05 mai
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (172)

Conflit d'génératieons.

T'as bieau dire mais eine sémaine ch'est quand même vite passé ! J'ai l'impressieon que m'dernière babillarte, elle date de deux ou trois jours tout au puque

Ceulle sémaine, en orlisant les artiques des gazettes de mille nuef chint dix-siept, je m'sus acore dit que l'meonte i-évolue bin vite, j'dirais même qui cange beauqueop trop vite. Quand j'pinse qu'à c'temps-là, les feimmes elles n'alleot'ent pos dins les cabarets, elles ne fumeot'ent pos et elles s'habilleot'ent ave des leons contreons sous les cottes, bé si elles deveot'ent orvenir asteur pou seûr qu'in syncope, elles caireot'ent. 

J'vas ichi vous raqueonter les avintures du grand Arthur qu'on appeleot, dins s'jeone temps, "l'yéyé". Ahais l'yéyé d'avant, i-a bin du mau ave s'n'infant. J'veux bin, comme i-dit, qu'on deot vife ave s'n'époque, que l'vie n'est pos facile, mais l'paufe, on peut dire qu'i-a bin des russes à élever s'pétite famile. 

I-n'est pus maîte de s'file, Gabrielle (on l'a app'lée ainsin pasqu'Arthur ch'est ein fan de Johnny Halliday... pos Walker) et pourtant i-fait tout pour elle. Gabrielle, ch'est eine véritape bach'lette, eine vraie serpette toudis in train d'queurir après les garcheons et qui a d'jà bin l'espérieince des baisses à bouquette. Elle n'a pos acore dix-siept ans, elle est acore mineure, mais cha n'l'impêche pos d'rintrer à nulle heure. I-a pos lommint, elle s'a fait mette eine boucle dins s'nez et des brillants su ses bajotes. D'jà qu'elle aveot eine dizaine de percings à chaque orelle et des tatouaches su ses bras, ch'est eine oeuvre d'art... décadent qu'Arthur i-a là. 

Quand s'mopère i-l'a vu ainsin attifée, i-a failli caire de s'cayère et avalé s'jatte de café d'travers. 

"Feaudreot prév'nir, j'ai failli m'étroner in t'veyant intrer -qui li-a dit - T'as vu cha su l'plache Verte hier au matin, on direot l'annéeau d'un taur qu'on amène au concours bovin"

Gabrielle a tout d'suite l'répeonse, l'pièche à mette au treos

"Quand t'éteos jeone et que t'alleos danser à l'Abbaye à l'chaussée d'Lille, ti aussi t'éteos afulé, t'aveos des ch'feux jusqu'au mitan de t'deos, des santiags et eine caîne de véleo, pou s'att'ler ainsin i-feaut ête loleo. J'n'ai jamais compris commint m'mamère, eine belle mam'zelle, elle a pu caire dins les bras d'un diale parel ".

"Ahais, ch'est vrai, ch'éteot l' mote dins les ainnées soixante mais, te deos savoir que quand on s'a marié, t'mamère et mi,  j'ai fait co mes ch'feux, j'ai mis des bieaux sorlets vernis acatés chez Chauss'Beau et j'ai ormis m'caîne su m'véleo. Si un jour te t'mets in ménache - pasqu'asteur on n'parle pus d' mariache - te n'pourras pos inl'vé t'boucle dorée sineon te vas ichi avoir ein riche treos à t'nez et si t'ortires les peircings à tes orelles, eh bé m'pétite Nénette, te vas ichi avoir deux belles passettes d'chaque côté de t'tiête... et t'es seûr des préneoms qui su tes bras seont inscrits pasque t'n'heomme i-pourreot faire des riches crises de jalous'rie... Beon, j'ai rin à dire su les pierres, laiche les là, elles ne seont pos treop génantes, vu qu'à l'école te n'es pos eine leumière, en t'veyant on pourra quand même pinser que t'es brillante".

Et ch'est ainsin tous les verdis au soir quand Gabrielle va ortrouver ses amisses.

"Te vas au dancing ce soir ?" li d'minde s'mopère.

