30 juin
2012

09:15

Tournai : expressions tournaisiennes (180)

L'fan de l'pétite reine !

Ov'là ce qu'm'a dit, Lalie, que j'ai rincontré, hier à midi, à l'rue d'Paris.

"J'ai fait toutes mes courses aujord'hui, pou mi ête fin tranquille lindi, hier, j'ai été au marché su l'plache Crombez pasque, te l'as seûrmint adveiné, j'vas aller vir le Tour de France et j'in sus d'jà tout in transe. J'sais pos 'cor où j'vas mette, j'voudreos vir l'dernier kilomète, j'vas m'placher au virache Don Bosco ou bin ein p'tit queop pus héaut, mo bé, rien qu'à pinser à toutes ces belles gambettes, j'ai d'jà des idées qui m'feont tourner l'tiête. J'deos t'l'avouer, l'ceu j'adore, ch'est l'pétit espagnol Contador et j'sus bin défoutue de n'pos vir, dins no ville de Tournai, l'pétit bonheomme pasqu'i-paraît qui a mingé de l'vaque aux hormeones. Ch'est pou cha qu'l'UCI, elle l'a mis déhors, l'malhureux Contador. Deux ans avant ch'éteot ein italien et ceulle feos-là, li neon pus i-n'rouleot pos aux bonbeons Ricco.la. On appelle cha l'dopache, mi cha m'fout in rache, bé, tins, ch'a toudis été ainsin, on n'meonte pos l'Tourmalet in buvant ein verre d'lait et on arrife pos aux Camps Elysées in avalant seul'mint des tartes au risse et des oués. L'Tour de France, ch'est pos l'Bieau Vélo d'Ravel, pou l'gagner, i-feaut tourner des manivelles. Mi pou meonter l'rue des Jésuites, j'prinds deux oués dins ein Stout et l'rue du séminaire, bé je l'passe toutoute, je n'sins pus les pavés, j'ai même l'impressieon d'voler, ainsin, te veos qu'à m'n'âche, j'sus aussi eine adepte du dopache.  

Dire quon va ichi vir près d'deux chints bieaux garcheons parfeumés à l'imbrocatieon, deux chints jeones heommes in maillot qui n'ont pos ein kileo d'treop, i-a pos à dire, cha m'ortourne, cha m'rind bénaisse et cha m'fait oblier les mollet d'carnarin de m'Nénesse. Combin d'feos à m'heomme, j'li ai dit d'acater eine bicyclette pou li aussi avoir eine carrure d'athlète, bé, i-préfère les sports d'pépère, i-jeue l'diminche aux cartes et l'lindi aux fiers, quand i-alleot jeuer aux boules à l'guinguette, i-li falleot presqu'eine sémaine pou li s'ormette. 

J'pinseos qu'i-alleot v'nir su l'boulevard Léopold tout in foufielle, bé, i-préfère rester pa d'vant l'télé ave eine beonne boutelle. In orvenant quand j'vas li d'minder si i-a vu l'arrivée, i-va m'répeonte qui s'est indormi qui l'caravane éteot acore à Barry.

Dire que Nénesse i-est deux ans pus jeone que mi, bé te l'verreos, i-a d'jà l'air d'puis lommint amorti. I-a ouvré trinte ans à l'élestrique, ch'est pos cha qui l'a rindu dynamique, i-diseot fier'mint, mi, Nénesse, j'ouèfe à Ebes et j'li répeondeot ch'est pou cha que t'rind'mint i-baisse. D'puis qu'i-est à l'ortraite, i-'in décope pus des lourdes et pou l'faire bouger de s'cayère, i-feaut li dire, in ouvrant l'frigo, qu'on a pus d'bière. 

Je m'deminde si dins l'caravane publicitaire, on va acore vir Yvette Horner qui jeue d'l'accordéon su l'toit d'un camion. Quoisque te dis, ch'éteot beon de m'jeone temps, asteur elle a quater-vingts nuef ans ! J'vas toudis essayer d'attraper eine grande main ainsin, à l'maseon, pou dompter Nénesse j'aurais des argumints". 

J'li ai quand même demindé si, saim'di, Nénesse, i-alleot faire l'Bieau Véleo d'Ravel.

"Cha ch'est pos pétète, comme chaque feos, mais uniqu'mint à l'buvette... mais... j'vas la coper là, j'min vas faire m'n'ouvrache, j'deos acore faire tout m'nettiache.

Tins, in parlant d'cha, t'as vu in pourménant, ceulle sémaine, bé les ouverriers de l'ville, i-z'éteotent au bout d'leu n'haleine, inl'ver les fuelles, rat'ler les parterres, coper les hierpes, mette les pannéaux, ortirer les branques et boucher les treos, i-n'ont jamais fait ein parel ouvrache d'seot. Si areot in évèn'mint ainsin tous l'z-ans, no ville elle s'reot fin prope, tout s'reot blinquant. On d'vreot faire les Jeux Olympiques au stade Luc Varenne, l'natatieon à l'Orient, l'basket, l'volley et le hockey su l'plaine, j'pinse qu'à l'occasieon, j'vas in parler à m'amisse Christophe Lison !

Allez l'Optimisse, avant d'partir on fait ein pari... chiche, qui ch'est qui va gagner, be... ch'est... Cavendish ! 

J'aime bin rincontrer Lalie, li parler ch'est orposant, elle n'arrête pos et te n'sais pos placher ein meot.

(lexique : ov'là : voilà / pasque : parce que / adveiné : deviné / placher : placer / gambettes : petites jambes / défoutue : déçue / l'vaque : la vache / cha m'fout in rache : cela me met en colère / toudis : toujours / de l'tarte au risse : de la tarte au riz / des oués : des oeufs / l'âche : l'âge / des garcheons : des garçons / bénaisse : contente, heureuse / ein carnarin : un canari / acater : acheter / tout in foufielle : tout en émoi, tout excité / lommint : longtemps / l'élestrique : l'électricité / j'ouèfe : je travaille / in décoper : en découper, n'pos in décoper des lourdes signifie tout simplement ne pas faire grand chose / l'cayère : la chaise / saim'di : samedi / coper : couper, j'vas la coper là signifie je vais mettre fin à la conversation) / l'nettiache : le nettoyage / in pourménant : en promenant / les ouverriers : les ouvriers / les fuelles (ou les fouèles) : les feuilles / rat'ler : ratisser / les hierpes : les herbes / les branques : les branches / les treos : les trous / parel : pareil / amisse : ami).

S.T. juin 2012

09:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

28 juin
2012

09:15

Tournai : les festivités de juillet

Dimanche 1, Maulde, trial 4X4, 18h30, concert de Christian Vidal, 20h Mister Cover.

Dimanche 1, Blandain, Gymkhana Tracteurs, 17 h, spectacle d'humour et de cirque avec Francesco, 20h, concert d'Alain Delorme

Dimanche 1, 15h, "Tour insolite de la ville" organisé par les Guides de Tournai.

Dimanche 1, Tournai, Grand'Place, "Podium de Sud-Radio", animations, jeux, flashmob, diffusion de l'étape du Tour de France sur écran géant, 18 h : Silva, Thierry Dell et Jean Pierre Mader.

Lundi 2, Boulevard Bara, entre 16h30 et 17h30, arrivée de la 2e étape du Tour de France 

Lundi 2, Grand'Place, 18h, "Podium du Tour" avec Lou Deprijk, Grand Jojo et les Fritkots et Axelle Red

Dimanche 8, 10h, quai Donat Casterman, balade (gratuite) à bord du bâteau "La Tournaisienne" à destination de Valenciennes, à la découverte des paysages industriels et patimoniaux de l'Escaut. 

Dimanche 8, 15h, "A la découverte des quais rénovés" avec le petit train touristique. 

Dimanche 8, 15h, "Visite des galeries souterraines" par les Amis de la Citadelle

Du vendredi 13 au dimanche 22 juillet, semaine française.

Samedi 14, Gaurain : meeting d'été du Show Band Laurette.

Dimanche 15, Mont Saint-Aubert, "La Fête du Pain"

Dimanche 15, 15h, "A la découverte de l'Art Nouveau" par les Guides de Tournai.

