12 mai
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (173)

Pourménades.

In pourménant pa les rues de no ville j'in ai connu à l'feos des belles et des histoires j'pourreos, vous in raqueonter eine ribambelle.

Ainsin, j'longeos, ein jour d'été, les terrasses de l'Grand'Plache quand tout à n'ein queop les jets d'ieau se seont mis in marche. I-a pos à dire cha fout l'esquite, j'ai vite fait ein beond d'côté mais cha n'm'a pos impêché d'voir l'gampe de m'mareonne toute mouillée. In veyant ainsin m'manque de sanche, les gins attablés riottent plein leu panche. I-a même ein heomme qui m'a ravisé ave eine larche sourire et qui m'a dit : "alors, l'amisse, à vo n'âche, on n'sait d'jà pus s'ortenir". Hureus'mint, l'pluèfe elle s'a mise à caire dru et ainsin l'accidint i-a passé presqu'inaperçu. In arrivant su l'plache de Lille, i-a fallu que j'rincontre l'fille à Emile. "Mo bé, t'es ichi tout perché, on direot même que t'as ..." Ahais, ch'est vrai, cha pourreot pétête l'faire acroire mais i-falleot vir comme su l'Grand'Plache i-s'a mis à pleuvoir". "Ah bé cha, ch'est quand même drôle l'météo, ichi on n'a eu que deux ou treos gouttes d'ieau". In arrivant à m'maseon j'éteos tout sec, acore hureux, cha a évité eine prisse de bec. 

A l'plache Paul Emile Janson, jusse au pied de l'cathédrale, i'-m'a arrivé, eine eaute feos, eine histoire pos banale. J'raviseos in l'air pour vir les ouverriers, su ein échafaudache, in train d'arringer les clotiers. J'ai pos eu l'temps de l'vir arriver, ch'a été sec et net, j'ai ramassé ein brin d'couleon in plein mitan d'mes neunettes. L'sale biête elle aveot seûr'mint l'drisse, car aussi vite, l'cataplasse su m'nez i-gliche. Ch'est toudis ein grand momint d'désespoir quand te t'rinds queompte que t'as oblié t'mouchoir. Eine brafe feimme d'mi a eu pitié et m'as tendu eine mouchoir in papier.

Mais l'pus belle des blaques qui m'est arrivée, ch'est au parc communal que cha s'a passé. Pa ein bieau matin d'printemps, i-aveot là ein viel heomme su ein banc. I-n'a pos fallu lomint pour mi ormarquer que l'bonheomme qui éteot là i-n'aveot pos l'air gai. Pou mi l'réconforter, je m'sus assis à ses côtés.

"Mo Dieu, vous avez ichi l'air bin triste, vous souffrez d'eine séquoi, d'rhomatisses ou bin vo feimme, à l'cour, vous a rué et vous n'avez pus d'indreot où aller"

"Si fait... mais j'sus ichi tout in foufielle" et i-s'a mis à braire d'pus belle.

Inter deux sanglots, j'ai bin essayé d'savoir pourquoi c'n'heomme i-aveot les idées noires.

"J'ai eine grande maseon ave ein bieau gardin, j'ai tout l'confort et même deux salles de bain"

"J'comprinds, vo feimme vous a quitté et tout seu vous vous êtes ortrouvé !"

"Neon, neon, j'sus marié, m'feimme elle a vingt-chinq ans d'moinse que mi et ave ceulle bieauté, croyez-me, j'vis au paradis. Si elle aveot fait l'concours d'Miss Tournai pou seûr qu'elle l'areot gagné".

"Ahais, j'ai d'jà laiché dire qu'eine parelle bieauté ch'éteot toudis barbant et ch'est sans doute pou cha qu'aujord'hui vous avez foutu l'camp et elle a probablemint d'eautes défeauts, elle ne fait pos bin à minger ou alors elle ne nettie pos".

"Ah neon, pou cha, elle est divine, ch'est eine véritape fée de l'cuisine, su No Télé, elle pourreot aller à Délices et Tralala, elle battreot à plate couture tous les ceusses qui seont là et à m'maseon i-n'a pos eine guisse d'poussière, ch'est si prope qu'elle peut vraimint in ête fière".

"Ahais, mais... mi j'veux bin mais si j'aveos eine maseon et eine feimme comme cha, je n'seros pos ichi, j'seros asteur dins ses bras et je n'restereos pos su ein banc à braire comme eine Madeleine comme ein paufe gars qui a perdu s'sémaine". 

"J'sus d'accord, Mossieu, et pou l'ortrouver, j'voudreos aller bin vite mais je 'n'sais pus... dusque j'habite". 

(lexique : pourménant : promenant / raqueonter : raconter / tout à n'ein queop : tout à coup / l'esquite : la peur / l'gampe : la jambe / l'mareonne : le pantalon / l'sanche : la chance / panche : ventre / ravisé : regardé / l'pluèfe : la pluie / perché : percé / pétête : peut-être /  faire acroire : faire croire / vir : voir / les ouverriers : les ouvriers / les clotiers : les clochers / eine couleon : un pigeon / mitan : milieu / les neunettes : les lunettes / l'drisse : la diarrhée / l'cataplasse : le cataplasme / gliche : glisse / toudis : toujours / des blaques : des blagues / lomint : longtemps / les rhomatisses : les rhumatismes / rué : jeté / ête tout in foufielle : être en émoi / l'gardin : le jardin / laiché : laissé / aujord'hui : aujourd'hui / foutu l'camp : parti / nettier : nettoyer / eine guisse : un tout petit peu / dusque : où).

S.T. mai 2012


09:05 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

wawwww, il faut le lexique pour suivre ... enfin j'exagère un peu mais c'est quand même très dur à lire , alors qu'à l'oral, c'est extrèmement chantant !

Écrit par : jacques robert | 14/05/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.