12 avril
2012

Tournai : origine du nom des (nouvelles) rues (2)

Après avoir résolu le problème posé par les nombreux noms de rues évoquant le cimetière, l'école, l'église, la gare ou les places, le groupe de Tournaisiens a porté son attention sur celles concernant les chapelles, les châteaux, les fontaines, les moulins, les près ou les champs.

Ainsi, il a fallu changer l'appellation de la rue de la Chapelle à Templeuve, on lui donna le nom de rue Justin Bruyenne, pour rappeler celui qui fut l'architecte de l'ancienne église et qui vécut de 1811 à 1896. Le chemin de la chapelle à Tournai est devenu le chemin Joseph Lacasse (1894-1975), le peintre tournaisien dont il a été fait référence dans ce blog. Plus surprenant est le nom qu'a pris la rue de la Chapelle à Vaulx, elle a été transformée en rue de l'Echo des Carrières, du nom du fanfare locale. 

On n'a pas modifié le nom de la rue du Château à Tournai, elle rappelle la présence de celui qui avait été érigé par Henri VIII durant l'occupation anglaise et dont il reste une tour comme vestige. La rue du Château à Maulde est devenue la rue des Carondelets qui était le nom des seigneurs du dit château. La rue du Château à Mourcourt a pris le nom de rue du Château de Baudignies, tandis que celle de Ramegnies-Chin est devenue la rue Norbert Bouzin (1792-1873), pomologue (arboriculteur spécialisé dans les fruits à pépins), créateur de six variétés de poires dont le "Gris" et la "Colmar de Chin", "Beurré" et "Doyenné" de Ramegnies. 

De nombreux villages du grand Tournai possèdent une fontaine, une source jaillissante à laquelle on donne parfois des vertus miraculeuses. La rue de la Fontaine à Maulde a été transformée en rue du Val de Maulde et à celle d'Orcq, on a jouté une précision en l'appelant rue de la Fontaine d'Arnouville, le nom de cette ancienne fontaine proviendrait de celui de Saint-Arnold. 

Tournai possède la rue des Moulins, elle la conserve mais elle avait aussi une rue du Moulin à Eau, fallait-il obligatoirement changer la dénomination de celle-ci, cela viendrait à faire croire que durant des décennies, il y a eu de nombreuses erreurs dans la distribution du courrier entre les habitants de ces deux rues de la ville. En tout cas, la rue du Moulin à Eau est devenue la rue Tour Canteraine en raison de la présence jadis d'une tour fortifiée et à la présence de nombreuses grenouilles Raine, un peu de poésie dans une adresse, voilà une excellente trouvaille. La rue du Moulin à Eau à Ramegnies-Chin est devenue la rue du Mouquet, mot qui désigne un épervier en patois local (ce mot est à rapprocher du français "émouchet", peu utilisé de nos jours, qui signifie "petit rapace.En ce qui concerne la rue du Moulin à Gaurain-Ramecroix, comme elle est située dans son prolongement on lui a donné, tout simplement, le nom de la rue de Landrecies et celle de Melles est devenue, autre nom poétique, la rue de la Fleur de Bouquette. Ce nom désigne une farine d'excellente qualité. 

Certains villages de l'entité possédaient  des rues des Près, des Prairies ou des Champs. A Froyennes, la rue des Près a été changée en rue de la Borgnette qui était déjà le nom de la voirie située en face de celle-ci, Tournai a conservé sa ruelle Desprets, mais il faut faire attention à l'orthographe et Lamain a conservé également sa rue des Près. La rue des Prairies à Vezon est devenue la rue du Rosoir, du nom du ruisseau qui y coule à proximité. La rue des Champs à Kain a pris pour nom rue Joseph Poutrain, écrivain, auteur d'une histoire de Tournai en 1674, né à Templeuve mais qui avait passé une partie de sa vie dans le village de Kain.

Notons enfin que le rue de la Bruyère à Tournai (à proximité de la prison) a été modifiée en Piésinte du Bomart (sentier du Bomart), nom d'un habitué du cachot en raison de son état d'ébriété permanent au XVIIIe siècle, nous avons consacré un article sous le titre "Quand on allait au Bomart" que je vous invite à découvrir. (à suivre)

(sources : Administration Communale de Tournai. www.tournai.be)

Les commentaires sont fermés.