Samedi 21, 12h30, départ de la 1ère étape du Tour de Wallonie cycliste (Tournai-Lessines)

Samedi 21, Grand'Place, Tournai Enchanté, "Podium des jeunes talents", Gad 80 et Lââm.

Samedi 21, Grand'Place, 23h, Feu d'artifice de la Fête Nationale

Samedi 21, Blandain, Fête Nationale, brocante, expo vieilles voitures, apéro concert avec "Combo Jazz", concert "Cova 10" (ska), "Mémorial Elvis Show" et feu d'artifice.

Dimanche 22, 15h, "A la découverte des aménagements du quartier cathédral".

Samedi 28, Esplanade du Conseil de l'Europe, dès 18h, "Tournai Tempo Festival" , Alexandre Deschamps, les Anges Gardiens, La Grande Sophie, Jean Louis Aubert

Dimanche 29, Esplanade du Conseil de l'Europe, dès 18h, "Tournai Tempo Festival", MathéO, Camping Sauvach, Gérald de Palmas, Thomas Dutronc.

Dimanche 29, Ere, "festivités organisées par les Gens d'Ere", Gad 80, Cover Queen, Grand Jojo et Bernard Minet

Les expositions :

L'exposition "101 chefs-d'oeuvre, de Manet à Dürer" qui se tient au Musée des Beaux-Arts est prolongée jusqu'au 30 septembre. 

Celles consacrées à "l'arrivée du Tour de France à Tournai en 1966" et au "Musée du Tour de France" sont accessibles à l'Hôtel de Ville jusqu'au 22 juillet. 

Programme susceptible d'ajouts ou de modifications


26 juin
2012

09:30

Tournai : ce jour-là le 7 avril 1980 (2)

Le Tournai-Shopping ravagé par un incendie, entre la rue des Corriers, la rue du Bourdon Saint-Jacques et le quai des Salines, on peut dire que c'est presque tout un quartier qui est en feu ou directement menacé par les flammes. 

Les pompiers ont amené sur place leur tout nouvel élévateur "Comet", il offre au commandant Francis Lechevin une vue panoramique du sinistre et de sa progression. Cette situation lui permet également de renforcer les équipes lorsqu'un nouveau foyer se développe ou entre en communication avec une zone jusqu'à là épargnée. Le Bourgmestre Raoul Van Spitael l'accompagne pour se faire une idée de l'étendue de la zone menacée. Le véhicule "flambant neuf" subissait son... baptême du feu et on peut dire que pour celui-ci on n'avait pas lésiné sur les moyens. 

Au début de l'après-midi, sur demande du commandant des pompiers de Tournai, la Protection Civile arrive en renfort, cette fois, nous nous mettons sous le commandement de l'officier accompagnant la colonne de véhicules venue de Ghlin. On nous fournit des casques nous permettant de nous abriter du rayonnement du feu. Aux 7.000 litres à la minute déversés par les hommes du feu tournaisiens viennent alors s'ajouter deux pompes débitant l'une 6.000 litres et l'autre 10.000 litres. Après avoir installé le matériel dans l'Escaut qui, heureusement, passe en face du Tournai-Shopping, nous prenons position sur le parking situé au-dessus du magasin Colruyt. C'est la toute première fois que nous utilisons une lance avec une telle pression, elle permet de défoncer le double vitrage de sécurité protégeant la cage d'escalier qui descend du parking vers la galerie et de tenter de noyer ce secteur. Lors de la mise en route, nous avons failli nous retrouver, tous les quatre, à même le sol tant le recul fut important et brutal. La chaleur dégagée par le foyer était telle que nous devions nous relayer toutes les minutes, l'homme arrosant repassant à l'arrière pour soutenir le tuyau. L'asphalte du parking était en ébulition, de petites bulles se formaient et éclataient, nos bottes adhéraient à ce revêtement devenu liquide, la chaleur était insupportable, le moindre souffle de vent était le bienvenu. 

Voyant que nos efforts étaient vains à hauteur de la cage d'escalier, nous avons été redéployés dans la montée de parking, celle-ci longeait le mur du magasin Colruyt. Au moyen de haches, les pompiers parvinrent à créer des ouvertures dans lesquelles nous pulvérisions l'eau. Par ces "fenêtres", on pouvait constater que l'intérieur du magasin Colruyt ressemblait à celui d'une chaudière géante dans laquelle le feu trouver divers éléments pour s'alimenter (alcools, sprays, cartons, palettes de bois...).

Les milliers de litres d'eau qui ont été déversés ont eu tendance à revenir vers l'Escaut. Peut-être ont-ils contribué à refroidir les cuves de carburant de la station Dats située à quelques mètres du magasin Colruyt, sur le parking du rez-de-chaussée. On ose imaginer la catastrophe si celles-ci était devenue la proie des flammes.

A la mi-journée, l'information est donnée par les radios, elle est aussi relayée par les centaines de cibistes que compte la région de Tournai, chacun, selon sa propre sensibilité, y va de ses commentaires, décrivant la situation avec exactitude ou la dramatisant à outrance. Le ciel s'étant dégagé au début de l'après-midi, la colonne de fumée est visible à des kilomètres à la ronde. Des Tournaisiens revenant de la côte belge où ils avaient passé le week-end pascal dirent qu'ils l'avaient aperçue depuis les hauteurs de Bellegem, à la sortie de Courtrai. Tout cela va amener des centaines et des centaines de curieux, tenus à distance par la police et la gendarmerie. Il y a autant de monde sur le quai Staline (devenu quai Sakharov) qu'il n'y en aura, quelques semaines plus tard, lors des "Journées des Quatre Cortèges" et le passage des péniches célébrant le 150e anniversaire de la Belgique. 

Vers 16h30, on peut dire que tout danger d'extension est écarté, les différents foyers sont contrôlés par les hommes du feu. Peu à peu, le feu va se réduire trouvant moins d'alimentation et devant faire face à des tonnes d'eau déversées. 

Vers 21h00, après 11 heures d'un harassant combat, il ne subsiste que quelques petits foyers, principalement au sein du magasin Colruyt. Les pompiers et hommes de la Protection Civile peuvent pénétrer dans les ruines de la galerie. Jusqu'à ce moment, on ignorait encore si des personnes avaient été surprises par les fumées et le feu, heureusement il n'en fut rien. A l'intérieur, il règne une épouvantable chaleur, de l'eau bouillante coule de ce qui reste des plafonds, des poutrelles tordues jonchent le sol, les masques des hommes se couvrent d'une buée qu'ils doivent constamment essuyer pour pouvoir progresser à la lumière des lampes torches. Tandis que la Protection Civile regagne son casernement de Ghlin, des équipes de pompiers restent sur place pour traquer les éventuels nouveaux départs de feu.  

Le mardi 8 avril, les experts du Parquet sont sur place, le sinistre est total, la presse évalue les dégâts à plus de 200 millions de francs belges (env. 4.960.000 euros). La cause qui sera retenue est un court-circuit dans une cellule commercial, le feu ayant couvé dans un faux-plafond avant de s'étendre. L'ensemble des commerces du Tournai-Shopping qui comprenait des magasins, des restaurants, des cafés, un pressing, un luna-park, le Colruyt etc... occupait plus de 40 indépendants et employés. Il ne reste plus que des murs calcinés.

Dès le lendemain de la catastrophe, on apprend que la firme Colruyt émet le souhait rester à cet emplacement, par cette décision, elle sera le moteur de la reconstruction du site. Dans l'attente des cellules provisoires seront érigées sur le quai pour abriter les commerçants sinistrés et leur permettre de reprendre leurs activités pendant qu'on procède à la démolition et à la reconstruction. On pense à ces constructions érigées au centre de la Grand'Place de Tournai, 35 années plus tôt, au sortir de la seconde guerre mondiale. Certains ne reviendront pas, préférant trouver une autre implantation, mais moins de deux ans plus tard, le nouveau "Tournai-Shopping" ouvrira ses portes. Si on n'a pas déploré de victimes humaines, il y eut cependant une victime morale, l'ambiance de jadis. Les gens s'y rendent désormais pour faire leurs commissions au magasin Colruyt ou prendre un verre dans un des cafés, la station d'essence a disparu et beaucoup de cellules sont vides ou accueillent des commerces de seconde main, la mini-galerie est parfois un lieu de mendicité où s'étale la misère, un endroit où règne l'insécurité quand des bandes s'y installent, on est bien loin du luxe d'antan et du plaisir qu'on avait de prendre ce raccourci animé entre le quartier Saint-Jacques et le quai.  

