28 avril
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (171)

Tout Tournai l'attind !

D'puis qu'on a appris qu'i-alleot v'nir à Tournai, on n'parle pus que d'li dins l'cité des chinq clotiers, i-est l'objet d'toutes les conversatieons, i-a d'jà conquis presque toute l'populatieon. A l'Administratieon communale, on a bin prépare s'n'arrivée car grâce à li on va béteôt parler partout d'Tournai. I-aveot bin lommint qu'on aveot besoin d'un phare comme li pour moutrer que l'Ville de Tournai, ch'est aussi l'Wallonie. Elle ne comminche pos à Mons pou s'terminer à Liège, même si les élus d'là-vas i-z'-occupent presque tous les sièges. 

Dins les interprises, les écoles et les maseons, i-est dins toutes les conversatieons, c'qu'on dit, eh bé, comme direot Sarkozy, j'vas vous l'dire, ch'est que pou l'vir i-feaut acore soixante-chinq feos dormir. Je vous veos ichi v'nir, vous pinsez que j'parle du p'tit Rudy, là, pou seûr, vous m'avez pos bin compris. Ch'est vrai ch'est eine coincidence, car mi j'vous parle du Tour de France.

Ahais, ch'est magique l'meot l'Tour de France, cha rime pou tertous ave l'temps des vacances. Si pa manque de liards t'es obligé d'rester à t'maseon, te peux toudis vir les bieaux paysaches à l'télévisieon, acouter les commintaires de Laurent Jalabert, l'intinte glorifier Thomas Voeckler et vir les Français tout in foufiête si à l'feos leu favori est in tiête. L'Tour de France, ch'est des heures pa d'vant l'télé, à raviser, sans s'fatiguer, pédaler les greos mollets. Ch'est découvrir les plus bieaux coins d'un pays, tout in restant dins s'fauteul bin assis. 

J'ai gardé pou mi l'raminvrance d'eine arrivée du Tour de France.

Ch'éteot in mille nuef chint soixante-six. J'm'rappelle acore l'émission "Lundi-Sport", au meos d'mars, à l'RTB qui aveot parlé d'l'arrivée du Tour à Tournai. L'deuxième étape partireot d'Charleville pou finir dins no beonne ville. J'ai failli caire de m'cayère quand on nous annoncha, que l'line d'arrivée s'reot au boulevard Bara, ch'éteot jusse in face de m'maseon, on aveot vu l'porte à l'télévisieon. 

L'grand jour i-est arrivé, ch'éteot l'vingt-deux juin et l'solel luiseot d'puis l'matin comme areot dit dins s'cancheonne "Marie Jeanne " l'orgretté Jo Dassin. Dins l'gernier, ave de l'peinture, j'aveos préparé in secret eine pancarte pou Jos Huymans et j'l'aveos pindu à ein arpe. "Où Huysmans passe les grimpeurs trépassent", cha n'alleot pos ête vrai, hélas ! Dins l'feond, j'areos pu même l'attacher avec ein cleo, puisqu'à c'temps-là i-aveot pos cor d'écoleos !

On a vu arriver dès l'matin des supporters walleons et flaminds, on vit même des Français du Nord, tertous amoureux de ce sport. Ch'éteot acore eine époque où inter flaminds et walleons on n'se bouffeot pos l'nez et on saveot acore cultiver l'amitié. I-n'éteot pos acore chinq heures quand on a intindu meonter l'rumeur, on aveot à peine dit "les ov'là" qu'i-éteotent d'jà in bas du Boulevard Bara, ein larche virache et ch'éteot l'imballache. Ch'est no compatriote, Guido Reybroeck qui l'a importé pa d'vant Janssens et Sels et puis deux hollandais. 

Au soir, au feond de l'plaine, on éteot des chintaines pou vir et acouter André Aubert, l'imitateur, l'z'Hariqueots Rouches et Annie Cordy. On a ainsin attrapé bin tard et i-falleot s'lever teôt pasque l'lind'main, ch'éteot l'course conte la montre par équipes dès nuef heures au matin. Ch'est les Hollandais d'Televiezier qui ont été prumiers pa d'vant les Smiths, les Pelforth et les Mann, l'équipe de Jos Huysmans. On a ainsin vu les plus grands d'l'époque, Jacques Anquetil qui s'a fait chifflé et Raymond Poulidor qu'on a applaudi (on areot dit qu'i-éteot d'chez nous, l'brafe Poupou),Tom Simpson qu'i-alleot morir pindant l'Tour suivant et Jean Stablinsky, l'infant du Nord, l'préféré des ch'tis, Rik Van Looy, Franco Bitossi et Guido Carlési et même ein italien qui s'app'leot Picchiotti. I-aveot aussi Lucien Aimar, li, ch'éteot ein sans-grade, ein petit, mais, ein courageux qu'i-alleot gagner à Paris. 

On aveot à peine eu  jusse eu l'temps d'avaler s'deîner qu'on a été les vir su l'Grand'Plache où l'départ i-éteot deonné, l'caravane parteot pou Dunkerque à eine heure et, dins l'cité d'Jean Bart, ch'est Gerben Karstens qui a passé l'line in vainqueur.

Mi j'aveos eu l'pépète, j'aveos ein tout nouvieux véleo, in ravisant vers l'maseon, i-aveot disparu, m'mamère m'aveot dit : "t'aveos qu'à l'rintrer, ave l'meonte qu'i-a ichi, va l'ortrouver". I-éteot pos bin leon, pou faire des photeos, des reporters aveot'ent pris m'véleo, su l'selle i-aveot ein coureur italien, on m'a dit que ch'éteot Tomasso De Pra, mais je n' sus pos pus seûr que cha.

Dins soixante-chinq jours, on vivra eine nouvelle arrivée. D'puis ein meos, l'ville est in fiête, su no bieffreo on a mis ein grand maillot, on multiplie les manifestatieons et les expositieons, et on veot tous les jours, su No Télé, des gins parler du Tour de France, l'plupart i-n'éteot'ent pos nés ou n'habiteot'ent pos Tournai, les témoins, eusses, on a fait simblant d'les oblier, pétête que les vieux cha passe mal à l'télé, mi, je n'prêche pos pou m'capelle, pus on vit muché pus la vie est belle et j'n'ai jamais eu des visées électoralistes sineon j'n'areos pos appl'lé m'blog du surneom d'l'Optimiste. 

(lexique : béteôt : bientôt / lommint : longtemps / moutrer : montrer / commincher : commencer / là-vas : là-bas / interprises : entreprises / liards : l'argent / acouter : écouter / ête in foufiête : être dans tous ses états, ne plus savoir se contenir / pa d'vant : devant / raviser : regarder / l'raminvrance : le souvenir / caire : tomber / cayère : chaise / l'line : la ligne / s'cancheonne : sa chanson / l'gernier : le grenier / ein arpe : un arbre / ein cleo : un clou / tertous : tous / inter : entre / des chintaines : des centaines / pasque : parce que / chifflé : sifflé, hué / brafe : brave / jusse : juste / j'ai eu l'pépète : j'ai eu peur / leon : loin /  eusses : eux / pétête : peut-être / muché : caché)

S.T. avril 2012 


09:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tournai, patois, picard |

Les commentaires sont fermés.