02 juin
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (176)

On ara tout vu.

Comme vous l'avez adveiné, pa no ville j'aime bin lusoter, ainsin, jeudi, au matin, j'sus allé m'pourméner, vir, su l'boulevard Léopold, les travéaux qu'i-éteot'ent presque terminés. Je pinseos découvrir l'bieau ruban d'asphalte qu'on i-aveot coulé, ahais, j'ai surtout vu des machines in train de l'raboter. L'résultat i-n'aveot vraimint pos fière allure, i-aveot des bosses, des fosses et des craquelures. Comme on dit, faire et défaire ch'est d'l'ouvrache, les ouverriers des routes à Tournai n'doivent pos crainte l'chômache. Allez expliquer cha aux chintaines de conducteurs qui restent là bloqués, d'puis treos s'maines, pindant des heures : "Excusez-nous, mes gins, on s'a trompé, l'déviatieon, elle n'est pos là d'ête terminée". Bé, ahais, pa d'vant ein tel bazar, i-a pou ruer dins les brancards.

Et ch'est ainsin dins tous les quartiers, i-n'a pos eine rue qui n'a pos s'chantier. I-a d'taleur ein meos qu'les travéaux i-seont finis mais on n'peut toudis pos passer à l'rue d'Paris. Les trottoirs de l'rue de l'Tiête d'Or et de l'rue des Puits l'Eau, i-ont toudis des grands tuyéaux et bramint d'treos. A l'rue d'Monnel et au Vert Bocache, on a fait à mitan l'ouvrache, on a oblié su les trottoirs, après avoir orboucher les treos, d'orfaire l'pavache. On attint sans doute quéqu'ein pou finir l'ouvrache mais l'heomme i-n'a seûrmint pos 'cor fini s'n'écolache.

Au coin Becquerel, où on construit l'bâtimint d'Ideta, pou l'sécurité, à l'circulatieon on a serré l'quai et d'pus mardi, ch'est aussi eine partie du quai Dumon qu'on a interdit. Je m'deminde quand même si ein particulier, i-areot été aussi privilégié. Je m'veos d'jà aller à l'Hôtel de Ville dire : "J'vas construire eine maseon, vous pouvez interdire l'quartier à l'circulatieon, vous in faîtes pos, i-d'a pos pou lommint, cha s'ra fini dins deux ans si... tout va bin". J'pinse bin que tous ces randouillaches veont fare croire aux gins qu'on est orvenu au moyen-âche, l'seigneur du coin i-a décidé et les serfs n'ont pus qu'à s'écraser.

Comme on est béteôt aux électieons, ch'est asteur qu'on d'vreot acouter l'populatieon mais on continue comme les bull-dozers, partout on fout tout in l'air. L'chantier du boulevard Léopold i-jeue les prolongatieons, et ov'là que l'boulevard Eisenhower i-va, l'sémaine prochaine, seul'mint ête accessible aux piétéons. Hureus'mint que ch'est fini à Mourcourt pasque pou arriver à Tournai on areot fait d' riches tours. 

"J'ai quater-vingt cheonq ans et j'voudreos vir l'fin des travéaux" qu'elle a dit eine veille mamère, j'li ai répeondu, "Bé alos, vous savez ce qui vous reste à faire, i-vous faudra ête chintenaire". 

On areot pu ête reconnaissant à nos édiles de vouloir imbellir no beonne vielle ville, là n'est po la questieon, ch'est admis pa l'populatieon, mais on pinseot qu'on alleot ouvrer d'façeon raisonnée, avant d'commincher ein eaute, finir ein ouvrache et ne pos laisser s'intaller ein tel dallache. On a l'impressieon que tertous i-seont dépassés, qu'i-a pus perseonne pou diriger, qui n'ont pos été bin préparé à suivre ein parel chantier. D'puis près d'ein an, no ville simble ête in pilotache automatique comme l'batieau des croisières Costa ou l'Titanic. 

J'veos d'jà ichi au moumint du votache, les citoyens foutent l'même chabeotache, rester lommint dins l'isoloir, comme i-a fallu attinte pou nos trottoirs. Les journaux titreot'ent eine phrase à peine malicieuse, "ch'est l'orvanche de l'majorité silincieuse". 