Les conclusions qu'on peut tirer de ce fait divers sont les suivantes :

heureusement que cela se soit déroulé un jour férié, tôt dans la matinée, avant l'ouverture des restaurants et cafés de la galerie. Lieu de passage fréquenté, il n'y avait personne au moment du déclenchement du sinistre et aucun véhicule stationné sur le toit (parking) ce qui aurait compliqué le travail des secours,

heureusement que la station d'essence ne fut pas touchée car l'embrasement de celle-ci aurait provoqué une véritable catastrophe,

heureusement que l'Escaut était situé face au bâtiment en flammes, cette proximité immédiate a permis une arrivée d'eau de plusieurs dizaines de milliers de litres nécessaires à combattre un incendie d'une telle ampleur.

Relevons également qu'avant même l'instauration d'un plan d'intervention communal, la coordination entre les différents services a été exemplaire, pompiers, protection civile, police communale, gendarmerie, croix-rouge et ouvriers communaux ont travaillé avec efficacité. Il n'y eut aucune victime parmi les habitants ou parmi les intervenants. 

(sources : Courrier de l'Escaut des 8 et 9 avril 1980 et souvenirs personnels).

 

25 juin
2012

12:14

Tournai : ce jour-là le 7 avril 1980

Le 7 avril 1980 devait être un lundi de Pâques ordinaire à Tournai, la matinée était brumeuse, la température agréable. 

Vers 7h30, les forces de l'ordre sont cependant, une première fois, mises en alerte par un automobiliste de passage qui appelle le service 901 (centrale de la gendarmerie) pour signaler un accident survenu au quai des Salines, face au Tournai-Shopping, précise-t-il ! Un service se rend sur place mais ne constate rien d'anormal. Est-ce l'oeuvre d'un mauvais plaisant revenant d'une nuit trop arrosée? L'auteur de cet appel sera identifié.

un peu avant 9h30, l'exploitant d'un commerce situé dans la galerie de ce centre commercial, à proximité de l'entrée donnant dans la rue du Bourdon Saint-Jacques, la traverse sans rencontrer âme qui vive en cette heure matinale d'un jour férié. 

Vers 10h15, le propriétaire du magasin de chaussures qui se trouve à l'entrée de la galerie, côté quai des Salines, à l'extérieur de celle-ci, a son attention attirée par le bruit d'éclatement d'une vitre, il franchit la porte automatique et constate que le vitrage d'un magasin a explosé sous l'effet d'un incendie encore cantonné à cette cellule. Il fait appel au service 900 (qui est alors le numéro d'appel d'urgence, remplacé depuis par le 100 et ensuite le 112). La caserne des pompiers située à la rue Perdue est distante de quelques centaines de mètres du Tournai-Shopping et très rapidement, les premiers véhicules arrivent sur les lieux. Il est 10h21, la galerie est déjà totalement envahie par la fumée, on peut même déjà apercevoir de grandes flammes au milieu de celle-ci. Les premiers intervenants jugeant l'ampleur du sinistre font appel aux renforts et à 10h23, la sirène du beffroi rappelle tous les hommes disponibles.

Au moment où la sirène se met en marche, je sors d'une boulangerie de la rue des Soeurs Noires, le quartier commence à être envahi par des fumées assez âcres. Volontaire à la Protection Civile, je rentre chez moi et appelle le chef de corps local, Modeste Demeulemeester, celui-ci vient d'être informé et me demande de me rendre sur les lieux. Juste le temps d'enfiler mon uniforme et je retourne vers le quai des Salines, la police est sur place et me conseille de garer mon véhicule à hauteur de l'école Jeanne d'Arc. D'autres collègues m'ont rejoint. 

On nous demande de nous mettre aux ordres de la Croix-Rouge et de les aider à évacuer les habitants des immeubles faisant face au bâtiment en feu. La circulation automobile est déviée à hauteur de l'église Saint-Jacques, de la rue Piquet et du Marché au Jambon, le carrefour dit des "quatre coins Saint-Jacques" est interdit aux véhicules, la visibilité est réduite par la fumée qui s'y déverse en grandes volutes, la Croix-Rouge nous a équipé de masques chirurgicaux que nous arrosons fréquemment, l'air devenant irrespirable. 

Vers 11h15, nous allons vivre un gag, une situation complètement décalée par rapport aux évènements dramatiques qui se déroulent. Un couple de personnes âgées a refusé de quitter son appartement situé au second étage d'un immeuble directement sous les fumées mais à distance raisonnable du foyer d'incendie. Devant leur refus, ne pouvant les évacuer de force, nous leur avons demandé de fermer portes et fenêtres et avons placé des linges mouillés. Quelques minutes plus tard, nous voyons la fenêtre s'ouvrir, nous précipitant dans l'escalier, pensant à un appel au secours, nous entendons la vieille dame nous déclarer : "On prépare des frites et c'est pour évacuer l'odeur de friture" !

Nous nous dirigeons ensuite dans la rue du Cygne où un magasin de tissus jouxtant les lieux du sinistre doit être évacué. On va assister à un défilé de mannequins traversant la rue, portés par des voisins et par des membres de la Protection Civile, pour être entreposés dans le hall du cinéma des Variétés. 

Pendant ce temps, les pompiers ont pris position tout autour du bâtiment car le feu progresse dans toutes les directions, vers le quai des Salines, la rue des Corriers et la rue du Bourdon Saint-Jacques. Dans celle-ci, on évacue par une échelle la propriétaire de la pharmacie située à l'extérieur du Tournai-Shopping, la porte d'accès à son appartement se trouve, en effet, dans la galerie totalement inaccessible en raison des fumées et l'intense chaleur du foyer. Dans la rue des Corriers, il est impossible de soulever l'imposant volet métallique donnant accès à la réserve du magasin Colruyt, par diverses interstices, des fumées épaisses s'échappent et noient la petite rue dans un brouillard opaque. 

La situation empire soudain du côté du quai des Salines, le restaurant "Al Parma", au premier étage, juste au-dessus du magasin Colruyt, est, lui aussi, la proie des flammes, on a assiste à un phénomène de "flash over" (l'inflammation en une fraction de seconde de la totalité du gaz y accumulé depuis le début du sinistre). Les pompiers sont parvenus à briser une des vitres et le chien du propriétaire, un berger allemand, rendu fou furieux, se rue sur ses sauveteurs en les mordant cruellement, un policier est victime de morsures et l'animal devra malheureusement être abattu. 

La journée s'annonce longue pour les services de secours, le feu occupe toute la structure, on entend des craquements, des ronflements, on voit même certains murs voisins se dilater en raison de la chaleur dégagée par le foyer. 

(à suivre)

23 juin
2012

09:20

Tournai : expressions tournaisiennes (179)

On a bieau dire, on n'est jamais contint !

Acore nuef jours à attinte, acore nuef feos dormir comme on dit aux p'tits infants, et cha s'ra infin l'arrivée du Tour de France dins no beonne vielle ville des cheonq clotiers. No bieffreo i-déqueompte et l'bieau maillot jaune i-a d'jà été bin aéré et lessivé d'puis qu'on l'a là pindu.

Cha n'fait rien mais quand on busie que chaque ainnée, i-a à peine eine trintaine de villes qui ont l'occasieon de vir l'arrivée ou l'départ des Géants de la Route in France, Allemagne, Ingleterre, Italie, Espagne ou même bin pus leon, on mesure l'privilèche pou no cité d'avoir eu l'sanche d'accueillir deux feos l'arrivée du Tour de France. 

