04 août
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (185)

L'festival du quervassin

Vous avez seûr'mint d'jà li, mes gins, "Tintin au Congo", "Astérix aux Jeux Olympiques" ou bin "Martine fait du cheval", mi, j'vas ichi vous raqueonter les "avintures d'Edmeond et Fifinne au Tempo festival".

Ainsin, saim'di dernier, in pleine après-deîner, tout au leon du boulevard Bara, on les a vus arriver. Fifinne marchant dix mètes in avant, tout fier'mint, et s'grand dépindeu d'andoules d'heomme suivant tout bell'mint. 

"I-feaudreot t'ormuer ein queop, hein podaque, j'deos acor aller querre les plaches à l'baraque"

"Bé, cha fait ein meos que t' les as ortenues, i-n'feaut pos avoir l'esquite ainsin elles ne veont pos ête vindues"

Pou attinte jusqu'à six heures l'début du concert, i-z-aveotent pris des p'tites cayères

Pindant tout l'temps qu'on a attindu, bé, ov'là c'que tertous ont intindu.

Fifinne : "J'espère que l'Grande Sophie, elle va ête applaudie"

Edmeond : "Dire qu'on est parti ichi jusqu'à minuit, j'areos été mieux dins m'lit"

Fifinne : "Ti, t'as ein véritape caractère de tchien, i-a pos à dire, te brises toudis l'amusemint".

Edmeond : "Ch'est vrai, quoisqu'on fait ichi in plein air, alors qu'on l'veot chez Michel Drucker".

Fifinne : "Quate mille perseonnes ein communieon ave l'artiste, te n'vas pos ichi m'dire que ch'est triste"

Edmeond : "Ahais et après i-va avoir Jean Louis Aubert, ch'est ein incien d'Téléphone, je n'saveos pos que m'n'heomme i-aveot ouvré à Belgacom". 

Fifinne : "Belgacom, pou mi t'es seot, Téléphone, ch'est l'neom d'ein groupe de rock in France, milliards, espèce de podinque, te fais tout pou casser l'ambiance"

I-aveot trois chint perseonnes su l'esplanade et on les intindeot qu'eusses à l'cantonade.

Tout à n'ein queop, Edmeond i-a souri. Fifinne li-a dit, ch'est mieux ainsin, cha m'fait plaisi", mais elle n'aveot pos ormarqué, l'camanette, qu'on v'neot jusse d'ouvère l'buvette.

Assis au bar, pindant tout l'soirée, Edmeond i-n'a jamais décollé.

Pindant que s'feimme s'enivrer des airs de Jean Louis Aubert, l'buveu noyeot s'n'innui dins l'bière.

In ortournant du soir, après l'prumière journée du Tempo festival, on les a intindus tout l'leon de l'route faire bacchanale.

Et lind'main, au matin quand Fifinne a dit à s'visin : "ch'éteot bin, i-z-ont canté jusqu'à minuit"l'eaute i-li a répeondu : "ichi, cha a été mieux, ch'a été tout l'nuit" et elle n'a rien compris.

Diminche, on a ormis cha, l'bar i-éteot tenu pa les gins d'l'Estudiantes, in veyant arriver Edmeond, les garcheons éteotent tout bénaisses, pos d'inquiétude à avoir pou l'orcette de l'soirée, li, présint, elle éteot d'jà asseurée. 

Pindant que Fifinne se prélasse, au bas de l'scène, où cante Gérald de Palmas, Edmeond, au comptoir, i-infile eine paire de Maes, ahais, j'veos d'jà ce que vous pinsez mais... neon, pindant l'concert de Thomas Dutronc, i'n's'a pos mis au Spa chitreon !

Après l'feu d'artifice quand Fifinne l'a récupéré, Edmeond, acore pire que l'velle i-éteot pleombé

L'ortour cha a été ein véritape quémin d'Croix, Edmeond chonqu'leot et bourleot, riant biêt'mint comme ein colas. I-a failli caire dins ein des bassins de l'fontaine qui a jusse in face du gardin d'la Reine in cantant : "O mon bâtieau, tu es l'pus bieau des bâtieau" et in heaut du peont, là i-a rindu ein hommache à Thomas Dutronc; i-s'a mis à canter à tue-tiête : "J'aime pos Paris" et i-a rajouté "j'préfère ein d'mi". Puqu' Fifinne elle bertonneot, puque l'diale i-berleot

Comme i-a, à l'feos, l'boisseon triste et qu'alors i-est malhureux, i-a comminché, tout à n'ein queop, à faire l'leu, au point qu'à l'clinique Noter-Dame, aux service des urgences, on a ouvert les portes tout grand pinsant qu'arriveot eine imbulance. 

Hureus'mint, à l'rue Montifaut, pou pouvoir passer eine nuit tout leu n'aisse, les visins aveotent prévu des boules Quies.

Fifinne elle l'a d'jà dit : "l'ainnée qui vient je n'prinds pus d'plache pou li, j'vas aller et orvenir ein taxi, cha m'coût'ra moins tchier que l'prix qu'on a payé pou les bières".

(lexique : seûr'mint : sûrement / li : lu / l'après-deîner : l'après-midi / ein dépendeu d'andoules : un grand efflanqué / ormuer : remuer / ein podaque : un individu qui marche avec difficulté / querre : chercher / ortenues : retenues / avoir l'esquite : craindre, avoir peur / les cayères : les chaises / tertous : tous / véritape : véritable / ein tchien : un chien / ouvré : travaillé / ein podinque : littéralement pudding, s'applique pour une personne qui fait de l'esbrouffe / eusses : eux / l'innui : l'ennui / tout l'leon : tout au long / bénaisses : contents / l'orcette : la recette /  ête pleombé : être ivre / chonq'lier : tituber, chanceler / bourler : tomber / ein colas : un geai, désigne un naïf / caire : tomber / berteonner : rouspéter, râler / l'diale : le diable / berler : crier / faire l'leu : faire le loup / tout à leu n'aisse : tout à l'aise / les visins : les voisins / l'plache : la place).

(S.T. août 2012)

09:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.