30 juin
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (180)

L'fan de l'pétite reine !

Ov'là ce qu'm'a dit, Lalie, que j'ai rincontré, hier à midi, à l'rue d'Paris.

"J'ai fait toutes mes courses aujord'hui, pou mi ête fin tranquille lindi, hier, j'ai été au marché su l'plache Crombez pasque, te l'as seûrmint adveiné, j'vas aller vir le Tour de France et j'in sus d'jà tout in transe. J'sais pos 'cor où j'vas mette, j'voudreos vir l'dernier kilomète, j'vas m'placher au virache Don Bosco ou bin ein p'tit queop pus héaut, mo bé, rien qu'à pinser à toutes ces belles gambettes, j'ai d'jà des idées qui m'feont tourner l'tiête. J'deos t'l'avouer, l'ceu j'adore, ch'est l'pétit espagnol Contador et j'sus bin défoutue de n'pos vir, dins no ville de Tournai, l'pétit bonheomme pasqu'i-paraît qui a mingé de l'vaque aux hormeones. Ch'est pou cha qu'l'UCI, elle l'a mis déhors, l'malhureux Contador. Deux ans avant ch'éteot ein italien et ceulle feos-là, li neon pus i-n'rouleot pos aux bonbeons Ricco.la. On appelle cha l'dopache, mi cha m'fout in rache, bé, tins, ch'a toudis été ainsin, on n'meonte pos l'Tourmalet in buvant ein verre d'lait et on arrife pos aux Camps Elysées in avalant seul'mint des tartes au risse et des oués. L'Tour de France, ch'est pos l'Bieau Vélo d'Ravel, pou l'gagner, i-feaut tourner des manivelles. Mi pou meonter l'rue des Jésuites, j'prinds deux oués dins ein Stout et l'rue du séminaire, bé je l'passe toutoute, je n'sins pus les pavés, j'ai même l'impressieon d'voler, ainsin, te veos qu'à m'n'âche, j'sus aussi eine adepte du dopache.  

Dire quon va ichi vir près d'deux chints bieaux garcheons parfeumés à l'imbrocatieon, deux chints jeones heommes in maillot qui n'ont pos ein kileo d'treop, i-a pos à dire, cha m'ortourne, cha m'rind bénaisse et cha m'fait oblier les mollet d'carnarin de m'Nénesse. Combin d'feos à m'heomme, j'li ai dit d'acater eine bicyclette pou li aussi avoir eine carrure d'athlète, bé, i-préfère les sports d'pépère, i-jeue l'diminche aux cartes et l'lindi aux fiers, quand i-alleot jeuer aux boules à l'guinguette, i-li falleot presqu'eine sémaine pou li s'ormette. 

J'pinseos qu'i-alleot v'nir su l'boulevard Léopold tout in foufielle, bé, i-préfère rester pa d'vant l'télé ave eine beonne boutelle. In orvenant quand j'vas li d'minder si i-a vu l'arrivée, i-va m'répeonte qui s'est indormi qui l'caravane éteot acore à Barry.

Dire que Nénesse i-est deux ans pus jeone que mi, bé te l'verreos, i-a d'jà l'air d'puis lommint amorti. I-a ouvré trinte ans à l'élestrique, ch'est pos cha qui l'a rindu dynamique, i-diseot fier'mint, mi, Nénesse, j'ouèfe à Ebes et j'li répeondeot ch'est pou cha que t'rind'mint i-baisse. D'puis qu'i-est à l'ortraite, i-'in décope pus des lourdes et pou l'faire bouger de s'cayère, i-feaut li dire, in ouvrant l'frigo, qu'on a pus d'bière. 

Je m'deminde si dins l'caravane publicitaire, on va acore vir Yvette Horner qui jeue d'l'accordéon su l'toit d'un camion. Quoisque te dis, ch'éteot beon de m'jeone temps, asteur elle a quater-vingts nuef ans ! J'vas toudis essayer d'attraper eine grande main ainsin, à l'maseon, pou dompter Nénesse j'aurais des argumints". 

J'li ai quand même demindé si, saim'di, Nénesse, i-alleot faire l'Bieau Véleo d'Ravel.

"Cha ch'est pos pétète, comme chaque feos, mais uniqu'mint à l'buvette... mais... j'vas la coper là, j'min vas faire m'n'ouvrache, j'deos acore faire tout m'nettiache.

Tins, in parlant d'cha, t'as vu in pourménant, ceulle sémaine, bé les ouverriers de l'ville, i-z'éteotent au bout d'leu n'haleine, inl'ver les fuelles, rat'ler les parterres, coper les hierpes, mette les pannéaux, ortirer les branques et boucher les treos, i-n'ont jamais fait ein parel ouvrache d'seot. Si areot in évèn'mint ainsin tous l'z-ans, no ville elle s'reot fin prope, tout s'reot blinquant. On d'vreot faire les Jeux Olympiques au stade Luc Varenne, l'natatieon à l'Orient, l'basket, l'volley et le hockey su l'plaine, j'pinse qu'à l'occasieon, j'vas in parler à m'amisse Christophe Lison !

Allez l'Optimisse, avant d'partir on fait ein pari... chiche, qui ch'est qui va gagner, be... ch'est... Cavendish ! 

J'aime bin rincontrer Lalie, li parler ch'est orposant, elle n'arrête pos et te n'sais pos placher ein meot.

(lexique : ov'là : voilà / pasque : parce que / adveiné : deviné / placher : placer / gambettes : petites jambes / défoutue : déçue / l'vaque : la vache / cha m'fout in rache : cela me met en colère / toudis : toujours / de l'tarte au risse : de la tarte au riz / des oués : des oeufs / l'âche : l'âge / des garcheons : des garçons / bénaisse : contente, heureuse / ein carnarin : un canari / acater : acheter / tout in foufielle : tout en émoi, tout excité / lommint : longtemps / l'élestrique : l'électricité / j'ouèfe : je travaille / in décoper : en découper, n'pos in décoper des lourdes signifie tout simplement ne pas faire grand chose / l'cayère : la chaise / saim'di : samedi / coper : couper, j'vas la coper là signifie je vais mettre fin à la conversation) / l'nettiache : le nettoyage / in pourménant : en promenant / les ouverriers : les ouvriers / les fuelles (ou les fouèles) : les feuilles / rat'ler : ratisser / les hierpes : les herbes / les branques : les branches / les treos : les trous / parel : pareil / amisse : ami).

S.T. juin 2012

09:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.