On devreot tertous ête fiers et bénaisses, pasque ch'est des milliers d'gins qui veont venir dins no belle ville in train, in auteo, in véleo, ch'est des perseonens pa millieons qui vont raviser l'arrivée à l'téléviseon et découvrir no cathédrale, no bieffeo, no Grand'Plache, les villaches à la ronde et qui veont pouvoir situer Tournai su l'carte du meonte. Ein des pus bieaux évèn'mints sportifs ave les Jeux Olympiques, l'Coupe du meonte d'fotbal et les tournois d'tennis, ahais, mais ichi, ch'est gratis.

Bin seûr, le sport n'est pos bin vu pa tertous, ch'est normal, i-feaut d'tout pou faire ein meonte et i-d'a qui préfère'tent aller acouter Johnny, Thomas Dutronc, Jean Louis Aubert ou bin l'Grande Sophie (ch'est leur affaire, mais ch'est pus tcher). L'multi-culturalité, ch'est c'qui fait l'richesse de l'Humanité !  

Je peux comprinte que des gins soichent total'mint indifférents à l'évèn'mint. Mi-même, on n'me f'reot pos aller vir eine rinconte d' boxe ou bin ein combat d'catch, on veot cha tous les jours à l'télé...pindant l'journal télévisé. J'peux comprinte mais j'ai bin du mau à avaler les cacoules qui seont écrites dins les gazettes ou bin acore sur internet pa les opposants au Tour.

"N'pos toucher aux arpes des boulevards Léopold et Bara, cha fait ein bieau tunnel et tant pis si on n'sait pos suife le sprint depuis in héaut". On a découvert bramint d'écoleos qui n's'éteot'ent jamais soucier de l'santé des platanes ou, pire acore, qui aveot'ent demindé d'les abatte quand eine voiture aveot eu eine accidint. "I-a ein artisse qui a demindé bin sérieus'mint si i-deveot louer ein hélicoptère pou aller vir s'belle-mère". L'brafe feimme elle deot ête bin hureusse d'avoir in si beon bieau-garcheon qui va tous les lindis à s'maseon, elle a pétète d'l'âche et i-feaut soigner l'héritache. "I-a ein jeone qu'i-a dit que s'mamère elle li aveot interdit d'aller vir les pédales" (à m'mote que m'n'heomme i-deot avoir ine riche confusieon dins s'n'éducatieon). "I-a eine feimme qui s'a d'mindé commint elle alleot aller acater s'bistek, car elle ne voudreot pos faire sans minger pou l'Tour de France", cha, éné, l'ravitaill'mint ch'est important, savez. Elle va à commissieons tous les jours pasque ch'est eine occasieon d'babiéler, d'démépriser les gins. "I-d'a ein qui s'a foutu in rache pasque va devoir faire chint mètes à pied pou aller à s'n'ouvrache". Feaut dire que, tous les matins, pour acater ses cigarettes et s'gazette, i-prind s'n'auteo et fait six chints mètes d'déviatieon alors que l'magasin i-est à l'porte de s'maseon.

Asteur ch'est les cabar'tiers de l'Grand'Plache qui rouspètent pou leu terrasse. I-feont simblant d'oblier que pindant treos jours ave l'Bieau Véleo d'Ravel, l'podium d'Sud Radio et les vedettes du Tour de France, i-veont avoir des milliers d'perseonnes su l'forum et pou l'peu qui fait quieaud, i-veont avoir seo. Quand on a fait l'Grand'Plache, on aveot dit que ch'éteot la fin du p'tit commerce, bé, asteur, i-n'a pus que des terrasses et feaut arriver d'beonne heure pou espérer trouver eine plache. 

Mi, je n'vas pos bouder m'plaisir, l'Tour de France j'vas aller l'vir, tout l'matériel i-est d'jà préparé, des cayères pliantes, l'frigo-box, eine pétite laine pasqu'on est jamais assez prudent, ein grand parapuie comme les péqueus (toudis bin utile) et ein sac d'beonne humeur car ch'est fiête aux cheonq clotiers et tant pis pou les rogneus !

(lexique : déqueompter : décompter / busier : penser / pus leon : plus loin / l'sanche : la chance / bénaisses : contents / ahais : oui / bin seûr : bien sûr / acouter : écouter / vir : voir / cacoules : mensonges, fausses excuses / les arpes : les arbres / bramint : beaucoup / âche : âge / acater : acheter / babiéler : bavarder / démépriser : dire du mal de quelqu'un, discréditer / s'foute in rache : se mettre en colère / l'ouvrache : l'ouvrage, le travail / quieaud : chaud / avoir seo : avoir soif / des cayères : des chaises / ein parapuie : un parapluie / les péqueus : les pêcheurs / les rogneus : les sales caractères).

S.T. juin 2012

09:20 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

19 juin
2012

23:37

Tournai : l'été de tous les podiums

"La Nouvelle Star", "The Voice"... les émissions qui permettent de découvrir de nouveaux talents font recette. Durant l'été qui s'annonce, la ville de Tournai va accueillir de nombreuses stars de la chanson habituées de plateaux de télé, d'émissions de variétés.

Le 30 juin, à l'issue du Beau Vélo de Ravel, Hélène Ségara sera la vedette du podium dressé sur la Grand'Place qui proposera aussi Suarez, BJ Scott et Renato Bennardo (The Voice).

Le 1er juillet, Silva, Thierry Dell, Jean Pierre Mader (Macumba) et une vedette surprise seront les vedettes du podium de Sud Radio installé toute l'après-midi sur le forum tournaisien

Le 2 juillet, après l'arrivée du Tour de France, le podium de la grand'Place réunira Lou Deprijck, Grand Jojo et les Fritkots et le tour de chant complet d'Axelle Red.

Voici déjà un premier week-end bien rempli.

Le 21 juillet, avant le traditionnel feu d'artifice de la fête nationale, la Gestion Tournai-centre-Ville et son animateur Jean Michel Van de Cauter propose un podium de variétés avec GAD 80 et Lââm.

Le 28 juillet, sur l'esplanade du Conseil de l'Europe (plaine des Manoeuvres), le Tournai Tempo Festival présente Alexandre Deschamps, Les Anges Gardiens, La Grande Sophie et Jean Louis Aubert.

Le 29 juillet, la seconde journée du Tournai Tempo Festival est consacrée à MathéO, Camping Sauvach, Gérald de Palmas et Thomas Dutronc.

C'est à une véritable pléiade de vedettes que les Tournaisiens auront l'occasion de rencontrer.

Les amateurs de concert ne seront pas oubliés puisqu'ils pourront entendre les choristes de la Colchester Royal Grammar Scholl, le Hampshire County Band, le Lewishm Music Service, le Big band Ad Jazz et le jeune orchestre symphonique du Soar Valley Music center de Leicester.

Il y a quelques temps, un ami français m'a profondément interpellé lorsqu'après avoir visité Tournai, ses monuments, ses musées, ses vieux bâtiments témoins d'un riche passé m'a déclaré : "tout cela est très beau et mérite certainement qu'on s'y attarde, toutefois, est-ce que Tournai est une ville vivante ? Offre-t-elle des distractions pour les jeunes ? Ne doit-on pas aller à Lille ou à Bruxelles pour assister à des spectacles de qualité ?".

Mon coeur Rouge et Blanc a bondi, mon chauvinisme concernant ma ville en a pris un coup, mais cette réflexion a eu le mérite de m'offrir l'occasion de plonger dans la presse locale de ces cinquante dernières années, de faire une étude et de fournir une réponse la plus complète possible mais non exhaustive.

Le plateau de vedettes présenté à Tournai par des organisateurs privés, au sein du programme annuel de la Maison de la Culture, par le Tempo Festival, par le Festival de Tournai Don Bosco qui se tint dans les années septante ou par la Gestion-Centre Ville est digne de l'Olympia et de Forest National. Qu'on en juge.

il y a tout d'abord les vedettes ou groupes aujourd'hui disparus : (par ordre alphabétique) Pierre Bachelet, Barbara, Minouche Barrely, Ricet Barrier, Alain Bashung, Gilbert Bécaud, André Bialek, les Black Birds, Jacqueline Boyer, Mike Brant, Georges Brassens, Jacques Brel, Carlos, les Chocolat's, les Compagnons de la Chanson, Crazy Horse, Dalida, Jean-Claude Darnal, Sacha Distel, The Ekseption, Léo Ferré, Claude François, les Gam's, Joël Holmes, Jacques Hustin, Les Frères Jacques, Patricia Lavila, Felix Leclerc, John Littleton, Paul Louka, Luis Mariano, Marcel Mouloudji, Claude Nougaro, les Platters, les Polaris, les Poulycrocs, Pierre Rapsat, Yvan Rebroff, Serge Reggiani, Colette Renard, les Surfs, Tohama, Charles Trenet, Georges Ulmer et John William.

