18 août
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (187)

Ch'est l'fin du meonte !

D'puis quelques ainnées, no beonne vielle tierre, i-a pos à dire, comminche vraimint à tourner à l'invers, i-a, à peine, ein meos d'ichi on greloteot et ov'là qu'asteur i-fait eine caleur de seot. 

J'aveos rêvé d'ein ciel tout bleu, ave des p'tits neuaches dusque l'solel i-areot pu jeuer à cache-cache, j'aveos imaginé ein vint leuger qui areot queuru dins mes ch'feux ébouriffés. Je m'veyeos d'jà rétindu dins ein fauteul, acoutant jusqu'à bin tard, l'cant d'eine masinque, d'un rotleot, l'cri d'eine arondielle ou d'ein mauviar. Au mitan de l'pelouse, su eine tape, à côté d'mi, ein verre d'ieau bin fraîque ou ein jus d'fruit. Pos d'alcool, acore moinse de l'bière, pasque quand te beos ein verre, après t'in sues treos m'a toudis dit m'mamère. Ahais mes gins, j'aveos rêvé qu'on alleot, infin, avoir l'été, un ciel d'azur et vingt-chinq degrés !

Bé ahais, j'ai été servi, quand j'vas déhors, bé j'sus cuit. Pou mi qui n'aime pos l'caleur, l'température qu'on a asteur, bé ch'est ein veritape malheur. Chaque matin, à huit heures, j'vas à la boîte à lettes pou aller querre l'courrier du facteur et printe aussi m'gazette. In rintrant à m'maseon, j'sus déjà à mitan asseommé pa l'solel qui vient à peine de s'lever. Après cha, ch'est l'pus bieau momint quand j'passe dins l'salle de bain, j'restereos bin là toute l'journée mais j'nai pos l'temps, m'n'artique su m'blog i-deot ête incodé. 

Ov'là d'jà l'heure d'préparer l'deîner, m'feimme elle deminde quoisqu'on fait, si on met l'four in marche pou cuire ein rôti, avec quarante degrés dins l'cuisine, on direot qu'on ouèfe dins eine aciérie. A force d'minger des plats freods et des salates, j'ai prévenu m'docteur, j'vas finir par caire malate. Après, on va vife dins l'noir, pindant tout l'après-deîner jusqu'au soir car les battantes on deot les serrer pou impêcher l'caleur d'rintrer. Hier, j'deveos aller chez l'coiffeur quand j'sus meonter dins m'carette j'ai cru ête dins ein auto-cuiseur et quand, in mettant l'auteo in route, ein bip a retentit, j'in pinsé "cha i-est... j'sus asteur cuit" !

In parlant d'climatisatieon, i-feaut bin faire attintieon, t'as des gins qui veont l'régler sur eine timpérature d'vingt degrés, mais quand te sors, au solel, ch'est l'double que te deos incaisser, gare alors au choc thermique, t'est beon pou l'breongile ou les romatiques. Quand j'sors de m'n'auteo, m'quémisse elle colle à m'deos et j'sus tell'mint trimpé qu'à peine rintré j'deos m'canger

Quand l'soir i-cait et que le solel i-va s'coucher, on ouvère les ferniêtes et on met les moustiquaires pou n'pos laicher rintrer les sales biêtes car si t'es piqué pa ein picreon, te passes l'nuit au clair pou de beon.

Hier, total'mint épuisé pa l'caleur, je m'sus indormi vers dix heures et dins les bras d'Morphée, eine feos acore j'ai rêvé.

J'ai rêvé d'eine leongue soirée d'hiver quand l'vint d'bisse chuffièle et que l'feu dins l'quémeinée ronfielle, quand déhors, l'freod vient blanquir l'gardin et que l'caf'tière feume douch'mint à portée de t'main. Su mes gu'noux, j'ai laiché caire m'gazette pou acouter l'cancheonne du vint dins l'rulette, pindant que l'cat i-dort dins s'panier, m'feimme tricote eine paire de bonnets. Demain, dins l'neiche, on ira marcher, bin couverts pou n'pos ête ingélé. Du freod on sait toudis s'protéger mais de l'caleur te peux toudis essayer.

Mi j'pinse à tous ces gins qui dins leu pays, à causse de l'caleur, combattent les incendies. I-ont tout perdu ein quelques heures, leu maseon, les biêtes et leu labeur. Ch'est des p'tites gins et asteur i-n'ont pus rien. J'ai vu aussi des paufes parints cacher après des infants inl'ver pa ein glich'mint d'terrain, j'ai vu après eine tornade, des millers d'gins su les toits pou éviter l'noyade,  partout, su no planète, j'ai vu l'météo in furie, l'temps qui s'démeonte comme si c'éteot l'comminch'mint de l'fin du meonte.

(lexique : comminche : commence / caleur : chaleur / neuaches : nuages / jeuer : jouer / leuger : léger / queurir : courir / rétindu : allongé / acoutant : écoutant / eine masinque : une mésange / un rotleot : un roitelet / eine arondielle : une hirondelle / ein mauviar : un merle / au mitan : au milieu / eine tape : une table / acore moinse : encore moins / m'mamère : ma mère / asteur : maintenant / véritape : véritable /  aller querre : aller chercher / l'artique : l'article / on ouèfe : on travaille / caire : tomber / vife : vivre / les battantes : les volets / serrer : fermer / m'carette : ma voiture / l'breongile : la bronchite / les romatiques : les rhumatismes / m'quémisse : ma chemise / canger : changer / ein picreon : un moustique / l'vint d'bisse chuffièle : la bise (le vent du Nord) souffle / ronfielle : ronfle / l'quémeinée : la cheminée / balqnquir : blanchir / feumer : fumer / les gu'noux : les genoux / l'cancheonne : la chanson / l'rulette : la ruelle / l'cat : le chat / ingélé : gelé, transi / l'freod : le froid / toudis : toujours / cacher après : chercher après) 

(S.T. août 2012)

08:57 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.