21 avril
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (170)

No tierre elle se récauffe ! Si fait !

Vous l'avez d'jà adveiné, j'aime m'pourméner, rincontrer eine masse de gins, parler d'tout et de rin. A l'feos, su l'Grand'Plache, j'n'orfuse pos eine beonne glache bin tassée ou acore ein jatte de chéribeon à l'terrasse d'l'Orchidée. Souvint, j'laiche eine pétite pièche à Joseph, toudis aussi dynamique pour  orclamer ein p'tit sou pou li aller jeuer au billard élestrique. Ch'est ainsin qu'au bieau temps ave m'feimme, on peut m'croiser dins les rues d'Noter-Dame. 

A l'hiver, j'fais comme l'z'ours, j'reste bin calfeutré inter mes quate murs, à l'différince de ces biêtes, je n'sus pos sous mes couvertures, j'passe des heures et des heures à écrire mes babillartes su m'n'ordinateur. J'sors, bin seûr, acore de m'maseon mais jusse pou aller faire les commissieons, acater d'quoi boire et minger pasqu'i-n'feaut jamais s'laicher aller. 

Vous comperdez que, quançque l'meos d'mars i-orvient, j'frétile comme ein gardeon, j'beondis comme ein lapin, j'sus aussi impatient de printe l'air que les gringottes du beos d'Ere, j'sus pris d'eine furieusse invie d'aller déhors, d'queurir pa les camps et les pâtures et surtout d'aller orvir m'beonne vielle ville, sintir l'naque de l'cité faite d'ein mélanche d'fristoule, d'gaz des auteos, d'senteurs d'arpes in fleur et malheureusemint aussi d'brins d'tchiens. Dins l'temps, i-aveot aussi l'parfum du noir saveon su les trottoirs que les feimmes de ménache récureot'ent pou pouvoir les ravoir. 

Pou mi, aller pourméner, ch'est pos seul'mint orwettier les étalaches ou bin acore acouter les comméraches, neon, ch'est intinte l'rumeur de l'cité, vir tout c'qu'i-a cangé, découvrir les nouvieaux magasins qu'on a inauguré et compter aussi les ceusses qu'i-ont serré. Ch'est raviser les ouverriers in héaut de l'cathédrale, su l'échafaudache ou bin dins les rues in train d'orfaire l'pavache. Ch'est s'arrêter et dire bonjour à des gins qu'on a pus vu d'pus lommint

Cha, ch'est c'que j'feseos chaque ainnée... sauf asteur. Poussés pa l'vint du Nord qui souffièle, les neuaches queurent dins no ciel, on direot qui partent à toute vapeur, orjointe l'Sud et ein peu d'caleur. I-fait gris, i-fait freod, l'hiver n'in finit pos. A l'maseon, l'cauffage i-tourne sans s'arrêter et, pindant c'temps-là, l'prix du gaz i-n'fait qu'aurminter

J'd'aveos plein les busses, j'éteos fin réhusse, j'ai été vir m'viel instituteur passieonné d' météo à ses heures. I-m'a dit, tenez-vous bin, ch'est à causse du récauff'mint climatique et des lois de l'physique. Aux pôles, les glaches i-seont in train d'feonte, ch'est ein fait connu d'tout l'meonte. Ave l'ieau fraîque et douche dins les mers, l'océan s'orfroidit et perd ainsin, jour après jour, bin des calories et comme i-est l'thermostat de no beonne vielle planète, bé, ch'est simpe, cha faire caire l'thermomète. Béteôt, faudra s'faire eine raiseon, i-n'ara pus que deux saiseons. L'hiver pindant neuf meos i-f'ra freod et l'été, pindant treos meos qui restent i-f'ra quieaud. Attintieon, certains jours i-f'ra tell'mint quieaud, garcheon, que te n'aras pos d'eaute solutieon que de rester à t'maseon, te s'ras là ave les battantes serrées à attinte l'fin de l'journée. Et j'ne te dis pos l'violence du vint et des oraches qui vont ichi faire des rudes dallaches

J'li ai dit que pou avoir ein peu d'air j'alleos aller habiter à la mer. "Te n'sais pos c'que te dis, i-veaut mieux que t' restes ichi. Comme dins trinte ans, l'ieau va meonter d'ein mète, bé no côte, elle s'ra à vingt-chinq kilomètes. Te prindras tes bains d'pied su l'plache de Courtrai et t'picheon, ch'est à Waregem que t'iras l'acater. J'ai quater-vingt ans et j'vas béteôt ortourner m'brouette, mais si te veux ein consel, j'te l'dis tout net. Si te vas dins eine maseon d'ortraite va puteôt du côté d'Bastogne ou d'Esch-sur-Alzette !".

(lexique : l'tierre : la terre :/adveiner : deviner / pourméner : promener / à l'feos : parfois / eine glache : une glace / eine jatte de chéribeon : une tasse d'excellent café / laicher : laisser / pièche : pièce / toudis : toujours / orclamer : réclamer / élestrique : électrique (billard élestrique : flipper) / pa d'vant : devant / babillarte : lettre / jusse : juste / acater : acheter / quançque : quand, lorsque / les gringottes : les jonquilles, les narcisses jaunes / queurir : courir / orvir : revoir / l'naque : l'odeur / l'fristoule : mangeaille, la préparation culinaire / les arpes : les arbres / les brins d'tchiens : les déjections canines / noir savon : savon noir souvent utilisé pour nettoyer les carrelages / orwettier : regarder / les étalaches : les étalages / acouter : écouter / cangé : changé / raviser : regarder / les ouverriers : les ouvriers / lommint : longtemps / asteur : maintenant / les neuaches : les nuages / l'caleur : la chaleur / l'cauffage : le chauffage / aurminter : augmenter / j'd'aveos plein les busses : j'en avais assez, j'étais surmené / j'éteos fin réhusse : j'étais las, fatigué / vir : voir / ch'est à causse : c'est à cause / douche : douce / béteôt : bientôt / quieaud : chaud / garcheon : garçon / les battantes serrées : les volets fermés / l'dallache : le désordre / ichi : ici / l'picheon : le poisson / ortourner s'brouette ou bin faire ses treos tours : mourir / ein conseil : un conseil / eine maseon d'ortraite : une maison de retraite / puteôt : plutôt).

S.T. avril 2012

11:00 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Un petit coucou pour te souhaiter un bon dimanche malgré la pluie. A bientôt Serge.

Écrit par : Un petit Belge | 22/04/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.