11 août
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (186)

I-a pos d'seots métiers...

Dins no ville, on peut pourméner l'nez in l'air pou admirer les bieautés d'nos clotiers ou, pou n'pos caire dins les treos ou marcher dins ein brin d'tchien, on peut toudis raviser l'bout d'ses sorlets. Les feimmes orwettent les vitrines des magasins, les mindieux surveillent ce que vous mettez dins leu main. Mi, j'cache après l'pétit détal, les cosses pos banales et aujord'hui, j'vous l'dis, j'sus, à l'feos, bin surpris.

Ainsin, bin souvint, j'rinconte ein heomme qui ravise toudis où i-met ses pieds, ein astiqueot qu'i-marche tout douch'mint ave l'tiête baissée, au point que je n'creos pos avoir vu eine seule feos s'visache et que, si vous me l'demindez, je n'sareos vraimint pos vous dire s'n'âche. Au début, j'pinseos qu'i-aveot l'esquite d's'ortrouver les quate fers in l'air, qui aveot l'douloureuse raminvrance d'avoir valser à tierre, mais neon, ch'est pou ramasser les pièches d'argint qui seont tombées d'vos poches, mes gins. Au soir, quand i-rinte à s'maseon, i-queompte les fruits de s'moisseon, i-a fait, su l'après-deîner, pus d'chinq kilomètes à pied et i-a tout au puque soixante cents dins s'saclet

Li, ch'est l'ramasseu d'pièches perdues.

I-in a ein eaute qu'on veot sortir à l'fin de l'journée quand les gars d'City-Parking ont fini d'surveiller. Dès qu'chinq heure a seonné au bieffreo, i-fait tout l'tour de l'ville à véleo. I-s'arrête tous les chint mètes, comme par hasard toudis près d'un parcmète. Avant d'glicher, tout à l'douche, dins l'sébile, s'main, i-orwette tout autour de li si i-a des gins, si te l'ravises, i-ormeonte su s'véleo et s'éloigne, ein peu, du bandit manchot. L'machine qui régule l'stationn'mint d'nos auteos, bé pou li, cha s'appelle tout simplemint l' Lotteo. Li aussi quand i-rinte à s'maseon, i-queompte les fruits de l'moisson, i-n'fait pos l'Tour de France, mais prélève s'part su nos finances.

Li, ch'est l'ramasseu des machines à sous.

Qui n'conneot pos l'pétit Joseph à Tournai, tertous l'ont seûr'mint ein jour rincontré. Les jours de plein solel ou bin de noirglache, i-est toudis su no Grand'Plache. D'pus lommint, m'feimme et mi, inter nous, on l'aveot baptisé simplemint "p'tit sou". Ch'est pas c'meot là qu'i-interpelleot les gins, tout in tindant, à l'va vite, s'main. L'gars i-n'est pos aussi seot qui n'in a l'air, i-est même assez malin in affaires. I-a quate ou chinq ans, d'quelques cents i-s'continteot, asteur quand nous veot i-réclame d'office deux eureos. "Anniversaire, Mossieu, anniversaire m'dame", bé comme li a dit m'feimme, i-a asteur s'anniversaire deux feos dins l'semaine. 

Li, ch'est l'quêteu de l'Grand'Plache.

I-a aussi l'bonheomme toudis rétindu su s'banc, qu'on pourreot l'appelé l'quervassin au banc dormant ave ein leongue barpe noire qui n'a jamais fait l'connisance d'ein rasoir. S'jupeon et s'mareonne n'ont jamais vu l'teinturier, i-n'deveot pos ête eine relatieon d'René Godet. Quand on l'veot dins l'rue Royale ou su les quais, i-est toudis dins les bras d'Morphée. Et si l'spectaque n'est pos bieau à vir, j'vous dis pos l'naque, ch'est acore pire. I-n'imbête jamais perseonne, mais tertous ont l'pépète du bonheomme. 

Li, ch'est l'imache de l'déchéance d'ein heomme. 

I-a aussi l'potieau d'cabaret, l'ceu que, dins les cafés, t'intinds berler. I-beot s'prumière pinte à l'ouverture et on deot l'ruer à l'cour à l'fermeture. L'cabaretier i-a fini pa l'oblier tell'mint i-fait partie du meublier. L'café, ch'est s'prumière et seule maseon, i-est là durant les "quate saiseons". Ave li, l'patreon i-fait des affaires car i-est honnête et paie toudis ses verres. je l'dis heaut et fort et n'me deonner pos tort, ein heomme ainsin qui aime bin l'bière i-devreot ête nommé actionnaire à vie chez Jupiler. 