Les talents confirmés : Salvatore Adamo, Greame Allwright, Jean Louis Aubert, Marcel Amont, Dick Annegarn, Richard Anthony, Arno, Hughes Aufray, Claude Barzotti, Guy Béart, Julos Beaucarne, Marie Paule Belle, Oscar Benton, Jane Birkin, Bruno Brel, The Brown'Sisters, Patrick Bruel, Francis Cabrel, Jean Patrick Capdevielle, Jean-Michel Carradec, Alain Chamfort, Louis Chedid, Robert Cogoi, Annie Cordy, Christophe, Pétula Clark, Julien Clerc, Nicole Croisille, Etienne Daho, Dave, Jean Louis Daulne, F.R. David, Michel Delpech, Gérald de Palmas, Henri Dès, Linda de Souza, Romain Didier, Diane Dufresne, Charles Dumont, William Dunker, Yves Duteil, Enzo Enzo, Nilda Fernandez, Thomas Fersen, Louise Forestier, Frédéric François, Michel Fugain, Grand Jojo, Richard Gotainer, Chantal Goya, Juliette Gréco, Daniel Guichard, Françoise Hardy, Nancy Holloway, Indochine, Jennifer, Jofroi, Michel Jonasz, Pauline Julien, Patrick Juvet, The King's Singers, Philippe Lafontaine, Francis Lalanne, Serge Lama, Catherine Lara, Carole Laure, Bernard Lavilliers, Marc Lavoine, Maxime le Forestier, Jo Lemaire, Gérard Lenorman, Herbert Léonard, Lio, Enrico Macias, Manau, Maurane, Frank Michaël, Gilbert Montagné, Nana Mouskouri, Georges Moustaki, Nicoletta, Yannick Noah, Florent Pagny, Pierre Perret, Plastic Bertrand, Pow Wow, Renaud, Nicole Rieu, Demis Roussos, The Rubettes, Alain Souchon, Michel Sardou, Rhoda Scott, William Sheller, Stone et Charden, Anne Sylvestre, François Valéry, Jean Vallée, Sylvie Vartan, Pierre Vassiliu, Christian Vidal, Gilles Vigneault, Wallace Collection, Steve Warring, Zazie...

Les nouveaux talents : Vittoria Abril, Laïla Amezian, Mario Barravechia, Benabar, Cali, Calogero, Mélanie Cohl, Coco Royal, Vincent Delerm, Claire Diterzi, Thomas Dutronc, Liane Foly, Gaetano, les Gauffs, Karim Gharbi, Girls in Hawaï, Grand Corps Malade, la Grande Sophie, Hooverphonic, Agnes Jaoui, Juliette, Emily Loizeau, Macchiavel, Marka, Moriarty, Jean Louis Murat, Yahel Naïm, Tom Novembre, Pascal Obispo, Ozark Henry, Ann Pierlé, Raphaël, Axelle Red, Rose, Gaëtan Roussel, Sanseverino, Romane Serda, Sharko, Stanislas, Suarez, Philippe Van Cles, Vincent Venet, Waka, Julie Zenatti.

Les humoristes aussi sont venus nombreux dans la ville des cinq clochers : Christophe Alevêque, Arthur, Artus de Penguern, Guy Bedos, Jean Marie Bigard, Dany Boon, Michel Boujenah, Bruno Coppens, Raymond Devos, Frank Dubosc, Fellag, la Framboise frivole, les Frères Ennemis, Bernard Haller, Marc Herman, Virginie Hocq, Jérome de Warzée, Elie Kakou, Vincent Lagaf, André Lamy, Yves Lecocq, Michel Leeb, Roland Magdane, Guy Montagné, Noëlle Perna (Mado la Niçoise), François Pirette, Popeck, Fernand Raynaud, Pierre Richard, Anne Roumanoff, Rufus, Eli Semoun, Smaïn, Stephane Steeman, les Taloches, Patrick Timsitles Vamps, Zouc ainsi que les clown internationaux : Sol et Howard Butten (Buffo).

Un amateur de théâtre m'a demandé de rechercher les pièces qui ont été jouées sur la scène tournaisienne, à la Halle-aux-Draps ou à la Maison de la Culture, ces cinquantes dernières années, les voici présentées par ordre alphabétique de l'interprète principal :

"Nous irons à Valparaiso", Jean Pierre Aumont, Marisa Pavan et Geneviève Grad, "Le cercle de craie caucasien", Philippe Avron, Coline Serreau, "Trois grandes femmes", Jacqueline Bir, Anne Chapuis, "Oscar et la dame Rose " Jacqueline Bir, "Le secret de la servante Zerline", Jacqueline Bir, "A vos souhaits", Bernard Blier, "Tchao" Pierre Brasseur, Henri Vilbert, "Le borgne est roi", Maria Casares, Samy Frey, "J'y suis, j'y reste ", Anne Marie Carrière, " La cuisine des anges ", les Charlots, "Pic et Pioche", Annie Cordy, Darry Cowl, "Six Heures plus tard", Annie Cordy, "Harold et Maud", Danielle Darrieux, "Le tube" Pierre Détaille, "Peau de vache", Sophie Desmaret, Jean Bretonnière, "Kean", Jean-Claude Drouot, "Le fil Rouge" Roger Dutoit, Colette Emmanuel, "Irma la Douce", Frank Fernandel, Colette Renard, "La Femme du Boulanger", Michel Galabru, "Les Marchands de Gloire", Michel Galabru, "Mr Amédée", Michel Galabru, "Madame Marguerite", Annie Girardot, "Le Maître de Santiago" Paul Guers, "Une Femme parfaite", Roger Hanin, "le Dîner de Cons" Daniel Hanssen, "Le Malade imaginaire", Daniel Hanssen, "le Mariage de Mademoiselle Beulemans", Daniel Hanssen, "La neige était sale", Robert Hossein, " Bouvard et Pécuchet", Francis Lalande, Fred personne, " Le Père Noël est une ordure", Chantal Ladsou, François Pirette, "La Brune que voilà", Robert LamoureuxJean Lefebvre, "Oui Patron", Jean Lefebvre, "L'Entourloupe", Jean Lefebvre, "Pauvre France", Jean Lefebvre,  "Le mariage de Mademoiselle Beulemans", Christiane Lenain, Jacques Lippe, "Lorsque l'enfant paraît", André Luguet, "L'Opéra de quat'sous", René Louis Lafforgue, "Mr. Masure", Philippe Lemaire, Bernard Lavalette,  "Cyrano de Bergerac", Jean Marais, Maurice Risch, "La facture" Jacqueline Maillan, Henri Guisol, "L'Oeuf à la coque", Marthe Mercadier, "Vacances de Rêves", Marthe Mercadier, Olivier Lejeune, "Un sale égoïste", Paul Meurisse, "Patate", Jacques Morel, Blanchette Brunoy, "Les Vignes du Seigneur", Jacques Morel, "Profs", Jean Piat, "Le Misanthrope", Michel Piccoli, "Ne Réveillez pas Madame", François Périer, "Le Zouave", Claude Rich, "Olympia", Françoise Rosay, " Hysteria", Pierre Vaneck, Vincent Elbaz, "La Contrebasse", Jacques Villeret, "Eclats de vie", Jacques Weber. 

Contrairement à ce que "déplorait" sans doute cet ami venu d'outre-Quiévrain, les "ados" tournaisiens et les autres ne doivent donc pas courir bien loin pour assister à des spectacles de qualité. Tournai, petite ville de province (70.000 habitants) dynamique sur le plan théâtral, culturel, circassien, offre le meilleur. Bien sûr, jamais n'y seront organisés les spectacles de Johnny, de Céline Dion, de Madonna ou des Rolling Stones mais il n'y a que deux villes en Belgique capables de produire de tels évènements : Bruxelles et le Stade Roi Baudoin et Anvers avec son Sportpaleis. Il faut toujours mesure garder...

