07 avril
2012

Tournai : expressions tournaisiennes (168)

L'fiête de Pâques d'no parints

I-a pos à dire mais treos meos ch'est quand même vite passé, ov'là d'jà l'fiête de Pâques, on direot que ch'est hier qu'on s'a souhaité eine beonne et hureusse ainnée ! 

On dit toudis qu'à Pâques, ch'est l'ortour des prumiers bieaux jours, des prumières caleurs. Ahais, bé, i-a fait d'taleur meilleux au meos d'mars, l'meos des gréaux, qu'asteur. J'aveos d'jà ormis m'jupeon et j'ai du aller orquerre mes habits d'hiver.

Quand vous lirez ceulle babillarte qu'on ortruèfe su l'blog, l'saim'di au matin, l'Verdi Saint i-s'ra d'jà passé et ave li, l'Marché aux Fleurs et l'Quémin d'Croix. Ch'est eine traditieon dins l'ville des cheonq clotiers, pindant tout l'journée, l'rue Royale et les quais seont des gardins aux fleurs multicolores et quand l'soir i-cait, te veos tous ces gins portant leu croix intourés d'porteux d'flambéaux, bravant l'souffrance aller pa les rues d'no cité pou faire ein acte d'pénitence. 

Avant, pindant l'sémaine sainte, les feimmes feseot'ent l'grand nettiache de Pâques, les mamères i-passeot'ent des journées intières à laver l'maseon à grandes ieaux et au noir saveon, à chirer l'meublier, à astiquer les cuivres et les argint'ries, à mette d'l'orde dins les armoires et à ortirer les ridéeaux et les tentures pou les nettier. Après l'passache de ces tornades blanches, i-n'aveot pus ein grain d'poussière, pus eine arnitoile et l'maseon elle sinteot l'fraîque. Elles n'aveot'ent pos b'soin d' Mossieu Prope pou les aider, tout cha éteot fait à l'huile de bras et tout blinqueot qu'on pouveot aussi s'vir d'dins. Pasque, pindant l'hiver, les feux au carbeon i-aveot'ent fait bramint d'poussières et les sorlets à daches qu'on metteot pou n'pos glicher sur l'noirglache, i-aveot'ent laiché d'fameusse richoires

L'diminche de Pâques, ch'éteot fiête dins toutes les familes, on orcheveot garcheons et files, on mingeot l'bedeo ave d'z'hariqueots ou bin de l'lanque de veau à la sauce tomate et aux champigneons. Feaut dire qu'à l'époque les gins i-aveot'ent fait carême, i-s'aveot'ent privés pindant quarante jours et l'jour de Pâques seonneot l'délivrance, on pouveot infin faire bombance. 

Pou s'ormette des excès, l'lindi d'Pâques, à l'feos bin teôt, pou l'Meont de l'Ternité ave ein bateon on parteot. Pa les piésintes, pa l'quémin à cailléaux, falleot vir commint on alleot pasqu'on saveot, que là-vas, tout in héaut, eine beonne crasse pinte nous attindeot. Au Cheval Blanc, à Ma Campagne, à l'ferme du Reposoir ou bin dins ein cabaret, on mingeot eine platélée d'mutieau, eine tarteine au fromache ou bin ein pistolet. Les gins dinseot'ent tout l'après-deîner au seon d' l'accordéon et bin tard, in bande, tout in riant, on rintreot s'maseon. Falleot pos queurir bin leon pou avoir du lari, ch'est ave des amisse qu'on aveot du plaisi.

J'vous souhaite à tertous, mes gins, eine beonne et hureusse fiête de Pâques ! 

(lexique : les parints : les parents / treos meos : trois mois / ov'là : voilà / toudis : toujours / l'ortour : le retour / prumiers : premiers / les caleurs : les chaleurs / ahais : oui / meilleux  meilleur / les gréaux : les giboulées / asteur : maintenant / l'jupeon : en tournaisien désigne aussi un veston d'homme / orquerre : rechercher / ceulle babillarte : cette lettre / ortruèfe : retrouve / l'verdi saint : le vendedi saint / cheonq clotiers : cinq clochers / gardins : jardins / l'nettiache : le nettoyage / les mamères : les mères /à grandes ieaux : à grande eau / chirer : cirer / astiquer : faire luire, rendre brillant / eine arnitoile : une toile d'araignée / elle sinteaot l'fraîque : elle sentait le frais / blinqueot : brillait / l'carbeon : le charbon /  bramint : beaucoup / les sorlets à daches : des souliers à petits clous / l'noirglache : le verglas / richoires : glissades, certaines femmes de ménage désignaient aussi par ce mot les longues griffes) : on orcheveot : on recevait / les garcheons : les garçons / les files : les filles / l'bedeo : le jeune mouton, l'agneau / l'Meont de l'ternité : le Mont Saint-Aubert aussi appelé le Mont de la Trinité / piésintes : petits chemins / quémin à cailleaux : le chemin à cailloux / eine beonne crasse pinte : un bon verre de bière / eine platelée : grande platée / l'mutieau : paté grossier confectionné à Tournai / eine tarteine : une tartine / queurir bin leon : courir bien loin / du lari : de l'amusement, de la distraction / tertous : tous).

09:10 Écrit par l'Optimiste dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : tournai, patois, picard |

Commentaires

Bien que je comprenne le picard - et je te félicite pour tes mots hebdomadaires en parfait tournaisien - je ne sais pas m'exprimer par écrit dans cette langue. C'est donc en français que j'ajoute ce petit complément d'information :
Ma tante, née en 1917, me rappelait cette semaine que, de son temps, chaque famille "se rhabillait" pour Pâques. C'est au Marché aux fleurs du vendredi saint que chacun et chacune venait étrenner la nouvelle toilette qu'on mettrait le dimanche et les jours de fête jusqu'à l'année suivante.
Jacqueline

Écrit par : Jacqueline | 07/04/2012

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.