17 juin
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (178)

Mossieu météo quand te dis qui fait quieaud... (air connu)

"Fauque chinq jours d'été pindant l'meos d'juillet", vous avez tertous vu ce que l'gazette elle a publié. J'n'in sus pos orvenu, j'sus même tout défoutu. Ceulle ainnée, j'pinse qu'on va passer directemint d'l'hiver à l'hiver, cha va ête cha l'fin du meonte, l'véritape calvaire. I-a pleu pindant tout l'meos d'mai et d'puis l'début juin, cha n'a pas 'core arrêté, on n'a jamais eu ein ciel sans neuaches, i-n'a pos fait quieaud mais on a d'jà subi bramint d'oraches. 

Des ceusses qu'i-ont de l'sanche, ch'est les Amis de Tournai, leu cortèche des géants i-n'a pos été arrosé. Pou seûr que le Présidint et l'Secrétaire, i-aveot'ent été porter des oués à Sainte-Claire. 

On n'rinconte que des gins patraques d'puis que l'météo, elle se détraque et i-feaut bin avouer, qu'à ceulle époque, normal'mint tout va bin, on a pos souvint s'croque. Angiles, breongiles, coulantes et lumbagueos, les paufes médecins i-tourne'tent seots. 

"Vous pouvez passer d'taleur pasque j'ai bin du mau, savez, Mossieu l'Docteur", i-n'intindent que cha dins leu répondeur, i-orchoivent pus d'vingt appels su eine heure. 

Fifinne aussi elle orpris d'ses romatiques et Edmeond i-a des lanchures à s'sciatique. Bébert qui a eine santé d'fier, l'paufe fieu, i-s'traîne tout leon du jour ave ein air poncieu

Dins nos villaches, on a ortrouvé les beons vieux ormèdes des mamères, l'chireop d'limace, l'tisane au jus d'chitreon, les cataplasses et même les escapulaires. On n'sait pus à queu saint s'vouer, on ireot bin prier Jean Luc Dubart pou nous aider. In matière d'saints, i-in conneot tout ein leot, pétête qui pourreot nous deonner ein tuaut

Pindant les Saints d'glache on éteot ingélé, i-a pleu à Saint-Médard et à Saint-Barnabé (l'chiffleot d'Médard i-n'a pos copé, ch'est à causse d'l'âche qui l'a oblié), on a eu bin de l'misère à l'Saint-Valère et i-a même cait des grêles à l'Sainte-Estelle. Si i-fait du temps ainsin à l'Saint-Louis, mi, j'vous l'dit, j'reste dins m'lit. 

I-n'a que les guernoulles, les crapéauds et les canards pou s'réjouir d'une météo aussi bizarre.

Asteur, mi j'n'deos treop rien dire, ch'est pos la peine de toudis mintir, ave l'temps qu'on a au meos d'juin, bé, j'sus fin tranquille de m'rhume des foins. Vous allez dire cha fait au moinse ein hureux, ch'est vrai, mais, mi j'in conneos acore deux, leu maseon étant terminée, i-ont queusi l'meos d'juillet pou déménager. Feaut pinser que l'meublier ch'est pos facile à trinqu'baller quand déhors, l'thermomète i-affiche trinte-chinq degrés. Là, i-seont seûrs de n'pos treop suer et de n'pos ête scrans à l'fin de l'journée. 

Comme je l'dis toudis : à toute cosse maheur i-est beon, i-feaut toudis cacher après s' consolatieon. 

Inter deux gouttes, in m'pourménant, j'ai même vu eine séquoi d'troublant, ein gardénier qui arroseot s'gardin et ses fleurs en ravisant les neuaches in disant que cha alleot passer au d'seur. Ch'éteot pétête ein optimisse (comme mi) mais pos ein beon prévisionnisse, i-n'a po eu d'sanche, eine heure après ch'éteot l'avalanche, l'minger qu'i-aveot mis pou les couleons, feseot soupette su l'gazeon !

M'babillarte, ch'est ichi que j'la finis, pasque, déhors, l'solel i-luit et je n'voudreos seûrmint pos râter eine rare occasieon d'bronzer !

(lexique : quieaud : chaud / fauque : pas plus que / tertous : tous / défoutu : déçu, démoralisé / véritape : véritable / ein neuache : un nuage / bramint : beaucoup / l'sanche : la chance / pou seûr : sûrement / des oués : des oeufs / ête patraque : ne pas être dans son assiette / avoir s'croque : être malade / eine angile : une angine / eine breongile : une bronchite / la coulante : la diarrhée / paufes : pauvres / d'taleur : tout à l'heure, tantôt / j'ai bin du mau : j'ai bien mal / les romatiques : les rhumatismes / les lanchures : les élancements / ein air poncieu : un air poussif / l'chireop : le sirop / l'chitreon : le citron / les cataplasses : les cataplasmes / les escapulaires : les capulaires, médaille ou piecette qu'on place entre deux étoffes cousues sensées protéger ceux qui les portent / ein tuaut : un tuyau / ingélé : gelé, transi de froid / l'chiffleot : le sifflet / copé : coupé / ch'est à causse d'l'âche : c'est à cause de l'âge / cait : tombé / les guernoulles : les grenouilles / asteur : maintenant / queusi : choisi / l'meublier : le mobilier / trinqu'baller : porter péniblement des choses lourdes / ête scran : être fourbu / les cosses : les choses / pourménant : promenant / eine séquoi : quelque chose / l'gardénier : le jardinier / raviser : regarder / passer au d'seur : passer au-dessus / les couleons : les pigeons / faire soupette : tremper dans du liquide / m'babillarte : ma lettre, mon récit)

S.T. juin 2012

09:51 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.