18 juin
2012

09:51

Tournai : "Petite Fanny"

Chaque dimanche d'été, la Grand'Place de Tournai accueille sur un podium mobile des fanfares et harmonies de l'entité. Au programme des concerts de ce dimanche, on a pu écouter la Royale Union Musicale de Templeuve et les Gais Amis d'Esplechin, deux formations qui enchantèrent le nombreux public présent sur le forum tournaisien sous un soleil, enfin, généreux (il n'était plus possible de trouver une place libre aux terrasses pourtant vastes et les chaises au pied du podium étaient toutes occupées).

Parmi les interprétations d'Abba, de Freddie Mercury et de Queen, les classiques du jazz, les negro-spirituals ou les marches que nous ont offerts les deux phalanges musicales, un titre a particulièrement ému les spectateurs présents sur le forum tournaisien : "Petite Fanny", une adaptation de la chanson "Petite Marie" de Francis Cabrel avec des paroles composées par Béatrice qui furent lues par le présentateur. Lors de ce concert les musiciens de la Royale Union Musicale arboraient tous le ruban jaune, signe de soutien et sympathie envers la "petite Fanny". 

Quel Tournaisien n'a pas entendu parler de Fanny ? Bien que consultant quotidiennement le site ouvert par ses parents pour obtenir des nouvelles quant à l'évolution de son état, je n'avais, jusqu'à présent, pas évoqué cet évènement tragique sur le blog "Visite Virtuelle de Tournai", de crainte que l'article ne soit considéré par certains comme une récupération. Un (trop) banal accident de la circulation a malheureusement propulsé cette jeune étudiante tournaisienne sous les projecteurs de l'actualité, il y a déjà 178 jours, au soir de 22 décembre, deux jours avant la Noël. Une histoire banale qui va devenir une odyssée par l'émotion qu'elle a suscitée !

Fanny, jeune fille de 15 ans, étudiante à l'Athénée Royal de Tournai, presqu'une voisine, se rendait de son domicile à une pizzeria proche. Un parcours très court qu'elle avait l'habitude d'emprunter, au détour de cet anodin chemin, Fanny, ce soir-là, allait rencontrer son tragique destin. Fauchée par une voiture, sur le passage pour piéton, elle fut relevée inconsciente et transférée à la clinique la Dorcas. On ne pouvait se prononcer sur ses chances de survie mais l'équipe du Docteur Senna fit tout ce qui était humainement possible (et même plus encore) pour la maintenir, tout d'abord, en vie. Pendant des semaines, elle resta plongée dans un coma profond et subit de nombreuses opérations pour résorber un oedème cérébral, reconstituer la boîte crânienne et réduire une importante fracture au tibia.

Au lendemain de l'accident, toute une population s'est mobilisée, ses condisciples, les élèves de l'Athénée organisèrent un grand rendez-vous, dans le parc communal, avec un lâcher de ballons, Fanny eut aussi son compte sur Facebook et un blog fut ouvert. De Tournai, de Wallonie Picarde, des quatre coins de la Belgique mais aussi de l'étranger, des amis laissèrent des messages de sympathie et lui transmirent des "ondes positives".

Malgré le chagrin et l'angoisse qui étaient leur lot quotidien, ses parents souhaitèrent transmettre un bulletin médical journalier à ceux et à celles qui la soutenaient avec tant de sympathie. Du plus profond de son sommeil, Fanny pouvait-elle avoir conscience de ce tsunami d'amitié que son état avait déclenché, pouvait-elle imaginer qu'ils étaient désormais plus de 14.000 "amis" ou "fans" à se brancher régulièrement sur facebook ou sur le blog pour la soutenir moralement. Elle est devenue le symbole de toute une jeunesse qui paie, chaque jour, un trop lourd tribut à nos manques de prudence, de sagesse, de civisme, d'intelligence quand nous, les adultes, nous nous retrouvons derrière un volant. 

Bientôt fut lancée l'opération "ruban jaune" pour les voitures traduisant un soutien à cette jeune fille qui combat pour redevenir comme avant, une adolescente plein de vie, d'espoirs, de rêves. Plus qu'un simple morceau d'étoffe ou de plastique flottant à l'antenne ou au rétroviseur du véhicule, ce ruban jaune doit signifier pour celui qui l'a placé qu'il a compris le message et qu'il roulera désormais avec prudence afin de ne pas blesser gravement ou même tuer d'autres "petite Fanny". 

Il y a quelques semaines, Fanny a été transférée dans un centre de la région lilloise spécialisé dans la rééducation des accidentés plongés dans le coma et nécessitant une rééducation spécifique. Comme son nom l'indique, ce centre a fait grandir "l'espoir", de bientôt la retrouver comme elle était avant cette soirée maudite. Jour après jour, elle est sollicitée par des exercices pour lui permettre de retrouver une autonomie. Désormais, elle ouvre les yeux, elle pleure et sourit parfois. Une autre équipe a pris le relais de celle des chirurgiens et s'occupe avec beaucoup d'attention de la jeune fille faisant le maximum afin de l'aider à retrouver la parole, une faculté qu'elle a perdue depuis six mois.

"Petite Fanny, hier, du fond de ton lit, tu as peut-être ressenti, un vent léger venu de la cité des cinq clochers portant sur ses ailes, ces quelques notes que te dédiais l'harmonie. Cette mélodie, je suis certain qu'ils viendront la jouer, au jour de ton retour et nous serons tous là pour nous rappeler le dur combat que tu as mené avant de nous effacer afin que tu retrouves une vie normale".

Vous pouvez vous aussi manifester votre soutien et vos encouragements à Fanny soit sur la page Facebook qui lui est dédiée, soit sur le blog : http://fannyallard.webnode.fr/

17 juin
2012

09:51

Tournai : expressions tournaisiennes (178)

Mossieu météo quand te dis qui fait quieaud... (air connu)

"Fauque chinq jours d'été pindant l'meos d'juillet", vous avez tertous vu ce que l'gazette elle a publié. J'n'in sus pos orvenu, j'sus même tout défoutu. Ceulle ainnée, j'pinse qu'on va passer directemint d'l'hiver à l'hiver, cha va ête cha l'fin du meonte, l'véritape calvaire. I-a pleu pindant tout l'meos d'mai et d'puis l'début juin, cha n'a pas 'core arrêté, on n'a jamais eu ein ciel sans neuaches, i-n'a pos fait quieaud mais on a d'jà subi bramint d'oraches. 

Des ceusses qu'i-ont de l'sanche, ch'est les Amis de Tournai, leu cortèche des géants i-n'a pos été arrosé. Pou seûr que le Présidint et l'Secrétaire, i-aveot'ent été porter des oués à Sainte-Claire. 

On n'rinconte que des gins patraques d'puis que l'météo, elle se détraque et i-feaut bin avouer, qu'à ceulle époque, normal'mint tout va bin, on a pos souvint s'croque. Angiles, breongiles, coulantes et lumbagueos, les paufes médecins i-tourne'tent seots. 

"Vous pouvez passer d'taleur pasque j'ai bin du mau, savez, Mossieu l'Docteur", i-n'intindent que cha dins leu répondeur, i-orchoivent pus d'vingt appels su eine heure. 

Fifinne aussi elle orpris d'ses romatiques et Edmeond i-a des lanchures à s'sciatique. Bébert qui a eine santé d'fier, l'paufe fieu, i-s'traîne tout leon du jour ave ein air poncieu

Dins nos villaches, on a ortrouvé les beons vieux ormèdes des mamères, l'chireop d'limace, l'tisane au jus d'chitreon, les cataplasses et même les escapulaires. On n'sait pus à queu saint s'vouer, on ireot bin prier Jean Luc Dubart pou nous aider. In matière d'saints, i-in conneot tout ein leot, pétête qui pourreot nous deonner ein tuaut

Pindant les Saints d'glache on éteot ingélé, i-a pleu à Saint-Médard et à Saint-Barnabé (l'chiffleot d'Médard i-n'a pos copé, ch'est à causse d'l'âche qui l'a oblié), on a eu bin de l'misère à l'Saint-Valère et i-a même cait des grêles à l'Sainte-Estelle. Si i-fait du temps ainsin à l'Saint-Louis, mi, j'vous l'dit, j'reste dins m'lit. 

