21 juil.
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (183)

Beonne fiête aux Walleons, aux Flaminds et aux germanophones de Belgique !

Soyez rasseurés mes gins, je n'vas pos ichi l'faire leonque ein jour de fiête nationale. Ahais, le 21 juillet à nous eautes, ch'est l'quatorze juillet d'nos amisses français.

Je m'sus dit qui n'aveot pos que l'roi Albert II qui pouveot faire ein discours à ceulle occasieon, après tout, ch'est l'fiête de tous les Belges (Walleons ou Flaminds qui n'se bouffe'tent pos l'nez pou des crottes de tchiens).

Adeon, chers lecteurs et lectrices de m'blog, Mi l'Optimisse j'vous salue bin (comme dit l'roi : "A tertous présints ou à venir, salut").

Cha fait asteur pus d'chinq ans que vous lisez à l'fin de l'sémaine mes cacoules d'innochints d'Bornibus. Ch'est vrai, ch'est des cacoules, i-n'a pos d'eautes meots, vous avez d'jà adveiné qu'Edmeond et Fifinne, Bébert, Edgard et Irma et bramint d'eautes dont j'vous ai parlé n'existent pos (j'vas ichi faire des déçus pasqu'i-d'a qui pinseot'ent s'ête orconnus). I-seont sortis tout dreot de m'tiête (feaut dire qu'i-d'a dins l'tiête d'une seot). Beon, ch'est vrai, ch'est pétête des gins à qui j'ai deonné l'vie (j'vous avoue ichi que j'ai accouché de tous ces albrans, j'sus leu père spirituel) mais j'sus bin seûr que des gins ainsin vous in rincontrez à l'feos.

Tenez, Edmeond et Fifinne, cha m'rappelle ein couple que j'veyos toudis au terrain du Racing, (du temps où l'fotbal i-f'seot acore orcette à Tournai), on n'peut pos dire qui cracheot'ent dins leu verre, i-éteotent toudis à l'tiête de l'ein l'eaute, l'soir on les intindeot berdéler tout l'leon du qu'min qui meneot à leu maseon. 

Edgard et Irma, on les veot surtout l'saim'di su l'marché de l'Grand'Plache, toudis l'ein derrière l'eaute, l'feimme toudis in avant comme pou ouvrir l'quémin et l'heomme qui suit, l'tiête baissée, comme ein p'tit tchien. A l'feos, elle s'ortourne et d'minde à s'mari : "Quoisque te pinses, cha n'a pos l'air tchier ichi", li, i-répeond pa ein signe de tiête, i-sait bin que s'feimme elle a toudis raiseon et qu'elle se fout pos mal de s'n'opinieon. I-n'in mouf'te jamais eine comme cha i-est seûr d'avoir la paix dins l'ménache, on n'va pos commincher à disputer à leur âche

Bébert, ch'est l'garcheon beon vivant, on l'veot à tous les coins d'rues, ave s'véleo et s'cabas, ch'est l'tournisien in plein, i-n'a pos s'lanque dins s'poche mais i-n'sait pos dire deux meots d'français à l'suite de l'in l'eaute. Quand i-rinconte eine perseonne bin plachée, i-s'sint obligé d'mette s'lanque de diminche, i-d'vient eine bieau parleu avec, comme i-dit toudis, eine belle parlementature, mais i-fait pis que mieux. Bébert, i-donn'reot s'quémisse à ein pus malhureux qu'li, i-fait toudis les commissieons des vielles perseonnes sans famile in espérant eine pétite écapure. L'pièche, i-va l'deonner à ein qui mindie à l'porte des églisses et i-s'ra bénaisse pasqu'i-ara fait deux hureux

J'ai voulu ainsin rinte hommache à toutes ces p'tites gins sans qui l'vie elle ne s'reot pos parelle, des gins qui veont souvint nous moutrer qu'on est toudis pus près du caniveau que du mitan de l'route et qui n'feaut jamais s'croire sorti du tonnieau d'Jupiler comme direot Bébert qui fait toudis confusieon ave l'cuisse de Jupiter. I-n'a jamais su dire : "la roche tarpéienne est proche du Capitole", i-a toudis pinser que ch'éteot ein villache flamind près d'Bruxelles !

Allez, j'vous souhaite à tertous eine beonne fiête nationale.

(lexique : l'faire leonque : durer longtemps / ceulle : cette / des crottes de chiens : déjections canines, signifie ici des choses sans importance / tertous : tous / adeon : donc / asteur : maintenant / mes cacoules d'innochints d'Bornibus : expression désormais peu utilisées qui signifie : des mensonges, des histoires inventées / adveiné : deviné / bramint : beaucoup / tout dreot : tout droit / seot : sot / pétête : peut-être / à l'feos : parfois / orcette : recette / berdéler : rouspéter / l'leon du qu'min : le long du chemin / tchier ou tcher : cher / moufter : dire / commincher : commencer / âche : âge / s'cabas : son sac à provisions / s'lanque : sa langue / ein bieau parleu : un beau parleur / s'quémisse : sa chemise / famile : famille / eine écapure : une gratification, un pourboire / l'pièche : la pièce / bénaisse : content / hureux : heureux / moutrer : montrer / toudis : toujours /  l'mitan : la moitié).

(S.T. Juillet 2012)


09:12 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Avant de partir en vacances, je passe te souhaiter un bon dimanche. Rendez-vous au mois d'août!

Écrit par : Un petit Belge | 22/07/2012

Répondre à ce commentaire

Quand tu parles de Bébert lorsqu'il veut mettre sa langue du dimanche, cela me rappelle ma grand-mère maternelle qui ne savait pas parler le français. Elle disait toujours "vaut mieux parler in patois que vouloir parler français et foute des coups pieds à la France"

J'ai toujours été d'accord sur ce point avec elle!

Bichon

Écrit par : rauwers | 02/08/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.