08 sept.
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (190)

J'orgrette les karmesses d'avant

Ov'là d'jà l'meos d'sétimpe orvenu. Pou les Tournisiens, ch'est l'dernier meos d'l'été et tertous espèrent avoir eine belle arrière-saiseon. Ave no karmesse, sétimpe, ch'est ein meos d'fiêtes, ein peu comme si, dins no cité, les vacances se terminereot'ent pa ein bieau feu d'artifice. Pourtant, mi j'orgrette nos fiêtes d'avant. 

A peine les infants i-éteot'ent rintrés à l'école que les forains arriveot'ent s'installer su no Grand'Plache. On veyeot meonter les qu'vieaux d'beos que les vieux appeleot'ent acore "l'caroussel-salon", les auteos-skooters d'Mossieu Besangez, les p'tits manèches pou les infants où te pouveos gagner ein tour gratuit in tirant su l'loupette, l'baraque de l'feimme à barpe ou bin du sauvache qu'on aveot "ramené du fin feond du pays des Papous" (et que s'carte d'identité révéleot seûrmint, qu'in hiver, i-habiteot ave s'famile à Matongé), les balanchoires, l'friture Bruxelloise ave ses waufes et ses boules à l'graisse, les p'tits avieons, Ali-Baba et s'nougat ou bin acore l'Coney Island ave ses jeux qui n'éteot'ent pos 'core élestroniques. 

Pindant l'sémaine, in orvenant d'l'école, on feseot l'détour pa nos forum pou vir les nouvieautés et on commincheot d'jà à rêver aux bieaux diminches qu'on alleot passer. 

L'saim'di au soir, m'gramère parteot ave mi au parc communal pou acouter l'concert de l'musique des Pompiers que dirigeot s'frère, Mossieu Alfred Verdière. Au moumint du pot-pourri final, des chintaines de perseonnes canteot'ent, in coeur, les cancheonnes tournisiennes ave les membres de l'Royale Compagnie du Cabaret Walleon. Après, on buqueot les trois queops pou anneoncher l'ouverture de l'karmesse.

On traverseot alors l'parc pou vir les bieaux jets d'ieau aux couleurs cangeantes et on parteot su l'Grand'Plache pou faire ein prumier tour de l'foire. 

L'lind'min au matin, à 10 heures, les cloques de l'cathédrale sonneot'ent à tue-tiête pou dire aux gins que l'processieon elle alleot sortir. Dins l'rue de France ou bin l'rue à Peos, les p'tites vielles aveot'ent mis à leu ferniête les statues d'saints et d'vierches ave deux bougies alleumées, des infants répandeot'ent su les rues des p'tits papiers dorés ou argintés, alfeos, i-aveot même des pétales de rôsses et i-aveot sutout bramint d'gins su les trottoirs venus, eine heure avant, ave leu cayère.

Bin vite après l'passache du cortèche, on rintreot à l'maseon pasque l'deîner de l'karmesse ch'éteot acore mieux que les eautes diminches, pas d'bouli mais de l'lanque de vieau à l'sauce madère ou du rôti ave des carottes et des p'tits peos, des croquettes acore faites à l'main ave des vrais oués et de l'véritape chapelure (pos comme asteur des machins surgelés ou faits à l'machine) et de l'tarte aux preones ou au risse

Vers les chinq heures, on parteot su l'Grand'Plache, là, on rincontreot toudis des amisses et connissances et pindant que les infants feseot'ent des tours de manèches, les parints buveot'ent ein verre à l'terrasse d'un cabaret. 

Dins la Halle-aux-Draps, i-aveot l'foire commerciale et quand elle éteot finie commincheot "l'orvue de l'karmesse" d'no Cabaret Walleon.

Quand on éteot acore des p'tits rambiles, i-n'falleot pos aller dormir aux p'tites heures car, l'l'ind'min, l' lindi, ch'éteot Braderie, l'prumier jour de congé d'puis l'rintrée des classes, les administratieons, les buréeaux, les ateliers éteot'ent serrés pou permettent aux écoliers, imployés et ouverriers d'faire vife l'commerce local. Les gins mingeot'ent in ville, des frites ave des moules, ein sauret, ein cervelas ou "ein complet" à l'Friture Bruxelloise. Comme partout i-aveot des ristournes, on profiteot pou rhabiller les infants pou l'hiver. 

Quand à l'fin du meos, l'karmesse preneot fin, quand l'grand'plache éteot vidée d'ses forains, on saveot que ch'éteot aussi la fin d'l'été et que les leons meos d'hiver alleot'ent béteôt commincher. 

Aujord'hui, tout a bin cangé, d'puis mille neuf chint nonante siept, l'foire est asteur su l'Esplanade du Conseil de l'Europe, on l'a foutue su l'plaine, comme si on vouleot l'mette in quarantaine. Quinze ainnées qu'elle n'anime pus l'coeur de no cité. L'concert au parc i-est toudis suivi pa eine paire de vrais Tournaisiens, treos ou quate pelés et ein teondu, les eautes i-seont partis pou ein meonte meilleu et n'eont pos été rimplachés. L'belle musique elle ne fait pus queurir les foules, on direot qu'elle est réservée aux andoules et les cancheonnes tournaisiennes i-n'd'a pus beauqueop pou les canter à perte s'n'haleine. On n'veot pus les gins de l'Royale Compagnie au moumint du pot-pourri, Anselme Dachy i-est parti pou toudis et eusses ave li. 

L'processieon elle sort asteur l'diminche après-deîner, ch'est mieux pou l'tourisme qu'on a pinsé, mais i-n'a pus d'pétites vielles à leu cassis ave leu vierche et bougies, pou vir passer les pieuses statues i-n'a pus beauqueop d'meonte dins les rues.

L'braderie n'fait pus orcette, l'congé dins les écoles et les usines a été supprimé, asteur ch'est pou les oisifs et les rintiers. I-a bin seûr toudis l'marchand d'carabouya, les boniminteus ou minteus tout court qui vintent encore de produits miraques qui vont bin pindant leu démonstratieon mais qui n'feont aucun effet quand t'es arrivé à t'maseon. 

Les traditieons seont perdues, no jeonesse n'orviendra pus ! 

(lexique : sétimpe : septembre / tertous : tous / l'karmesse : la kermesse, la foire / l'loupette : la floche / l'feimme à barpe : la femme à barbe / les balanchoires : les balançoires / les waufes : les gaufres / les boules à l'graisse : les beignets, les croustillons / commincheot : commençait / l'gramère : la grand'mère / acouter : écouter / au moumint : au moment / des chintaines : des centaines / les cancheonnes : les chansons / buquer : trier / les queops : les coups / anneoncher : annoncer / cangeantes : changeantes / l'prumier : le premier / les cloques : les cloches / les vielles : les vieilles / ferniête : fenêtre / des vierches : des vierges / alfeos : parfois / les rôsses : les roses / bramint : beaucoup / l'cayère : la chaise / l'deîner : le dîner / du bouli : de la viande bouillie, pot au feu / vieau : veau / des ouès : des oeufs / véritape : véritable / les preones : les prunes / l'risse : le riz / chinq : cinq / les amisses : les amis / ein ramblie : un gamin souvent espiègle / l'lindi : le lundi / serrés : fermés / les ouverriers : les ouvriers / vife : vivre / ein sauret : un hareng-saur / leons : longs / béteôt : bientôt / cangé : changé / queurir : courir / andoules : andouilles / beauqueop : beaucoup / toudis : toujours / l'cassis : le châssis / bin seûr : bien sûr / miraques : miracles / l'jeonesse : la jeunesse).

(S.T. septembre 2012)

09:10 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.