Vous pouvez toudis rêver brafe gins d'Tournai, mais à l'hiver dins l'bédoule lommint acore vous pidoulerez

Comme vous l'veyez, l'titi Tournisien i-est frondeur, i-dit toudis c'qu'i-a su l'coeur mais i-n'a pos d' rancoeur.

Cangeons d'sujet pasque j'sins que cha va vous énerver. 

J'ai rincontré hier l'ami Philibert, beon garcheon mais pos eine leumière. I-m'a dit que comme i-n'se sinteot pos fort bin, i-éteot aller à l'hôpital, vir l'médecin. Il l'a examiné de l'tiête aux pieds, sans vraimint rien trouver.

"Ch'est bizarre, i-n'in a pétête pos l'air mais j'pinse que ch'est eine malate imaginaire" s'a dit l'docteur.

"Ch'est sans doute eine anémie passagère, j'vas vous prescrire des vitamines et du fier, vous prindrez eine pilule pindant siept jours d'affilée et ensuite, n'obliez pos, vous sauterez eine journée".

Au bout d'eine meos d'trait'mint, Philibert i-a orvu l'médecin. 

L'docteur i-a vu que malgré l'fier et les vitamines qui preneot, ch'éteot eine évidince, i-aveot perdu dix kileos. S'quémisse, on areot presque pu in mette deux d'dins, i-teneot s'mareonne ave ses deux mains, in puque, i-plieot toudis les gn'oux, on areot dit qu'i-éteot à bout.

"Ceulle feos ichi ch'est pos des blaques, m'n'heomme i-est vraimint patraque" qui a pinsé l'médecin. 

"Vous pesiez septinte-chinq kileos su l'balanche et asteur on veot les ossieaux d'vos hanches !"

"Eine pilule pindant siept jours, cha, on peut acore dire ahais mais cha m'éteot impossipe pindant toute eine journée d'sauter. Je n'saveos pus t'nir, j'ai cru qu'j'alleos morir, et pou n'pos caire dins les peommes, après chinquante sauts j'deveos m'assir et piquer ein seomme. Dins m'vie, j'ai jeué aux fiers et j'ai fait m'gardin mais jamais j'n'ai du faire des affaires ainsin".

In guisse de conclusieon, j'voudreos acore vous faire ceulle réflexiéon, ch'n'est pos mis qui l'a invintée, j'l'ai lue su ein calinderrier, j'voudreos ainsin rinte eine hommache unanime pou ceulle constatatieon d'ein auteur anonyme : " Je n'comprinds pos pourquoi on a queusi l'trinte et ein mai pour organiser l'journée mondiale sans toubaque alors que ch'est l'velle du prumier juin". J'vous laiche busier mes gins !

(lexique : adveiné : deviné / lusoter : flâner / pourméner : promener / i-a d'taleur : il y a bientôt, il va y avoir / toudis : toujours / bramint : beaucoup / ein treos : un trou / quéqu'ein : quelqu'un / l'ouvrache : le travail, l'ouvrage / 'cor ou acore : encore / serré : fermé / lommint : longtemps / randoullache : chambardement, remue-menage / orvenu : revenu / béteôt : bientôt / acouter : écouter / au mitan : au milieu / quater-vingt cheonq : quatre-vingt cinq / commincher : commencer / l'dallache : le désordre / tertous : tous / parel : pareil / l'moumint ou momint : le moment / l'votache : le vote, les élections / l'chabeotache : le travail mal fait / l'orvanche : la revange / l'bédoule : la boue / pidouler : patauger / canger : changer / ein garcheon : un garçon / eine leumière : une lumière / vir : voir / pétête : peut-être / du fier : du fer / orvu : revu / l'quémisse : la chemise / l'mareonne : le pantalon / in puque : de plus / des blaques : des blagues / ête patraque : ne pas être dans son assiette, se sentir mal / les ossieaux : les os / acore : encore / ahais : oui / impossipe : impossible / morir : mourir / caire : tomber / m'assir : m'asseoir / jeuer aux fiers : jouer au jeu  de fer, jeu typiquement tournaisien / l'gardin : le jardin / calinderrier : calendrier / queusi : choisi / toubaque : tabac / l'velle : la veille / laicher : laisser / busier : réfléchir, méditer)  .

S.T. juin 2012


09:15 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.