I-n'a que les guernoulles, les crapéauds et les canards pou s'réjouir d'une météo aussi bizarre.

Asteur, mi j'n'deos treop rien dire, ch'est pos la peine de toudis mintir, ave l'temps qu'on a au meos d'juin, bé, j'sus fin tranquille de m'rhume des foins. Vous allez dire cha fait au moinse ein hureux, ch'est vrai, mais, mi j'in conneos acore deux, leu maseon étant terminée, i-ont queusi l'meos d'juillet pou déménager. Feaut pinser que l'meublier ch'est pos facile à trinqu'baller quand déhors, l'thermomète i-affiche trinte-chinq degrés. Là, i-seont seûrs de n'pos treop suer et de n'pos ête scrans à l'fin de l'journée. 

Comme je l'dis toudis : à toute cosse maheur i-est beon, i-feaut toudis cacher après s' consolatieon. 

Inter deux gouttes, in m'pourménant, j'ai même vu eine séquoi d'troublant, ein gardénier qui arroseot s'gardin et ses fleurs en ravisant les neuaches in disant que cha alleot passer au d'seur. Ch'éteot pétête ein optimisse (comme mi) mais pos ein beon prévisionnisse, i-n'a po eu d'sanche, eine heure après ch'éteot l'avalanche, l'minger qu'i-aveot mis pou les couleons, feseot soupette su l'gazeon !

M'babillarte, ch'est ichi que j'la finis, pasque, déhors, l'solel i-luit et je n'voudreos seûrmint pos râter eine rare occasieon d'bronzer !

(lexique : quieaud : chaud / fauque : pas plus que / tertous : tous / défoutu : déçu, démoralisé / véritape : véritable / ein neuache : un nuage / bramint : beaucoup / l'sanche : la chance / pou seûr : sûrement / des oués : des oeufs / ête patraque : ne pas être dans son assiette / avoir s'croque : être malade / eine angile : une angine / eine breongile : une bronchite / la coulante : la diarrhée / paufes : pauvres / d'taleur : tout à l'heure, tantôt / j'ai bin du mau : j'ai bien mal / les romatiques : les rhumatismes / les lanchures : les élancements / ein air poncieu : un air poussif / l'chireop : le sirop / l'chitreon : le citron / les cataplasses : les cataplasmes / les escapulaires : les capulaires, médaille ou piecette qu'on place entre deux étoffes cousues sensées protéger ceux qui les portent / ein tuaut : un tuyau / ingélé : gelé, transi de froid / l'chiffleot : le sifflet / copé : coupé / ch'est à causse d'l'âche : c'est à cause de l'âge / cait : tombé / les guernoulles : les grenouilles / asteur : maintenant / queusi : choisi / l'meublier : le mobilier / trinqu'baller : porter péniblement des choses lourdes / ête scran : être fourbu / les cosses : les choses / pourménant : promenant / eine séquoi : quelque chose / l'gardénier : le jardinier / raviser : regarder / passer au d'seur : passer au-dessus / les couleons : les pigeons / faire soupette : tremper dans du liquide / m'babillarte : ma lettre, mon récit)

S.T. juin 2012

09:51 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

15 juin
2012

09:38

Tournai : ce jour-là, le 14 août 1999 (2)

Le dimanche 15 août, les Tournaisiens se réveillent profondément choqués par les évènements de la soirée précédente. Presque tous ont un ami, un collègue, une connaissance qui a été victime du déchaînement météorologique. Le mot est sur toutes les lèvres et les médias le confirment, la ville des cinq clochers a été touchée par une tornade. Ce phénomène n'est pas aussi rare qu'on le croit, chaque année, l'Institut Royal Météorologique en enregistre, dans notre pays, quelques dizaines mais la plupart touchent des endroits inhabités, des champs, des prairies ou des bois causant des dégâts très limités. 

La violence d'une tornade est déterminée par l'échelle, dite de Fujita, qui compte six échelons de 0 à 5. Le porte-parole de l'IRM, vu l'ampleur des dégâts et la distance parcourue, classe celle-ci au niveau 1 (par comparaison, celle qui a détruit le village de Léglise en 1982 oscillait entre 1 et 2). On peut sans trop se tromper estimer la vitesse du vent entre 120 et 180 km/h lors du passage du tourbillon. La tourbillon est né dans le Nord de la France, à proximité du village de Camphin-en-Pévèle, à quelques hectomètres de la frontière belge. Montant progressivement en puissance, il est arrivée à Tournai par la plaine des Manoeuvres et a traversé la ville selon un axe allant du S.O vers le N.E en se heurtant à deux obstacles importants, la cathédrale Notre-Dame et la gare. Il a ensuite poursuivi son chemin passant entre Lessines et Enghien pour mourir au Sud-Ouest de Hal, à proximité du village de Herne dans le Brabant Flamand. Au fur et à mesure de sa traversée de la cité des cinq clochers, son intensité a augmenté, atteignant un paroxysme dans le quartier Nord de la ville et dans le village de Rumillies. 

Durant la nuit, les rumeurs les plus folles se sont mises à circuler : on annonce ainsi que trois personnes ont perdu la vie dans la rue du Bas-Follet, on parle de fuites de gaz du côté de la chaussée de Renaix. Dramatisations inévitables provoquées par le traumatisme subi par les victimes de ce cataclysme. Si ces informations s'avèrent heureusement erronées, on dénombre cependant cinq blessés légers : deux dans le centre de la ville, à la rue Childéric et à la rue Saint-Brice, un à la rue Basse-Couture et deux dans le village de Rumillies. Personnes pour qui l'hospitalisation fut des plus brèves. L'ampleur des dégâts et l'étendue du territoire sur lequel ils sont relevés pouvait faire craindre un bilan très lourd en pertes humaines. 

Un pan entier de toit a été soufflé et est tombé sur un véhicule dans la rue Roc Saint-Nicaise, bloquant totalement la circulation dans cette rue étroite située entre la plaine des Manoeuvres et la Grand'Place, des ardoises, des pierres et des élements de vitraux sont tombés au pied de la cathédrale dont les abords avaient été, heureusement, désertés par les promeneurs, le parc de la place Crombez, planté d'espèces rares, a été totalement dévasté. Des arbres centenaires, un tulipier de Virginie, un ginkgo et des arbustes ont été littéralement laminés par la violence de vent tandis que le hêtre pourpre a échappé au massacre. 

Tout cela n'était qu'un avant-goût de ce qu'on allait découvrir derrière la gare. Les rues du Nord, des Champs, des Brasseurs, de la Basse-Couture, du Bas-Follet, la chaussée de Renaix... ne sont plus qu'un vaste champs de ruines, on aurait dit que le quartier avait subi un bombardement. Le long des voies de la gare, un pylône de 30 mètres a été abattu et gît sur le boulevard Eisenhower, la vaste toiture de l'Union Industrielle est complètement détruite, il n'y a plus d'électricité dans le quartier, les câbles électriques arrachés par la tornade pendent le long des façades, les rues sont jonchées de tuiles, de briques, de pierres, de branches d'arbres, des abris de jardin ont atterri dans les champs, la plupart des voiture n'ont plus de pare-brise, certaines ont subi des avalanches de matériaux divers. Des maisons sont coupées à la hauteur de l'étage, le toit a totalement disparu ou se retrouve sur la rue ou dans le jardin. L'école libre fondamentale du Sacré-Coeur n'a pas été épargnée, son toit est détruit et ses préaux envolés. Symbôle du quartier des Vendéens, l'immense statue du Christ surmontant l'église du Sacré-Coeur a fait face aux éléments et semble continuer à veiller sur le quartier !

