25 août
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (188)

Ch'est seûr et certain, i-va s'passer eine séquoi !

Je l'sins arriver comme l'soris sint d'leon l'naque du fromache, ch'est pétête ce qu'on appelle l'espérieince ou l'privilèche d'l'âche. Je n'sus pourtant pos ein devin et n'queomptez pos su mi, mes gins, pou vous dire vo n'avenir mais... ce que j'ressins j'vas quand même vous l'dire.

A m'mote que, dins l'meonte, asteur, tout s'imballe et de l'télé j'ai même l'esquite d'raviser l'journal. Combin d'infants veont aujord'hui morir d'faim, combin d'pays in Europe demindent d'l'argint. Combin d'morts i-feaudra acore su les campus pou qu'in Amérique on ortirent les armes à tous ces gugusses. I-a des pays qui foutent in l'air ein dictateur pou s'impresser d'instaurer... ein régime d'terreur. I-a des malhureux qui pinsent trouver chez nous ein Eldorado et qui finisse'tent leu vie, in Méditerranée, au feond d'l'ieau. I-a des gins qui n'eont pus d'maseon et pou n'pos ête dins l'rue préféreot'ent ête in priseon. On blesse des parints pou les voler et on inlève des infants pou les violer. Les ceusses qui ont d'l'argint i-n'veul'tent pos payer les impôts et vife'tent ainsin su no deos. 

Et on n'est pos beauqueop mieux loti dins no tout p'tit pays. Les cuves de nos cintrales nucléaires, i-nous deonnent bin des misères, on a trouvé, après quarante ans, des déféauts d'fabricatieons qui pourreotent bin provoquer, ein bieau jour, eine esplosieon et trinsformer nos camps et nos villes in ein désert comme à Tchernobyl. Contraint et forché, on a serré l'boutique atomique et asteur on risque d'manquer d'élestrique.

J'in parleos ceulle sémaine ave Edmeond, i-m'a dit : "M'comarate, je n'veos là rien d'beon, si jamais i-fait bin freod pindant l'hiver, on risque de s'ortrouver sans courant et sans leumière, mi j'ai pris mes précautieons, m'feimme et mi on a d'jà pinsé à des solutieons. Nous, si on peut dire, on a de l'sanche, on a connu la guerre, mais tous les jeones d'asteur, eusses, i-veont vife l'misère. On va tout d'abord laicher l'couverture cauffante d'Fifinne, là dusqu'elle est dins l'armoire d'l'arrière cuisine, comme feseot'ent, dins l'temps, nos mamères, on mettra cauffer deux briques dins l'four de l'cuisinière. Fifinne, elle a comminché à tricoter des bonnets d'laine, au magasin, on a eu chinquante pelotes au prix d'dix, ch'est eine aubaine. On a racaté ein vieux stock d'candelles à mossieu l'curé, i-les aveot d'puis dix ans et n'saveot pos les écouler. I-m'a dit, vous savez, Edmeond, asteur, les gins, i-rintrent dins l'églisse ave d'jà l'bougie à leu main, ch'est comme si i-alleotent au restaurant ave leu picotin. In puque, ch'est des bougies d'neuvaines, on d'a ainsin pou des sémaines. M'visin i-a mis ein WC élestrique, ch'est pos mal in temps normal mais à c'momint-là i-va seûrmint orgretter l'vielle toilette à pédales. Edgard et Irma i-ont mis ein parlopheone, pindant l'panne, feaudra berler s'neom chaque feos qu'on seonne : "Irma, ch'est mi Edmeond, vins m'ouvère j'sus à l'porte de t'maseon".

Tout cha, chest bieau que j'li ai dit mais i-n'a pos qu'cha dins l'vie.

"Ch'est vrai, mais, eine feos l'meos d'novimpe, on n'va pus orwettier l'télé, au contraire, on va passer ses soirées à s'cultiver, pasqu'i-est temps qu'on fasse marcher no tiête si on n'veut pos morir biête. I-n'est même pos dit qu'ein jour pou m'distractieon, Fifinne elle ne va pos ichi m'jeuer l'ile de la Tintatieon. In attindant, mi j'va lire tout Zola et Fifinne, Robinson Crusoé, cha s'reot bin l'diape qu'on n'truèfe pos là des idées pou s'débrouiller".

"Ahais, i-a pos que l'télé, i-feaut acore minger !".

