18 juin
2012

Tournai : "Petite Fanny"

Chaque dimanche d'été, la Grand'Place de Tournai accueille sur un podium mobile des fanfares et harmonies de l'entité. Au programme des concerts de ce dimanche, on a pu écouter la Royale Union Musicale de Templeuve et les Gais Amis d'Esplechin, deux formations qui enchantèrent le nombreux public présent sur le forum tournaisien sous un soleil, enfin, généreux (il n'était plus possible de trouver une place libre aux terrasses pourtant vastes et les chaises au pied du podium étaient toutes occupées).

Parmi les interprétations d'Abba, de Freddie Mercury et de Queen, les classiques du jazz, les negro-spirituals ou les marches que nous ont offerts les deux phalanges musicales, un titre a particulièrement ému les spectateurs présents sur le forum tournaisien : "Petite Fanny", une adaptation de la chanson "Petite Marie" de Francis Cabrel avec des paroles composées par Béatrice qui furent lues par le présentateur. Lors de ce concert les musiciens de la Royale Union Musicale arboraient tous le ruban jaune, signe de soutien et sympathie envers la "petite Fanny". 

Quel Tournaisien n'a pas entendu parler de Fanny ? Bien que consultant quotidiennement le site ouvert par ses parents pour obtenir des nouvelles quant à l'évolution de son état, je n'avais, jusqu'à présent, pas évoqué cet évènement tragique sur le blog "Visite Virtuelle de Tournai", de crainte que l'article ne soit considéré par certains comme une récupération. Un (trop) banal accident de la circulation a malheureusement propulsé cette jeune étudiante tournaisienne sous les projecteurs de l'actualité, il y a déjà 178 jours, au soir de 22 décembre, deux jours avant la Noël. Une histoire banale qui va devenir une odyssée par l'émotion qu'elle a suscitée !

Fanny, jeune fille de 15 ans, étudiante à l'Athénée Royal de Tournai, presqu'une voisine, se rendait de son domicile à une pizzeria proche. Un parcours très court qu'elle avait l'habitude d'emprunter, au détour de cet anodin chemin, Fanny, ce soir-là, allait rencontrer son tragique destin. Fauchée par une voiture, sur le passage pour piéton, elle fut relevée inconsciente et transférée à la clinique la Dorcas. On ne pouvait se prononcer sur ses chances de survie mais l'équipe du Docteur Senna fit tout ce qui était humainement possible (et même plus encore) pour la maintenir, tout d'abord, en vie. Pendant des semaines, elle resta plongée dans un coma profond et subit de nombreuses opérations pour résorber un oedème cérébral, reconstituer la boîte crânienne et réduire une importante fracture au tibia.

Au lendemain de l'accident, toute une population s'est mobilisée, ses condisciples, les élèves de l'Athénée organisèrent un grand rendez-vous, dans le parc communal, avec un lâcher de ballons, Fanny eut aussi son compte sur Facebook et un blog fut ouvert. De Tournai, de Wallonie Picarde, des quatre coins de la Belgique mais aussi de l'étranger, des amis laissèrent des messages de sympathie et lui transmirent des "ondes positives".

Malgré le chagrin et l'angoisse qui étaient leur lot quotidien, ses parents souhaitèrent transmettre un bulletin médical journalier à ceux et à celles qui la soutenaient avec tant de sympathie. Du plus profond de son sommeil, Fanny pouvait-elle avoir conscience de ce tsunami d'amitié que son état avait déclenché, pouvait-elle imaginer qu'ils étaient désormais plus de 14.000 "amis" ou "fans" à se brancher régulièrement sur facebook ou sur le blog pour la soutenir moralement. Elle est devenue le symbole de toute une jeunesse qui paie, chaque jour, un trop lourd tribut à nos manques de prudence, de sagesse, de civisme, d'intelligence quand nous, les adultes, nous nous retrouvons derrière un volant. 

Bientôt fut lancée l'opération "ruban jaune" pour les voitures traduisant un soutien à cette jeune fille qui combat pour redevenir comme avant, une adolescente plein de vie, d'espoirs, de rêves. Plus qu'un simple morceau d'étoffe ou de plastique flottant à l'antenne ou au rétroviseur du véhicule, ce ruban jaune doit signifier pour celui qui l'a placé qu'il a compris le message et qu'il roulera désormais avec prudence afin de ne pas blesser gravement ou même tuer d'autres "petite Fanny". 

Il y a quelques semaines, Fanny a été transférée dans un centre de la région lilloise spécialisé dans la rééducation des accidentés plongés dans le coma et nécessitant une rééducation spécifique. Comme son nom l'indique, ce centre a fait grandir "l'espoir", de bientôt la retrouver comme elle était avant cette soirée maudite. Jour après jour, elle est sollicitée par des exercices pour lui permettre de retrouver une autonomie. Désormais, elle ouvre les yeux, elle pleure et sourit parfois. Une autre équipe a pris le relais de celle des chirurgiens et s'occupe avec beaucoup d'attention de la jeune fille faisant le maximum afin de l'aider à retrouver la parole, une faculté qu'elle a perdue depuis six mois.

"Petite Fanny, hier, du fond de ton lit, tu as peut-être ressenti, un vent léger venu de la cité des cinq clochers portant sur ses ailes, ces quelques notes que te dédiais l'harmonie. Cette mélodie, je suis certain qu'ils viendront la jouer, au jour de ton retour et nous serons tous là pour nous rappeler le dur combat que tu as mené avant de nous effacer afin que tu retrouves une vie normale".

Vous pouvez vous aussi manifester votre soutien et vos encouragements à Fanny soit sur la page Facebook qui lui est dédiée, soit sur le blog : http://fannyallard.webnode.fr/

Commentaires

Merci pour Fanny

Écrit par : Véro | 20/08/2012

Répondre à ce commentaire

Merci pour ce beau résumé de l'histoire de Fanny.
Son papa

Écrit par : Jerome | 20/08/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.