Toute la nuit et durant la journée de dimanche, les pompiers doivent sécuriser les immeubles, ils ont fait appel au renfort de leurs collègues d'Antoing et de Mouscron, la Protection Civile étançonnent des façades, fait tomber les murs chancelants, l'armée déblaie les routes, les volontaires de la Croix-Rouge tentent de réconforter une population démoralisée. De Belgique et de France, les équipes de radio et de télévision arrivent sur les lieux précédant les inévitables adeptes du "tourisme-catastrophe", venus en voiture, parfois de très loin, avec leur frigo-box, avides de sensationnel, tout heureux d'avoir leur distraction favorite en ce dimanche de l'Assomption, contemplant, sans complexe, le malheur des autres.

Le vieux cimetière du Nord offre un spectacle affligeant, tous les arbres ont été abattus, le toit du porche d'entrée n'existe plus, presque tous les monuments sont couchés, des croix emportées par le tourbillon sont parfois retrouvées quelques centaines de mètres plus loin, couronnes et pots de fleurs ont été aspirés par Eole déchaîné et sont, sans doute, retombés bien loin. 

Il faudra une semaine pour sécuriser et bâcher les 462 immeubles touchés par la tornade, la Protection Civile a installé un PC de crise sur le parking du garage Volvo, au boulevard Eisenhower. Le Ministre-Président de la Région wallonne, Elio Di Rupo, accompagné par le Ministre de l'Intérieur rendront visite aux sinistrés, le mardi. Le quartier nettoyé, ce sera au tour des agents d'assurance de le parcourir de long en large pour l'estimation des dégâts, ils se chiffreront en millions de francs. 

Peu à peu, la vie reprend, des entreprises viennent reconstruire, effacer les cicatrices d'une nuit infernale mais, si le quartier a repris son aspect normal, depuis ce 14 août 1999, dès qu'un temps orageux se profile à l'horizon et que le vent se met à monter, à Tournai, plus qu'ailleurs, on guette avec inquiétude le ciel en espérant qu'il ne nous tombera plus sur la tête.

(S.T.)

09:38 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, tornade, 14 août 1999, dégâts |

14 juin
2012

11:31

Tournai : ce jour-là, le 14 août 1999 !

Nous avons, jusqu'à présent, analysé l'actualité des années 1900 à 2005, un siècle d'évènements politiques, économiques ou sportifs rapidement survolé. Nous ouvrons une nouvelle rubrique, celle des évènements qui marquèrent la mémoire collective des Tournaisiens, instants de vie qui restent, à tout jamais, gravés dans le coeur des témoins des faits.

Nous sommes en 1999, à quelques mois du passage à l'an 2000 pour lequel, certains prophétisent déjà un "bug" informatique mondial. En cette veille de 15 août, fête de l'Assomption, tout se déroule normalement à l'ombre des cinq clochers, selon une habitude bien établie, les ménagères sont allées faire leurs emplettes au marché du samedi, l'après-midi, profitant du beau temps, certains ont profité pour sacrifier aux joies du jardinage ou de la balade. 

Vers 19h00, le ciel s'est progressivement assombri. Annonciatrice d'un probable orage, une barre noire est apparue peu à peu au sud de la ville, sur la France toute proche. Vers 20h45, avec mon épouse, nous revenions de Templeuve, les cinq clochers se détachaient, au loin, sur un ciel d'un noir d'encre. A peine étions-nous rentrés que de ces lourds nuages s'échappèrent de véritables cataractes. En peu de temps, l'avenue des Peupliers se transforma en une rivière féroce qui dévalait des champs emportant une boue jaunâtre, sautant par-dessus les avaloirs totalement incapables d'ingurgiter une telle quantité d'eau et s'étalant en un étang de boue dans la rue Saint-Eleuthère. A la pluie diluvienne vint, soudain, s'ajouter de très violentes rafales de vent, force invisible qui faisait plier la tête des peupliers qui nous entourent, jardinier imaginaire qui agitait les arbres et massifs de fleurs comme pour les arracher. Vers 21h30, les éléments se calmèrent aussi soudainement qu'ils n'étaient apparus, au loin, par-delà la frontière française, on pouvait même déjà apercevoir quelques trouées dans les nuages, distillant timidement l'une ou l'autre frange de ciel d'azur. 

La maison maternelle étant située au boulevard Bara, face à la plaine des Manoeuvres, nous nous y sommes rendus en voiture afin de nous assurer qu'elle n'avait pas trop souffert de ce brusque déchaînement météorologique. Jusqu'à la Porte de Lille, le voyage s'effectua sans encombre, si ce n'est que l'eau dégringolait le boulevard Léopold pour inonder le rond-point de l'Europe, situation ordinaire qui se présente régulièrement lors de fortes averses. Le spectacle qui s'offrit à nous, lors du passage de la Porte de Lille, fut apocalyptique, dantesque, digne de ces films dont Hollywood raffole. Quelques tilleuls n'avaient pas résisté à la force du vent et étaient couchés sur le boulevard Bara, nous obligeant à emprunter l'avenue des Frères Rimbaut, le chapiteau des festivités de la Ville n'était plus qu'un vague squelette, quelques tubes de sa structure métallique se dressaient encore, tordus par la colère d'un Titan qui aurait voulu le voir disparaître, ses toiles déchirées en de multiples lanières pendaient lamentablement dans le feuillage des arbres, voiles désormais inutiles d'un bateau à la dérive, le reste de la structure jonchait les différentes voies de circulation, certains élements étant même allés se ficher dans les portes des trois garages situés entre les immeubles portant les n° 32 et 33, mortelles flèches d'argent décochées par un archer devenu fou.

Miracle car aucun véhicule ne circulait à ce moment-là sur un boulevard emprunté chaque jours par plusieurs milliers de véhicules, miracle encore car aucune voiture stationnée devant le domicile du propriétaire n'avait été touchée, miracle surtout pour ce couple de touristes étrangers qui avait fait halte dans la cité des cinq clochers et avait stationné le mobilhome sur la plaine à proximité du chapiteau, ils expliquèrent que pendant une ou deux minutes, ils avaient tangué au point qu'ils pensèrent que le véhicule allait se retourner ou pire encore être emporté par les éléments en furie. Surpris, les habitants commençaient à sortir de chez eux et à constater l'ampleur des dégâts. 

Depuis la plaine, un premier regard sur la maison de ma mère ne me permit pas de découvrir d'éventuels dégâts, elle semblait même avoir bien resisté au choc et être intacte, erreur d'appréciation probablement provoquée par le soir qui tombait et gommait les détails. En pénétrant dans l'immeuble, j'allais de surprise en surprise, à l'arrière, la véranda était trouée, quelques tuiles avaient transpercé la verrière. Les fenêtres de la façade arrière étaient brisées ou étoilées par les nombreux impact "d'objets volant non identifiés", dans le grenier, une rangée complète de tuiles, de la corniche jusqu'au faîte du toit, s'étaient faite la malle laissant apercevoir un ciel nocturne magnifiquement étoilé. Comme chacun le ferait dans ces cas-là, j'ai donc fait appel aux pompiers pour bâcher les parties découvertes. Il me fallut réïtérer l'appel plusieurs fois, et lorque j'eus enfin l'opérateur au bout du fil, il me promit de passer le plus rapidement possible. Dans l'attente de leur venue, je me mis donc à ramasser le verre brisé, à replacer, tant bien que mal, les tuiles intactes que je pouvais récupérer, à étendre sur le sol du grenier de grandes feuilles de plastique afin d'éviter qu'une nouvelle averse ne vienne provoquer des dégâts supplémentaires et ensuite, j'attendis (vainement) les services de secours. Régulièrement, je voyais passer des véhicules aux clignotants bleus, finalement l'un d'eux s'arrêta à ma hauteur et le chauffeur me conseilla de me rendre à la caserne de la rue Perdue afin d'obtenir une bâche plastifiée car ils ne pourraient venir avant plusieurs heures vue l'étendue des dégâts. Celle-ci fut mise en place par mon épouse et moi-même et vers 1h30 du matin, nous sommes repartis vers la maison, non sans faire un détour par la ville et découvrir avec effarement une situation beaucoup plus catastrophique qui relativisait les quelques dégâts que je venais de subir.

(à suivre) 

11:31 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, tornade, catastrophe, 13 août |