"Là i-a pos d'imbarras, je n'sus pos ein colas, j'ai rintré m'provisieon d' penn'tières et j'ai mis chinq chints porieons in tierre; dins m'gardin, j'ai aussi des navieaux et on a stérilisé deux chints peots d'hariqueots, Fifinne elle fait, tous les jours, des confitures et j'ai mis ein coq et siept poules dins m'patûre. Je n'vas pos ête in déroute, j'ai aussi ein paire de p'tites gouttes. Te peux v'nir vir, ch'est pos des cacoules, mi pindant l'hiver, j'ai d'quoi faire des ratatoules. Ahais... cha m'fait pinser, j'deos acore d'minder à Fifinne d'acater des spaghetti et des ravioli quand on va aller faire nos commissieons, à Froyennes, jeudi. Te l'veos l'Optimiste, si on n'a pus d'élestrique, nous eautes on va vife in mode économique".

Après cha, i-a comminché à m'deonner des idées, ov'là ce qui m'a raqueonté.

"A t'plache, j'arrête d'aller su l'ordinateur, j'sais bin que t'y passes des heures, c'machin-là, cha n'sert qu'à inveyer des carabistoules ou bin à orchevoir des horreurs. Ave t'feimme, pou éviter l'freod, bin vêtus, (autermint que les photeos d'files que t'as seûrmint d'jà orchues), va in ville t'pourméner, va chez des amisses, va jeuer aux cartes, ch'est bin pus gai que d'passer l'après-deîner assis pa d'vant l'télé. Quoi ? Te n'voudreos pos râter ein épisode des "Feux de l'Amour", bé... quand, au printemps, l'courant i-s'ra orvenu t'orprindras l'cours, t'aras rien perdu, même si ch'est deux chints épisodes pus leon, pasque l'feuilleteon d'puis toudis in tourne in reond, rincontres et séparatieons, bé i-d'a acore pos mal in prévisieon".  

Après avoir intindu les propeos du gugusse, j'éteos, j'deos vous l'avouer, mes gins, fin réhusse. Ch'est alors que j'ai appris que l'diesel i-aveot atteint le verdi 24 août, ein prix record, j'aveos l'moral dins les cauchettes, ceulle feos, de l'dépréssieon j'éteos su l'bord. L'causse qu'on veut nous fait acroire ch'est l'Iran, l'euro, ein ouragan ou bin la Libye, j'pinse puteôt que tout cha, ch'est d'fameux alibis, ch'est pou nous eautes payer pus tcher les carburants et inrichir eine riche bande d'albrans. 

Ch'est seûr et certain, i-va béteôt, s'passer eine séquoi, mais, j'n'sais pos acore , mes gins, vous dire quoi !

(lexique : seûr : sûr / eine séquoi : quelque chose / l'soris : la souris / d'leon : de loin / l'naque : l'odeur, le parfum / pétête : peut-être / l'espérieince : l'expérience / l'âche : l'âge / queompter : compter / à m'mote : selon moi, à mon idée / l'meonte : le monde / avoir l'esquite : avoir peur / raviser : regarder / combin : combien / aujord'huy : aujourd'huy / des malhureux : des malheureux / l'maseon : la maison / les ceusses : ceux / beauqueop : beaucoup / forché : forcé / serrer : fermer / l'élestrique : l'électricité / m'comarate : mon camarade / l'leumière : la lumière / l'sanche : la chance / les jeones d'asteur : la jeunesse actuelle / vife : vivre / laicher : laisser / cauffante : chauffante / dusqu'elle est : où elle se trouve / cauffer : chaufffer / commincher : commencer / chinquante : cinquante / les candelles : les chandelles / l'visin : le voisin / novimpe : novembre / orwettier : regarder / l'diape : le diable / ein colas : un niais, un innocent / les penn'tières : les pommes de terre / les porieons : les poireaux / les navieaux : les navets / les hariqueots : les haricots / des cacoules : des mensonges / acater : acheter / raqueonter : raconter / à t'plache : à ta place / inveyer : envoyer / des carabistoules : des blagues / orchevoir : recevoir / autermint : autrement / les files : les filles / seûrmint : sûrement / pourméner : promener / pa d'vant : devant / ête fin réhusse : être las, fatigué / l'verdi : le vendredi / les cauchettes : les chaussettes / ceulle feos : cette fois / l'causse : la cause / acroire : croire / acore : encore)

(S.T. août 2012)

09:05 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bon week-end Serge et à bientôt!

Écrit par : Un petit Belge | 25/08/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour Serge,

Je ne dirai " qu'eine séquoi" : Remarquables, ton analyse et ce "survol" du monde ! - Béon diminche ! Jacques de "warchin-carcinium"

Écrit par : jacques DCK | 26/08/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.