Li, ch'est l'quervassin d'service, l'bière ch'est s'vice.

J'vous dit mes gins, i-n'a pos d'seots métiers, ch'est vrai, mais vous allez m'deonner raiseon, quand j'vous déclare qui-in a qui ont d'dreôles d'occupatieons. 

Mais, tous les verdis au matin, je n'sareos pos l'râter, j'veos l'vielle Marceline qui habite pos leon des Ursulines. Eine brouche, eine raclette et deux ou trois séeaux, l'brafe feimme fait s'rang à grandes ieaux. "Faire s'rang", mes gins, vous devez l'savoir, à Tournai, cha veut dire faire l'trottoir, mais i-n'feaut pos ichi vous méprinte, j'vas expliquer, vous aller comprinte, cha fait pus d'soixante ainnées et jamais elle ne l'a oblié, ch'est eine obligatieon légale, ch'est dins l'réglemint communal, qu'on soiche propriétaire ou tout simplemint locataire, on deot nettier s'trottoir et intretenir les avaloirs. Quand elle me veot, elle me dit : "M'mamère elle m'a toudis dit, fais le au saveon noir, te saras mieux l'ravoir"". A l'feos, je m'dis que si tous les Tournisiens éteotent comme ceulle vielle file, cha d'viendreot ein plaisi d'pourméner dins no ville. Asteur te deos éviter les frites à l'mayonnaisse ou bin l'crotte d'ein tchien qui a été à s'n'aisse, dins l'pidoulache te deos marcher, sans oblier les éternelles canettes qui risquent de t'faire bourler. "Moutre mi ton trottoitr et j'te dirais qui tu es", ch'est eine amisse qui m'a dit, ceulle sémaine, à m'maseon et il a raiseon. 

Quand te s'ras à Mulette, Marceline, i-n'f'ra pus aussi prope près des Ursulines.   

(lexique : pourméner : promener / les clotiers : les clochers / caire : tomber / ein brin d'tchien : une déjection canine / raviser : regarder / les sorlets : les souliers / orwettent : regardent / les mindieux : les mendiants / les cosses : les choses / à l'feos : parfois / ein astiqueot : un asticot, individu bizarre / l'âche : l'âge / avoir l'esquite : avoir peur / l'raminvrance : le souvenir / des pièches : des pièces / queompter : compter / l'après-deîner : l'après midi / tout au puque : tout au plus / l'saclet : la bourse, une aumonière / l'bieffreo : le beffroi / glicher : glisser / tout à l'douche : tout à la douce, discrètement / tertous : tous / l'noirglache : le verglas / lommint : longtemps / à l'va vite : en vitesse / seot : sot, naïf/ l'quervassin : l'ivrogne / eine barpe : une barbe / l'connissance : la connaissance / ein jupeon : en tournaisien désigne un veston / eine mareonne : un pantalon / l'spectaque : le spectacle / l'naque : l'odeur, l'arôme / avoir l'pépète : avoir peur / l'potieau d'cabaret : le pilier de bar / berler : crier, hurler / l'ruer : le jeter / l'meublier : le mobilier : verdi : vendredi / pos leon : pas loin / eine brouche : une brosse / un séeau : un seau / à grandes ieaux : à grandes eaux / nettier : nettoyer / ceulle vielle file : cette vieille fille / tournisien : tournaisien / l'pidoulache : endroit empli de saleté / oblier : oublier / Moutrer : montrer / Mulette : nom donné au cimetière du Sud à Tournai, voir atricle à ce sujet / prope : propre)

(S.T. août 2012). 

09:33 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bonsoir,
Je ne comprends pas le patois, j'ai essayé, je comprends un peu, ce n'est pas facile.
J'espère que tu vas bien.
Je te souhaite un très belle soirée.
Mes amitiés.

Écrit par : Mousse | 12/08/2012

Répondre à ce commentaire

Bonjour,
Je viens de découvrir ce blog qui m'intéresse beaucoup étant amoureuse de ma ville.
Un grand merci à vous pour toutes ces recherches !!

Écrit par : Valérie Lepoivre | 13/08/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.