à la Fondation Follereau et à celui qui en fut son chantre, René Godet, membre de la Royale Compagnie du Cabaret Wallon Tournaisien, décédé il y a une année. 

Emmenés par l'accordéon de Laurent Pitot, élève de Pierre Duchateau, les participants gagneront ensuite l'église Saint-Lazare non sans avoir fait une halte face à la "Port'Ouverte" où se concrétisera bientôt le voeu cher à ces auteurs d'un jour, la création d'un jardinet, en haut de l'avenue Minjean, où il fera bon, dès l'été prochain, se reposer à l'ombre des essences locales. 

Au sein de l'église, les chansons sur le faubourg créées pour la circonstances seront interprétées par leurs auteurs avec un accompagnement de Philippe Desmet, ancien Président de la Royale Compagnie venu en voisin, des extraits du livre seront lus, l'exposition de photos (qui sera également visible les samedi 22 et dimanche 23) sera inaugurée, un verre de l'amitié servi. Une rencontre que personne ne souhaite ultime !

Le livre, largement illustré grâce à la précieuse collaboration de Monique, de Colette, de Claude et de Jacques pourra être acquis au prix réellement accessible de 8 euros, on pourra aussi se le procurer, par la suite, au Conservatoire de Musique ou chez les libraires du quartier.

Les "Mémoires du faubourg de Lille, une porte ouverte sur la campagne", un témoignage pris à la source et une modeste contribution à l'histoire de Tournai, est un ouvrage loin d'être nostalgique, une série de clichés qui, feuilletés les uns après les autres, créent l'atmosphère d'un endroit où il fait encore bon vivre.  

(S.T. septembre 2012)

Commentaires

Bravo Serge.

Très bel article.

Remets mon bonjour à Charlotte


Nicole

Écrit par : BOURGEOIS NICOLE | 12/09/2012

Répondre à ce commentaire

Tu m'as appris bien des choses sur un quartier que je connais très peu. J'ai un grand-oncle qui habite au chemin Willemau, et je suis déjà allé plusieurs fois au Tempo Festival sur la plaine des Manoeuvres. A part cela, je ne connais rien. Donc, merci pour cet article intéressant. A bientôt Serge!

Écrit par : Un petit Belge | 12/09/2012

Répondre à ce commentaire

Tu as tout dit, Serge ! Merci pour tout ce que tu fais pour l'histoire et pour Tournai, et en particulier pour ta grande et précieuse implication dans ce projet.

Écrit par : Caroline JESSON | 12/09/2012

Répondre à ce commentaire

bonjour Serge,

félicitation, pour cet excelent article, à bientot
Yvonne Coinne

Écrit par : coinne yvonne | 14/09/2012

Répondre à ce commentaire

Merci pour cet article sur un quartier que je pensais connaître mais en fait pas du tout^^
Je garde ce site dans mes favoris et espère en lire d'avantage à son sujet!! :)
Bonne continuation!
Salutations,
Zoe

Écrit par : conseils boursiers | 04/02/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour Serge,
Honte à moi,pour avoir tardé si longtemps à déposer un commentaire sur ton blog.
Un blog,qui nous apprends tant de choses.
Je te félicite encore pour tous les articles que tu y mets et que nous découvrons avec délectation,c'est un outil fantastique,que je compulse régulièrement.
Encore,et encore merci et surtout continue.
Bravo,avec une mention particulière pour mon Faubourg de Lille.
Amitiés.
Jacques Descarpentry

Écrit par : Descarpentry Jacques | 23/02/2013

Répondre à ce commentaire

Bonjour et merci à vous de nous faire partager tant de connaissances.
C'est toujours un enrichissement et une joie de venir sur votre blog.
Me voilà encore plus riche de savoir.
Amicalement.

Véronique Grimonprez

Écrit par : VéroGrim | 17/03/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.