"Mais i-a lommint qu'on n'dit pus cha, asteur, on sort in boîte !" 

"Et te vas acore passer l'nuit à boire du Coca ave eine binte de Colas"

"Bé... mon vieux...pou l'qualité d'tes vannes t'orpass'ras"

Arthur, dépassé comme toudis, i-na pos osé li d'minder quoisque ch'éteot eine vanne. 

"Et ch'est quoi l'cancheonne qui fait succès asteur ?"

"I-a pus d'cacheonne, ch'est jusse pou les vieux, nous eautes...ch'est du rap, du grunge et du métal"

"Ah beon, asteur, les orchestres i-tape'tent su des boîtes à conserves !"

"Du métal, ch'est de l'musique élestronique invéyée pa ein D'J"

"Mi d'm'temps, ch'éteot d'vrais orchestres comme les Polaris ou Rock Crosy, ch'éteot des slows...Je n'veos pos où est l'plaisi d's'arlocher ainsin pindant tout l'nuit"

"T'es ein riche babénneau... et quoisque que te vas faire ?"

"J'vas orwettier l'fotbal à l'téléviseon, ch'est Bruges-Standard"

"Mo bé... si te ravises les rouches, comme i-jeuent asteur cha va acore t'deonner l'cafard"

"I-est beon va... j'espère que te vas passer eine beonne soirée et soiche prudente, n'meonte pos dins eine auteo que l'chauffeur i-est quervé, t'orviens à quelle heure ?"

"Com d'hab... diminche à siept heures".

"Mo bé, te vas ête scran...quançque te vas t'orposer"

"Bé à l'école, tins... pindant l'sémaine, avec les amisses on va préparer l'sortie du prochain week-end"

J'sus seûr que vous pinsez qu'Arthur n'est pos ein beon mopère, qui n'est pos assez sévère, qu'i-est treop laxiste et qui devreot serré l'vis. Ch'est vrai, mais d'puis qu'i-a perdu s'feimme, des suites d'eine grafe maladie, i-ara deux ans tout jusse mardi, s'file ch'est pus l'bieau des héritaches et i-s'dit que cha pass'ra bin avec l'âche tout in priant l'Beon Dieu que cha s'passe sans dommache. J'dis à les ceusses qui l'orwettent d'travers, que l'ceu qu'i-a des infants li lanche l'prumière pierre !

(lexique : l'babillarte : la lettre / tout au puque : tout au plus / orlire : relire / les artiques : les articles / l'meonte : le monde / canger : changer / des leons cotreons : des longs jupons / les cottes : les jupes / caierot'ent : tomberaient / jeone : jeune / avoir bin du mau : avoir bien du mal / l'paufe : le pauvre / avoir des russes : avoir des difficultés / eine bach'lette : une fille émancipée / eine serpette : désigne une petite serpe, ici pris dans le sens d'une hargneuse / queurir : courir / les baisses à bouquette : les baisers sur la bouche / lommint : longtemps / les bajotes : les joues / ête attifé : être habillé de mauvais goût / caire de s'cayère : tomber de sa chaise / s'étroner : s'étrangler / ein taur : un taureau / l'pièche : la pièce / l'treos : le trou / afulé : habillé de manière bizarre, ridicule / les ch'feux : les cheveux / au mitan : à la  moitié / l'deos : le dos / eine caîne : une chaîne / att'ler : s'emploie parfois pour s'habiller, pour se dévêtir certains utilisent l'expression se dett'ler / eine mam'zelle : une demoiselle / ein diale : un diable / copé : coupé / les sorlets : les souliers / acatés : achetés / l'jalous'rie : la jalousie / laicher : laisser / eine leumière : une lunette / les verdis : les vendredis / eine binte : une bande / ein colas : un crétin /  eine cancheonne : une chanson / nous eautes : nous autres / s'arlocher : se secouer / eine babénneau ; un naïf / orwettier : regarder / raviser : autre mot pour regarder / quervé : ivre / ête scran : être fatigué / quançque : quand  / grafe : grave / jusse : juste / l'âche : l'âge / l'ceu : celui / lancher : lancer).

S.T. mai 2012.



09:24 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.